taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

Blog des séminaires d'audits nutritionnels: le cas d'Anne

retour page de base du blog

R1. (après un compte-rendu de A. me demandant mon avis dans ses recherches pour sortir de l'épuisement chronique qu'elle vit depuis des années – avis aux curieux : je réponds car A. a suivi les trois modules d'audit nutritionnel et je compte sur elle pour aider d'autres personnes en France ; je ne réponds pas aux mails dans les autres cas, sorry…)

Pour comprendre mieux l'évolution et pouvoir te répondre, que fais-tu comme programme actuel exactement et quid t'a fait réagir en nouvelle flore alors? à part les salicylates?

Q2. En ce moment je fais Retour au calme sans salicylates, ni miel (en fait ça ressemble vraiment à un plan Nouvelle Flore. ).

En clair: matin protéine en rotation (oeuf, ou viande froide ou jambon ou fromage)+tisane

10h: thé

midi un seul légume + une seule crudité+une protéine (en rotation: poisson, poulet, oeuf, fromage affiné, boeuf, tofou occasionnel mais pas légumineuses, car non tolérées)

collation: yaourt maison ou fromage frais maison ou fromage affiné ou bouillon viande

soir: la même protéine+bouillon de viande+jus de légume

Gras: chaque repas beurre de lait cru, ou crème fraîche ou coco ou palme+ colza ou olive (2cs soit 6 par jour)

Je vois clairement qu'il faut que j'arrête les amines, mais j'ai du mal psychologiquement à réduire encore la variété de ce que je mange.

R2. (mail perdu où je devais proposer la cure full ketone, tant qu'à faire une cure, alors que je crois qu'en burn-out aucune cure n'est praticable, le corps est trop perdu)

Q3 . Je vais refaire les tests d'ici fin de semaine (là overbookée).

Pour full ketone, ce qui m'arrête c'est que manifestement je suis en acidose +++, et que

1. Nouvelle flore m'a fait hyper réagir (certes j'avais gardé les salicylates), mais même aujourd'hui sans salicylates sauf le thé, le boeuf, le poisson, les oeufs, la charcuterie, le fromage ça me fait grincer les gonds: sans amines qu'est-ce qui reste en full ketone?

2. Ça va mieux avec des jus de légumes et de l'Ergymag.

3. Les acides gras saturés ou pas, si mes infos naturos sont bonnes, sont très acidifiants (sauf le beurre et la crème fraîche, soit!) alors full ketone or not?...

Kestendit?

R (mail aussi perdu, c'est pas sérieux, m'enfin ! mais je devais lui demander où elle avait lu l'info du point 3, bizarroide)

Q4. J'ai jeté un oeil à full ketone, ça me paraît faisable puisque les protéines ne sont pas augmentées par rapport à ce que je fais déjà (voire moins), et je peux accompagner de jus de légumes. Hier j'ai essayé de la crème fraîche maison à la cs (collation 16h), incroyable j'ai très bien digéré, et j'en aurais mangé non stop, donc je vais tenter.

R. A relire le premier mail, je trouve ton plan h yper protéiné, plan que je ne conseillerais pas plus de dix jours, le temps de remettre la machine en route. Ouf ! full ketone a remis les pendules à l'heure. Il se pourrait que Nouvelle flore t'a fait hyper réagir par cette pratique surprotéinée.

Je dois corriger dans la prochaine édition de Nouvelle Flore et m'assurer qu'on ne peut pas la pratiquer si protéinée.

Une personne sur dix est, de profil profond, adaptée à l'hyper-protéiné, système qui convient aussi aux personnes très dénutries et après choc – ce n'est pas ton cas, je crois. 

Hyper protéiné pour moi n'est pas lié à la quantité de protéines, mais bien au rapport avec les autres classes alimentaires (graisses en tête).

