taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

Blog des séminaires d'audits nutritionnels

retour page de base - voir page Ixx

échanges sur programme Campbell, avec Clelia Petranto

T. ( à la suite de ma demande sur les nouveautés du livre de Campbell) Ca y est, je prends enfin le temps de te répondre. Entretemps j'ai terminé de lire "Put your heart in your mouth" de Campbell dont je te ferai un petit compte-rendu dans un autre mail car celui-ci est déjà assez long. Diète d'introduction GAPS. Une présentation de la diète d'intro dans un article sur les allergies alimentaires (à travers le développement d'un cas particulier) permet d'en comprendre les fondements. L'article est en anglais et explique que les allergies alimentaires sont dues à une paroi intestinale très endommagée.

Elle retrace l'historique d'une dame (hérédité, antibiotiques en cascade contre l'acné, les cystites, etc. – NdT : voir le détail ci-après) et l'utilise pour expliquer de manière simple le développement des allergies et les conséquences sur l'écologie intestinale .

Voici un petit extrait sur l'intro traduit par mes soins, l'article original est disponible sur cette page : http://gaps.me/preview/?page_id=344

"[...] J'ai recouru au Régime des Glucides Spécifiques (RGS) de nombreuses fois dans ma clinique et je dois dire que c'est LA diète pour traiter les allergies alimentaires. Comme je travaille en grande partie avec des enfants présentant des troubles de l'apprentissage comme l'autisme, l'hyperactivité, la dyslexie, la dyspraxie, etc., j'ai regroupé tous ces patients sous le nom de Gut and Psychology Syndrome (en français : syndrôme entéropsychologique). J'ai du adapter certains aspects du RGS pour ces patients et ils ont eux-même renommé leur régime – le régime GAPS.

Au fil des années j'ai élaboré la diète d'introduction GAPS pour les cas les plus sévères. Je trouve que la diète d'introduction est particulièrement efficace dans les allergies alimentaires puisqu'elle permet à la paroi intestinale de guérir plus rapidement. La diète d'introduction est structurée en plusieurs étapes. A moins qu'il y ait une allergie dangereuse (de type anaphylactique), je recommande à mes patients d'ignorer les résultats de leurs tests d'intolérance alimentaires et de suivre les étapes une à une. Dans ses premières étapes, la diète d'introduction traite la muqueuse intestinale de 3 façons :

1. Elle élimine les fibres. Quand la paroi intestinale est endommagée, les fibres irritent la muqueuse intestinale et fournissent de la nourriture pour les microbes pathogènes dans l'intestin. Ce qui signifie : pas de noix et cie, pas de haricots, pas de fruits et pas de légumes crus. Seuls les légumes bien cuits (soupes et ragoûts) sont autorisés, tout en veillant à enlever les parties particulièrement fibreuses du légume. Les farineux ne sont pas autorisés dans la diète GAPS, ce qui signifie : pas de céréales ni de légumes farineux.

2. Elle nourrit la muqueuse intestinale : acides aminés, minéraux, gélatine, glucosamine, collagènes, vitamines liposolubles, etc. Ces substances proviennent des bouillons de viande et de poissons maison, des morceaux gélatineux de la viande qui auront bien cuits dans l'eau, des abats, des jaunes d'œuf et de la grande quantité de graisses naturelles présentes dans les viandes.

3. Elle fournit des bactéries probiotiques sous la forme de nourritures fermentées. Les patients apprennent à fermenter leur propre yaourt, kéfir, légumes et autres aliments à la maison. Ces nourritures sont introduites graduellement afin d'éviter les réactions d'Herxeimer.

Durant les 2 premières étapes de la diète d'introduction, les symptômes digestifs les plus sévères tels que diarrhée et douleur abdominale disparaissent assez rapidement. A ce stade, le patient peut évoluer vers les étapes suivantes, où d'autres aliments sont introduits graduellement.

