taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

  Perte de poids en cas d'inflammation chronique, page 2

27.2.2019 A l'intention des coachs, suite du cas concret: perdre du poids pendant une inflammation chronique, sous la forme d'échanges courriel avec une amie

Mail 3 de Nadine.

Taty, si je peux me permettre , il me semble que sur ton blog, il s’agirait d’introduire une réflexion et question concernant ce point : un épuisement général quand bien même on peut en connaître les origines , peut aller jusqu’à troubler les repères de ce qui fait du bien au corps ou pas . 

Les habitudes enregistrées de longue date ne fonctionnent plus et on est tout étonné de certaines réponses désagréables que le corps donne là où on ne l’attendait vraiment pas . Ainsi, un simple exemple : lorsque j’ai commencé à prendre du poids à la ménopause, mon ventre est toujours resté plat et assez tonique . Maintenant, quoi que j’avale, il gonfle et devient dur . De même, les petits déjeuners qui me réjouissaient , m’épuisent juste après …

Ce qui serait aidant pour beaucoup de personnes, je crois , ( j’en entend dans ma propre consulte !) c’est, ré-apprendre les signaux  du corps quand celui-ci est tout perdu . Il faudrait peut-être en revenir à une forme de «  biberonage » comme pour reprendre les choses à zéro . Est-ce fou de penser comme ça?? La fatigue extrême ne permet plus de penser ni de désirer grand chose de positif pour son corps . Donc, ce serait d’opter pour quelque chose d’à minima minimorum.

L’an passé , j’ai été coachée par une naturo..Déjà complètement épuisée mais encore méconnaissant mes apnées, je venais chez elle pour une petite détox. Elle m’entraînait derrière sa propre anxiété pour peser au gramme prêt les aliments du jour stop pendant le stop & go. Cela m’a encore plus épuisée! …

Ma réponse 3.

merci tu reformules ce que je dis dans mes stages, mais que je n'arrive pas encore à transmettre finement en écrit sans que cela soit transformé (ah le drame de l'écrit! si froid!).
Cela vaut pour l'épuisement, mais aussi pour des transitions comme la ménopause.
Pour l'épuisement, c'est d'autant plus difficile à gérer que la personne atteinte était auparavant de constitution solide. Car elle continue à en demander trop à l'organisme qui a toujours opiné du bonnet face à des demandes irréalistes (dormir peu, sortir bcp, manger n'importe quoi n'importe quand, se fouetter avec des excitants comme le café, et.c)

Tout se passe comme si tu avais toujours vécu avec un compagnon calme, parlant français et tout d'un coup il devient fantasque et parle une langue étrangère. Il est toujours le même, mais tu dois réapprendre tous les codes pour communiquer.

Certes je n'ai pas encore écrit sur ce sujet, mais je réfère les amateurs aux stages d'alimentation en pleine conscience avec Véronique Bourfe Rivière de http://www.se-nourrir.fr/ ou Gabriella Tamas de Alimentation Intégrative.

Pour le coach en Stop & go, ni moi ni Maya ni Gabriella, mes remplaçantes, ne peuvent devenir la police de mes livres. Je compte sur les lecteurs pour doubler le suivi avec coach de la lecture de mes livres. Dans Au-delà des régimes, j'écris cent fois que l'on n'est pas au gramme près. Tu as vite capté en fine praticienne que cette coach là dérivait. Ouf!

Mail 4. Nadine.

Oui, c’est tout à fait ça , il est en effet question de réapprendre les codes et de découvrir ce que cache «  cette langue étrangère » .

Car, cette perte de repère, je ne peux m’empêcher de l’associer à une fragilité évidente avec notre mère de naissance dans la façon qu’elle a eu d’entrer en relation avec nous à travers l’oralité . Les troubles dans les repères oraux en disent beaucoup sur ce lien archaïque fragile et qui n’a pas pu traverser la tempête de la ménopause , par ex. C’est important d’en prendre conscience …
Un philosophe Julien a récemment écrit un bouquin tout à fait intéressant démontrant que notre «  seconde naissance » qui fait suite à une prise de conscience des entraves de la petite enfance , était ni plus ni moins qu’une vraie première naissance , plus solide et plus libre .
Mais, c’est effectivement très difficile de trouver ce qui convient vraiment à notre oralité .