taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

  Audits nutritionnels - p. 3

retour page de base - voir page 4

A partir de cette page 3, ce blog reprend des mails avec ou pour des participants aux stages.

1.9.2016 Les nouveaux catalogues Aladdin en version papier sont bientôt disponibles. Praticiens, commandez-les chez moi, par mail, via la fiche contact.
A cette occasion, j'ai rédigé un document pratique, à votre intention - à télécharger:

"Coachs, auditeurs et praticiens amateurs de cuisine ressourçante et de profilage, quels livres parmi les topos utiliser pour que vos clients comprennent mieux la cure ou la plate-forme que vous leur conseillez? Je détaille ci-dessous à quelle mouvance se rattache chaque cure.
La différence entre mes topos et les diètes originales :1. l’option profilage individuel, 2. l’idée qu’on vise le bien-être et non la minceur, 3. les entrées et sorties de cures, 4. l’insistance sur la qualité ressourçante (quand c’est possible sans stress pour le mangeur) et 5. surtout surtout surtout le fait que ce sont des cures, donc temporaires! Ainsi, on ne fait pas trop d’erreurs de ciblage, on ne risque qu’un impact neutre à la rigueur en quinze jours (auquel cas on sait que la piste est erronée), on ne redoute pas les effets secondaires bien connus chez les pratiquants au long cours de ces systèmes excessifs.
" Télécharger


30.8 Un billet très drôle du dr Jason Fung (néphrologue américain que je suis pour ses connaissances très pointues sur le jeûne/le diabète): "Comment ne PAS écrire de livre sur un régime" (pour les anglais lisants seulement). Inutile de préciser que je partage tout, mais alors là TOUT ce qu'il écrit. Very funny indeed.


L'audit nutritionnel en concret ou Hercule Poirot au XXIè siècle

Illustration de ce qu'est l'enquête d'un audit nutritionnel à ma façon.

Les rares aventuriers qui osent me téléphoner pour demander des conseils (inconscients de ce qu'ils vont entendre « non » après leur première phrase: "je peux vous poser une question?", puis après leur deuxième et leur troisième… et enfin « non je ne peux pas vous répondre, j'aurais besoin d'une heure, merci de votre intérêt, au revoir ») doivent comprendre qu'il faut étudier un cas avant de se prononcer en nutri profilée. S'ils ont lu mes livres, ils ne peuvent pas prétendre à une distraction, ce concept est exposé à chaque page...

Dans ce contexte, j'extrais de notre forum confidentiel d'auditeurs un échange qui me ravit.

Question d'une l'auditrice au groupe. "Est-ce que vous avez déjà vu des cystites en réaction des bains dérivatifs? BD normaux, pas de poche... Deuxième essai, deuxième cystite pour la dame. Quelqu'un a une expérience de ce genre? une réflexion sur le sujet?"

Réponse d'un autre participant, notre Hercule Poirot du jour, donc:

  • Quel est le contenant qu'elle utilise, propreté du contenant, où est-il stocké ? 
  • Quels sont les gestes qu'elle réalise pour le bain dérivatif ? (proximité voie anale, déséquilibre de sa flore intestinale etc..). Est-ce qu'elle fait bien le vrai bain dérivatif et non la méthode France Guillain première version? Si par exemple de l'eau coule au niveau de l'anus, puis tombe dans la réserve d'eau fraîche en dessous et bien les germes vont-être déposés à proximité du vagin lorsqu'elle réalisera les frictions suivantes.
  • Est-ce qu'elle utilise un gant ou autre linge ? où est-il stocké ? la qualité du linge utilisé ?
  • Qualité de l'eau ? Robinet ? par exemple tester avec de l'eau en bouteille à bas prix ? juste pour éliminer l'éventuelle eau de robinet contaminée. Ou par exemple préparer l'eau la veille, y mettre une cuillère à soupe d'argile surfine ou ultra ventilée illite de chez Argiletz par exemple, tu mélanges la quantité d'eau avec l'argile, tu laisses reposer la nuit ou plus et ensuite tu récupères l'eau en laissant au fond l'argile et tu fais le bain dérivatif avec.

(témoignage de la part d'un naturo après les modules)
Salut Taty,  Parfois je me demande pourquoi certains de tes livres ne se vendent pas comme des petits pains!! Faut dire que pour certains, il faut être un féru de nutrition.  Je viens de terminer : "burn out" et même en sachant déjà énormément de choses ( dans mes études, mon expérience et la lecture de tes livres bien sur ) ça fait quand même une densité d'infos à intégrer et à classer dans la tête.
Pour ce qui est des recettes, en fait nul besoin d'un livre. Tu donnes déjà pas mal d'éléments et des recettes de base pour commencer, surtout pour les débutants et leur organisation! Après c'est du bon sens et de la créativité. Je suis en train de regarder pour faire un cheescake en version ressourçante ( oups voilà que je parle comme toi!). Dans les faits de toute façon il faut mettre en pratique et l'aisance se fait d'elle même au bout d'un moment!  
Il me tarde quand même de lire tes nouveaux topos. Je suis régulièrement l'actualité...toutes les bonnes choses arrivent quand elles sont prêtes.  Enfin sur tout ce qui est équilibre  hormonal (peat, Lee etc..) ou autre metabolictyping c'est en anglais et du coup, là c'est trop d'effort et de temps pour comprendre... Je regrette de ne pas être bilingue!! A bientôt


R1 (à un électrosensible qui serait guéri, cas que je connais par ma soeur). Je suis la soeur de Michèle. Devenue spécialiste des "canaris de la modernité" par la force des choses, je suis assez souvent confrontée à des personnes électrosensibles. Je me cantonne à la nutrition, un seul des quatre piliers de bien être, mais j'aimerais leur donner d'autres pistes de recherche

Pourriez-vous me résumer en quelques lignes ce qui, à votre expérience, a été le plus efficace pour vous permettre de ne pas devoir vous réfugier dans une grotte?