Comme la paroi intestinale commence à guérir, les patients réalisent qu'ils peuvent introduire peu à peu des aliments qu'ils ne toléraient pas auparavant. Quand la diète d'introduction GAPS est terminée, le patient évolue vers le régime GAPS complet. Je recommande de suivre le régime complet pendant 2 ans en moyenne afin de restaurer l'équilibre de la flore intestinale et de la fonction gastro-intestinale. Selon la gravité de la situation, les personnes ont besoin de plus ou moins de temps pour guérir. Les enfants se rétablissent généralement plus vite que les adultes.[...]"

T (de Clelia à ma demande de plus de précisions)

La dame = une patiente de Campbell. Dans le texte, Stephanie S. 35 ans qui fait appel à Campbell pour sortir de ses allergies alimentaires.

Femme au teint pâle qui a l'air en malnutrition (45kg pour 1m60), énergie faible, cystite chronique, douleurs abdominales, ballonnements et constipation chronique.

Diagnostiquée anémique toute sa vie. Historique (médical) familial : née d'un mère souffrant elle-même de troubles digestifs et de migraines, sa soeur souffrait d'eczéma sévère et son frère de problèmes gastro-intestinaux. Pas d'infos sur la santé de son père.

Elle n'est pas allaitée et à l'âge de 3 mois fait sa première infection urinaire avec son 1er traitement antibiotique; au moment où elle consulte elle souffre de cystite interstitielle chronique.

Durant l'enfance elle paraît toujours très pâle, elle a toujours trouvé difficile de prendre du poids, cependant elle estime que sa santé était "ok" à ce moment-là - elle va à l'école et fait du sport. A 14 ans, ses menstruations qui avait commencé l'année précedente s'arrêtent. On lui donne la pilule qui semble réguler ses menstruations.

A l'âge de 16 ans elle est mise sous un long traitement antiobiotique contre l'acné, suite à quoi elle développe une intolérance au lactose, une constipation sévère et des ballonnements. On lui conseille d'arrêter les produits laitiers à 18 ans, ce qui aide la constipation pendant un bout de temps, mais les autres symptômes persistent.

Elle développe progressivement des niveaux faibles d'énergie, des crampes abdominales, des vertiges, un poids corporel très bas et une peau très sèche. Après de nombreuses consultations médicales et des tests d'allergie alimentaire, elle commence à éliminer différents aliments de son régime, mais elle n'était jamais sure que cela faisait la différence: certains symptômes semblaient s'améliorer, d'autres non et des nouveaux apparaissaient.

Elle devient sensible aux sons trop forts et à la pollution locale, à son shampoing et son maquillage ainsi qu'à certains produits chimiques de nettoyage. Sa cystite devenue chronique est diagnostiquée comme ayant une origine psychosomatique par son docteur. Sa diète au moment où elle consulte Campbell est très limitée : elle semble tolérer (mais n'est pas entièrement sure) les céréales du petit déjeuner, le yaourt de brebis, le lait de soja, quelques variétés de fromages, quelques légumes et rarement du poisson.

Après plusieurs tests d'allergies alimentaires, elle a supprimé toutes les viandes, les oeufs, les noix, tous les fruits, les céréales complètes et la plupart des légumes. L'exemple est très courant et démontre clairement que juste supprimer les "mauvais" aliments de la diète ne résoud pas le problème.

Nous devons regarder plus en profondeur et trouver le parcours de la maladie du patient. Pour cela nous devons examiner l'historique de santé de Stéphanie, etc etc.

De là Campbell développe pour chaque point les répercussions sur la flore, ce qui permet de bien comprendre comment des troubles actuels peuvent trouver leur source parfois très loin et que croire que tout va se résoudre en 2-3 petites pilules est assez naïf.

D'autant plus que l'écologie intestinale de cette femme est bouleversée depuis qu'elle est bébé et qu'on voit ici que ça n'a jamais été soigné. On observe ce qu'il s'est passé chez elle avec le regard la flore intestinale.

C'est vraiment super intéressant, quand j'aurais le temps je traduirai tout l'article. Tiens ça m'a fait penser à ton article dans cinglés de sucre quand tu analyses la journée d'un enfant vu par son corps; il est bombardé de sucres au quotidien et ça passe inaperçu...