Crème fraîche maison : essaie un jus de framboises fraîches avec de la crème fraîche, c'est à sauter au plafond. Salicylates bien sûr, mais comme on n'y réagit pas à la molécule près, mais bien à une dose journalière…

Q5. J'en suis à 10 jrs de full ketone (combien de temps ça dure en principe?).

Bilan: nette amélioration coté moral et présence d'esprit, pas faim entre les repas, génial.

En revanche, impossible de trouver de la biotaurine dans les environs, donc côté foie/vb, c'est pas ça: selles blanches pdt 3 jours, puis très claires depuis, tendance à la constipation, langue blanche le matin, sommeil agité et attirance énorme pour les fromages et les oléagineux.

J'ai perdu un kilo, ce qui est pas mal vu que j'en avais 2 ou 3 en trop dans l'abdomen.

Je vais continuer jusqu'à la fin de la semaine et passer ensuite à un Plan nouvelle flore sans salicylates, j'espère que je vais arriver à endiguer mes rages de fromages petit à petit, j'ai beaucoup de mal à en manger rarement (c'est plutôt un jour sur deux, et big portion en collation ou petit déj).

Tu dis dans "pour qui sonne le gras" qu'il faut une surveillance pour cette cure, pourquoi, quel est le risque si on mange comme ça plus longtemps -je serais assez tentée de continuer si je mets la main sur de la Biotaurine?

R5 Tu décris dans tes symptômes la raison pour laquelle je limite à dix jours et pourquoi je propose une surveillance : cette cure est un vrai médicament, or, je suis contre l'automédication.

La seconde cure la plus médicale, que j'appelle « l'antibiotique » des cures, est Nouvelle Flore.

Chez des épuisés chroniques type, je n'aurais conseillé ni l'une ni l'autre, mais tu me sembles avoir une telle force vitale que bon.

Je voulais juste que tu sentes l'effet que pourrait avoir sur la faim, le moral, etc. une alimentation qui, au premier regard, paraîtrait inepte.

Rarissimes sont les personnes adaptées à de telles doses de graisses (contrairement à ce que laisse croire le site d'Optimal Nutrition) ; chez eux, d'ailleurs, les graisses et les viandes sont presque exclusivement du cochon.

La biotaurine doit être conjuguée au desmodium et ils doivent tous deux être de chez Nutergia (sous une forme particulière ; je témoigne sur la base des retours positifs que j'ai eus).

J'ai mis deux semaines à te répondre, que s'est—il passé depuis ?

Je continue à m'interroger : pourquoi Retour au Calme ne te réussit pas ? C'est la plus douce des cures (dans le contexte d'efficacité rapide, car la plus douce serait l' Assiette Ressourçante tout simplement, qui donne des effets notables après trois mois). Avais-tu bien pratiqué les cinq formes de repos (préalables à toute forme de régime) ? Ah, comme c'est difficile de travailler à distance…

NB. full ketone. Ça m'amuse toujours de pouvoir publier qu'en dix jours de pures graisses on maigrit… J'espère que tu l'as perdu dans l'abdomen, ce petit kilo…

NB2. Je relis ton audit du 28/10/2010 à l'instant. Pourquoi as-tu introduit l'éviction de salicylates & Cie ? Avais-tu fait le test de provocation pour être sûre ?

Sinon on s'enferme sans raison dans des évictions… Je n'en ai pas vu trace dans la stratégie que je proposais, en a-t-on discuté par après ? J'espère que tu comprends que je ne me rappelle pas de tout…

Je copie/colle pour me souvenir de tes débuts dans le contexte de ce long échange.

Vata80 pitta 80 kapha38, groupe 0, diathèse I de base probable (confirmée entretemps ?), thyroidite Hashimoto, troubles digestifs (ballonnements, flatulences, endormissement après repas, selles très molles) et intolérances alimentaires épuisement chronique depuis 15ans , (fragilités selon naturo : rate estomac pancréas foie vb)
NB mycoses à répétition depuis ses 20 ans, spasmophilie (améliorée silence et noir), eczéma + inflammation vessie enfant + problème dermato digestif enfant –
NB2- - Les résultats au test de Julia Ross (que j'utilise à défaut d'être thérapeute ou d'avoir des infos très précises sur ces catégories par votre médecin) indiquent carences en neuromédiateurs (43) victime des régimes (10) glycémie instable (36) thyroide en souci (27) allergies retardées (23), troubles hormonaux (18), parasitose (43) carence en graisses (24) hyperréactive à e-smog.