Et, pour mes tableaux perso, pourriez-vous me donner votre groupe sanguin?

Merci!

Q1. Mon groupe sanguin est O+ Quant à l'électrosensibilité (il existe des électrosensibles aux basses fréquences, aux hautes fréquences et aux deux), le mieux est effectivement de ne pas s'exposer donc la grotte, dans un sens, est une assez bonne idée. D'autres le font:

http://www.next-up.org/Newsoftheworld/EHS_Cave_Grotte.php

Il existe une zone refuge en Drôme:

http://www.next-up.org/Newsoftheworld/EHS_Zone_Refuge.php

Il existe des possibilités d'isoler complètement des habitations, XXe, que connait X., est en mesure d'effectuer ce type de travail mais il faut une habitation et les moyens financiers de l'isoler.

Il existe aussi des vêtements de protection mais dans les cas les plus aigus comme pour les personnes dans les grottes, cela n'est pas suffisant pour de longues périodes d'exposition. Et c'est inconfortable surtout en été.

Il existe aussi des solutions pharmacologiques et de compléments alimentaires. Pour ma part, en plus des vêtements, je prends beaucoup de mg (un produit qui mélange du mg avec du silicium et d'autre part du mg marin), de l'Acetyl-L-Carnitin, du Phosphatidyl Serin, un cocktail de vitamines B, de la Mélatonine, du gingko, et un produit qui agit sur le système nerveux autonome (que l'on ne trouve qu'au Japon) pour le rendre plus résistant au stress physiologique. J'ajoute des compléments alimentaires divers, de l'homéopathie, de l'acupuncture, et de la naturothérapie. L'alimentation joue aussi un rôle bien entendu.

Donc le mieux pour une personne électrosensible, c'est d'avoir une habitation tout à fait protégée et d'utiliser à la fois une protection vestimentaire et pharmacologique lorsqu'elle doit s'exposer en plus d'une alimentation adaptée et l'aide de divers thérapeutes. Mais c'est cher et contraignant comme tous les problèmes de santé chroniques.

Des liens d'associations:

En France

www.next-up.org (beaucoup d'info sur le site, moteur de recherche pour le site)

http://www.robindestoits.org/

En Belgique

http://www.teslabel.be/

R2. Merci pour votre apport. Je compatis avec vous tous. 

Je copie/colle pour la personne qui me consulte et qui ne peut même pas approcher un ordi ou un tél. Ce sera par écrit.

Selon elle, c'est l'exposition répétée au lindane comme horticultrice qui l'a rendue si sensible. je ne suis qu'à peine électrosensible, juste assez pour détecter quand il y a des wifi environnants (p.ex. je me réveille non reposée après une nuit); ce sont les seules ondes que je peux repérer aussi grâce à mon ordi tout simplement; j'ai trouvé des lieux en hameaux chez des viticulteurs où la 3G ne parvient même pas (j'ai désormais un camping car, je peux chercher comme un petit chien cherche son coin).

Mon ressenti quant à votre approche en micronutrition: en gros, vous rechargez en nutriments à ce que je vois (dont du système nerveux) et en adjuvants de détoxification; mais le médecin ou vous même n'avez pas opté pour un plan nutritionnel pur (privilégier les protéines et graisses; ou légumes; ou simplement manger sain, mais selon quels principes?).

Vous vous sentez à combien de % de votre état normal avec ce protocole? après combien de mois?

Merci! Désolée de vous faire travailler à l'ordi...

Au passage, vous êtes l'exception qui confirme la règle: j'ai vu très souvent des personnes du groupe B être malades parce qu'électrosensibles, chez les autres groupes sanguins, c'est la fragilité globale qui entraîne l'électrosensibilité.

Q2. De rien, j'espère que cette personne trouvera des solutions. Selon des médecins consultés, une intoxication chimique ou aux métaux lourds peut, suite à une exposition à des champs électromagnétiques, entrainer l'électrosensibilité. Un problème cardiaque peut aussi servir de terrain à l'électrosensibilité, semble-t-il. En Suisse, on distingue l'électrosensibilité (réaction physiologique sans forcément s'en rendre compte), de l'électrosensitivité (on sent qu'il y a quelque chose sans avoir de perturbation physiologique) les deux pouvant exister ensemble ou séparément.

Quant à mon alimentation, suivant les conseils de X., je mange maintenant moins de sucres et plus de gras (fromage au lait cru, poissons gras), de protéines et de légumes. Je prends des graines, des noix. Mon traitement est l'addition des conseils de plusieurs thérapeutes (médecins ou non), traitement qui s'affine au fur et à mesure.

Mon problème ce sont les micro-ondes pulsées (sans fil), je ne pense pas avoir de difficultés avec le reste.

Selon l'exposition subie, je pouvais descendre dans le pire des cas à 65% de mes capacités avec une réponse "fight or flight" très importante et une stimulation importante du système nerveux. C'était de s pics.

Maintenant, dans les endroits fortement irradiés, j'ai l'impression de ne pas descendre en-dessous de 80% tout en se stabilisant. Mais je ne sais plus très bien quelle est ma situation "normale".

Et puis il y a l'aspect psychologique qui entre en ligne de compte, de même que mon rythme de vie qui est plus lent (je suis en arrêt maladie), la densité du champ électromagnétique augmente partout, je limite me présence dans les lieux publics. L'évaluation est donc difficile et la situation variable selon l'environnement où je me trouve. Mon traitement vise à résister le plus possible mais aussi à éviter des problèmes à long terme (dégénérescence).

