taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

Diète cétogénique: pour qui? pourquoi? p. 67

Cet automne, je publierai régulièrement des brouillons de mon livre à paraître sur le sujet, comme c'est mon habitude. Si j'écris des âneries, c'est le lot des brouillons. Ils seront relus et corrigés, vous aurez la version épurée dans le livre final.
Executive summary: voir mon pitch.
Voir la table des matières des billets à ce jour
Aujourd'hui: Quelques pièges en cétogénique

Quelques pièges en cétogénique

Je suis la mouvance cétogène depuis le début des années 2000. Cela va finir par devenir un refrain, depuis le temps qu'on me rétorque "oh, c'est amusant, tu l'avais dit il y a dix ans". Je ne suis pas plus maligne qu'une autre, je suis plus curieuse, c'est tout. Et je suis à la recherche désespérée d'un régime qui me tient droite pendant qu'il me permet aussi de manger en société. Long parcours...

Bref, depuis plus de dix ans, j'ai pu réunir les quelques erreurs de débutants en cétogénique, erreurs que j'ai commises aussi, bien sûr. Pour éviter les piège, voici ce à quoi il convient d’être attentif ou vigilant.

  1. Il faut pas oublier les principes de base, la biochimie d'un cétosique se comportant différemment de celle d'un brûleur de sucres: il faut sursaler le quotidien au sel marin, complémenter en magnésium, boire beaucoup d'eau, respecter la cuisson des légumes pour préserver les minéraux. Voir l'exposé ici (à venir).
  2. Il ne faudrait pas décliner la cétogénique en version "trop" moderne, en surdosant le quotidien en sources de coco, en fruits des bois et en fruits  à coque (la farine d'amandes de tant de recettes), précurseurs d'intolérances alimentaires. Voir l'exposé "Varietas varietatum".
  3. Il ne faudrait pas s'autoriser une plage alimentaire vaste , sans prendre en compte ses "réactivités personnelles" (auparavant: 10% de la population des malades chroniques; aujourd'hui: ce pourcentage grimpe en flèche). En particulier la réactivité aux amines alimentaires: on peut mener une cétogène peu efficace, si pas délétère, en surdosant le quotidien en poissons, en produits fermentés, en fromages affinés, en fat bombs au chocolat, en avocat, en oléagineuses - toutes sources d'amines excessives pour un sujet fragile. Voir l'exposé "Amines: c'est la dose qui fait le poison" (lien à venir).
  4. Il ne faudrait pas se priver de fromages sur la foi que "les laitages sont des poisons" ou qu'ils sont tous insulinogéniques. Ce n'est pas vrai. Voir l'exposé "Qui a peur du grand méchant lait" (lien à venir).
  5. Vous n'êtes pas obligé de suivre une version cétogénique très exotique, exigeant des acrobaties lors des achats: produits introuvables, très chers. Anecdotiquement, refusez toutes les recettes qui intègrent des graines de lin cuites dans les recettes. Voir l'exposé "cuire du lin, t'es zinzin?". Ici, pas de conditionnel, de "c'est votre choix", le lin cuit produit les mêmes désastres dans toutes les biochimies.
    Il est un peu cavalier d'intégrer dans des "pains" des farines de soja ou de lupin en se fiant uniquement au calcul des glucides, qui sont bas, sans prendre en compte les allergies si nombreuses (sans parler du goût en bouche, proche de la colle à papier peint).
  6. Ne vous fiez pas à un seuil glucidique fixe, selon un seul auteur. En faisant confiance au calcul des glucides nets et non totaux, Les seuils sont trop hauts pour certaines personnes, qui n'arrivent ainsi pas au résultat désiré. Voir l'exposé "Glucides nets ou totaux, la leçon du terrain".
  7. Il ne faudrait pas oublier qu'on ne peut pas manger autant de protéines (viande, etc.) que désiré. Voir l'exposé "Kétostrophe, je n'entre pas en cétose" (lien à venir).