As-tu suivi la stratégie ? Je recopie pour la forme. Tu peux souligner ce que tu as fait (ou indiquer autrement ce que tu n'as pas fait, par exemple) et commenter ?

Stratégie Nutritionnelle

Je ne mentionne pas ici en détail la stratégie hors nutrition car vous connaissez les piliers annexes (sophrologie, respirations abdominales profondes, psychothérapie, repos couchée etc.). Ces piliers sont longuement exposés dans Quand j'étais Vieille.

Au plan nutrition, je vous propose de commencer pour l'instant par ce qui suit, indépendamment de ce que je viens d'exposer (qui sont des pistes vastes, pour vous aider à écouter votre nature profonde). N'essayez pas tout de suite de cumuler les conseils des premières pages avec ceci. Cela prendra bien plus que quinze jours (parfois quinze ans…). 

Jours 16 à 30

Tout en veillant à installer petit ces critères, je propose de passer ensuite par une petite cure de démarrage: Nouvelle Flore. Généralement, en burn out, on ne préconise pas de cure vu l'état général, mais je décèle chez vous une force vitale supérieure à la normale. Méditez sur le sujet, mais si c'est positif, la cure serait idéale. Sinon, passez au paragraphe suivant « jours 31 à xxx ».

Je joins une liste positive (une page), une plateforme (deux pages) et la cure détaillée, menus compris – ce sont trois formes différentes pour un même contenu. Choisissez celle qui vous parle le plus. On peut très bien adapter son quotidien (les menus envoyés) en suivant simplement la liste positive d'une page, affichée sur le réfrigérateur de la maison. Ce n'est pas compliqué, mais ça peut prendre des semaines d'approche (sans coach en tout cas), tant nos habitudes et croyance sont fortes.

Cette cure nous sera utile pour évaluer si je ne me suis pas trompée (car la cure est excessive et donc produit des effets majeurs dans les quinze jours, on verra bien dans quel sens les effets s'orientent) et pour vous faire ressentir les éventuels effets positifs d'une alimentation différente de ce que vous croyez être la bonne

Je joins pour la bonne forme un carnet alimentaire d'auto observation. En quinze jours de ce programme, vous pourrez observer si les codes ont changé.

Jours 31 à xxx (votre choix avant la prochaine cure ou le retour à votre ancienne alimentation)

Si la cure a eu des effets positifs, je pratiquerais l'assiette ressourçante omnivore dont les fichiers sont annexés , pour avoir une grille d'orientation sur la « qualité » et les proportions. C'est quasi impossible à tenir en permanence si on n'est pas gravement atteint, mais il est utile de les garder comme objectif. Il s'agit de choisir la majorité des aliments dans la catégorie ressourçante, sans exclure aucune catégorie ressourçante. Ce n'est pas si facile, car même en magasins bio, on nous offre des aliments totalement NON ressourçants… On ne consomme du gluten que trois fois par semaine, laitages idem, des sucreries cinq fois – pas de privations, mais pas d'allergies en vue non plus.

Dans votre cas, il est capital de penser à rajouter le MAXIMUM de graisses qui vous conviennent et vous plaisent, en les choisissant parmi les graisses saturées... mais oui ! L'inverse de ce qu'on croirait. Doublez les doses de graisses mentionnées dans la grille omnivore, si vous les digérez. Choisissez les toujours originelles, comme décrit dans le document annexé.