Lorsque je sais que je vais dans des zones plus exposées, je prends du "piracetam", qui, additionné à tout le reste, améliore encore un peu la situation. Mais pour éviter une possible accoutumance, je n'en prends pas de façon chronique.


Q. Hier soir, j'ai été à la conférence sur les neurotransmetteurs organisée par le labo roman païs; X. m'a accompagnée et a pris conscience de l'importance de l'assiette pour ses patients (psy)! Ouf.... cela vient doucement, même si l'oralité n'est pas son truc, comme il dit. Au niveau de l'exposé, plusieurs déceptions:

-Que des omegas 3.....et que des omegas 3...évidemment X. entend cela et mainteantn ne va plus faire que cela!

-Les 2 neurotransmetteurs principaux sont analysés (dopamine et sérotonine); les 2 autres ne semblent pas être en carence chez les patients (mon oeil, quand je fais le test de Braverman, je manque bien de Gaba). Selon le Dr Caudron, il y aurait seulement des déficiences de récepteurs Gaba.

En gros, on en arrive à conseiller: petit déjeuner protéiné (pour la dopamine, thyrosine) et à partir du goûter et du souper, des glucides ou alimentation végé pour la sérotonine.

Je remarque que Nutergia dit la même chose, c'est la dernière mode.

On conseille évidemment le petit lait pour le tryptophane mais voici la question à laquelle personne peut me répondre: dans le kephir, tu as du petit lait mais aussi d'autres acides aminés encore présents? Si oui, il y a compétition pour le tryptophane. Sinon, OK, je sais que le kefir de lait est bon à conseiller dans le sens de stimuler la sérotonine (je connais les autres merveilleuses vetus du kefir).

Sinon, il reste à faire son petit lait soi-même donc, à partir de fromage blanc!

R. Coucou et merci pour le résumé

le petit-lait a TOUJOURS d'autres acides aminés, c'est bien son grand atout -> compétition tryptophane peut être, mais comment faisait-on dormir les petits et les vieux avec un bon verre de lait cru dans le temps?

Ah, ils deviennent trop pointus, ces gaillards; ils oublient le totum, la synthèse, le contexte, je ne sais plus comment le formuler... la gestion de la sérotonine ne provient pas que des apports tout de même …

et encore moins des mêmes apports pour tous : comment expliquer que, pour certains mangeurs (voir les témoignages dans les FAQ), des modes alimentaires very-low-carb les sortent des cauchemars et des phobies ? des problèmes de sommeil ? des sautes d'humeur.


T. C'est une occasion de vous remercier pour tout le bon sens que vous partagez si genereusement dans vos livres, j'ai partage des cures anti-fatigues avec des amis medecins et je peux affirmer que votre travail simple, sensé et gourmand, touche des personnes bien au dela de votre reseau d'influence...


Q. Hier soir, je suis allée à la conférence de Marcel Roberfroid, prof émérite à l'UCL, fac de médecine. Tu connais? Il a fait de la recherche toute sa carrière.

A commencé par s'intéresser au lien alimentation-cancer puis alimentation-cancer du colon puis aux prébiotiques (c'est lui, si j'ai bien compris, qui a mis au point les prébiotiques sur base de recherches entamées notamment au Japon...). Sa conférence: la sagesse intestinale ou comment nourri notre terre intérieure?

D'abord, je me suis retrouvée 15 ans en arrière, sur les bancs de la fac, devant un prof qui parle comme un prof, mais qui parle de bouddha, des médecines orientales, du hara, des méridiens, qui parle philo orientale, de centrage énergétique, méditation céleste ... avec un langage de scientifique ouvert et pour moi, c'était la première fois.

ça m'a un peu ému... car même la méditation en pleine de conscience de l'UCL (fac de psycho), ça reste très cerveau gauche! c'est de la méditation universitaire! 

Ici, pas ça du tout... bienvenue au cerveau droit! en plus,il a un discours proche de la terre: on tue notre Terre (engrais, cultures hors sol, wc à chasse et plus sec... on rompt le cycle naturel) et notre terre intérieure.... avec un beau schéma...

Bon, mais c'est pas pour ça uniquement que je t'écris... je t'écris par rapport à la partie cerveau gauche de son exposé ;-)

Pour lui, au niveau intestin, c'est la flore qui fait tout et sa bonne qualité contrôle les propriétés actives de l'intestin, à savoir, bonne digestion (décompo, transfo, assimilation, excrétion), bonne paroi intestinale, bonnes défenses immunitaires, bonne production d'hormones (50 hormones), bon système nerveux entérique (70% de la sérotonine est produite par l'intestin).

Il parle de flore dysbiotique quand dysbiose => couacs dans toutes les propriétés actives de l'intestin.

Comment avoir une bonne flore, en qualité (plus de bonnes bactéries) et en quantité? avec une alimentation équilibrée, proche de la bonne terre ! on est d'accord. (il parle même des individualités en disant que certains se portent très bien de manger tout cru mais pas d'autres). grâce à cette alimentation, on nourrit aussi les bonnes bactéries... Cmt? en consommant des aliments coliques c-à-d qui nourrissent la flore car ils arrivent dans l'intestin sans être détruits avant:

a) les hydrates de carbone non digestibles, eux nourrissent indifféremment toute la flore (bonnes et mauvaises bactéries) , (par fermentation... et il a parlé des acides gras à courte chaîne puis s'est interrompu en disant que c'était trop de détails... dommage...!!!!)

-> les amidons résistants (contenus dans les aliments contenant de l'amidon dont une partie est digérée , glucose = substrat pour cellules)

-> les fibres

-> légumineuses germées

-> légumes (fruits) de saison

b) les prébiotiques nourrissent seulement les bonnes bactéries . notamment l'inuline (extraite de la racine de chicorée) mais on en retrouve dans artichaud, ail, banane, poireau, oignon, froment, salsifi, topinembour (légumes racines).