Pour l'histoire, Stephanie suit le régime un an avec Campbell puis plus de nouvelles pendant 2 ans jusqu'à ce qu'elle donne des nouvelles : elle va bien, a un bon niveau d'énergie, plus aucun symptôme de cystite et une fonction gastro-intestinale en bonne santé. Elle a pris du poids, même si elle reste mince, c'est dans la norme. Au cours des 2 derniers mois elle a commencé à manger des aliments non autorisés dans le régime et a conclut qu'elle les tolérait en les consommant occasionnellement, y compris les pâtes, le chocolat et certains produits de la boulangerie locale.

R. Je vois là un vrai petit canari arrivé en grade III (tu as reconnu, j'imagine, l'évolution jusqu'à devenir réactive aux shampoings, etc. etc.) - je vais checker dans le protocole ce qu'on aurait fait pour elle selon ce que je connais de tous ces régimes. Vivement que plus de médecins adoptent cette approche pour qu'on sauve ces filles, un peu désespérées (il faudra bien une blouse blanche pour les convaincre de tenir un an à deux ans… « naturo » ne suffit souvent pas, pour elles). Tu auras bientôt accès au blog d'une naturo qui a soigné la reine des canaris à près de 60 ans aussi.

T. (toujours de Clelia) Adaptation au profil. 

Campbell est bien consciente que chaque personne a un métabolisme particulier mais elle n'est pas en mesure de produire des miracles à distance et elle mise beaucoup sur la capacité des gens à s'écouter (aaah, quelle joie). Elle explique que la flore intestinale est très individuelle. Tout comme chaque personne présente un métabolisme différent, il existe aussi différents groupes ethniques et nous devons en tenir compte.

Si par exemple nos ancêtres étaient originaires du Nord (vikings, etc.) , il faut savoir qu'ils consommaient beaucoup de viandes et de graisses. Dans les tropiques, c'est plutôt une diète privilégiant les poissons, les aliments à base de coco, les fruits.

Mais ça n'est pas tout car en plus de ces données héréditaires, le métabolisme humain change tout le temps, à chaque moment.

Il y a aussi un équilibre acide/basique et en fonction de toute une série de facteurs certains aliments dits basiques ont un effet acide et vice-versa. Il faut donc écouter notre désir de nourriture et le faire au quotidien. Un court article qui reprend ces choses-là est disponible sur son blog : http://www.doctor-natasha.com/one-mans-meat-another-mans-poison.php

Elle donne beaucoup de clefs pour que les gens puissent faire eux-mêmes leur popote à partir de son protocole à travers sa foire aux questions, qui n'arrête pas de s'agrandir. Il faut avoir le temps pour potasser tout ça mais c'est vrai que c'est très instructif et ça apporte beaucoup de flexibilité à son régime. 

T. (Clelia, suite à une de mes questions encore) Vu la masse de questions abordées, Campbell a fini par tout regrouper par thèmes, ce qui facilite les recherches. Tu trouveras la liste des questions ici (en anglais): http://gaps.me/preview/?page_id=32&lang=en

Durée de chaque étape. Elle ne donne pas vraiment de précisions pour ça car selon elle c'est très personnel. Tout dépend de l'état de la personne. Elle conseille d'observer les symptômes et d'évoluer en fonction de ça. C'est un peu perturbant quand on espère avoir des structures claires et à la fois ça demande d'être attentif à soi (c'est peut-être ça la clef de la guérison ! :-)) Personnellement, si on est paumé je trouve que le régime GAPS/RGS complet ne peut faire de mal à personne... Ca ressemble fort au plan Retour au calme.

NB TL : Euuuuuh, si je peux me permettre, c'est comme si tu disais que les antibios ne font de mal à personne ; ce régime est hyper puissant et peut être délétère s'il est mal ciblé pour le mangeur X.

Formateurs GAPS/groupes d'échange. Un point que j'avais oublié de te présenter, j'ai du louper une page dans mes notes.

