taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel
  

La société technique folle ou la techno-hygiénocratie

Page 21 du dossier "Le circus virule (ou ce que le covid-19 est venu nous dire"), début 2020. Le délire technique de nos sociétés est dénoncé depuis longtemps par quantité d'analystes politiques. Le corona est venu lever le voile sur cette imposture et annoncer vers où l'humain se dirige s'il accepte de valider cette techno-hygiénocratie.

Répertoire "non-food" de ce site. Je mets ma casquette de Jiminy Cricket, comme pour le dossier à charge contre les Gafam. Je transfère certains des billets écrits en brouillon sur fb pendant le confinement.

Avis au lecteur, 30/11/2020: ce sont encore des billets collés les uns derrière les autres.

Les liens seront établis sous peu,

pour un texte suivi.

La Fabrique des Imposteurs

10.7.2020 Aujourd'hui, un petit tour chez Roland Gori, psychanalyste et professeur émérite de psychologie et de psychopathologie clinique à l'université Aix-Marseille. Un philosophe anarchiste (sans le chanter sur tous les toits), c'est assez rare aujourd'hui.

On glose autour des masques depuis quelques jours, puisqu’en Belgique nous devons désormais en porter un dans les lieux fermés publics. Je n’engage pas la discussion sur le choix d’un tissu plus qu’un autre, ou sur la justesse d’imposer cette norme ici et maintenant, en fin d’épidémie. J’invite les internautes à penser ceci : ce genre de décision technocratique à contre-courant du réel, absurde au possible, n’est que la manifestation d’une société dont nous avons accepté les principes technos, déshumanisés - principes adorés des néolibéraux qui ont les coudées franches depuis que le mur de Berlin s’est effondré.

Il n’y a plus personne pour contrer les tenants de l’Ecole de Chicago (Milton Friedman), école économique qui proposait de considérer l’humain comme du capital, à gérer comme du bétail, ni plus ni moins. C’est sur la base de ces principes, que l'on laisserait non questionnés, que les transhumanistes de la silicon valley, alias nos amis des gafam (nos nouveaux maîtres en réalité), arriveront à installer la dictature numérique qu’ils croient LA solution unique. Et qui, à mes yeux, vous l’aurez compris de mes multiples billets, constitue le véritable virus à craindre (normal pour une attaque venant de ces informaticiens délirants).

Pour comprendre en quoi nos élus semblent croire bien faire et ne s’interrogent absolument pas lorsqu’ils dictent aux citoyens ce qu’ils peuvent ou non faire (exemple avec l’indigne Charte des Seniors $$$$https://www.facebook.com/taty.lauwers/posts/3013779675358195 ), il faut d’abord démonter le mythe de la liberté dans nos sociétés occidentales. Nous fonctionnons par attribution de rôles, fonctionnels, par procédures quasi industrielles, qui permettent de ne plus penser. Les décideurs politiques font où on leur dit de faire, en gros, sans réfléchir et en imaginant que le citoyen ne veut pas non plus penser. Nous sommes dans un monde de la norme reine.

Sur ce point, c'est le psychanalyste Roland Gori, auteur de nombreux livres sur le sujet, qui nous aidera à penser. Il est l'un des initiateurs de l’Appel des Appels «Pour remettre l’humain au centre de la société»

Dans un de ses interviews, il cite Giorgio Agamben : « Le citoyen libre des sociétés démocratico-technologiques (les nôtres) est un être qui obéit sans cesse dans le geste même par lequel il donne un commandement ». Et il commente « Nous sommes pris dans une chaîne de production des comportements, dans un système qui nous assigne à des places, qui sont des places fonctionnelles et qui ne requièrent pas d’avoir à penser (c’est le lien avec la citation d’Agamben), qui ne requièrent pas d’avoir même un état d’âme. C’est le gros problème de nos sociétés… «

Ecouter 5 minutes seulement de la conférence où il présente son livre : « La Fabrique des Imposteurs” à l’université de Nantes, 2014 (à la minute 1h14): https://youtu.be/2FEtiA18lZU?t=4484 . Edifiant sur la prolétarisation symbolique de l’humain. Un monde technique est un monde déshumanisé, une société de termites.

Si ça se trouve, vous serez comme moi et vous ne pourrez pas lâcher, vous écouterez l’heure trois quart de conférence : sublime ! J’ai déjà dévoré son livre du même titre, je le dégusterai à l’aise une deuxième fois sous peu. Je vous en ferai un compte-rendu. Ce sera ardu, car j’ai déjà souligné au crayon la moitié du livre…

Si le discours de Roland Gori vous parle, voir aussi Schizophrénie fiction/réel et Technofascisme et Roland Gori

Pourquoi doit-on (hélas!) observer deux partis au sein du débat "masque ou pas"? C'est que tous les défenseurs de cette récente décision officielle me paraissent ne pas vouloir repenser ce monde technocratique. Tandis que les critiques me semblent questionner le discours politique néolibéral et cyberbéat. Même si on aime la juste mesure, difficile de se positionner entre les deux, cela me semble inconciliable. Le choix masque ou pas est un choix politique et non sanitaire. Pour moi, le corona est venu révéler, dévoiler des pans de notre société qu'il était confortable de ne pas voir. Désormais, on peut faire "comme si" on n'avait rien vu, mais les faits sont remontés à la surface. Il ne faut plus être un initié du regard latéral pour avoir observé les dérives.

Quand la modélisation remplace le réel

27.7 Pour comprendre ce que le corona est venu révéler, il est essentiel de revenir aux fondamentaux, de regarder en vue synthétique ce vers quoi notre société avance depuis des années.

Petite leçon de chose de mes années en «gestion d’interface utilisateur informatique», où j’ai appris à connaître le schéma mental des codeurs, dont nous devions rendre les idées géniales utilisables par le péquin, seul devant son PC.

Le monde hygiénotechnocratique actuel semble partager le même schéma que ces informaticiens.

Grosse moto: ils commencent leurs programmation en déclarant des variables, comme «le ciel est rouge et la fenêtre est en fait une assiette». Comme si on inventait un nouveau monde, où l’on peut assigner ce qu’on veut à n’importe quoi. Ensuite, ils manipulent les objets qui se meuvent dans leur espace rêvé. Au final: nous obtenons des applis formidables.

Cette particularité les rend spécialement aériens dans leur rapport au monde réel, habitués qu’ils sont à «déclarer leurs variables» de départ et à mouvoir des objets informatifs à leur guise

Depuis quelques années, on vit cela au quotidien. Cette année, on ne peut plus faire semblant de ne pas avoir vu: on déclare des variables, on meut les objets sociaux, sans un regard pour le réel. Mais on n’est pas en programmation, voyons. La Grande Panique de 2020 s’est installée autour d’une modélisation particulièrement foireuse, par le sinistre Ferguson. Les mesures sanitaires sont basées sur des chiffres détournés, des statistiques faussées. Les dernières sanctions sanitaires sont, elles, fondées sur l’illusion qu’on peut éradiquer un virus de rhume de notre environnement. A chaque fois: illusion, croyance que la projection mathématique égale le réel.

Chers amis, revenons au vivant, quittons cette technocratie délirante qui ne se meurt pas assez vite.

-> Lire sur les modélisations l’article de Jean-Pierre Nordmann, déjà cité ici (PDG d’un cabinet de conseil en santé et membre du comité de rédaction de Gestions Hospitalières): https://www.contrepoints.org/2020/06/11/373321-coronavirus-confinons-les-et-quils-se-taisent

«On aurait pu penser que les modélisateurs qui ont produit des simulations délirantes se tiendraient maintenant à carreau. Mais quand ils récidivent, il faut s’insurger. Leurs erreurs les rendent coupables d’une catastrophe dont ils tentent de s’absoudre en convoquant leur science invérifiée. À nous citoyens, à vous journalistes et politiques, de ne plus laisser faire ces fous.»

Bientôt des brigades sanitaires de la CNAM en France?

On se rapproche du projet du docteur Ryan de l’OMS: on viendra vous chercher par la force chez vous à la faveur du covid... (en gros, je reconnais que je caricature pcq ils m’énervent les OMS boys).

Lire https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/brigades-anti-coronavirus-l-ampleur-est-totalement-inedite-dit-le-directeur-la-cnam-7800475443

«Les médecins « devront alors «très rapidement pouvoir nous aider à ‘isoler’, les personnes contactées», précise le directeur général de la Cnam Les principaux concernés sont «d’abord la famille des personnes qui vivent sous le même toit que la personne malade».

Je suis la seule à trouver ce système bizarre? Si on m’isole ou si on s’en prend à ma famille parce que j’ai la maladie, je ne vais alors bien sûr pas consulter le médecin au premier symptôme, au risque qu’il me dénonce. On ne sait ce que veut dire «isoler» exactement. On a aussi vu depuis deux mois les dérives totalitaires. Le péquin ne se fiera donc pas à n’importe qui. Et risque de se refugier dans des pratiques abracadabrantesques de gourous qui, eux, ne jouent pas avec le système et ne les dénonceraient pas. Drolement contreproductif comme système, non?

Aussi ceci: «Par conséquent, «cela va être un travail d’interrogation du patient, pour qu’il puisse nous dire avec qui il a été en contact «à moins d’un mètre», ou pendant «au moins un quart d’heure». Le médecin généraliste qui passe en moyenne 10 minutes max’ par patient: on rigole ou quoi? Il n’aura pas le temps...

Et enfin: «Évidemment, s’il y a des masques, ça n’est pas la même chose. Il n’y a pas de risque», indique-t-il toutefois. « On revient à la magie des masques (voir anciens billets). Les masques ne servaient à rien, désormais ils sont la panacée.

Tout cela n’a plus aucun sens sanitaire pour le citoyen un peu informé. L’objectif est uniquement politique: installer des pistes de traçage.

