taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel
  

Dossier covid-19. Posture perso

10.42020 Page 1 du dossier "Le circus virule (ou ce que le covid-19 est venu nous dire"), début 2020. Sur mon compte perso https://www.facebook.com/taty.lauwers je publie chaque jour depuis la mi-mars ce que j’envisage comme mon «café du commerce» sur la crise actuelle. J'expose ici ma posture perso, en gros: "d'où je parle".

Répertoire "non-food" de ce site. Je mets ma casquette de Jiminy Cricket, comme pour le dossier à charge contre les Gafam. Je transfère certains des billets écrits en brouillon sur fb pendant le confinement.


Avis au lecteur, 30/11/2020: ce sont encore des billets collés les uns derrière les autres.

Les liens seront établis sous peu, pour un texte suivi.

Enigma, illu de couverture

30.11 J’ai enfin trouvé l’illu de couverture pour mon livre à venir «Le circus virule»: Enigma, d’Alfred Agache

De grands aplats, des angles, des tons tranchants: nous voilà dans la postmodernité qui nous pose question.

La dame tient dans la main droite un masque: l’a-t-elle ôté? va-t-elle le mettre? pour jouer quel rôle? dans quelle pièce?

Les pavots symbolisent l’oubli, l’amnésie qui nous guette si nous ne sommes pas vigilants à retenir ce que l’on a fait à l’homme ces dernières années.

Le teint de madame est clairement celui d’un fantôme, celui que l’avenir transhumaniste nous réserve.

J’aime que ce soit une femme, qui nous signale plein de sous-entendus par sa mimique. J’y vois «cause toujours, je ferai ce que je veux quand tu auras le dos tourné».

J’aime l’inspiration spirituelle dans l’incrustation en haut à gauche, qui serait la voie de sortie de ces angles, de ces aplats sans profondeur?

C’est un premier décodage, mais elle reste un mystère. On peut s’amuser, comme en kabbale, à produire de nouveaux décodages chaque semaine, sans se répéter.

Poème d’accompagnement du tableau original, par l'auteur (?)
Prêtresse de l’énigme et fille du mystère / Je garde sous le ciel les secrets qu’il veut faire / Et je sais l’avenir comme un fait accompli. / Mais j’ai fermé mon âme austère / Dans l’orgueil du silence et la paix de l’oubli.


Voir le tableau en très haute définition: https://mbarouen.fr/fr/oeuvres/enigme

 

Les questionneurs en nutri

Billets d’humeur à prendre comme tels, la seule différence avec le tabac du coin est que je m’exprime hors picole. Ma posture: je questionne ce qui nous est balancé comme évidences pendant cette crise.

Sur twitter je suis quelques pointures en nutri, que je vois partager la même attitude (au risque de volées de bois vert de la part de lecteurs qui trouillent tellement qu’ils n’acceptent pas une discussion ouverte).

Serait-ce un hasard qu’on soit si critiques? Meuh non! Dans notre boulot, voilà des années qu’on est confronté aux choix erronés, peu basés sur des preuves scientifiques, de nos gouvernants en matière de nutri. Voilà des années qu’on voit les mêmes experts-pitres pérorer sur des hypothèses, en les présentant comme des certitudes. Voilà des années qu’on voit les épidémiologistes se prendre les pieds dans le tapis. Normal, l’épidémiologie n’est que ça: un début de piste à partir d’hypothèses, que l’on tente de vérifier avec d’autres techniques. Ni plus, ni moins.

Nous avons pris de l’avance sur le commentateur lambda, on s’est musclé l’esprit critique et on a les outils pour vérifier/contrebalancer les discours. On n’est pas plus malins, on est partis avant d'autres qui auraient la même pensée latérale.

Ma casquette de pédagogue: il est temps de se reprendre

Une intention guide la plupart de mes billets dans ce dossier. Les GAFAMs, fb en tête, ont entrepris depuis 10 ans de raboter l’entendement de nos jeunots. Non pas de les décérébrer, mais de les a-culturer, les a-historiciser s’il faut trouver des termes simples pour qualifier le fait de les couper de toute référence culturelle ou historique. Je pense ici aux millenials et à la génération Z. C’est à l’évidence une stratégie, en particulier chez fb, que j’ai longuement explorée dans mon dossier sur mon site perso. Et dont je viens seulement de comprendre la finalité (suspens: explication sous peu).

