taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

"Mon entrecôte est scientifique" ou le boeuf émissaire et la zététique, par Sylvain de Clair & Lipide

9.9.2021 Sylvain vient de publier un article excessivement fouillé et documenté: "Mon entrecôte est scientifique". Que dis-je? un article? Un dossier tant le contenu est vaste. https://clairetlipide.blog/2021/09/08/mon-entrecote-est-scientifique/ Sous-titre: "~ Petit guide de l’autodéfense omnivore ~".

Cet article est annexe au dossier amorcé en janvier 2020, devenu un livre entre-temps ""Qui a machiné le bœuf bashing ? (Un regard sérieux sur le rodéo médiatique antiviande)"

"Qui a machiné le bœuf bashing ?"

prévu décembre 2021


Sylvain est aussi frappé que nous tous de voir qu'une partie du mouvement végane se réclame de la zététique, nouveau terme pour qualifier le scientisme  - càd la foi que seule la science a réponse a tout. Il est aussi étonné d'être confronté à tant d'amis qui sont des omnivores honteux: "je mange de la viande, mais si peu, tu sais..." Il questionne donc l'évolution qui a produit de tels clivages, comme l'impression que donnent les réseaux sociaux (mais pas la communauté scientifique!) que le rationnel n'est que présent chez les végés extrêmes.

Ce qui me fait doucement rire car on prend n'importe quel théoricien végane dès le matin pour le croquer en petit déjeuner: tous les arguments se démontent en trois coups de cuiller à pot. Ils ne sont écoutés que parce qu'on est devenus sourds à force d'angoisses mortifères, sourds au discernement et au bon sens. Rationnellement, rigoureusement, les arguments véganes sont des fétus de paille.

Sylvain nous fait ici un compte-rendu factuel des acteurs en présence sur les réseaux, en les catégorisant pour voir un peu clair. J'adore ses libellés comme "pôle cochonou" par exemple. C'est une visite incontournable pour quiconque essaie de voir un peu clair dans ce grand gloubiboulga informationnel qu'est devenu le monde végé. La grande confusion n'est pas seulement née d'un changement de paradigme civilisationnel en cours. Des petites mains ont aidé. Peu d'entre nous savent que depuis 2015 une véritable campagne médiatique est en cours, financée par diverses officines dont il sera question dans "Qui a machiné le boeuf bashing". Leur objectif: capter les milliards de dollars du budget de l'élevage et les détourner vers la viande cellulaire. Au passage, abolir l'élevage et les prairies d'ici 2035.

Et récupérer les terres - là, j'avoue qu'on entre dans les hypothèses, ce n'est plus documenté comme ce qui précède, mais je m'y risque: vu la bancarisation croissante de la nature (avec la bénédiction des béats de l'écologie, hélas!) et des territoires "à préserver", il y a gros à parier que ces terres "sauvées" seront en fait accaparées par les instances internationales. Dont plus personne n'ignore qu'elles sont noyautées par les multinationales. Multinationales qui vont encore plus jouer au petit Madoff avec les produits dérivés "autour de la nature". Tout en ayant promis sous couvert de jolis mots qu'ils faisaient tout pour préserver la biodiversité. Et le petit écolo de base se fait blouser dans les grandes largeurs.

Si l'on ne voit pas cette échéance, on ne comprend rien à la campagne médiatique qui a instrumentalisé les véganes (techno- ou namasté-) comme les idiots utiles à l"industrie 4.0. 

Y a pas de honte à avoir joué au chienchien à sa mémère, Sartre l'a bien fait avec le stalinisme... dont il fut un des idiots utiles.En alternative au sous-titre de Sylvain: "~ Petit guide de l’autodéfense omnivore ~", on pourrait imaginer "Petit guide de sauvegarde de l'élevage traditionnel et des petites exploitations" - ce qui en réalité ma motivation profonde à défendre ce dossier.

En complément de l'analyse de Sylvain, je rappellerai le concret, le vivant, le réel: lire "La destruction massive des femmes via… des bonnes intentions (Pensées sur la méditation et le végétarisme montrés comme unique voie de salut)" par Gabriella Tamas. Lorsqu'on découvre les désastres que les gourous véganes  provoquent chez tant de mangeurs en projetant sur eux leurs propres angoisses, on comprend que leur "éthique" a des limites...

Suite
Retour au blog