Ajoutez au quotidien un bol de potage à base de bouillon de poule(t) maison selon la recette ci-jointe ainsi que du yaourt ressourçant : soit Kphilus (en magasins bio, voir article joint), soit yaourt maison selon ma recette (jointe)

Après le jour 31, testez l'effet de la consommation une fois par jour, cinq jours par semaine minimum (ou les quinze premiers jours du mois) d'un verre de jus de légumes maison (recettes en annexe).

Suivez les règles suivantes, extraites de la pratique de Julia Ross (article en annexe).

1. ne pas sauter de repas ;

2. éviter les sucreries et les farineux raffinés, tout autant que l'alcool, l'aspartame des sucrettes, la caféine ou les boissons sucrées ;

3. prendre trois repas équilibrés par jour minimum, comprenant chacun des protéines, des graisses de qualité, des végétaux, mais peu de farineux (toujours complets);

4. ne pas laisser passer quatre heures sans manger tant que les troubles du comportement alimentaire n'ont pas disparu;

5. s'assurer que le petit déjeuner riche en protéines offre au moins 25% de la ration alimentaire quotidienne;

6. faire confiance dans un premier temps aux graisses saturées et protéines des produits animaux, tant que le corps n'a pas repris les rênes de lui-même.

Ton historique était...

Enfant: intolérance dès les premières semaines au lait maternisé (pas d'allaitement maternel). Par la suite, dégoût pr lait de vache, sauf yaourts et fromages. Alimentation tendance glucidique toute l'enfance, riz blanc et pates.

En 91, rencontre la macrobiotique: abandonnée au bout de quelques mois (indigestion, grosse fatigue) puisl'alimentation Kousmine, suivie plusieurs années sauf crème Budwig impossible à digérer.

Instinctothérapie: pas convaincue, attirance pour des aliments pas du tout bon pour la santé...

Tentatives autour de Sheldon dans des périodes de grande fatigue: efficace pour bien digérer, mais frilosité, et très inconfortable socialement. Et tout retour à la "normale" provoque dyspepsie.

Ensuite Seignalet: arrêt salutaire du blé (sommeil retrouvé après 2 ans d'insomnie en arrêtant un de mes aliments préféré, le pain complet), du maïs, et des produits laitiers (arghh). En revanche depuis, je saute d'une dépendance à une autre: chocolat, puis biscuits, puis pain de petit épeautre (de moins en moins supporté), puis trop de glucides au repas, rush sur du fromage et on recommence. Sur troubles thyroïdiens, candidose: aucun effet

Cure de raisins: Il y a 2 ans, 12 jrs de cure m'ont valu autant de jrs de grippe carabinée, épuisement et trbles arthritiques pdt les mois qui ont suivi.

Essai Dadamo: régime grpe O je digère comme un boa et maux de tête (quantités en cause?)

Okinawa: amélioration côté thyroïde grace au soja, surtout au début. Maintenant, j'ai des doutes: grande frilosité notamment avec le yaourt et le lait de soja, fatigue digestive. Pour les glucides IG bas le soir (légumineuses, chataignes, pommes de terre) langue blanche le matin et épuisée. Mélange oméga 3 très bien. Fruits aux repas: impossible, le matin aussi; 17h: gaz ensuite le soir.

Essai chrononutrition (et c'est tout!): protéines et gras le matin ok. Je suis en train d'essayer de manger uniquement des glucides à IG bas avec arrêt peu à peu des céréales, pdterre, chataignes, légumineuses; Coté sucre: patisseries sans sucrant, chocolat 80% (limité à 2-3x par semaine pour le moment, en espérant supprimer complètement).