Se soumettre à la norme et à l'autorité

Pour continuer sur le sujet de notre société délirant sur la norm: se soumettre à la norme commence par se soumettre à l'autorité, même quand elle agit de manière incohérente. Un phénomène psychosocial que l'équipe du professeur Jacques-Philippe Leyens a bien expliqué en 1986 en pratiquant un test sur la soumission à l'autorité :" imposer, de manière soutenue dans le temps, des mesures incohérentes, absurdes (le masque obligatoire maintenant, pas en avril) voire dégradantes sidère et rend davantage soumis que révolté... "

Ce test était une version adoucie de l'expérience de l'américain Milgram. "Il s'agit de faire recopier aux sujets de l'expérience des numéros de téléphone du bottin. Le chercheur passe au bout de chaque heure pour déchirer sous leurs yeux des numéros ainsi recopiés. Jusqu'où les sujets vont-il se soumettre à l'autorité?" <

Noter que, dans l'expérience, les sujets sont séparés de l'Autorité par une vitre, et séparés les uns des autres, ce qui a dû impacter sur le résultat.

On ne sortira donc jamais de la dialectique maître-esclave de Hegel?

Monologue du virus (Lundi matin)

Je peux ajouter sur un ton plus zadiste (mes affinités) un extrait d’édito du magazine libertaire lundimatin, parlant au nom du virus:

« Si vous n’aviez pas été aussi rapaces entre vous que vous l’avez été avec tout ce qui vit sur cette planète, vous auriez encore assez de lits, d’infirmières et de respirateurs pour survivre aux dégâts que je pratique dans vos poumons. Si vous ne stockiez vos vieux dans des mouroirs et vos valides dans des clapiers de béton armé, vous n’en seriez pas là. Si vous n’aviez pas changé toute l’étendue hier encore luxuriante, chaotique, infiniment peuplée du monde ou plutôt des mondes en un vaste désert pour la monoculture du Même et du Plus, je n’aurais pu m’élancer à la conquête planétaire de vos gorges. Si vous n’étiez presque tous devenus, d’un bout à l’autre du dernier siècle, de redondantes copies d’une seule et intenable forme de vie, vous ne vous prépareriez pas à mourir comme des mouches abandonnées dans l’eau de votre civilisation sucrée.»

Mon souhait qu’ils aient raison «je (le virus) suis venu mettre à l’arrêt la machine dont vous ne trouviez pas le frein d’urgence. Je suis venu suspendre le fonctionnement dont vous étiez les otages. «

Le pitch: «Ceci est un appel non au retour massif de la discipline, mais de l’attention. Non à la fin de toute insouciance, mais de toute négligence. Quelle autre façon me restait-il pour vous rappeler que le salut est dans chaque geste ? Que tout est dans l’infime.»

suite sur https://lundi.am/Monologue-du-virus

Cafouillage technocratique

Un nouvel exemple du cafouillage technocratique totalement déconnecté du réel. Je ne suis pas médecin mais je commente comme déviance de nos croyances: la foi pure et unique dans un test et une boîte de Petri relève plus de la religion que de la science moderne; cette foi met nos sociétés en danger, car elle fait perdre la vue d’ensemble et la réflexion de bon sens, si capitale dans le puzzle de l’homme pensant. Si l’on doit changer de paradigme, prenons celui-là en compte dans notre projet.

Source https://www.statnews.com/2020/06/08/viral-shedding-covid19-pcr-montreal-baby/. Aux States et au Canada (BE? je ne sais pas), un ex-malade du covid doit refaire le test PCR deux fois avant d’être considéré comme guéri et pouvoir travailler.

On se base sur des infos de Corée du Sud, où les chercheurs ont repéré des «re-positifs» au covid, malgré qu’ils étaient guéris. Le détail est dans l’article.

Mon commentaire. Primo, le test PCR repère des débris de virus aussi, qui restent dans les tissus après guérison. Il n’est plus nécessairement actif.

Secundo, la même équipe sud-coréenne a évalué la contamination de ces «re-positifs»: ils ont suivi 800 contacts des 285 repositifs. Aucun de ces 800 contacts n’a développé la maladie.

Ah! s’il y avait des magasins de bon sens, où l’on pourrait s’acheter une petite recharge! Pour ramener cette foi aveugle en la boîte de Petri vers le réel...

Déconfinement responsable

Déconfinement responsable? On n’en a pas besoin, vu que dans cette «coronoia», depuis le début, soit les chiffres sont faux soit ils sont inconnus. A ce stade j’écoute plus les Américains, chez qui les journalistes font leur boulot d’investigation: sur le terrain, avec recul, ce virus est loin d’être aussi dangereux qu’on le dit. Pourquoi déconfiner en étapes si déjà le confinement était une approche erronée?

Retenez bien ces noms pour, dès la libération, les plonger dans le goudron et les plumes: «»Marius Gilbert, Mathias Dewatripont, Michel Goldman, Eric Muraille et Jean-Philippe Platteau proposent une stratégie de déconfinement progressif en trois axes d’action complémentaires : le maintien de la distance sociale, la mise en place d’un dépistage massif et l’implémentation de procédures à large échelle.» (source: https://www.msn.com/fr-be/actualite/coronavirus-aussi-des-bonnes-nouvelles/des-chercheurs-de-lulb-et-de-lunamur-donnent-leur-plan-pour-un-%c2%abd%c3%a9confinement-responsable%c2%bb/ar-BB12CGBb)

Il faudra être testé pour pouvoir sortir. Mais chers gaillards on n’est pas des perdreaux de l’année. Primo, lors de quelle épidémie précédente, une telle stratégie de tests et de traçage a t elle été mise en place? Secundo, il est connu que ces tests sont peu fiables. Vous me testez positive (par erreur) et je dois rester enfermée?

Pourquoi goudron et plumes? Parce que cette gigantesque opération est un bonus $$$ pour les firmes pharma, et n’a aucun sens technique pour nous citoyens (qui avons probablement déjà atteint l’immunité nécessaire). Ne me rétorquez pas: ah mais les morts, vu qu’on sait aussi comment on compte les morts, pour nous faire avaler ces couleuvres. J’ai assez glosé là-dessus dans les derniers billets.

C’est pour les mêmes raisons que je m’opposerai, par voie légale s’il le faut, à une appli ou un bracelet électronique: aucun intérêt technique sanitaire dès lors que l’on a compris que la virulence est une invention médiatique, colportée par des statistiques faussées et des annonces gonflées. Accepter ces outils n’est que la marque d’une soumission volontaire à l’autorité. Vous aimez? Faites! Moi j’aime pô.

Applis/bracelets: voir l’article sur https://www.liberation.fr/debats/2020/04/10/le-contact-tracking-ou-la-generalisation-du-bracelet-electronique-pour-les-citoyens_1784826

Préparez aussi le goudron et les plumes pour ces deux «virologues» dont j’aimerais connaître les liens avec les firmes pharmaceutiques: «Les virologues Marc Van Ranst et Steven Van Gucht ont adressé un message aux Belges ce dimanche 12 avril. Tous deux ont dénoncé les attitudes trop laxistes observées ces derniers jours vis-à-vis des mesures de confinement visant à faire face à l’épidémie de coronavirus. Les actes de certains pourront avoir d’énormes conséquences à l’avenir, ont-ils averti. «

Ils ont du oublier le contenu de leurs cours d’univ: l’oxygénation au grand air, l’exercice physique, la vitamine D de nos petits rayons de soleil actuels sont essentiels pour l’immunité, càd pour NE PAS attraper ce «virus».

Ne nous laissons pas attraper par ces discours de kapos, lire https://www.lalibre.be/planete/sante/la-mise-en-garde-du-virolgoque-steven-van-gucht-si-nous-devenons-plus-laxistes-maintenant-nous-en-verrons-les-effets-dans-deux-semaines-5e9311e0d8ad581631f701e0

Les virologues Marc Van Ranst et Steven Van Gucht ont adressé un message aux Belges ce dimanche 12 avril. Tous deux ont dénoncé les attitudes trop laxistes observées ces derniers jours vis-à-vis des mesures de confinement visant à faire face à l’épidémie de coronavirus. Les actes de certains pourront avoir d’énormes conséquences à l’avenir, ont-ils averti.

“Certains comportements font que nous allons nous approcher d’un confinement du type de celui mis en place à Wuhan (NDLR: épicentre de l’épidémie en Chine), a regretté Marc Van Ranst sur Facebook. Dans ce cas-là, il ne sera plus autorisé de sortir pour faire du sport ou pour aller au travail.”

12/4 Encore une pour votre stock de goudron et de plumes: la présidente de la Commission européenne, qui a brillé par son evanescence pendant quelques semaines, sort pour jouer les garde-chiourmes: «sans vaccin, les personnes âgées confinées le seront encore plusieurs mois. Les contacts des personnes âgées avec leur environnement en Europe vont devoir rester limités jusqu’à au moins la fin de l’année en raison de l’épidémie de coronavirus, a mis en garde la présidente de la Commission européenne.» (source https://www.levif.be/actualite/europe/ursula-von-der-leyen-sans-vaccin-les-personnes-agees-confinees-le-seront-encore-plusieurs-mois/article-news-1276171.html ). Mais choupinette, je suis une personne âgée et je me refuse radicalement à être encore enfermée parce que tu ne réfléchis tout simplement pas. Je suis assez grande pour me protéger, voyons. Occupe-toi de ton brushing.

Je ne la supporte pas depuis le début de son mandat et je relaye presque uniquement pour le plaisir de partager avec tous cette photo, où elle ressemble à une poule de batterie qu’on a soudainement sorti de sa cage.

Si l’on voulait un avant-goût de ce que ce nouveau gouvernement mondial nous prépare, le voilà: absence quand c’est nécessaire et puis le bâton ensuite. Si vous vouliez vous faire élire, il faudrait une campagne un peu plus subtile.