Etudes faites par lui sur inuline: elle modifie qualitativement la flore (expérience d'analyse de selles compliquée. Système de mesure mis au point sur une année pour mesurer la présence de toutes les bactéries sans qu'elles ne meurent).

Il ajoute qu'il existe certainement d'autres prébotiques qu'on ne connait pas, dans les aliments. (si manque de probiotiques = bactéries, après diarrhée, antibiotiques, ... prendre yaourt de lait cru, produits lactofermentés... OK) 

Bon, donc, là, je me penche sur "nouvelle flore" ou on retire les hydrates de carbone, les sucres. Que fait-on d'après sa théorie? on ne nourrit plus la flore, ni les bonnes ni les mauvaises bactéries (il me l'a confirmé, je lui ai parlé).

Mais, réflexion personnelle, comme on mange ressourçant dans la cure, peut-être qu'on mange quand même des prébiotiques sans la savoir puisqu'il n'y a pas que l'inuline qui est prébiotique... heureusement sinon, les intolérants au gluten, amines, ... ne pourraient pas avoir de prébiotiques (dans froment, bananes,...)

néanmoins, voici mes questions: 

  • faisons-nous autre chose que de ne pas nourrir la flore lorsqu'on supprime les hydrates de carbone? 
  • ne pourrions-nous pas miser sur des prébiotiques (ou aliments en contenant) en plus durant la cure?

Pour "marcel", quand on mange des oignons (prébiotiques), on a des gaz car pour se nourrir, il y a fermentation des prébiotiques. mais je comprends que selon lui, ce n'est pas une mauvaise fermentation. Il conseille marjolaine, origan, sarriette et aussi d'y aller progressivement dans l'ingestion des prébiotiques et toujours avec un repas.

BON. mais dans "du gaz dans les neurones, p.33 et aussi p.47", tu parles de manque d'enzymes (car mauvaises villosités intestinales), donc, fermentation déviante des hydrates de carbone par les mauvaises bactéries = fermentation alcoolique = PAS BON (cela attire les mauvaises bactéries et les nourrit)

Donc, les amidons résistants qui existent lorsqu'il y a eu dégradation des hydrates de carbone nourrissent les bonnes et mauvaises bactéries par une bonne fermentation (c-à-d?) mais lorsqu'on manque d'enzymes, il n'y a pas de dégradation des hydrates de carbone et donc, ces grosses molécules fermentent d'une mauvaise façon (alcoolique) et attirent les mauvaises bactéries uniquement?????

et que dire de la cure kitchiri? je suis justement en train de la faire! pourquoi? car problèmes intestinaux (selles pas belles, gaz,... problèmes de peau,...). Dès le premier jour, je n'avais plus de gaz ni de selles molles!

je lui ai posé la question de ce qui se passait, selon lui, avec cette cure. il m'a répondu: "vous devez calmer et nettoyer qqch en faisant cela... car plus de protéines animales ou de gluten qui favorisent les mauvaises fermentations. mais comment ensuite vous allez maintenir ce bien-être?

vous n'allez pas continuer votre cure? donc, peut-être améliorer la bonne flore avec bonne alimentation et prébiotiques si vous êtes sensible" (rem: lui qui est pour le fait de tout trouver dans les aliments prend quand même 10g de prébiotiques chaque jour)

Je ne comprends pas quels sont les effets de la cure kitchiri.. 

ok par rapport au gluten: on referme les jonctions serrées car on n'apporte plus de gliadine (c'est ça?). Donc, les peptides mal dégradés ne passent plus de même que d'autres toxiques, caséine, oxalates,... => moins de fatigue, d'inflammations diverses, de soucis de peau,... Mais quelle explication par rapport à la dysbiose? quel lien entre le gluten et la flore? entre le gluten et la fermentation (je n'ai plus de gaz)? 

Kitchiri, c'est légumineuses et riz => amidons en quantité! si pas d'enzymes car mauvaises villosités, on nourrit la mauvaise flore.

Peut-être que comme on referme les jonctions serrées, ça a une influence sur les villosités? a-t-on de nouveau des bonnes villosités et des enzymes? => on décomposerait alors les hydrates de carbone donc, au mieux, on nourrirrait toute la flore, bonne et mauvaise (car amidon résistant = aliment colique). 

Il m'a dit qu'un de ses collègues travaillait avec Campbell en angleterre. Elle ne connaissait pas les prébiotiques et commence à les introduire dans son travail avec les enfants autistes. intéressant...

Il est très prudent sur plein de questions posées. Par exemple, quel lien entre dysbiose et acidose? Il n'a pas de réponse.

A ce niveau, si tu as un avis, je suis preneuse. je sais que tu ne souhaite pas trop en parler car trop de polémique sur le sujet de l'acidose. mais polémique par rapport aux aliments acides/basiques ou polémique par rapport à la fiabilité de l'explication théorique: trop d'acidité de par un milieu toxique externe et interne (dont les acides développés par une mauvaise digestion: fermentation, putréfaction, acides rejétés dans la sang à la faveur d'un intestin poreux) fait flamber les terrains inflammatoires, déminéralise, épuise les reins, ...

des gens lui ont demandé: et les candidoses? et les maladies de crohn? "je ne me risque pas sur ce terrain ""les prébiotiques n'expliquent pas tout!"

ok... bon, j'espère que mon mail ne t'encombre pas... tu peux le mettre sur le blog si tu le juges utile, mais je le trouvais un peu trop théorique...