Vu qu'elle est hyper demandée, Campbell a décidé de former des praticiens GAPS qui pourront appliquer le protocole un peu partout dans le monde. Elle aimerait voir se mettre en place des groupes GAPS, dans lesquels les gens se rencontreraient chaque semaine ou toutes les 2 semaines avec un praticien qui puisse orchestrer tout ça. Ce serait le moment d'échanger des recettes, des trucs, des pratiques, où se procurer les aliments nécessaires dans la région, etc.

Beaucoup de gens qui suivent la diète GAPS voudront bénéficier de conseils. Au début la diète est un peu difficile à mettre en place d'où l'intérêt d'être suivi, mais une fois qu'elle est dedans depuis quelques semaines et qu'elle en voit les bénéfices alors c'est ok. Elle recommande que la personne se rende à ces rencontres accompagnée de ses proches pour bénéficier d'un plus grand soutien, il ne faut pas oublier que le régime agit fortement sur l'état psychique.

Campbell réinsiste sur le fait que la clé du régime c'est d'avoir de la nourriture fraîche préparée à la maison. Qu'on soit malade ou pas, on ne peut pas espérer être en bonne santé en se nourrissant d'aliments préparés, industrialisés et chimiqués. Un cycle de courts weekends de formation commence en septembre aux Etats-Unis et s'étendra ensuite en Europe. Mais pffff c'est cher ! Tellement de choses sont déjà disponibles dans son bouquin et sur internet....

NB TL : Bonne idée ces réunions de RGS-Watchers. Je vois très bien qui peut animer ces réunions ici et en France… Initiales : C.P., qui n'a vraiment pas besoin de se former plus avant (surtout cher)….

Vois peut être avec Christelle et Maxim, via le bouton Activités de mon site et « autres personnes ». Ils ont des journées qui fonctionnent très bien, la même chose mais en simple « ressourcement » je crois. Tu peux t'inspirer de leur pratique ? Ou te mettre en cheville avec Anne Seris du dernier stage (Pyrénées) qui connaît aussi très bien ces plans-là. Tu veux son mail ?

Femmes enceintes et allaitantes. Un autre cheval de bataille de Campbell concerne l'alimentation de la femme enceinte et du nourrisson. On n'est plus forcément dans le syndrôme GAPS mais le régime qu'elle préconise ici est fortement dérivé de son expérience dans ce domaine.

Elle conseille aux parents- surtout à la mère- de suivre le régime GAPS 4 à 5 mois avant de concevoir un enfant et à la mère de suivre le protocole complet AVANT si elle présente le syndrôme GAPS. Par contre si la femme est déjà enceinte elle déconseille de faire la diète d'intro mais de passer directement au régime complet.

Je me disais que ça pourrait t'intéresser vu qu'il arrive que des gens te demandent comment nourrir leur bébé et que c'est assez délicat de rentrer dans ce sujet, gros nid à polémiques ! Comme Campbell est médecin et que son régime est pur bon sens (nourriture fraîche, beaucoup de graisses originelles, etc) elle serait une bonne référence.

En fait, elle a abordé ce point lors de la conférence avec les questions/réponses et elle disait que ce régime était valable pour toutes les femmes enceintes ou allaitantes, qu'elles soient atteintes du syndrôme GAPS ou pas. Il existe des situations où la mère est si malade qu'elle a besoin de plusieurs mois pour se rétablir, c'est là qu'une nourrice pourrait intervenir.

Campbell rêve que des réseaux de femmes en bonne santé se mettent en place, genre des groupes de 5-6 femmes dans l'entourage proche de la mère. Elle rappelle que c'était une pratique très répandue auparavant : on faisait appel aux cousines, aux soeurs, aux amies, ...

Elle aborde également les dangers de recourir aux produits de soins personnels bourrés de toxiques, la pollution de la maison, l'importance des ballades en plein air, etc.

Je te mets les liens, tout a déjà été traduit en français.

Préconception et grossesse : http://gaps.me/preview/?page_id=33

Alimentation du bébé : http://gaps.me/preview/?page_id=34 (ici par contre elle est assez précise avec les délais, quand introduire quoi, etc.)