NB aux primo-arrivants sur mon compte. Toujours lire mes billets au second degré. La dite présidente n'est qu'un totem pour ce qu'elle représente. Je n'ai rien contre elle en particulier. Je rêve européenne, mais je suis chagrinée de voir que ce machin est une technocratie néolibérale prolobbies. Avec tous les défauts. Je n'y vois que peu de qualités. Si on avait pu voter le référendum en Belgique en 92, j'aurais voté contre. Comme une majorité de Français, à qui on a imposé le traité malgré tout.

Vendre la panique pour vendre un vaccin: cherchez le pognon

Faut-il encore le souligner? Je m’y recolle, on ne sait jamais qu’on oublierait... Ceux qui vendent la panique sont les mêmes que ceux qui ont des intérêts à vous vendre un vaccin... La corruption est une des mamelles de l’hygiéno-techno-cratie qui nous pourrit la vie actuelle.

En image: les liens d’intérêt de nos «experts» belges. Via Livia Lai.

Staline, sors de ce corps!

Merci à Béatrice Gabriel pour l’article, que je renommerai: «Staline, sors de ce corps!» (signé par une fan du PTB pourtant)

Formidable qu’on ait des avis documentés, par des pros, comme Vincent Laborderie (ci-dessous), qui rejoignent les billets très argumentés de Caroline Vandermeeren, biologiste émérite, qui est sidérée du manque de compétences de Van Ranst & Cie. Je rappelle que, déjà en 2009, l’association des médecins avait demandé officiellement la démission de van Ranst tant son analyse était calamiteuse (source: https://m.nieuwsblad.be/cnt/dmf20091029_008). Faut-il en déduire que les déclarations staliniennes sont désirées par les citoyens? Qu’il croient ainsi trouver un bon petit père du peuple?

Je n’ai rien à dire du schéma mental de ce garçon, il est même cohérent: Staline pense goulag, c’est logique. Mais j’ai mon mot à dire quand les élus réunissent le conseil sur base de ses trépignements de gamin qui se la pète.

-> https://www.lalibre.be/debats/opinions/la-belgique-au-bord-d-une-deuxieme-vague-la-comparaison-choc-faite-par-marc-van-ranst-ne-tient-pas-la-route-5f16a8c5d8ad58621946a696

«Une opinion de Vincent Laborderie, maître de conférences à l’Institut d’études européennes de l’UCLouvain.

La deuxième vague serait à nos portes. Si elle a été maintes fois annoncée, cette fois ce devrait être la bonne selon Marc Van Ranst, le virologue star flamand. Celui-ci a fait très fort vendredi dernier. Développant tous ses talents de communicants durant la journée de vendredi, il a réussi à faire suffisamment peur pour provoquer une réunion en urgence du Comité de concertation ce dimanche.

Pour cela, il a usé d’une comparaison choc : nous avons aujourd’hui autant de nouvelles contaminations que le 12 mars, soit quelques jours avant le confinement. Avec un raccourci stupéfiant, il embraie sur un appel au reconfinement volontaire (...)

Quoi qu’il en soit, il semble qu’il faille urgemment se poser cette question capitale : la Belgique est-elle aujourd’hui capable d’identifier les clusters sur son territoire de manière suffisamment rapide pour les circonscrire ?

Si la réponse est négative, nous pourrions peut-être nous inspirer de ce qui se pratique chez nos voisins européens. «

Roger, roger, je répète: seule une analyse en haut vol, sociologique ou même quasi mythique, permet de comprendre l’emprise de tels pseudo-experts sur nos élus et sur les citoyens.

 

Confiance aveugle dans les chiffres

«tu as vuuuuuu les courbes en Angleterre, quelle horrrrreur?»

Ecouter les échanges vidéo entre l’investigateur d’Unherd et le professeur Carl Heneghan, directeur du Centre for Evidence Based Medicine de l’université d’Oxford, sur le sujet brûlant chez nos voisins : son équipe a relevé que les totaux quotidiens de décès de la santé publique anglaise annoncés aux médias incluent toute personne ayant déjà été testée positive pour le Covid-19 - même si elle s’est complètement rétablie. Comment encore se fier aux chiffres communiqués par les instances officielles ?

-> https://unherd.com/thepost/prof-carl-heneghan-can-we-trust-the-covid-19-death-numbers/

Traduction

«Le professeur Carl Heneghan est directeur du Centre for Evidence Based Medicine de l’université d’Oxford, et a porté une attention particulière aux statistiques de Covid-19. Dans un post hier soir, il a révélé un détail extraordinaire : les totaux quotidiens de décès de la santé publique anglaise annoncés aux médias incluent toute personne ayant déjà été testée positive pour le Covid-19 - même si elle s’est complètement rétablie."

Citations clés :

"Il y a eu une «confusion massive» sur les différentes données Covid entre les organismes de santé anglais. «Les chiffres de la santé publique anglaise sont environ le double de ceux de l’ONS parce que les services de santé publique signalent tous ceux qui ont eu un décès positif par Covidose dans le passé... Cela va devenir de plus en plus confus au cours de l’hiver prochain parce qu’il pourrait y avoir une nouvelle épidémie et de nouveaux décès tout en continuant à signaler les décès historiques... C’est un problème pour les épidémiologistes et les médias...»

Même un délai de 28 jours n’est toujours pas idéal pour obtenir des chiffres précis sur les décès car il y a «une cause immédiate et une cause sous-jacente... La cause immédiate signifie que vous avez eu une Covidose dans les 21 jours mais en dehors de cela, elle devient la cause sous-jacente - quelque chose qui a contribué à votre décès mais n’était pas une cause directe. Un délai de 21 jours serait utile car il permet de mieux comprendre cette distinction».

«Nous suivons les décès en surnombre, ce qui est l’information la plus précise sur ce qui se passe à ce moment-là, mais ne peut pas vous dire à quoi sont dus ces décès» (c’est-à-dire les personnes qui ne se manifestent pas par une crise cardiaque, etc.)

«Il y a une distinction importante entre les vies perdues et les années de vie perdues. L’une des choses que nous allons surveiller de très près au cours des six prochains mois est le nombre de personnes qui seraient réellement mortes dans les six prochains mois... C’est là que l’excès de décès compte vraiment. Si nous commençons à constater une tendance à la baisse significative au cours des prochains mois, nous commencerons à présenter des informations qui suggèrent qu’il y avait un groupe de personnes vulnérables dont la vie aurait été raccourcie par une infection respiratoire».

«Dans les médias, vous entendrez toujours parler de catastrophes et de leurs conséquences. Une des choses que nous remarquons, c’est que lorsque vous n’entendez rien, cela signifie généralement qu’il y a de bonnes nouvelles. Ainsi, quand la Suède semble s’aggraver, vous en entendez parler, mais quand elle n’est pas si mal, comme maintenant, vous ne le voyez pas répercuté dans les médias.»

Le gouvernement britannique a demandé, vendredi, un «examen urgent» de la manière dont sont comptabilisés les morts du coronavirus, après la publication de cette étude suggérant une possible surévaluation -> https://www.journaldemontreal.com/2020/07/17/covid-19--une-etude-souleve-une-possible-surestimation-du-nombre-de-morts-en-angleterre

Lire aussi le blog d’Heneghan et son collègue sur le sujet (16/7): -> https://www.cebm.net/covid-19/why-no-one-can-ever-recover-from-covid-19-in-england-a-statistical-anomaly/

Les chiffres faussés: voir aussi dès mi avril quelques analyses par des pointures, comme l’institut Koch en Allemagne (http://taty.be/articles/CVD_ministereverite200625.html#FM) ou le prof. Jay Bhattacharya (http://taty.be/articles/CVD_contrevoix200714.html#JB). Plus récemment: les maisons de retraite américaines dont on dénombre 8 morts par lit, quelle partouze!

Un discours anxiogène qui ne correspond pas avec la réalité

Un relais de Jorge Palma sur fb, dans le contexte «on n’oubliera pas». Toujours garder la vision pour l’historien du futur, qui documentera la Grande Panique de 2020.

... Rebond, seconde vague, contaminations en hausse, perte de contrôle, deuxième vague pire que la première, second choc, recrudescence, nous sommes comme en mars, inquiétant...

Ce sont certains des mots de la peur qui nous envahissent depuis quelques jours à travers des titres des médias alarmants et anxiogènes sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 et qui se corrèlent bien aux discours de nos gouvernants et des politiques, titres pourtant en contradiction flagrante avec la réalité des choses et avec le fait que, malgré quelques fluctuations dans l’un des postes, les indicateurs montrent que cette épidémie touche à sa fin.

Je remercie Caroline Vandermeeren, biochimiste, d’avoir mis à disposition des graphiques très parlants sur la réalité de la situation sanitaire, qu’elle a élaborés sur base des données officielles de Sciensano et que je joint ci-dessous. Ils montrent bien la contradiction pointée plus haut. Celle-ci est si flagrante que l’on a le droit de se poser la question sur le but inconnu de cette politique communicationnelle par la peur.

Remarque : le graphique relatif aux «positifs» aux tests, par jour, montre une hausse significative vers la mi-juillet. C’est de cette hausse-ci qui s’empare le pouvoir et la presse mainstream pour construire leur discours de la peur qui justifie la prise de mesures restrictives voire absurdes. Or, comme vous pourrez l’observer, cette hausse se limite à seulement cinq jours, période après laquelle la tendance à la baisse reprend son élan (ce qui ne signifie pas que cette ligne-ci ne puisse se mettre à fluctuer de nouveau).

D’autres motifs existent pour relativiser la portée de cette hausse, comme par exemple le fait que «positif» aux tests n’est pas synonyme de «malade» de la Covid-19. L’âge jeune de ces personnes positives, corrélé au fait que les taux des hospitalisations et des décès (qui sont les posts qui comptent car pas tributaires du nombre des tests effectués) restent bas, plaide pour la présence de nombreux porteurs sains et de nombreux porteurs asymptomatiques parmi ces «positifs». Raison de plus pour ne pas s’affoler avec ces données d’une portée limitée. (Dommage que Sciensano ne distingue pas «malades» et «asymptomatiques» dans sa base des données).