Je note aussi ta première demande : « je souhaite un profilage nutritionnel. Symptômes actuels: thyroïdite de hashimoto, indigestion chronique, candidose (+tous les ongles de pieds touchés par une mycose), hypoglycémies, gros pb côté mémoire et humeur stable, épuisement inexplicable. Je mange bio, sans gluten, sans lait, et depuis peu sans sucre du tout, des compléments en antioxydants et magnésium, du gingko biloba, les effets sont minimes. Après avoir essayé successivement depuis 10 ans macrobiotique, puis Kousmine, puis Seignalet, puis Curtay (Okinawa) là je désespère. A 48 ans je me sens très vieille. Help, please. »

Q6 (mes réponses dans le texte, en italique). Je te fais le résumé de ce que j'ai retrouvé dans les mails, +de ce dont je me souviens (discussion de vive voix et mes ressentis au fur et à mesure).

Suivant tes conseils de profilage:

- J1 à 15 (novembre 2010) : cure antiparasitaire: suivie 15 jrs avec du clou de girofle moulu, mais la 2e semaine les clous utilisés étaient quasi en péremption (vu trop tard), tentative de repos; Effet: grosse fatigue

NB Taty : Salut, merci pour le résumé, on voit plus clair. Grosse fatigue arrive souvent dès qu'on tente de se reposer, parfois c'est même grippe ou cystite… il faudrait tenir

J16 à 31: Nouvelle Flore. Dans le 2e mail du 28 octobre tu m'as envoyé des pièces jointes avec: le bouillon, le k-philus, le jus de légumes , le gluten ("limiter à 3x/semaine) , les salicylates ("vérifier que vous évitez les sources principales de salicylates pendant le premier mois")

NB Taty : sorry, j'aurais dû insister que l'éviction salicylates est UN mois et basta ; sinon, avec soupçon de canari, on aurait fait le test de provocation seul… je n'ai pas été assez claire

En parallèle j'ai fait 5 formes de repos +drainage lymphatique Voder+ évité le gluten complètement et réduit les salicylates aux seules oléagineuses et thé.

Effet: transit bien meilleur, fin des douleurs d'estomac et des pbs digestifs (qui étaient somnolence après repas, digestion interminable), mais envie de beaucoup manger (fromage, salicylates, viande dont charcuterie) avec douleurs articulaires fortes et foie/vb fatigués (langue blanche, yeux gonflés au réveil), fatigue.

NB Taty : donc tu as fait ça pendant tout le mois de décembre ?

- Janvier-février: assiette ressourçante

Au départ + L-glutamine pdt 15jrs, effet super sur les "rages de", puis tension nerveuse, difficulté à trouver le sommeil, arrêt L-glutamine, bourgeon de figuier à la place (sans effet). Reprise des "rages de" (pain, fromage, ou chocolat, ou oléagineux).

Effet positif sur l'état général: qualité de la digestion, vitalité et mémoire améliorées (vive le repos allongé), estomac ok. Douleurs articulaires toujours surtout la nuit

NB Taty : L-Glutamine, ça semble confirmer que tu étais encore réactive aux amines à ce stade ? à ce stade-là, que ressentais-tu quand tu recommençais des sources de salicylates plus hautes que le minimum minimorum ? Avais tu des manifestations directes après des repas avec amis additifs & Cie) ?

- Mars: cure antiparasitaire + assiette ressourçante toujours. Débarrassée des rages d'oléagineux, mais autres rages toujours tapies dans l'ombre

- Avril-Mai: Retour au calme mais peu de repos. Suppression totale des salicylates (sauf 1 thé par jour) et des céréales, des sucres sous toutes leurs formes, reste plus que le fromage (tous les deux jours au moins, et difficile de contrôler la dose: plutôt 50-100g que 40g...), voire la viande quand je réussis à oublier le fromage.