R. merci pour ces notes qui seront très utiles à la communauté (je copie/colle ce mail sur le site, tu t'en doutes...)

Ne m'en veuille pas, j'ai survolé ton mail et je réponds globalement (tu sais comme je ne suis plus du tout passionnée par le sujet).

Le professeur Marcel Roberfroid est un tout grand bonhomme de la recherche, formidable qu'il fasse encore des conférences et des recherches alors qu'il pourrait biner son potager à la retraite. Il m'a fait l'honneur de relire quelques uns de mes articles et le topo sur le lait, avant publication (je voulais m'assurer de ne pas y écrire trop de bêtises...)

Il a raison... et moi aussi. Mmmmh, comme c'est simple.

Il a raison scientifiquement, mais sur le terrain on ne voit pas toujours l'effet de cette pratique. Or, scientifiquement, il n'y a pas vraiment de background. Donc il doit se tenir à sa posture de chercheur.

Je te rappelle mon mantra de chaque conférence et chaque stage "nous avons tous raison, mais pas pour tous les mangeurs ni tout le temps...".

Dans mes livres (relis peut être Du Gaz dans les Neurones à la lueur de ces nouveautés pour toi), tu peux lire entre les lignes que je réponds à toutes tes questions, que je me suis posées aussi lors de colloques et lectures.

Dans les topos, je propose en outre une autre vision (pourquoi répéterais-je celle qui est écrite sur tous les murs de la ville?) pour que chacun puisse faire son miel; enfin pour que chaque thérapeute y trouve un outil de plus dans son arsenal.

Dans Du Gaz, recherche dans l'index à prébiotiques (si j'ai bien fait mon travail d'indexeuse....).

Au passage et anecdotiquement, Gottschall/RGS n'a jamais eu besoin de prébiotiques or on a des dizaines d'années de recul sur cette pratique-là sur des cas graves (Crohn & Cie); raison pour laquelle je m'en inspire plus que de Campbell (seule et plus jeune; et qui sait si elle ne va pas prendre la grosse tête bientôt....).

Pour l'acidose, j'ai publié un article mais où??? Peut être dans Quand j'étais Vieille

Q2. merci pour ta réponse!

je suis super impulsive quand mon cerveau gauche est tout excité et c'était le cas lorsque je t'ai écrit mon mail... pourtant, je me connais et j'avais quand même réussi à laisser poser les choses dans ma tête pendant plusieurs heures ;)

et évidemment, après t'avoir envoyé mon mail, j'ai trouvé le passage sur les prébiotiques dans "Du Gaz" et d'autres passages qui me disaient aussi: "t'as été trop vite pour envoyer ton mail ma fille!"

J'ai prévu de relire et résumer "du Gaz" et le reste aussi d'ailleurs (c'est pas juste un projet, j'ai déjà commencé et c'est fait pour 3 bouquins).

j'en ai besoin sinon c'est trop le fouilli dans ma tête...

donc, merci pour ta réponse qui m'éclaire quand même. heureusement que j'ai maxim et qu'on peut débattre ;-)

je te promets d'être plus patiente et de me calmer la prochaine fois que j'ai une montée d'adrénaline suite à un stress intellectuel! je sais que tu n'es plus passionnée et que s'il y en a 20 comme moi, tu dois faire au moins 20 poteries pour compenser!

je me disais que néanmoins, dans quelques mois, quand j'aurai tout bien posé et que j'aurai bien discuté avec max, est-ce qu'on ne pourrait pas se voir lors d'une sorte de RDV-questions. Un vrai RDV où je te paie... comme ta volonté, c'est aussi de faire passer les choses pour t'en dégager, ce serait une façon de le faire, non? je sais qu'il y a les journées de suivi mais moi, j'ai besoin d'un truc très structuré où je peux faire des liens en fonction de mes questions théoriques... et pas encore pratiques. Je sais que j'ai besoin d'avoir une connaissance profonde des choses avant de pouvoir en faire qqch...

Néanmoins, je sais aussi que si j'attends de tout comprendre pour pratiquer, je ne serai jamais prête et toujours frustrée ... d'autant plus que la nutrition est un art et non une science... et donc, un artiste pratique pour s'améliorer aussi... donc, je t'annonce que je me lance dans l'audit et le coaching... 

R2. salut, merci c'est un délice de travailler avec des curieux qui sont aussi fins dans leur analyse.

X.r te dirait "ah oui, nous les diathèses II on a besoin de parler au pape".

Un rv questions/réponses avec madame la papesse? ça n'en vaut pas le coup je crois, si tu as bien lu les livres je ne ferai que répéter ce que j'y ai écrit (un peu historiser avec des anecdotes, peut être) mais je peux le faire bien sûr, surtout si vous recevez des gens dans vos ateliers (histoire d'éviter les doutes).

Les journées de suivi sont à mon avis le meilleur plan pour ta problématique, car tu auras d'autres avis que le mien. 


Q. j'aurais vraiment besoin qu'on parle de l'après-cure, comment gérer la sortie, la transition...

Après le précédent module, j'ai fait la cure Décrochez des sucres 15 jours. ça m'a fait un bien fou. Le problème ça a été d'en sortir, je n'ai pas su trop bien comment faire. J'ai réintroduit des féculents, et j'ai eu l'impression d'avoir mis la main dans le panier aux serpents

Là vraiment c'est le bazar dans mon alimentation, j'ai repris du poids, je me sens engorgée, encrassée... Et donc j'ai résolu de reprendre le Sans sucres, mais je voudrais négocier la sortie au mieux pour ne pas retomber dans le yoyo...