«La Belgique est au bord d’une deuxième vague», avait affirmé le virologue flamand Marc Van Ranst. «La comparaison choc faite par Marc Van Ranst ne tient pas la route», a rétorqué Vincent Laborderie, maître de conférences à l’Institut d’études européennes de l’UCLouvain, dans une carte blanche parue le mardi 21 dans La Libre Belgique.

J’inclus ci-dessous le lien vers cette publication pour estimer que Vincent Laborderie pointe bien et démonte cette contradiction entre ce discours anxiogène et la réalité bien plus sereine de la situation.

https://www.lalibre.be/debats/opinions/la-belgique-au-bord-d-une-deuxieme-vague-la-comparaison-choc-faite-par-marc-van-ranst-ne-tient-pas-la-route-5f16a8c5d8ad58621946a696?fbclid=IwAR384AhaVxPVBONvlz-fSHB-R4Wm7meRnuSzlXZPfj9GJ-XQ_IrJaQV2pG0

Quelques de titres de presse récents

▶️Coronavirus: le rebond des contaminations pourrait-il perturber la rentrée scolaire ? RTL Info, 23-07)

▶️Sciensano: «Ce n’est plus local, le virus se propage à nouveau dans la population» (Le Soir, 23-07)

▶️Coronavirus: les bourgmestres appelés à la rescousse pour éviter la seconde vague (Le Soir, 23-07)

▶️Coronavirus en Belgique: un pic de 370 infections ce lundi (Le Soir, 23-07)

▶️370 cas de Covid-19 diagnostiqués en un jour en Belgique (L’Echo, 23-07)

▶️Coronavirus en Belgique: la moyenne des contaminations toujours hausse (Belga, 23-07)

▶️Coronavirus en Belgique : «Nous nous attendons à ce que l’augmentation continue dans les prochains jours» (Boudewijn Catry, Sciensano, RTBF, 22-07)

▶️Le coronavirus rebondit en Belgique (Sud-Info, 23-07)

Coronavirus en Belgique: les autorités vont nous serrer la vis! (La Meuse, 23-07)

▶️Coronavirus en Belgique : avec 120 cas ce lundi, même lors du pic de l’épidémie, Anvers n’avait jamais été aussi touchée (RTBF, 23-07)

▶️Coronavirus en Belgique : «On ne contrôle pas suffisamment ce qui est en train de se passer» (Michel Goldman - ULB, 23-07)

▶️«Je m’attendais à des mesures fermes…» - virologue Marc Van Ranst - SudInfo, 23-07)

▶️Coronavirus: les bourgmestres appelés à la rescousse pour éviter la seconde vague (Le Soir, 23-07)

▶️Coronavirus: la deuxième vague serait pire que la première, selon deux chercheurs belges (Le Soir, 22-07)

▶️Coronavirus: le personnel hospitalier tiendra-t-il un second choc? (Le Soir, 22-07)

▶️Recrudescence de l’épidémie de coronavirus (La Libre, 22-07)

▶️Coronavirus: la deuxième vague, c’est l’histoire d’un super-contaminateur… (Le Soir, 21-07)

▶️Coronavirus: une seconde vague va-t-elle nous toucher? (La Libre, 20-07)

▶️Emmanuel André: «Je demande que l’évaluation actualisée du risque épidémique soit rendue publique» (Le Soir, 21-07)

▶️Ces communes sans cas de coronavirus depuis des semaines, malgré la hausse généralisée (L’Avenir)

▶️«Nous avons aujourd’hui autant de nouvelles contaminations que le 12 mars, soit quelques jours avant le confinement...» (Marc Van Rast, Twitter, 17-07)

▶️Marc Van Ranst tire la sonnette d’alarme : les chiffres «ne vont pas dans la bonne direction» (Le Vif, 13-07)

Illich et Elli Lilly

Plus jeune, j’avais deux maîtres: Jean Ziegler et Ivan Illich. Ecouter ce dernier en audio sur France culture (1972)

-> https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/rencontre-avec-ivan-illich-1ere-diffusion-12081972

Il était visionnaire sur la technicisation, la déshumanisation, y compris dans le monde médical. Il a parlé et écrit dans le vide, de toute évidence si on juge de notre Monde de la Norme Froide.

«L’école obligatoire, la scolarité prolongée, la course aux diplômes, autant de faux progrès qui consistent à produire des élèves dociles, prêts à consommer des programmes préparés par les «autorités» et à obéir aux institutions. Alors, comment la changer cette école ?»

Si l’on veut penser un autre monde, il faut remonter à la racine de la perversion de la société d’aujourd’hui et relire Jacques Ellul et Illich, pour les pionniers de la critique d’une techno-hygiénocratie (et plus) - ou Roland Gori pour une version plus récente.

Illich: je l’adore aussi pour sa cohérence - grand pourfendeur de l’hypermédicalisation, il a soigné son cancer (gorge je crois) avec des techniques alternatives, refusant les chimios si mes souvenirs sont bons. La tumeur a tenu longtemps, mais lui aussi! En souffrant, mais sans être diminué par le traitement.

J’admire cette cohérence, car en cas de crise nous sommes tous plutôt Elli Lilly qu’Illich par trouille de la douleur

(pour l’allitération: Elli Lilly est un grand labo pharma)

Pour l’anecdote, je le lisais alors mais je crois que je ne comprenais rien. Maintenant c’est plus clair ;) J’ai mieux pigé «Libres Enfants de Summerhill» lu à la même époque, plus pragmatique

La croyance en la force du chiffre ou la technohygiénocratie en marche

Poster trouvé chez Jean-Christophe Yu sur fb

 

Déresponsabiliser les fabricants de vaccin?

Aux States, depuis quelques années, les fabricants de vaccin ne sont pas responsables des accidents qu’entraînent les vaccinations. Dans les autres pays, c’est selon. Astra Zeneca annonce ici via Reuters qu’ils se sont vu accorder une protection contre les futures réclamations en matière de responsabilité du fait des produits liées à son vaccin COVID-19, dans «la plupart des pays avec lesquels ils ont conclu des accords d’approvisionnement» (sans vouloir nommer les pays).

source: https://www.reuters.com/article/us-astrazeneca-results-vaccine-liability-idUSKCN24V2EN

Très intéressant: ne pas nommer les pays, pour que ceux qui débourseront pour indemniser les pauvres gamins, càd les citoyens de ces pays, ne se lèvent pas pour s’opposer à un tel scandale?

Autre fait intéressant, je traduis: «C’est une situation unique où nous, en tant qu’entreprise, ne pouvons tout simplement pas prendre le risque si, dans quatre ans, le vaccin présente des effets secondaires», a déclaré à Reuters Ruud Dobber, membre de l’équipe dirigeante d’Astra.

Je résume: on vend au grand public la Venue du Vaccin Divin, en acceptant des tests bâclés en quelques mois, en sautant parfois des étapes, et en reconnaissant que les dégâts peuvent se produire sur et dans 4 ans?

Je répète ma phrase favorite: attendre ce vaccin avec tant de ferveur relève de la psychiatrie, et n’a rien à voir avec un consentement éclairé.

Senioricide par élus interposés

Que ferions-nous sans Monique et Michel Pinçon-Charlot ? Un peu d’infos pour les procès à venir: senioricide par élus interposés.

Je relaye un fil en 7 touittes, des époux Pinçon-Charlot. Une autre atteinte au sacré, qui est mon thème du jour : le traitement scandaleux de nos anciens.

Source : https://twitter.com/PINCON_CHARL0T/status/1290214715122020353

«Au pic de la crise, début avril, le nombre des personnes âgées de plus de 75 ans admises en service de réanimation chute brutalement. Nous passons de 25% en moyenne (à la même période, au cours des années précédentes) à 14% pendant la crise, et même à 6% en Ile de France.»

Ces statistiques ont été données par la Direction Générale de la Santé à Éric #Ciotti, député Les Républicains des Alpes-Maritimes, rapporteur de la Commission d’enquête parlementaire chargée d’évaluer la gestion et les conséquences de l’épidémie de Covid-19.

«Notre système déclare-t-il dans @lemondefr du 30 juillet, a bel et bien été débordé. On a réduit les chances des personnes âgées. Beaucoup auraient pu vraisemblablement être sauvées. C’est grave.»Au cours de la séance publique du 7 juillet qui auditionnait les représentants des organisations syndicales des personnels hospitaliers, ceux-ci ont confirmé sous serment que «des choix ont été faits : des patients âgés ne devaient pas aller en réanimation».

Ces patients ont alors été pris en charge à domicile ou à l’EPAHD dans le cadre d’un protocole spécifique Covid-19, avec injection de #Rivotril.

Deux des représentants syndicaux ont précisé que l’injection était réalisée dans le cadre d’un GIR (groupe d’intervention rapide) «avec des infuseurs rapides et non des seringues».

L’accès au #Rivotril a été facilité par le décret du 29 mars 2020 qui stipule que ce sédatif injectable réservé aux pharmacies hospitalières peut être, sous certaines conditions, accessible jusqu’au 15 avril 2020, dans les pharmacies d’officine. »

Rivotril et une forme d’euthanasie sans consentement… Triage des patients en hopital selon leur âge et leur « productivité » dans un environnement néolibéral… Discrimination des plus démunis….

En voilà des thèmes de réflexion.

Pendant l’accouchement: le port du masque

Sujet de la dissertation du jour: est-ce de la brutalité? ou carrément de la violence faite aux femmes? Voir le partage d'Isabelle Duchateau.