 Merci pour ce paragraphe, mais sur ce sujet, je laisse la voie aux pédiatres et aux sages femmes. Peut-être voir avec le drxx, pédiatre à la retraite dans l'Est de la France, avec qui je parlais dernièrement des formations des sages-femmes à la prévention par les nourritures vraies ? Je ne suis pas convaincue du GAPS dans ces cas-là, c'est un canon pour tuer une mouche -> plutôt Nourritures Vraies et/ou Mes Nerfs en Paix, bien plus abordables. Campbell a trop le nez sur le guidon, elle ne voit plus que son truc perso. Ben oui, c'est humain…

Amalgames. Tu as sûrement raison pour les amalgames et Campbell disait même qu'elle avait rencontré des gens qui avaient 8-9 amalgames mais aucun problème parce qu'ils étaient en bonne santé.

Personnellement je vais quand même les faire enlever, parce que même s'il n'y en a que 2 et qu'ils sont petits, vu mon historique médical (colopathie chronique depuis plus de 20 ans, toujours d'actualité en ce jour pluvieux) je crois que ça n'a fait qu'ajouter un facteur défavorable.

Par curiosité j'ai regardé les questionnaires d'intoxication au mercure et je présente énormément de symptômes significatifs, que j'ai tendance à nier d'ailleurs tellement ils font partie du paysage. Aussi parce qu'ils vont et viennent, évoluent, changent... Ca pourrait être signe d'autres choses, d'un désordre généralisé de la flore intestinale dont je suis certaine maintenant mais pour rééquilibrer ce bazar c'est une autre paire de manches.

J'ai rencontré une dentiste holistique qui m'a expliqué que c'était durant les 2 premières années suivant la pose d'un amalgame que se dégageait la plus grande partie du mercure. Le mercure va ensuite se loger dans le corps en occupant les emplacement réservés au soufre qui se trouvent partout dans le corps. Aucun examen actuellement ne permet de localiser les endroits où le mercure se loge (la kinésio aide un peu et encore!), en gros ça peut être n'importe où. On remarque qu'il est un peu comme le "maître" des

métaux lourds, si on arrive à le drainer et à le faire sortir du corps, les autres métaux suivent...

Je te suis tout à fait car j'ai bien suivi ces pistes ; ta dentiste a probablement raison sur le fond mais pas sur les résultats ; l'auteur le plus impressionnant sur ce sujet (mercure soufre etc.) était le patron de Metabolics dont j'ai dû parler dans Quand j'étais Vieille ou dans Canaris de la Modernité, exxxxtraordinaire, un maître à suivre. Mais hélas je crois que c'est encore une hypothèse qui séduit, sans plus, car les résultats sont très anecdotiques quand on suit cette piste des métaux lourds (plus de dix ans que je la suis) : pour un sauvé, dix qui pédalent encore après…

Aaaah Taty je suis toujours tentée de prendre des petits remèdes (genre l'huile essentielle d'origan pour ne citer qu'elle) pour me débarrasser des "vilaines" bactéries.

En même temps je suis convaincue que le corps est intelligent et qui ne dit pas que le chambard actuel est la solution la plus appropriée qu'il ait trouvé pour gérer une situation dont les composantes nous échapperaient ? C'est comme cette hypothèse que le cancer serait la solution ultime pour l'organisme de se protéger des toxines. On peut faire des examens, des analyses, des spéculations, etc. pendant que le corps lui est déjà au courant de tout ce qui se passe. Je dis pas qu'on est des rien-du-tout ignorants mais ça invite au respect de l'intelligence du corps...

Mais pas toujours évident de vivre cette vérité. Ma voix de sage me dit que suivre le régime GAPS/nouvelle flore est top pour moi et qu'il aidera le corps à se guérir mais mais mais parfois je suis vraiment hyper impatiente ! Si j'ai pas des résultats tout de suite, j'ai envie de tout bazarder.