J’imagine qu’ un de ces millenials ou Z-guys veut, en urgence, se rabibocher avec la culture, la politique, l’économie, la géo-stratégie. A la faveur de cette crise-ci, et pour pouvoir penser ce qu’il veut de notre «monde d’après. Mes pistes en vidéo ne sont que cela.

Les internautes déjà familiers avec ces sujets les connaissent, ou se contentent de lire des dossiers. Les plus de trente ans qui ne sont pas au courant, eh bien, que dire, je doute que je puisse les informer.

J’ai donc rédigé ces billets dans le même esprit que mon dossier janvier 2020 «»Rumeurs antiviande: légendes et réalités», série destinée aux parents et enseignants qui voudraient décontaminer nos ados de la propagande en cours, leur apprendre le bon sens et le discernement si utiles aujourd’hui, leur donner les outils pour se faire leur propre avis, informé.

 

Peur sociétale

mars 2020. Pour mes proches: j’ai plus peur de l’effet sociétal de cette pandémie, dans quelques mois, que du virus lui-même. En particulier je redoute l’effet psychologique que peuvent avoir ces prédictions en courbes graphiques séduisantes, qui ne sont que de la modélisation mathématique: des millions de morts, ça fait frémir! On nous a fait ce coup des modélisations avec la vache folle, SARS, H1N1... Flop récurrent. Certes, il y aura des morts, mais des millions? Soyons prudents et solidaires, confinons-nous. Cependant, protégeons-nous en même temps de ces adorateurs de l’équation. La vie est bien plus complexe.

Lire les pistes réunies par Bernard Bel, dont j’aime toujours l’esprit généreux ET critique - en particulier lire dans l’article après «discussion», les paragraphes du dr John PA Ioannidis, prof à Stanford, spécialiste des biais méthodologiques en épidémiologie. Mon pitch: quelle légitimité si l’on fait des modélisations sur des non-données? J’ajoute mon grain de sel: on surestime la puissance mathématique face au vivant.

Dr Deray. Coronavirus, attention danger, mais pas celui que vous croyez.

Depuis 30 ans, de mon observatoire hospitalier, j’ai vécu de nombreuses crises sanitaires, HIV, SRAS, MERS, résurgence de la tuberculose, bactéries multi-résistantes, nous les avons gérées dans le calme et très efficacement.

Aucune n’a donné lieu à la panique actuelle.

Je n’ai jamais vécu un tel degré d’inquiétude pour une maladie infectieuse et d’ailleurs pour aucune autre.

Et pourtant, Je ne suis pas inquiet quant aux conséquences médicales du Coronavirus. Rien dans les chiffres actuels sur la mortalité et la diffusion du virus ne justifie la panique mondiale sanitaire et surtout économique.

Les mesures prises sont adaptées et efficaces et elles permettront le contrôle de l’épidémie. C’est déjà le cas en Chine, foyer initial et de loin le plus important de cet agent infectieux, ou l’épidémie est en train de s’éteindre.

L’avenir proche dira si je me suis trompé.

Par contre,

• Je suis inquiet des vols de masques et que ceux nécessaires à la protection des personnels soignants et des personnes à risque, nos anciens et celles déjà malades, en particulier les patients immunodéprimés, soient distribués pour une efficacité nulle dans les aéroports, les cafés et les centres commerciaux.

• Je suis inquiet des vols de gels nettoyants.

• Je suis inquiet de ces rixes pour acheter du papier toilette et des boîtes de riz et de pates.

• Je suis inquiet de cette terreur qui conduit à faire des stocks obscènes de nourriture dans des pays où elle est disponible dans une abondance tout aussi obscène.

• Je suis inquiet pour nos anciens déjà seuls et qu’il ne faut plus ni voir ni toucher de peur de les tuer. Ils mourront plus vite mais « seulement « de solitude. Nous avions l’habitude de ne pas rendre visite à nos parents et grands-parents si nous avions la grippe, pas de les éviter « au cas où » et pour une durée indéterminée, ce n’est en rien différent pour le coronavirus

• Je suis inquiet que la santé ne devienne un objet de communication belliqueuse et de conflit comme un autre, alors qu’elle devrait être une cause ultime de lutte dans le rassemblement.