R. félicitations pour la cure, mais tu as été un peu vite puisque tu n'as pas encore fait le module II où on voit les cures, la préparation et le suivi ; tu n'as pas non plus eu de ma part une stratégie puisque pas d'audit ;

c'est pour ce genre de cas que je prévois les journées pratiques « les suivis » ;

les participants du module II ne veulent pas tous de tels détails et en plus on n'en a pas vraiment le temps, mais on pourra survoler si tu n'as pas le temps pour ce lundi...

la plateforme que tu pourrais suivre au moins trois mois est ici: xx, histoire de ne pas vivre ce que tu viens de vivre.

Il faudrait faire une « descente » de cure, dès lors qu'on a pu évaluer qu'elle était efficace chez toi -> je te dirai la progression.


Q. désolée de t'importuner encore mais j'ai une patiente qui a un gros problème au niveau loco moteur -elle a du mal a marcher des vertiges etc- et d 'élocution elle arrive difficilement a parler. elle a une soixantaine d'année et a déjà vu beaucoup de personnes en France.

Sur mes conseils elle a lu le livre de Ross et commencé a modifier son alimentation. 1° résultat positif depuis fort longtemps : son moral a remonté.

Du coup elle voudrait connaitre quelqu'un pour l'aider à réequilibrer les acides aminés -médecins ou autres- soit elle pourrait t'envoyer un email si tu étais d'accord et tu pourrais lui répondre

-bien entendu je n'ai pas donné ton adresse- soit tu me donnes des noms de personnes compétentes que tu connais et je lui transmet...

cette femme me touche beaucoup...

R. bonjour, je comprends ta demande, mais pour l'option "aide ponctuelle" tu verras au module 2 que les 14 pages du questionnaire de profilage ont une raison d'être!

Je ne peux l'aider que par un audit complet (par moi ou par l'un des coachs français sur ma page ad hoc). Pour la liste des médecins "en aices aminés" si elle veut aller par là (je n'y crois pas pour chez nous, ceci dit en passant, ce n'est peut être pas clair dans mon texte sur le merveilleux livre de Julia Ross), il faut demander un spécialiste des acides aminés chez Thierry souccar lanutrition.fr - en sachant que

1. très souvent ils sont nutrithérapeutes -> bonjour les compléments alimentaires en pagaille (tu connais mon avis sur le sujet pour les cas de burn out)

2. + parfois ils sont aussi hormonothérapeutes type médecine anti-âge et alors on est parti pour des risques considérables à moyen et long terme.

Je ne connais personne qui n'utilise que les acides aminés....

Si cette patiente te touche beaucoup, fais la attendre jusqu'à ce que tu aies fait le stage (elle attend depuis si longtemps...) et combines les AA avec un plan alimentaire bien structuré (commence déjà par le simple plan en cinq points de Julia Ross résumé en fin de mon chapitre II de Cinglés de Sucrs, que tu as reçu).

Je te réponds longuement pour pouvoir copier/coller à l'intention des autres référents en audit/profilage; mais normalement ce n'est pas dans mes objectifs de faire la thérapeute et ce n'est dans mon planning de donner des conseils de thérapeute - où trouverais-je le temps de respirer?

Si certains de tes patients se plaignent que je ne réponds pas au mail, rappelle leur que je ne suis pas un service public :) avec le sourire bien entendu, mais aujourd'hui que les frontières public/privé se réduisent, on dirait que certains lecteurs me considèrent comme une domestique qui doit répondre le doigt sur la couture du tablier...

Idem pour les appels téléphoniques, au fait (raison pour laquelle mon répondeur est installé en permanence même quand je suis là).


Q1. Je voudrais des renseignements et conseils nutritionnel pour une maladie de crohn en rémission depuis 3 ans mais malheureusement une colopathie fonctionnelle qui n'en fini pas ... Je suis également enceinte de mon 3ème petit lous, je suis à 4.5 mois et les douleurs me pésent et surtout me sapent très souvent le moral et tous les complèments alimentaires me coûtent cher, les régimes pas facile à suivre et pas toujours efficaces :- Merci d'avance pour votre aide, bien à vous

R1. Dans votre malheur vous avez de la chance car généralement je pense qu'il n'y a pas un régime pour une maladie mais bien un régime pour une personne;

or, dans le cas d'un sujet de type Crohn ou RCUH, même en rémission, le régime que je prône dans mon topo Du Gaz dans les Neurones (la cure Nouvelle Flore) est efficace chez quasi tous les profils.

Je vous propose de lui donner une chance avant de faire l'audit, ce qui vous économisera des dizaines d'euros au passage.

Comme vous êtes enceinte, ne pratiquez le régime que je décris de manière stricte que pendant 15 jours, puis assouplissez. Vous n'aurez aucun besoin de compléments alimentaires.

Si vous voulez un coaching pour évaluer les effets de cette cure, les adresses sont sur mon site.

Q2. Je vous remercie pour cette réponse rapide, j'ai acheté le livre et l'ai lu, j'ai aussi vos livres de recettes, mais je ne sais pas si enceinte on peut manger des produits à base de lait cru ?

aussi je ne suis pas immunisée toxoplasmose, et d'après une analyse sanguine faite par un nutritioniste je serai intolérante aux bananes, oeufs et je suis positive au candida. Donc il m'a interdit les sucres et les levures.

Ce qui est difficile pour moi c'est le manque d'idée pour le petit déjeuner ce matin par exemple j'ai mangé 2 petits suisses avec du sirop d'agave et une tranche de jambon. Est ce ok ? Je vais essayer comme vous me le proposer la cure Nouvelle Flore, je vous remercie beaucoup.

R2. bonjour,

1. Nouvelle Flore ne demande pas qu'on mange des produits de lait cru (à vérifier dans le livre; si je précise "de lait cru", c'est souvent dans ces cas là pour éviter que les mangeurs ne s'approvisionnent en n'importe quoi riche en additifs et plasticrasses...), c'est dans l'assiette ressourçante qu'on insiste sur les produits de lait cru - ne prenez pas de risque face aux conseils du gynéco

2. analyse sanguine: ces nouveaux tests sont justes une fois sur deux, ce qui signifie qu'à 50% de résultats fiables, je ne m'y fie pas; par ailleurs "positive au candida" = no sucres no levures, c'est un peu simple...