A lire aussi:

«La pandémie de covid-19 a aggravé les violences obstétricales lors des accouchements. Une enquête menée pendant la pandémie a mis en lumière une aggravation des violences faites aux femmes dans les maternités. Trois formes de violences se sont ajoutées aux violences obstétricales systémiques : l’interdiction du conjoint, l’obligation du port du masque et une augmentation des déclenchements. «

source:

-> https://blogs.mediapart.fr/marie-helene-lahaye/blog/030820/conjoint-interdit-masque-declenchement-lexplosion-des-violences-obstetricales

Je suis tellement enragée par des infos pareilles (plus que par toutes les autres, car il s’agit du sacré de la naissance) que je voudrais dire à tous ceux qui valident les mesures de la techno-hygiénocratie: vous êtes aussi coupables que ces médecins!

Le billet d’Isabelle Duchateau que je viens de relayer m’a mise dans une rage que je n’avais plus sentie depuis des mois (violence faite aux femmes et aux nouveaux-nés; négation totale du sacré de la naissance).

Le résultat que cela m’inspire est ceci. C’est provocateur et délibéré. Porteurs de masques qui validez ces mesures inutiles, toxiques et contraignantes sans raison -- car non protectrices, un comble! --, portez vos masques si vous aimez les pratiques maso. Ne les imposez pas aux autres.

 

On piétine le sacré

On peut être libertaire dans l’âme comme moi et concevoir que le sacré est essentiel au sein de nos sociétés. La manifestation peut être irritante quand elle est de la religiosité déconnectée des fondements de ce qui nous relie, êtres humains, à la Vie en général, mais le fond du sujet m’importe: le sacré est crucial.

J’ai vu les incendies des cathédrales françaises comme une mise en garde du destin: gare à notre sacré! Il doit y avoir eu des analyses similaires dans la presse. Je ne crois pas qu’un péquin a voulu nous prévenir, j’ose mentionner «destin».

La dystopie numérique ne peut s’installer que sur la disparition de tout ce qu’il y a de sacré chez l’humain et entre les humains. Je pense «capital humain», à tracer comme du bétail; personnel d’entreprise interchageable, malléable, corvéable à merci toujours comme du bétail; usines à bébés en Ukraine, location des matrices comme... du bétail; etc. etc. Vous connaissez la litanie.

Je prendrai en illustration la dernière «revue de presse» de l’ami Combaz, en vidéo. Il s’exprime aussi bien qu’il écrit. Ce numéro est dévoué au sacré. -> https://www.youtube.com/watch?v=t5ydGFQtJXQ

 

Svp svp svp ne m’écrivez pas pour la énième fois que je relaye des sources de droite. Primo Combaz me semble un tout bel anarchiste. Secundo, nous sommes désormais au-delà du bien et du mal, de la gauche et de la droite.

J’ai en effet relayé des sources clairement marquées à droite. Il se fait que ces canaux semblent les seuls courageux du moment, à porter une parole critique.

J’ai par exemple relayé la vidéo de la généticienne il y a 2 jours, publiée sur TV liberté.

Et vous me «la démontez» parce qu’elle vient de droite? Mais vous avez quel âge? Vous avez écoutée cette dame? Vous donne-t-elle l’impression qu’elle est extrêmiste? de droite? Non, vous n’avez pas écouté, vous balayez par facilité, chers amis. Et par conformose. Vous me semblez réagir comme des petits enfants apeurés, ma parole.

--- «Oui, mais je suis heurté par leurs propos».

A quoi je réponds:

--- «je suis une femme et certains de leurs discours sont très misogynes et blessants; je suis philosémite, or ils sont souvent antisémites primaires. Mais on peut faire le tri, non?»

On dirait que la seule réflexion est désormais réactive, émotionnelle: «je suis heurtée» - discours que j’ai lu et entendu moult fois parmi les véganes, lors de précédents dossiers. Désormais, cela prend comme un feu de forêt chez tant d’internautes? Adieu, l’intelligence collective!

Des enfants en quarantaine de leurs parents?

Je relaye avec traduction (source: https://www.telegraaf.nl/nieuws/1340352104/corona-kids-mogelijk-uit-huis-geplaatst-in-duitsland)

C’est à peine choquant pour qui connaît ce que peut faire la «police du vaccin» en France, par exemple. Menaces, brutalités, rien ne les arrête.

Résumé de l’article du Telegraaf (source sérieuse):

«Les enfants diagnostiqués corona seront peut-être placés hors de chez eux en Allemagne

Les enfants allemands qui ont contracté le coronavirus ou qui ont joué avec un petit ami infecté doivent être séparés de leurs parents dans leur propre maison. L’enfant infecté reste dans un espace confiné, ne fait rien avec les membres de sa famille et prend tous ses repas seul. C’est ce que demandent les autorités locales. «Violence psychologique», juge l’Association pour la protection de l’enfance. Si les parents refusent, ils sont menacés de se voir retirer leur enfant.»

Je ne partage pas ceci pour nourrir la rage des internautes, mais pour dévoiler des faits connus mais peu médiatisés et qui, désormais, s’affichent au grand jour.

La crise corona ne permet plus qu’on fasse semblant de ne pas voir ce qui était latent: la médicocratie française via leurs ARS (agences régionales de santé) et leur police des vaccins terrorisante. Sur les ARS il faut écouter Nicole Delépine, cancérologue pédiatrique: vers +- 1990 (? vérifier), les ARS ont imposé les traitements, le médecin n’en avait plus le choix. Dès cette date, Delépine ne voyait plus d’effet thérapeutique comme elle en avait auparavant. Ils forcent une forme d’expérimentation sur enfants, sur grande échelle.

Je collecte ces exemples pour répondre à ceux qui me disent exagérer lorsque je mentionne «dictature médicale». J’en ferai un billet.

Je reprendrai aussi dans ce contexte la proposition du médecin OMS Ryan, relayée ici en avril, càd «il faut que l’on puisse venir chez eux saisir les gens ou enfants malades du corona «pour protéger leurs proches». La reine Elisabeth, relais comm’ de l’OMS, avait à l’époque fait une apparition pour nous rappeler qu’ainsi nous protégerions nos enfants...

On peut pratiquer le déni, mais je suis peu douée. En revanche j’ai une bonne mémoire et je n’oublie pas les petits tests médiatiques comme celui de Ryan doublé de la mère Liz.

Combat personnel d’un de nos experts apocalyptiques

Via Caroline Vandermeeren, docteur en biotechno, je copie vu que fb refuse que je partage, par deux fois (original : https://www.facebook.com/carovdm/posts/10163939148345058).

aout 2020

«Je vais leur écrire moi, à ces journaleux.

https://www.moustique.be/…/qui-veut-la-peau-de-marc-van-ran…

Parce que je ne suis d’aucun extrême, mais je pense tout de même qu’on ferait bien de le mettre un peu en quarantaine politique, ce Marc Van Ranst.

Un homme qui commence à faire un combat personnel de réussir à imposer son avis alors que ses homologues sont ouvertement d’opinion opposée, ce n’est pas un homme à mettre dans (et surtout pas à la tête de) un groupe de conseil de crise...et là il est dans au moins 4*!

Et pour moi qui travaille avec des entreprises à mettre en place des processus et règles qui fonctionnent et qui sont comprises/respectées, quand je lis ce genre de chose, je sais pourquoi je souhaite qu’il dégage de l’horizon médiatique:

“Je sais que des gens ne respectent pas ces règles. Mais même ceux-là seront un peu plus prudents et restrictifs dans leurs contacts sociaux. Donc, ça a l’air de marcher.”

https://www.lalibre.be/…/selon-marc-van-ranst-il-y-a-un-con…

Donc, on renforce les règles en sachant que personne ne va les respecter mais comme ça on a l’effet voulu (c’est à dire celui qu’on aurait avec des règles plus souples que les mêmes personnes respecteraient).

Je lui botterais le cul si j’en avais la possibilité.

Heureusement qu’il ne travaille pas dans l’industrie, avec des raisonnements comme ça, c’est fermeture assurée.

Pas besoin d’être «complotiste» pour se rendre compte que quelqu’un qui Twitte des choses aussi arrogantes et mesquines n’a rien à faire dans le conseil officiel de l’Etat.

* pour rappel, Marc Van Ranst:

1/ participe au groupe CelEval

2/ participe au groupe RAG

3/ préside le GEES

4/ et donc le représente au CNS

(et ce n’est probablement pas tous)»

Les maîtres ultimes des horloges sont les virologues

Lire ou écouter l’analyse comparative de notre situation avec celle de l’URSS de ses plus beaux jours, par Josef Schovanec à la RTB le 29 juillet: «Les maîtres ultimes des horloges sont les virologues»

J’ai reçu le texte par courriel, mais on peut

* le lire en clair sur le site la RTB: $$$$https://www.rtbf.be/…/article_josef-schovanec-les-maitres-u…

* ou écouter (sur inscription) son billet radio: $$$$xxx https://www.rtbf.be/auvio/detail_la-bulle-de-josef…

«De nos jours, les gens ne connaissent plus l’Union soviétique, et c’est fort dommage. En URSS, entre autres spécificités, il y avait certes un appareil fédéral d’État comme on le connaît en occident, mais à côté de cela il y avait des instances du Parti, tels que le fameux Politburo.

Les décisions importantes se prenaient bien sûr au sein du Politburo, l’appareil fédéral d’État se contentant de les entériner. Pour entrer au Politburo, il fallait avoir, du moins en principe, une expertise de la doctrine scientifique du marxisme-léninisme. A noter que le système politique iranien est fort similaire, avec cette fois un comité d’experts en sciences islamiques.

De nos jours, en occident, la doctrine scientifique qui fixe les décisions importantes est la virologie. Un petit groupe d’experts, les virologues, réunis dans un cénacle clos, ont le rôle dirigeant.

La semaine dernière, en Belgique, quelques mutations ont parachevé le système : l’affaire Jambon d’il y a quelques jours a montré que désormais un homme politique ne pouvait plus citer sans leur permission des virologues.

Par ailleurs, les changements d’agenda CNS montrent que désormais les maîtres ultimes des horloges sont les virologues.

Et comme naguère, le premier ministre en tant que porte-parole du politburo.