• Je suis inquiet que notre système de santé, déjà en grandes difficultés, soit prochainement débordé par un afflux de malades au moindre signe de syndrome grippal. Ce sont alors toutes les autres maladies que nous ne pourrons prendre en charge. Un infarctus du myocarde ou une appendicite ce sont toujours des urgences, un virus rarement.

La couverture médiatique sur le coronavirus est très anxiogène et elle participe à l’affolement de chacun.

Cela conduit aux théories du complot les plus folles du genre, « ils nous cachent quelque chose ». Rien n’est obscur, c’est impossible en médecine dans ce monde du numérique ou la connaissance scientifique est immédiate et sans filtre.

Le coronavirus ne tue (presque) que les organismes déjà fragiles.

Je suis inquiet que ce minuscule être vivant ne fasse que dévoiler les immenses fractures et fragilités de nos sociétés. Les morts qui se compteront alors par millions seront ceux de l’affrontement des individus dans l’indifférence totale de l’intérêt collectif.

Les pros de la nutrition versus la crise covid”.

A lire les échanges twitter autour du covid, chez les pros de la nutri, on voit clairement apparaître les différentes pensée du monde de la santé à la faveur de cette crise ; et on décèle clairement qu’ils ne se comprennent même pas les uns les autres : les préventionnistes et les pompiers.

Les premiers sont les partisans de la paléo, de la cuisine méditerranéenne, du LCHF, de l’hygiénisme, même, qui ne pensent qu’en termes de prévention. Ils proposent d’arrêter de jouer avec des allumettes. « Changez l’hygiène de vie (mouvement, oxygénation, tisanes , alimentation réformée; parfois sophrologie), vous augmenterez l’immunité, les défenses naturelles, vous pourrez demander au médecin de revoir les doses de médications et vous ferez face plus aisément aux crises éventuelles ».

Les seconds sont les pompiers: il faut éteindre le feu quand il est là. Ce type de médecine a une vision qu’on peut aimer, mais que je redoute : il faut éradiquer tout ce qui est dans mon chemin, tout ce qui fait ennemi, quitte à traiter d’ennemi un peu n’importe qui. Voir le raisonnement médical du consensus actuel : antibiotiques, bloqueurs de ceci, inhibiteurs de cela. On agit en fermant des voies métaboliques naturelles. On désertifie, dieu reconnaîtra les siens.

Je ne pense pas qu’on doive exposer clairement cette approche, on la vit tous les jours. En revanche, vous aurez peut être envie d’exposer à vos proches ce qu’est la prévention bien pensée.

Voici une exposition simple et imagée de l’approche des préventionnistes versus les pompiers. Greg Glassman, fondateur de la méthode de fitness Crossfit, adapte ici sa conférence classique à la crise actuelle. https://www.crossfit.com/essentials/chronic-disease-COVID. Traduction du descriptif de la vidéo, car ni sur crossfitcom ni sur YT je ne vois de sous-titres.

Les maladies chroniques comprennent des affections telles que l’obésité, les maladies cardiaques, le diabète, les accidents vasculaires cérébraux, l’hypertension et les maladies rénales. Les décès microbiens sont causés par des éléments comme le virus Ebola, le paludisme et le SRAS-CoV-2, le virus à l’origine de l’épidémie de COVID-19. La catégorie génétique comprend des conditions telles que Tay-Sachs et la fibrose kystique, des exemples cinétiques incluent les accidents de voiture et les chutes, et la catégorie toxique comprend les décès causés par du nerve gas, les morsures de serpents et le botulisme, par exemple.

Concernant la catégorie des maladies chroniques, Glassman note: «Cela représente environ 86% de nos dépenses médicales courantes, 80% des décès. « Les quatre autres catégories représentent 14% des dépenses et 20% des décès.

«La chose importante ici pour nous en tant que CrossFitters est que nous avons une solution de ce côté», dit Glassman (il pointe les maladies chroniques). «Et la solution ici est quoi? Quitte ton canapé et laisse tomber les glucides. «

NB Taty - quitter le canapé : OK, mais on peut faire plus doux que le crossfit, qui dérive de la pratique militaire.