NB Taty : Retour au Calme pendant 15 jours ou plus ? peu de repos : tu devines ma réponse, je sais c'est casse-pieds, mais si on fait pas d'abord les Cinq Formes de Repos sérieusement, l'alimentaire en cure en tout cas est presque vain –
épuisée depuis 15 ans = 5 formes seules pendant au moins 3 mois, si pas 6, avant de commencer les cures –
je me suis fait blouser par ton apparence de vitalité qui est, me semble-t-il, simplement un côté excessif (comme le mien, oh ! que je te comprends de vouloir en sortir si vite… si j'osais dire tout ce qu'ai essayé, j'ai honte d'avoir tant négligé l'écoute de mon petit corps…)

- Fin mai: 15 jours de full ketone sans soutien du foie en parallèle (pas de Biotaurine dans le secteur)
Satiété à table (aaaah!), pas faim entre les repas, bon moral, clarté d'esprit, mais grosse fatigue digestive surtout au début, selles blanches puis très pâles, yeux comme des soucoupes, sommeil et douleurs articulaires toujours. J'ai voulu essayer les salicylates en guise de dessert (oléagineux), ballonnements garantis chaque fois, gaz malodorants, c'est pas encore le moment. Rage de fromage atténuée.

NB Taty. quant aux graisses, voir si la vésicule les métabolise bien (couleurs claires des selles), sinon t'aider avec un peu de cynarol.

- Juin: depuis hier plan nouvelle flore sans salicylates (sauf huile de coco et olive)

Avec xfois les doses indiquées en acides gras: je ne compte pas parce que j'en ai trop besoin (j'ai quand même compris ça du dedans avec full ketone).

Au menu: crème fraîche à la petite cuillère (si si!), beurre cru, huile colza, huile de palme, olive. J'essaie de prendre majoritairement des saturés (2/3), et j'attends la Biotaurine/Desmodium en commande.

Eviction: toutes les céréales (j'ai peur d'y revenir, j'aime trop la sensation sans ballonnements), tous les oléagineux, tous les sucres. Diminution du temps de cuisson du bouillon et mollo sur la charcuterie (amines). Je vais essayer de limiter les fromages à 2x par semaine, en ramenant les portions à 40g si je peux. Et revenir au repos...

Voilà, qu'en dis-tu?

NB Taty qui fait le disque rayé, tu te doutes que je vais te parler du non alimentaire et du repos. C'est dur pour le corps toutes ces cures ! alors que simultanément on se sent plus libérée, j'en conviens.

Je trouve aussi dur de fonctionner dans l'éviction, je vais finir par regretter d'avoir écrit ces topos, car l'éviction ne correspond qu'à l'arrachage de la flèche qui t'a blessé, arrachage utile pour pouvoir recoudre la plaie. C'est momentané.

Tu n'es pas la seule à t'auto-médicamenter par l'assiette en me semblant ne penser qu'aux évictions.

C'est ce qui apparaît dans tes derniers mails en tout cas. 

Pour agir (acceptons une nature qui veut intervenir au lieu de laisser le repos faire son boulot), si tu te contentais de lavements à la Kousmine, des exercices tibétains ou de stretching, de sophrologie ? Et de revenir à l' Assiette Ressourçante en y ajoutant tout ce que tu as senti de si positif pendant les cures ?

Sans farineux trop longtemps, tu risques peut être de ne plus les digérer après….

Je retiens que ta thyroïde est ta nase et que tu es sans médoc, right ? Comparaison osée : c'est comme si demandais à une récente opérée de courir un marathon…

N'oublie pas le fameux bicarbonate de soude qui fait tout digérer, quand tu as envie de dévier.

Ne serais-tu pas une excessive dans tes plans ? ça me semble si radical, ce que tu pratiques…

Détail : fromages ou yaourts peuvent être tous les jours, ne te prive pas trop tout de même sauf si le bouillon te suffit (lien calcium et oxalates, long à expliquer)

As-tu essayé la spiruline en brindilles voir www ;domainealgal.fr ? hyperpositif pour l'apport protéiné minéralisé ET biodisponible pour les épuisés (en fait ce ne sont pas des algues, ce sont des bactéries -> on va dire de l'animal ; et en effet, ça booste à donfeu même les fragiles…)

Tout ceci exposé, je te félicite de ton opiniâtreté et d'une telle autonomie ! Tu mérites d'en sortir plus vite….

retour page de base du blog