Un parallèle entre l’Union soviétique et notre société d’aujourd’hui pour réfléchir à l’avenir

Les discours convergent aussi. Les slogans que l’on entend en boucle, tels que « le virus ne part pas en vacances « ou le virus n’en a que faire du droit de l’hommisme et les injonctions à la vigilance jour et nuit sont proches par leur structure des fameux mots d’ordre soviétiques tirés des œuvres scientifiques de Lénine, tels que « l’ennemi ne dort pas «. On l’oublie souvent, mais en Union soviétique, on n’empêchait pas les gens de voyager à l’extérieur car le régime serait méchant, mais car l’ennemi impérialiste était là, prêt à bondir et à contaminer les inconscients. C’est pour cela qu’il fallait avoir un permis de sortie spécial vers les pays non-rouges. Toute similarité est naturellement due au hasard.

Alors, pourquoi ce parallèle ? Pour réfléchir à l’avenir.

Actuellement, tout se passe dans l’urgence, avec une visibilité de quelques jours tout au plus. Nul ne pense à long terme. Pourtant, le schéma viro-politique en place est désormais là pour des années, sinon des décennies. Cela pose des questions majeures.

Premièrement, en termes de démocratie : quel sens ont des élections, le fait de voter, si tous les partis présents suivent, sur les points importants, les injonctions de la même instance ? La démocratie consiste t elle à choisir uniquement la couleur de la façade de la maison communale et fermer sa gueule sur le reste ?

Deuxièmement, en termes de ravages psychologiques. Dans un tel schéma, le développement de tendances nihilistes et violentes est inévitable. L’être humain ne peut biologiquement pas vivre de manière durable aux aguets. Je n’aimerais pas être virologue dans deux ou trois ans, quand la colère populaire grondera et lorsque les virologues devront se terrer dans leur bunker.

Que que ferons nous quand une jeune femme s’immolera par le feu, façon Palach ? Faudra-t-il une loi punissant de dix ans de camp de travail à Anvers ceux qui banaliseront le virus ou ne se mettront pas à genoux devant les virologues ?

Un peu de littérature pour finir. Un grand classique de la littérature tchèque, l’un de ces livres que l’on apprend à l’école, s’appelle la Maladie blanche, de Capek. Ecrit dans les années de montée de l’hitlérisme, le nazisme y est décrit comme une maladie blanche, qui se propage et bloque peu à peu les sociétés. Avec l’idée que le nazisme avait été avant tout porté par les scientifiques, médecins notamment. Le basculement peut être bien plus rapide qu’on ne le croit, y compris dans des pays qui, comme l’ancienne Tchécoslovaquie, sont profondément démocratiques. Songeons-y en mettant un masque sur notre bouche.»

Métaphore de l’ingénieur et de l’élu

via Luc Liebecq, 29 juillet 2020

Un homme, dans la nacelle d’une montgolfière, ne sait plus très bien où il se trouve. Il descend et aperçoit une femme au sol. Il descend encore plus bas et l’interpelle :

- « Excusez-moi, ma p’tite dame, pouvez-vous m’aider, je ne sais plus où je me trouve et j’ai promis à un ami de le rejoindre à midi ? »

La femme lui répond :

- « Vous êtes dans la nacelle d’un ballon à air chaud, à environ 10 m du sol. Vous vous trouvez exactement à 49°, 28’ et 11’’ nord et 8°, 25’ et 23’’ est. »

- « Vous devez être ingénieur », dit l’homme

- « Je le suis, en effet, lui répond la femme, mais comment avez-vous deviné ? »

- « Eh bien, dit-il, tout ce que vous m’avez dit a l’air techniquement parfaitement correct, mais je n’ai pas la moindre idée de ce que je peux faire de vos informations, et, en fait, je ne sais toujours pas où je me trouve. Pour parler ouvertement, vous ne m’avez été d’aucune aide. Pire, vous avez encore retardé mon voyage ».

La femme lui répond :

- « Vous devez être un homme politique ».

- « Oui, dit-il, comment avez-vous deviné ? »

- « Eh bien, dit la femme, vous ne savez ni où vous êtes, ni où vous allez. Vous avez atteint votre position actuelle en chauffant et en brassant une énorme quantité d’air. Vous avez fait une promesse sans avoir la moindre idée de comment vous pourriez la tenir et vous comptez maintenant sur les gens situés en dessous de vous pour qu’ils résolvent votre problème. Votre situation avant et après notre rencontre n’a pas changé mais comme par hasard, c’est moi maintenant qui, à vos yeux, en suis responsable »

Port obligatoire du masque partout via Michel Rosenzweig

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1130210750705962&id=100011511421195

Port obligatoire du masque partout, en intérieur comme en extérieur, distance physique, bulle sociale familiale limitée à 5 personnes, obligation de donner ses coordonnées pour consommer, déplacements restreints, mais pas suffisant encore.

Prochaine étape? Couvre-feu? Quartiers en zone rouge? Et après? Ce régime sanitaire d’exception est en roue libre et personne pour l’arrêter. Chaque jour les conditions de vie deviennent de plus en plus difficiles, contraignantes, liberticides, anxiogènes, autoritaires.

Ce n’est plus une épidémie de coronavirus mais bien une épidémie de délires biopolitiques sanitaires hygiénistes sans aucun fondement scientifique sérieux.

Mets le masque, on en finira plus vite

via Monique Oger : «Les autorités fédérales ont lancé leur dernière campagne de «sensibilisation» au respect des mesures destinées à lutter contre le Covid-19.

QUELLE INDÉCENCE après les mesures inadaptées voire mortifères que les dites autorités fédérales ont prises à l’égard des personnes âgées pendant le confinement !»

Ma réaction: j’ai entendu hier en radio ce nouvel argument aussi. «Allez, mettez les masques, ainsi on en aura fini avec l’épidémie et on pourra s’embrasser».

Fumisterie! Le but très probable est de continuer l’empire des masques et des distanciations, si l’on suit bien les stratégies des transhumanistes et du forum économique. Mettez le masque ou pas: rien ne changera, les mesures perdureront.

Mon comité d’experts perso

Si l’on veut encore pouvoir penser la situation actuelle autour de «la» maladie (puisqu’on ne peut plus dire son nom, au prix d’être empêché d’être partagé par l’ami fb...), il faut choisir les experts qui dépassionnent le débat, exposent des chiffres, des faits .... et des doutes! Ainsi on peut véritablement faire un travail d’honnête homme et trouver sa juste place dans la cacophonie actuelle.

Mon comité d’experts comprend le professeur Raoult.

Hier il décodait en vidéo «Ce que nous apprennent les données de mortalité»

J’ai fait des copies d’écran, que je commenterai dès que j’ai plus que 5 minutes. Ce sera utile pour ceux qui n’aiment pas plus les vidéos que moi.

Si quelqu’un le fait pour moi entre-temps, j’accueille et remercie!

-> https://www.youtube.com/watch?v=jkLtPq5-e_k$$$

NB. J’aime assez qu’il parle en fin de vidéo de folie, il n’y a pas d’autre terme pour qualifier l’hallucination collective que nous vivons depuis six mois (http://taty.be/articles/CVD_hallucin2000701.html).

Que dirons-nous a nos enfants ?

via Marc Amblard, fb, août 2020

QUE DIRONS-NOUS A NOS ENFANTS ?

Quand on découvrira plus tard que la mortalité de l’année 2020 n’a pas été notablement plus élevée que les autres années,

Que néanmoins, nous avons accepté d’être assignés à résidence,

Qu’on nous a interdit de visiter nos aïeux qui se mourraient en silence et dans la solitude,

Qu’on a laissé le commerce de proximité et les petites entreprises se faire massacrer par un état d’urgence meurtrier,

Qu’on a tué l’économie, des millions d’actifs basculant dans le chômage et la pauvreté,

Qu’on a moins écouté la voix des scientifiques de renom que celles de journalistes incompétents et médecins corrompus,

Qu’on a interdit le seul traitement efficace contre le virus après 70 ans de bons et loyaux services,

Qu’on nous imposa sans grande résistance de masquer nos visages nous privant d’interagir avec nos pairs en dissimulant nos expressions,

Qu’on nous obligea à garder nos distances et qu’on fit tout pour empêcher les réunions familiales, amicales, culturelles,

Bref qu’on a ôté à l’existence ce qui fait le bonheur d’être ensemble et d’aimer son prochain,

Bien des années plus tard, que dirons-nous alors à nos enfants et petits-enfants ?

Une minorité répondra qu’elle s’est battue, qu’elle manifesta, qu’elle résista, qu’elle cria pour stopper ces fous. Mais que dira la majorité ? Elle baissera probablement les yeux et restera muette. J’espère alors que la honte l’envahira parce qu’elle aura été complice du plus grand scandale de tous les temps.

Vaccins: autre formulation autour du même sujet

Charlie Le Paige sur fb août 2020

·

Le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière.

Voilà ce que veut l’industrie pharmaceutique.

1) l’UE et les gouvernements leur donnent des milliards pour pré-financer les recherches et acheter déjà des centaines de milliers de doses à l’avance sans même savoir si le vaccin sera efficace.

2) Une fois que le vaccin sera développé, les firmes auront le brevet et pourront mettre le prix qu’elles voudront pour les livraisons suivantes.

3) Elles veulent en plus obtenir l’immunité de toute plainte légale, au cas où le vaccin devait finalement montrer des effets secondaires nocifs après un certain temps. Ce sont les Etats qui seront responsables.

Tous les (gigantesques) profits seraient pour l’industrie pharmaceutique, tandis que tous les risques sont pour la collectivité. Les différentes ministres de la santé en Belgique semblent prêts à accepter cela et pourraient signer déjà un contrat pour le vaccin Astrazeneca. Inacceptable. Au lieu de continuer à se mettre à genoux devant les firmes pharma, il est temps que les gouvernements prennent les mesures nécessaires pour que les médicaments soient un bien public, et que la santé passe avant le profit!

