<      

taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

   Un canari cueilleur en profilage métabolique ?

10.12.19 Un adulte fragilisé peut-il suivre son profil métabolique profond ou doit-il d'abord évaluer son état organique? Quid de l'impact de l'e-smog? Sous la forme d'un échange par écrit.


 

Lectrice : La photo du seau qui fuit c’est moi, ça m’a fait bien rire avec mes même pas 46 kg pour 1,65. Très bonne image, percutante… (...)
En tout cas depuis que je suis vos conseils, j’ai atterri et ça fait du bien de retrouver toutes ses cases. Mais j’ai vraiment du mal avec la viande. Je suis plutôt  cueilleuse donc c’est compréhensible (…).

Ma réponse

Eh oui le seau qui fuit, il fallait en être une pour la trouver et une pour l'apprécier ;)

Pour ma part, je sais que seule la viande et les pâtes peuvent me densifier au point que je ne sens plus cet effet. J'ai une petite lubie végé & poissons pour l'instant, pour des raisons gustatives. En 4 jours je suis déjà dans les baraflates. Dès demain, monodiète de steak! Le défi pour tout canari ou mangeur atypique: trouver son plan perso, car aucune mouvance actuelle ne semble leur convenir. Recherche très perso, qui demande une intelligence fine et une autonomie de pensée qui permet de se détacher des mantras (combien d'années avant que je m'autorise mes fantaisies de monodiète de steak...)

Quant à votre remarque suivante. J’insiste sur les protéines pour les canaris, mais il y a bien d’autres protéines que la viande.

Ensuite, je partage sur le site des chapitres entiers en brouillon, pour faire connaître quelques aspects du profilage alimentaire avant la parution du livre. A lire ces extraits et brouillons sur le profilage, on peut se leurrer car il manque la colle entre tous ces confettis: le contexte.

Ma posture aux séminaires était la suivante (je comprends qu'on peut défendre un autre point de vue): lorsqu'on est un canari de naissance adulte, càd qui a déjà bien morflé, ou lorsqu'on est en maladie chronique grave, on OUBLIE tous les paramètres de profilage. Seule la diète ressourçante compte, ainsi que l’analyse de l’état organique ici et maintenant. Au début, j’avais intitulé ma façon de procéder : « audit nutritionnel », comme un audit en entreprise, objectif, synthétique. Dans ces audits, j’analysais divers paramètres dont le profilage profond (cueilleur etc.), qui n'en est qu'une infime partie. Il se fait que mes remplaçantes Gabriella et Maya ont favorisé le libellé « profilage » pour ce tout, trouvant qu’il est plus parlant pour le public.

Je résume l’audit nutritionnel ici, en vidéo  - ou en texte (pour les coachs)


Le cueilleur-type est ressourcé par les végétaux. En théorie !

Dans votre cas, tel que vous l’avez décrit, si je me rappelle bien, le corps a développé des réactivités à quasi tous les principes actifs des végétaux (polyphénols? antioxydants autres? qui saura ?) Failsafe propose des huiles végétales bio mais raffinées, sans expliquer pourquoi. Je crois que le bénéfice est qu’elles sont raffinées de leurs principes actifs. Ils proposent de cuire longtemps les fruits pelés, aussi sans explication. Et si c’était qu’ils sont ainsi débarrassés de leurs substances actives, aussi. Ceci dit, que reste-t-il de nutritif alors? Raison pour laquelle dans la cure Mes nerfs en paix pour les canaris je les exclus carrément.

C'est mon hypothèse: aujourd'hui des personnes fragiles ("des", pas toutes) marquent de telles réactivités à tout ce qui provient du végétal alors qu’il y a 15-20 ans je ne rencontrais pas ces cas, que je me demande si cela n'est pas croisé avec la pollution électromagnétique ubiquiste depuis peu.

Aucun gourou n'a jamais proposé dans le passé, avec succès, de se passer de TOUT végétal comme le font les dr Saladino et consorts (mouvance carnivore ou « zero-carb »). Cette piste n'est valorisée que depuis peu. Son succès fera long feu, mais pour l'instant c'est une vague aux States. J'imagine que les gens découvrent enfin le bénéfice de mon fameux régime rosbif/mayo, celui que je conseillais aux supercanaris et qu'une seule personne a accepté de suivre (à part moi): après 60 ans de malheurs, elle a vécu une résurrection! Puis s’est restructurée autrement, bien sûr.

Je pitche : suivre son profil profond n’est pas de mise pour un canari qui flambe et pratiquer les évictions des canaris sans prendre en compte l’e-smog est peut-être une impasse.

 




retour au blog