3. petits déjeuners: voir dans la liste des menus du livre pour des petits déjeuners sages (sirop d'agave: yiiiiks, c'est une vraie crasse! )

Q3. (quelques mois après) Je suis allée chez X. faire l'audit. Quand je fais la cure nouvelle flore en effet mes intestins vont mieux. Il est cependant difficile de tenir ce régime. Comment dois je faire après les 15 jours de cure ? Que puis je remanger ?

X. ma confirmer aussi un problème d'hypoglycémie et que j'étais Vata. Donc plus de fruits non plus, ni sucre, ni céréales. Je suis un peu perdue.... difficile de trouver de quoi manger et qui me donne envie surtout le matin.

uis je manger de l'avoine avec du lait pour remplacer le pain ? Je sent que mes intestins tirailles le crohn n'est pas là car pas de diarrhée, mais j'ai le ventre endolori tout le temps.

Aussi lorsque j'arrête le sucre et que j'essaye de tout supprimer comme conseillé, je fais des crises d'angoisse et le stress joue également sur mes intestins.... un cercle vissieux :-(

R3. bonjour, je ne peux répondre sans avoir fait l'audit (les 14 pages de questionnaires ont leur utilité!), mais comme j'avais X. au téléphone aujourd'hui, je lui ai parlé de votre cas. Je pense qu'elle a bien ciblé votre profil, et je pense que vous devriez continuer avec elle. Le Crohn est en rémission à ce que j'apprends, mais les douleurs sont un de ses bruits en sourdine. Il y a moyen de les calmer avec un programme assez simple, pas une cure.

NB: elle n'avait pas recommandé de cure nouvelle flore, c'est moi qui l'avais suggéré par mail. Vu votre cas (tempérament doux + enceinte + crohn en rémission et non flambant); je comprends que c'est alors dur à suivre.

Par ailleurs, il ne faut pas cumuler lutte contre la dysbiose et lutte contre la glycémie, je ne comprends pas pourquoi vous vous compliquez la vie à ce point là.

Au passage (c'est mon avis perso), elle m'a dicté au tél. les compléments alimentaires que vous prenez, excusez le ton, mais c'est un cas de polymédication dans lequel la cure ou une réforme alimentaire est presque inutile car vous submergez l'organisme de travail supplé&mentaire, d'agressions en quelque sorte - comment peut-il encore trouver les ressources pour se regénérer grâce à l'assiette?

Faites des changements simples, en douceur, conviviaux, ils sont aussi efficaces que des actions au lance-pierre (mais effets plus lents à se manifester: en semaines et non en jours). Pensez surtout au bébé!

R3a. J'ai un peu de temps aujourd'hui, j'ai relu nos anciens messages d'il y a plusieurs mois- ah que je me mords les doigts de vouloir aider sans faire les audits, pour vous économiser des sous!

Je n'aurais pas dû vous conseiller la cure Nouvelle Flore de manière aussi cavalière par mail, vu ce que je sais de votre cas après la discussion avec X..

Veuillez accepter mes excuses, mais aussi mes remerciements, je viens de prendre une bonneleçon: à vouloir trop aider, on fait parfois du tort.

Au moins un point positif: avec la cure on a pu voir que les douleurs étaient au moins calmées, c'est donc la bonne piste (j'utilise parfois les cures juste pour vérifier le bon ciblage). X. vous suivra alors pour le programme type Nouvelle Flore mais beaucoup plus doux.


Q1. - Je rame sur le test hormones de Julia Ross: à quoi correspond chaque score (hormones, etc.) et à quel profil ça renvoie. Je n'ai rien là-dessus dans les notes du module I que tu m'as envoyées. Est-ce que tu peux m'éclairer en deux mots ou m'envoyer une doc stp? Qu'est-ce que tu fais de cette info concrètement ?

R1. je te joins le fichier pour le décodage du test de carence en hormones

je ne fais rien avec, que croiser avec mes autres infos et me confirmer/infirmer que je suis bien face à un vrai burn out. Juste pour savoir si la personne peut encore utiliser l'alimentaire ou si elle est trop déglinguée. Nous ne sommes pas praticiens, rappelle-toi. Nous ne faisons que décoder.

Je n'ai pas encore de texte sur le sujet, ça vient - rappel (mais je comprends que tu aies zappé, le stage est si dense en nouvelles infos: je vous joins le fichier dans les documents, mais je ne l'explicite pas lors du séminaire, car c'est une pratique trop perso, trop intuitive de ma part)

Q2. quelle gestion des acides gras en cas d'obésité+diabète ou pré-diabète?J'ai une copine dans ce cas et j'hésite à lui conseiller les mêmes 4cs de gras saturés/monoinsaturés qu'aux 2 autres de mes cobayes...

R2. salut pour ce cas-là, base toi sur les doses dans Cinglés de Sucres (la grille ou la liste positive ou le programme)

Q3. Quand est-ce que tu conclues à l'épuisement chronique (cumul de quels scores?)

R3. quand les classes I, III, IV, V et VII sont à plus de 20, conjointement, en gros et en travers (mais ça se confirme/infirme avec la lecture d'autres paramètres du questionnaire) + quand c'est cumulé à des carences en hormones et neuromédiateurs

Q4. Pour les acides gras, en cas de surpoids-obésité tu conseilles toujours l'équilibre gras saturés-monoinsaturés + un peu d'omégas 3 à dose 4cs/jr, ou tu qu'est-ce qui te fais opter pour un autre équilibre et un autre dosage ?