Michel Rosenzweig sur le vaccin obligatoire pour tous

Je partage pour la formulation par l’auteur, j’aime ce type de langage. Je partage surtout pour cette merveille statue...

Mais quelle super bonne idée se disent tous les hygiénistes thanatophobes hypocondriaques altruistes culpabilisants donneurs de leçon, en voilà une idée qu’elle est bonne se disent-ils, on pourra enfin revivre normalement et il suffit d’attendre avec un masque et d’autres mesures barrière.

Sauf que ces gens ne pensent pas plus loin que le bout de leur hippocampe grippé par l’épidémie de propagande sanitaire totalitaire et que contrairement à ce qu’ils profèrent, ce sont eux les vrais égoïstes.

Eh oui, si le vaccin voit un jour le jour et si il est rendu obligatoire comme celui de la poliomyélite, seul vaccin légalement obligatoire en Belgique, il sera impossible de vivre sans ce vaccin tout simplement car tout lui sera subordonné : compte bancaire, travail, soins de santé, déplacement, achats, sport, etc.

Vous serez donc déconnecté, exclu, banni, pestiféré.

Une bien belle conception de la société les adhérents inconditionnels au masque qui continuent à dire que ce n’est qu’un bout de tissu.

Questions fondamentales avec Michel Rosenzweig

août 2020

Il y a des questions fondamentales que toute personne encore saine d’esprit devrait se poser:

- Pour quelles obscures raisons interdit-on avec force et violence le seul traitement connu du Covid-19 au profit d’un hypothétique vaccin pour une maladie qui est du même ordre épidémiologique que celui de la grippe saisonnière ?

- Pour quelles obscures raisons paralyse t-on toute une société et une économie pour une mauvaise affection pulmonaire, si sévère a t-elle pu être en très peu de temps pour les personnes les plus fragiles?

- Pour quelles raisons impérieuses enferme t-on chaque individu dans une bulle prétendument aseptisée avec un masque permanent en l’empêchant de nouer des liens et des relations avec les autres et en le séparant de ses proches?

- Quel est ce soit-disant danger mortel contre lequel nos gouvernements prétendent devoir nous protéger en attendant un vaccin sans lequel nous ne pourrions pas vivre naturellement et normalement, comme si nous étions totalement dépourvus de tout potentiel immunitaire?

- Est-on face à un péril mortel pour l’espèce humaine?

- Pourquoi nous bassine -t-on les oreilles H24 avec le mot «vaccin»?

- Pourquoi sommes nous inexorablement assignés à durée indéterminée à un sédentarisme et à un isolement de plus en plus contraignant et contrôlé?

Au nom de quoi exactement?

La bienveillance supposée de ceux qui nous gouvernent me semble de plus en plus suspecte et mon degré d’adaptation à ce contexte sociopolitique de plus en plus malsain et délétère se réduit comme une peau de chagrin d’heure en heure.

© Michel Rosenzweig

Infantilisation des citoyens

La directrice de superette qu’est notre PM, apte à gérer des flux économiques mais pas des crises, se révèle aussi une instit’ hors pair, je veux dire hors pair pour le XIXè siècle d’avant Dolto. Menaces, menaces: attention je vais punir!

Un de ses amis peut-il lui dire, gentiment, doucement, qu’elle est du plus haut ridicule à ce poste? Complexe de Peter à fond. Il n’y a pas de honte à démissionner, quand on se sent inapte. Qu’elle ne se culpabilise pas, j’en ai autant dans mon petit sac à fiel pour Pinocchio chez nos voisins français.

Illustration:

«La Première ministre Sophie Wilmès a ensuite pris la parole lors d’une conférence de presse. Entourée des ministre-présidents des différentes régions du pays, elle a annoncé une série d’assouplissements en termes de culture mais aussi pour faire les magasins : «Les mesures mises en place en août semblent être efficaces. La transmission a désormais commencé à diminuer. Mais le virus circule toujours. Aucune mesure ne pourra totalement le supprimer. Nous avons besoin d’un vaccin. A nous d’apprendre à vivre avec ce virus. Mais nous devons éviter d’arriver à un point de rupture où les mesures devraient être fortement renforcées.»

NB. J’adore la photo: notre grande Sophie semble elle-même terrorisée par ses propres annonces.

NB2. A discuter en direct avec des copains, je vois bien que la dame inspire du «mais je l’aime bien, moi» (sans autre argumentation). Elle dégage en effet un petit air de gamine qui en veut, qui se bat contre quelque chose, qui peut émouvoir. Mais je n’attends pas de mes gouvernants qu’ils m’émeuvent, voyons! J’attends d’eux les bonnes décisions. Or, depuis les 15 mars, on se demande quelle mauvaise décision ils n’ont pas prise (selon le titre du dernier livre du professeur Perronne).

source: https://www.rtbf.be/info/societe/detail_conseil-national-de-securite-maintien-de-la-bulle-de-cinq-retour-de-la-semaine-de-cinq-jours-a-l-ecole-shopping-a-deux-decouvrez-les-mesures-annoncees?id=10565498&utm_source=rtbfinfo&utm_campaign=social_share&utm_medium=fb_share

 

L’industrialisation systématique de tout le vivant ou le credo du néocapitalisme kamikaze»

Mon refrain: on ne peut agir que si l’on comprend les enjeux d’une crise systémique telle qu’on la vit, sans se focaliser sur des personnes mais en ciblant les rouages et l’entraînement de ceux-ci.

C’est le jour Fouché. Je copie son look (https://www.facebook.com/taty.lauwers/posts/3526647947404696), j’aimerais atteindre sa capacité à analyser jusqu’à l’os, à produire un audit si équanime et lucide de ce que la volonté de mettre le vivant en chiffres fait à l’homme. Au plan politique, symbolique, psychologique et sociologique. Magistral!

Ecouter chez Fabien Moine:

«(...) comment est organisée la société moderne libérale, la lecture par les chiffres et les statistiques, l’hyper informatisation et la gestion de l’humain par des protocoles».

Où l’on comprend que notre société moderne hyperinvestit la remédiation technique en évacuant l’ancienne remédiation sociale et symbolique des souffrances naturelles à l’humain et au groupe.

Où l’on comprend (+-min 17) que la disruption à la macron est l’outil idéal pour circuiter systématiquement la capacité à penser le monde. «Vous devenez alors un agent au service de ceux qui savent ce qu’ils veulent (la technostructure)».

Où l’on comprend ce qu’est la protension collective positive à la Stiegler, qui, disparue, ne donne plus lieu qu’à des ressentis collectifs négatifs: nous allons tous mourir (le scoop!). Se réunir dans la terreur de la mort, quel beau programme.

J’ai déjà relayé longuement le discours philosophique et sociologique de Roland Gori sur les mêmes sujets, comme dans sa dénonciation de la technostructure («La Fabrique des Imposteurs» -> https://www.taty.be/articles/CVD_technocratie2000716.html#gori).

Tout comme Gori, le dr Fouché analyse comment le système de la technicité à outrance et des normes a commencé il y a bien longtemps et comment il perdure. Mais il le fait de manière plus concrète et moins jargon, plus accessible. Après cet épisode, tous les discours de Gori seront limpides. Ils sont complémentaires.

Au passage il transperce les Gafam, à mon grand plaisir (j’inclurai dans mon dossier de 2018 (http://www.taty.be/articles/FQ2.html). Et sans complotisme: il ne vise pas leur «stratégie», car cette silicolonisation de nos vies s’est faite malgré eux je crois. La gafamisation a fait son nid dans le vertige technophile et la disruption. Pour en savoir plus, faut l’écouter!

Toute la série:

  • 1.

    Louis Fouché : Didier Raoult, Censure, Conflits d’intérêts et Médecine [1/5] Interview du docteur Louis Fouché, médecin-réanimateur à Marseille. Première partie consacrée aux thèmes suivants : Censure, conflits d’intérêts, liberté d’expression, médias, ingérence technologique, Didier Raoult, Ordre des médecins et actes dans le réel

    -> https://www.youtube.com/watch?v=CounK8JV4I0

  • 2.

    Louis Fouché : danger du virus, enfants et masques, structures globales [2/5]

    Deuxième partie consacrée aux thèmes suivants : l’impact et les dangers du virus, le masque et la santé des enfants et des réflexions sur les structures globale set la communication au cours de cette crise

    -> https://www.youtube.com/watch?v=oBaudmrRXrk

  • 3.

    Louis Fouché : Injections et COVID, dangers possibles [3/5]

    Troisième partie consacrée aux vaxx.ins spécifiquement développés à la hâte dans le cadre de la crise sanitaire du Covid. Sur quoi reposent-ils? Peuvent-ils être efficaces en quelques mois de développement? Quels sont leurs spécificités et comportent-ils des risques potentiels?

    Dans un climat où on évoque ouvertement dans les médias une vaccination qui pourrait être obligatoire ou qui conditionnerait la vie sociale.

    Combien de temps faut-il a priori pour développer un vax.in fiable et sécurisé?

    Comment agit un vax.in à ARN et avec d’éventuelles nanoparticules?

    Les laboratoires Pfizer et Moderna ont déjà annoncé leur vax.in comme prêts et générés autant de polémiques que des bénéfices en bourse...

    Interview du docteur Louis Fouché, médecin-réanimateur à Marseille.

    -> -> https://www.youtube.com/watch?v=kvh-4HzgyWA

  • 4.

    Quatrième partie consacrée à une approche plus systémique : comment est organisé la société moderne libérale, la lecture par les chiffres et les statistiques, l’hyper informatisation et la gestion humain par des protocoles.

    -> https://www.youtube.com/watch?v=vh2Bth7X5N8

La dictature sanitaire ne tombe pas du ciel

Soyons pragmatiques, dans le contexte de la techno-hygiénocratie. Elle ne s’est pas installée sans une base, elle n’est pas tombée du ciel.