C'est de moins en moins fréquent et je constate que naturellement, sans même devoir y penser, je mange mieux que la plupart de mes congénères (signifiant par là : de la nourriture fraîchement préparée à la maison, bio et local de préférence / même dans les magasins bios les 3/4 de ce qui est vendu ne me semble pas être de la nourriture) Même dans mes crises de "j'ai envie de me détruire en mangeant n'importe quoi" mon instinct de reconnaissance de la vraie nourriture me fait pencher pour des aliments "sains" mais que je ne crois pas être bénéfiques pour moi comme... des pommes, du parmesan ou des noix de cajou. :-) Enfin ya du progrès puisque j'en fais presque plus un drame de ces situations. Je me sens humaine quoi !!

 Aaaaah, Clelia, si j'avais pu avoir ta finesse d'analyse à l'époque…. Càd en 2000 ! Tu ne dois pas guérir ta dysbiose, mais ton impatience … et ton arrogance de croire que ton cerveau sait mieux que le corps…. Et cette volonté interventionniste qui veut réparer en deux mois ce qui a été démonté jour après jour pendant plus de vingt ans…

Fibres. J'ai retrouvé dans la FAQ GAPS quelqu'un qui disait qu'il tolérait bien le jus des légumes fermentés mais pas les légumes mêmes. A ce sujet, Campbell disait que c'était ok de ne juste consommer que le jus et ensuite que certaines personnes avaient des problèmes pour digérer les fibres et que le problème pouvait persister pendant longtemps, jusqu'à plusieurs années pour certains ! Elle conseille alors de prendre des jus de légumes fraîchement pressés.

J'ai vu aussi que Kwasniewski de l'Optimal Nutrition mettait en garde contre l'ingestion de fibres dans les quantités recommandées actuellement, notre corps n'a pas les enzymes pour les digérer. Prises en abondance, elles favoriseraient le développement du cancer du côlon il parait.

 Tiens, pour une fois, rien à dire, elle se fatigue mamie taty… Ciao, bonne continuation dans ces recherches ; à toi seule tu justifies que j'aie passé tant de temps à ouvrir de nouvelles pistes dans mes topos. Merci 

T (de Clelia Petranto). Je t'envoye en fichier joint ma traduction de l'article du dr Natasha Campbell sur l'importance du cholestérol. Super intéressant ! Télécharger l'article traduit par Clelia.


TL. Sur le site de dr Natasha Campbell (et probablement dans la nouvelle version de son livre), je lis qu'elle prône les lactofermentations. Prudence pour les plus fragiles d'entre nous. Tous les anciens textes naturo limitaient avec bon sens la consommation de ces produits à deux cuillers à soupe par jour.

Si l'on sait qu'ils sont riches en moisissures (auxquelles des réactions fréquentes sont documentées, probablement dues à une interaction mimétique avec les moisissures qui servent de base au développement des enzymes manipulés) et riches en amines (la plupart des canaris de grade II ou III y sont réactifs), on risque de freiner la remise sur pied.

Continuez donc à suivre cette merveilleuse doctoresse, mais levez le pied sur les lactofermentations si vous êtes de profil fragilisé au long cours…


TL. Lire en anglais le parcours de renaissance en GAPS de G.H. publié en mai 2011 sur le blog du Docteur Natasha (le texte commence par « It all started about 4 years ago. I was a healthy 30 year-old with a good life, I was fit and enjoyed activities like Capoeira.").

Mon analyse. On voudrait tous croire que le regime Nouvelle Flore/RGS est la panacée. Mais dans le cas de cette historiette de resurrection, il faudrait une analyse plus fine.

Et si, tout simplement, la dame en question était intoxiquée par les sachets de poudres protéinées pour sportifs qu'elle prenait et qu'elle a arrêté avec le RGS ? Et ensuite que, bien sûr, le RGS a réglé ses problèmes d'assuétude aux sucres…

Pratiquer le RGS/GAPs dans son cas me semble à nouveau disproportionné, elle aurait probablement eu les mêmes résultats en pratiquant quinze jours une forme de Décrochez des Sucres suivie par une Assiette Ressourçante de trois mois. Bien plus doux, et tout aussi efficace…

retour page de base - voir page Ixx

blog p2 séminaires Taty Lauwers