R4. AG: voir les dosages dans les cures que tu choisis, c'est tout simple - "un peu d'oméga 3" je suppose que tu veux dire un peu de polyinsaturées (aussi omega 6, 4% du total alors qu'omega 3 = 1% du total)...

Ne me dis pas que tu es aussi tombée dans l'hypnose des omega3?

Autre dosage: pour les burn out, c'est même zéro de zéro en polyinsaturées, presque tout en saturées si elles y sont prêtes (puisqu'il faut reposer l'organisme et que toutes les autres graisses demandent des enzymes et des transformations par le métabolisme) - souvent je prône l'huile de coco pour cette raison.

Relis peut être dans Quand j'étais Vieille le passage sur comment nourrir un corps épuisé?

Pour moi "obèse" ne veut rien dire, je dois en savoir plus sur son profil.


Q. Bonjour Taty, J'ai un dilemme dont je dois te faire part en ce qui concerne la cure anti parasitaire: la pharmacienne m'a prévenue, a téléphoné à X (mon mari) pour l'avertir également que selon le Collège des Pharmaciens et toute sa bibliothèque, on ne peut donner plus de 300 mg de clou de girofle par jour sinon couic...!!!!!!

Or je t'envoie en lien un site que tu connais peut être dans lequel il conseille 300 mg par jour et ensuite augmente la dose pour arriver à 7 gélules ?????

Aussi il insiste sur la bogue verte du noyer, d'où une TM vert pâle alors que la mienne est brune, donc venant de la noix itself I suppose?????

Quid efficacité ???? Voici le lien de ce monsieur: http://www.erichamel.com/documents/doc_CureAntiparasites.html

Aurais-tu le temps et la gentillesse de bien vouloir éclairer ma faible lanterne car X. "panique" étant responsable d'une prescription qui pourrait le mettre en situation douteuse, tu voies ce que je veux dire....

Un tout grand merci,

R. Salut, j'ai eu le temps de zoner sur le site du monsieur que tu cites, ben je ne le prendrais pas comme référence il est un peu fantaisiste : guérir le sida avec l'éviction des parasites ? Il traduit simplement le premier livre d'Hulda Clark, dont je rappelle qu'elle n'est PAS « docteur » en médecine mais chercheuse en biologie… et qu'elle a eu maille à partir avec la FDA pour ses pratiques fantaisistes. A tempérer donc

. Ce que j'ai fait sur ma page de la cure antiparasitaire dans Du Gaz dans les Neurones (je n'ai pas repris l'ornithine, la carnitine, l'insistance sur la bogue verte, etc…. alors que la cure marche très bien sous la forme que j'ai transmise, d'ailleurs tu m'as dit l'avoir faite avec aucun effet secondaire ?).

Q2 Merci Taty pour ta persévérance, je le trouvais aussi un peu space le type.... il est vrai que j'ai fait la cure sans aucun problème secondaire et A, notre plus jeune, est occupée à la faire avec de très bons résultats au niveau de sa mycose (doigt de pied et vaginale)!

J'ai d'ailleurs fait à son insistance, son audit et elle me semble un parfait candida (sans t)

comme elle en veut, je vais d'abord tenter après sa cure et une semaine de ressourçante, l'éviction aux salicylates (problèmes tomates et autres entre autres), probablement amines aussi pour ensuite attaquer de front les sucres en fonction de son envie de et en respectant à chaque fois une semaine de repos ressourçante entre les deux.

R2. chouette pour l'effet sur ta fille - si je peux glisser un mot: candidose n'est pas toujours canari, mycose non plus -> cibler plutôt la plateforme de cinglés de sucres (la nouvelle, voir: ici ) pour plusieurs mois ou, si ta filiote est diathèse I, la cure comme dans le livre

je te joins aussi mon dernier tableau,, dis moi s'il est praticable je le peaufine pour l'instant

Q3. Pour A, après sa cure antiparasitaire, je ne pensais pas au canari car elle n'a pas tous les symptômes mais son hypersensibilité aux tomates m'intriguent, elle est d'accord pour deux cures d'éviction (héhé, moi cela me fait un cobaye!)

et ensuite effectivement je pensais lui soumettre la cure glycémie instable (résultats Ross: I-17 II-9 III-12 (pas vraiment un problème de glycémie mais le sucre donne à manger aux bébêtes)

IV-12 V-16 (rhume des foins en cours mais probablement lié à parasitose/candidose avec faiblesse immunitaire potentielle étant donné sucre en excès dans sa feuille d'évaluation)

VI-7 VII-21 VIII-10. Pour moi, j'ai interprêté neurotransmetteur comme conséquence de parasitose/candidose, ainsi que allergie retardée.

Elle est Kapha A+ D1 Aliments préférés (héhé tu dirais) PDT, tomates, chocolat, crème, carotte. Je te donnerai la suite des évènements....

R3 ah ben alors je vois pour elle (madame Irma devant sa boule de cristal) qu'il faudrait pratiquer la cure Nouvelle Flore plutôt, en version carné ou végé, ce qu'elle préfère - puis le programme de suivi: ici (aussi nouveau fichier)

le tout est de cibler la source et chez elle cela pourrait bien être l'intestin… ; c'est grâce à la cure qu'on verra si on a bien ciblé ;

après (vu la proximité des examens) on continue en souplesse avec la plateforme.

NB au fait, la réaction aux tomates (et la prédilection): elles sont riches en salicylates, en lectines, en oxalates... que des poisons alimentaires! Normal qu'on ait une attirance toxicologique pour, comme pour l'aspartame dirons-nous... ça se règle avec la cure Nouvelle Flore, mais elle restera addict je crois..

retour page de base - voir page 4