Voici un échange qui illustre à merveille ce contre quoi je me bats depuis plus de 20 ans dans mes livres: le nutritionnisme, la norme, la servitude volontaire, le contrôle de soi aberrant. Pour la énième fois, nous copions nos cousins américains avec 20 ans de retard et nous tombons dans ces mêmes pièges.

Dans la copie d’écran, une conseillère californienne en nutrition répond au prof. Leroy:

-- «il y a bien une valeur dans le lait écrémé: il vous permet de garder de la place pour un bout de dessert, sans crever les plafonds de votre quota de gras quotidien».

Réponse de Leroy:

-- «Aheum. Aucun dessert sur terre ne me fera basculer des laitages entiers vers la version écrémée. En fait, le laitage entier *est* mon dessert. Ceci dit, je n’ai pas de quota de gras quotidien. Je mange ad libitum. J’entends que cela perdure.»

Pourquoi vouloir des «quotas» de nourriture, pourquoi «un bout» de dessert? Pourquoi calculer chaque portion?

A savoir qu’aux States, on ne parle pas de nourriture, mais de proportion de glucides, protides, etc. Bleurks. Même hors régime minceur.

Quelle utilité? Alors que le corps sait exactement ce dont il a besoin, et quand. Aucun protocole chiffré ne peut dicter la dose de glucides ou de gras qu’il faut à mon organisme, ici et maintenant et pas autre part et demain.

La conseillère représente le nutritionnisme à l’américaine, celui qui bousille notre rapport hédonique à l’assiette; ainsi que cette volonté de contrôle à tout prix.

Leroy représente le bon sens paysan que je tiens à défendre bec et ongles.

Van Ranst sur la grippe H1N1: un technocrate glaçant

J’ai écouté la conférence de notre expert corona belge Marc van Ranst, 22/1/2019, à Chatham House: «communication and public engagement» (https://vimeo.com/320913130).

Excellente occasion de voir ce qu’est un qu’un techno-hygiénocrate dans toute sa froideur, son mépris, sa négation de l’humain.

Je pense que Kairos magazine va nous faire un décodage. Mais je réagis tout de suite.

Cet homme est ignoble dans son mépris des masses, et même des journalistes, dont il explique comment il les manipule, comment il s’est mis en scène (moi moi moi.com tout au long de la conférence), comment il a manipulé un évènement footballistique pour convaincre les idiots de citoyens qui ne voulaient pas le vaccin. Il en profite pour se moquer du gouvernement aussi.

A la minute 8’: comment ils ont explosé les infos sur les morts de la grippe, alors qu’il reconnaît que le taux était un taux habituel. Rires dans la salle, oh, que vous étiez malin.

Je rappelle que sa gestion de la crise en 2009 a été si déplorable que les médecins belges se sont regroupés pour demander sa démission.

Il est écoeurant dans toute son attitude péremptoire, autoglorifiante, sans feedback; et j ‘en ai vu des présentations par des prétentieux quand je bossais en entreprise. C’est cet homme qui décide des mesures officielles (puisque, clairement, nos élus ne prennent plus les décisions).

Le passage n’est ici que pour montrer à tous comment les médicocrates jouent de nos vies, de celles de nos enfants, avec légèreté et une vision très bas de plafond. Et d’offrir à voir comment ces «experts» pensent la communication envers le petit peuple.

Condensé chez Gilles Gauthier, fb:

« En janvier 2019, Marc Van Ranst livre ses trucs et astuces pour marquer les esprits face à l’émergence d’une pandémie en prenant l’exemple du virus de la grippe A (H1N1) de 2009 :

- Être omniprésent dès le premier jour afin d’éteindre les voix discordantes.

- Trouver un nom qui frappe les esprits (grippe mexicaine).

- Quelques astuces pour obtenir les faveurs des médias.

- Donner les prévisions du nombre de morts en terme absolu, plutôt que relatif à la population.

- Assister aux premiers enterrements, de manière discrète, pour montrer que vous êtes concerné.

- Utilisation de la popularité du monde du foot pour promouvoir la campagne de vaccination.

- ….

En 2020, il sévit toujours, comme d’autres « scientifiques » de plateau.»

Ne pensons pas uniquement lobbies

On peut être conscient de la toute puissance des lobbies (surtout quand on vient du métier, comme moi) et pourtant envisager d’autres facettes de notre crise civilisationnelle.

En l’occurrence, le chaos de l’effondrement en cours, incarné par le pauvre petit corona, révèle «les incompétences, les petits intérêts particuliers, les dérives narcissiques, les innombrables biais cognitifs et émotionnels, les méconnaissances et ignorances, les distorsions mnésiques, bref les innombrables facteurs de la banalité humaine» (je reprends les termes d’un internaute sur ce compte) - en particulier parmi les pouvoirs des hautes sphères, «ceux qui décident et ceux qui disent» selon la définition des élites. Elites qui ne sont pas toujours dans la lueur des projecteurs, mais dont les recommandations sont capitales auprès de nos élus et instances internationales.

Voilà qui est bien théorique et distant. Pour bien vivre de l’intérieur ce que j’entends ici, je vous invite à écouter une énarque peu techno (ça existe!) raconter le quotidien de la haute administration, en France: l’exquise Hélène Strohl*, désormais retraitée, est invitée par Eric Verhaeghe, du Courrier des Stratèges.

-> https://www.youtube.com/watch?v=jFm_jR1it6U

* exquise Hélène Strohl pour son article «une bonne séance de ciné avec Hold-Up» https://lecourrierdesstrateges.fr/2020/11/16/strohl-une-bonne-seance-de-cine-avec-hold-up/

mais aussi pour sa passion avouée de gastronomie et de «ce que la cuisine veut dire». On joue dans le même club ;)

Elle est inspectrice générale des affaires sociales honoraire et a publié avec son époux Michel Maffesoli «La faillite des élites», éditions du Cerf, 2019

La technostructure est aux abois

Sur le cas anecdotique, et dramatique, du harcèlement contre le professeur Perronne*, qui ose dénoncer les myriades d’erreurs commises par les experts et les élus depuis mars 2020.

La technostructure sait probablement que la mortalité élevée en temps de corona pourra lui être imputée, vu sa politique délibérée de ne pas traiter les malades avec une thérapie efficace.

Le répétera-t-on assez: quand, dans notre histoire commune, un système sanitaire a interdit que l’on traite des malades pendant une épidémie? C’est une grande première, c’est un scandale de tout premier plan. On aurait pu éviter une grande partie des morts récents «covid».

L’hygiéno-médicocratie sait qu’elle a fauté, elle attaque toutes griffes dehors. Pathétique, mais révélateur d’une faiblesse insigne.

* Cas dont vous lirez le détail ici: http://www.francesoir.fr/opinions-societe-sante/lacharnement-contre-le-professeur-perronne

Découvrir les ARS sous un autre éclairage.

La parole au docteur Marc Girard, spécialiste de la pharmacovigilance, auteur du livre «Alertes grippales» en 2009. Lire sur https://www.rolandsimion.org/retour-sur-lactualite/

« 5 janvier 2021

"La création des Agences Régionales de Santé (ARS) en 2010 s’était accompagnée d’un rejet quasi unanime par les professionnels de santé : supposées gérer au plus haut niveau le système, ces instances étaient très majoritairement composées de fonctionnaires qui n’avaient aucune compétence en matière de santé, avec des résultats spectaculairement catastrophiques. On était bien dans le grand mouvement culturel d’extermination de la compétence, et d’exclusion des déviants.

Comme répétitivement documenté sur mon site, la situation ne s’est évidemment pas améliorée au cours des années. Les ARS sont tellement nulles que même les profanes s’en rendent compte : penser à leurs diktats pour les fêtes, qui suintent d’imbécillité… Alors qu’à force d’exaspération, on aurait pu s’attendre à une sorte de « Grand Soir », on entend les confrères invoquer ces diktats de plus en plus pieusement.

À dire vrai et une fois encore, il n’y a rien de nouveau dans cet acharnement sur les plus vulnérables. En 2009 aussi, les soignants qui refusaient de se faire vacciner se voyaient forcés de porter un masque toute la journée : à l’époque, il s’agissait bien d’une maltraitance pensée comme telle, à fin de briser les récalcitrants. Considérées à plus de dix ans de distance, ces deux séquences disent assez que les prétextes sanitaires peuvent être l’outil d’un sadisme médical (à l’époque, les médecins du travail jouaient le rôle incarné aujourd’hui par les ARS : ils avaient le pouvoir, et ne craignaient pas d’en abuser pour écraser plus faibles qu’eux). Mais ce qui a changé, c’est que les gens se regroupent aux fenêtres pour applaudir frénétiquement leurs tortionnaires et qu’ils pétitionnent pour leur obtenir des décorations…»

La société technique folle ou la techno-hygiénocratie

L’une des dérives majeures que misteur corona est venu révéler: nos ne sommes plus gouvernés par des politiques, mais par la techno-administration qui, au surplus, se sent protégée.

L’hygiénocratie est tellement convaincue qu’elle peut régner en piétinant les corps intermédiaires comme le Parlement que, désormais, elle est en désinhibition totale.

Voir une minute environ d’un montage par le Courrier des stratèges: Jérôme Salomon, directeur général de la Santé en Frarnce, ne répond même pas aux questions des députés, il se frotte les pieds sur ce qu’il considère comme des paillassons.

-> https://youtu.be/PJRdRIDI2Zc?t=36

Extraits de l’audition parlementaire le 16 juin 2020 sur la gestion de la crise du coronavirus, de l’hydroxychloroquine et des mesques FFP2.

Je ne publie pas ceci pour provoquer chez les lecteurs des cris d’orfèvre (sic, hommage à San-A) mais bien pour relever ce qui, dans un audit posé et calme d’une dérive, peut aider à redresser le bateau en pleine tempête. Ceci fait partie de mon chapitre «La société technique folle ou la techno-hygiénocratie»


 Page 22 ou voir la table des matières du dossier
Retour au blog "Articles"