« Laisse tomber les glucides » est une idéologie typiquement crossfit. On peut très bien se défendre en mangeant méditerranéen, un peu de tout, dont des farineux ; mais pas en mangeant de la camelote ni un excès de glucides raffinés hypermanufacturés. (…)

Tournant son attention vers la crise du COVID-19, Glassman explique: «Ce qui s’est passé, c’est que le virus du SRAS-CoV-2, qui est l’agent - le virus responsable du COVID-19, la maladie, s’est échappé du seau microbien et a atterri dans le seau des maladies chroniques et a essentiellement commencé un feu de poubelle avec une accélération de la mort, pour mélanger les métaphores. « Glassman attribue la puissance de la maladie aux comorbidités, à la présence simultanée d’une ou plusieurs maladies chroniques chez les patients atteints. «Je vois cela comme un décès par maladie chronique», dit-il. Conclusion: «CrossFit corrige. La médecine ne fait que babysitter. «

NB Taty. Comme créateur de la méthode, il a raison de prêcher pour sa chapelle. Disons que « la prévention bien menée » corrige cet état inflammatoire chronique ; alors que l’approche médicale standard éteint les feux.

Il est capital pour nous de trouver des façons concrètes et imagées, percutantes, qui permettent d'exposer à nos proches le principe de prévention. Ce dernier est absent à ce jour (fin mars) des articles de la presse officielle. On dirait que nous sommes victimes d'une maladie sans espoir de lutte individuelle (notre immunité naturelle) ou de médication efficace.

File pour faire

(écrit en plein confinement) J’aimerais tant être dans la file de droite, qui est mon choix habituel, mais quand on est au mitard?

Tant qu'on parle de files, j'ai adapté en français un cartoon assez connu. Je partage les billets de ce dossier pour les personnes qui privilégient la file de droite ici:

Non mais tu peux pppppas comprendre (ton ado)

Je n'ai aucun espoir d'être comprise en transmission livresque, j'ai 26 livres dans le dos et je vois bien le volume d'incompréhensions. C'est le format écriture qui veut cela. Je peux comparer avec les innombrables conférences et ateliers que j'ai donnés: le discours passe infiniment mieux en "live" - même si, et c'est bien humain, les concepts se placent dans un puzzle tout personnel, trahissant ainsi ce que j'ai formulé.

Je répète: j'ai annoncé dès le premier jour que je fais un dossier à charge, je pars d'une hypothèse et je cherche les pistes qui la confirment.

J'ai aussi une posture de vieille anarchiste (alias libertaire) et j'assume ce biais d'analyse. Aussi annoncé dès le départ.

Je n'écris pas pour être comprise, mais pour laisser des graines à ceux que cela peut aider dans leur volonté de comprendre le système. Que chacun se serve...

Etudier les coulisses

Si, profane, j’ai pu étudier si vite les liens profonds et subtils entre tous ces acteurs de l’imposture covid, c’est qu’à l’occasion de mon dossier #boeufemissaire j’avais pu investiguer les acteurs qui menaient la danse dans la symphonie «protégeons le climat», les mêmes que l’on retrouve ici, avec le même agenda.

NB. Le virus existe, l’épidémie existe. C’est le bastringue autour qui pue la manipulation de masse.

Je ressors une caricature que je gardais sous le coude pour le dossier #boeufemissaire, mais qui vient à point pour tous mes camarades qui sont encore dans le déni (enfin dans le déni de ce que je crois être une gigantesque imposture).

Mais oui toi aussi tu as raison

Historiette que je tiens du rabin Ouaknin - dont j’ai suivi les cours au Centre Laic juif de Bruxelles vers 2000 (?+-?). Pour penser tous les dossiers que je partage.

Un rabin doit trancher une dispute entre deux élèves.

Le premier raconte sa version.

«Vrai, tu as raison»

Le seconde narre la sienne.

«C’est clair, tu es dans ton droit»

Un élève: «Maître, cela ne peut être: ils ne peuvent tous les deux avoir raison»

Le rabin: «Mais oui, tu as aussi raison»

C’est avec Marc-Alain Ouaknin (en photo) que j’ai appris à retrouver les marges du texte et à lire aux éclats (titre d’un de ses livres).

Je l’écoute encore souvent sur https://www.franceculture.fr/emissions/talmudiques


 Page 2 ou voir la table des matières du dossier
Retour au blog "Articles"