taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

annexes à mon livre
En finir avec le burn-out
(topo expert)

 

L'histaminose et le travail du professeur Belpomme

6.7 Comme suite à mon billet de février sur "Le professeur Belpomme et les CEM à l'Assemblée (2016) ", j'ai oublié de présenter el senor Belpomme ! Ce médecin est professeur émérite de cancérologie à l'Université de Paris VII et président de l'ARTAC (Association pour la Recherche Thérapeutique Anti-Cancer). Il est l'initiateur de l'Appel de Paris de 2004 relatif aux dangers des pollutions chimiques.

Le site de référence: ehs-mcs.org. EHS = électrosensibles, MCS = chimicosensibles. Pourquoi envisager les phénomènes de chimico- et électro-sensibles sur un blog qui se concentre sur l'alimentaire? C'est que la digestion est directement impactée. Il se pourrait aussi que quantité d'allergies alimentaires dérivent de ce phénomène. Il est alors illusoire de se concentrer sur l'évitement de certaines catégories alimentaires, puisque la source est bien plus haut dans la hiérarchie. "Environ 40% d’entre les électro-sensibles testés par Belpomme présentent un taux d’histamine élevé dans le sang." ai-je retenu de mes lectures. S'il est vrai que l'histaminose est liée aux mycotoxines, moisissures et levures et que l'électrosensibilité les suractive... (Lire le billet histaminose)

Bien des chimicosensibles se disent non électro-sensibles. S'ils ne sentent pas l'effet directement, je ne suis pas sûre que tous ne sont pas atteints. Sur le site ehs-mcs.org, le Pr Belpomme expose les 3 phases d'électro-sensibilité:

  1. La phase d’induction : symptômes et électro-sensibilité réversibles
  2. La phase d’état : symptômes réversibles et risque d’électro-sensibilité persistante
  3. L’évolution à distance : irréversible à ce jour

Chaque phase est caractérisée par des signes spécifiques, qui permettent de repérer qu'il faut agir avant que le sujet ne passe dans la phase suivante. Pensons en phase d'induction à "douleurs et/ou une chaleur dans une oreille puis l’autre, troubles de la sensibilité superficielle à type de dysesthésies (fourmillements, picotements, brûlures, voire prurit) au niveau du visage et du cuir chevelu ou du bras et/ou de l’avant-bras, ou de la main tenant le téléphone portable ou la souris de l’ordinateur, maux de tête, associés de façon caractéristique à une raideur et douleur de la nuque, acouphènes qui de transitoires deviennent bientôt permanents s’il y a poursuite de l’exposition"... Lire la suite des symptômes. Agissez avant d'en arriver à la phase 2 de symptômes réversibles mais d'électrosensibilité persistante.

On peut définir certains marqueurs biologiques et confirmer par un echodoppler cérébral à la clinique Alleray-Labrouste – Paris 15 01 44 19 53 29 - voir l'article http://www.ehs-mcs.org/fr/qui-et-ou-consulter_101.html

  • Comme une série télévisée, on ne peut plus arrêter. Comme je vis une forme d'électro-chimico-sensibilité (voir mes signes), ça me botte comme sujet. La plupart des intervenants sont tout aussi passionnants. Voir la série

Revoir aussi les pistes de colloques suggérées dans le blog canari et dans le billet générique "esmog"

Retour au blog