  8. Vous n'êtes pas obligé de manger autant de protéines animales que ce que proposent certains auteurs; on peut décliner une cétogène bien construite en mode "cétogène verte". Voir l'exposé "les chênes et les roseaux en cétogène" (lien à venir).
  9. J'ai lu certains auteurs/blogueurs/coachs qui oubliaient la variété indispensable à tout régime équilibré. En conséquence, leurs clients/patients surmangent du poisson et des laitages frais, (pour éviter les viandes diverses, par exemple) ou surdosent en légumes à feuilles vertes tout en se privant de laitages, ce qui provoque chez certains plus de soucis que cela ne soulage (voir "oxalates ça pique" - à venir).
  10. Prévoyons les dérives possibles, qui risquent d'arriver chez nous. On essayera de ne pas faire une confiance excessive aux produits industriels annoncés comme "low-carb" (ce qui est surtout valable en anglophonie, où ces plastiproduits sont très communs).
  11. Vous n'êtes pas obligé de suivre la mode américaine qui impose une cétogénique sans farineux aucun. Ces derniers peuvent être intégrés au quotidien, s'ils sont calculés dans le total des glucides, comme le faisait Optimal nutrition en Pologne avec succès. Voir l'exposé "Cereal killer" (lien à venir)..
  12. Il ne faudrait pas se forcer à absolument consommer beaucoup de graisses. Voir l'exposé "Les graisses en cétogène, une rumeur"
    Ou se baser au principal sur les huiles végétales (olive, tournesol, etc.) en omettant les graisses saturées.
    Ou, à l'inverse, ne plus consommer que des sources de saturées. . Voir l'exposé "Pour qui sonne le gras".
  13. Il ne faudrait pas se forcer à respecter les heures classiques des repas, si pas prévoir des collations -- ce qui nous mènerait à manger six fois sur la journée, comme les culturistes des années '90. La biochimie du cétosique.... blablabla...
    à l'inverse, certains prônent la cétogénique en jeûne intermittent pour qu'elle soit encore plus efficace, ce qui ne convient pas à tous les profils. Voir l'exposé (lien à venir).
    Le cas du cancer: se forcer à manger. Voir l'exposé "Cancer et cétogénique: se forcer à manger?" p62.html
  14. Quasi la totalité des fans de céto conseillent la cétogène de manière absolutiste alors qu'un plan LCHF plus doux aurait suffi (ce qui est le cas de 95% des cas dont je lis les témoignages sur le net, en français). Voir l'exposé "un canon pour tuer une mouche" (lien à venir).
  15. Il ne faudrait pas essayer de gérer la cétose "au pif", sans vérifier des valeurs fermes à l'aide des simples tigettes (ou d'outils plus sophistiqués), ou sans au moins tenir de carnet de suivi, ce que j'appelle le "carnet de l'auto-explorateur". Voir l'exposé (lien à venir)..
  16. Ce serait une erreur de croire en 2017 qu'il faut suivre la cétogène 4:1 telle qu'elle avait été définie par les pionniers au début du XXè siècle, que l'on suive la diète pour des raisons thérapeutiques ou de minceur. Voir l'exposé "Cétogénique: les variantes fiables et les versions créatives" (lien à venir)..
  17. Il est dommage qu'on résume à la louche "que la cétogénique suffit à maîtriser le cancer, qu'il suffit de l'affamer de sucre pour le voir disparaître". Voir l'exposé (lien à venir). .
  18. Dans le contexte du cancer, je suis curieuse d'entendre de la bouche des conseilleurs pourquoi il faudrait suivre la cétogénique à vie après s'être guéri. Voir l'exposé (lien à venir)..
  19. La rumeur court qu'en plan minceur, plus on marque des valeurs de cétose élevée, plus on mincit. C'est une erreur.
  20. Il ne faudrait pas oublier l'effet hyperdétox' de la cétogénique: en mobilisant des graisses longtemps "inertes" et en surdosant en graisses naturelles, qui sont les éléments détoxifiants par essence, on peut déloger des produits de synthèse liposolubles, stockés dans ces graissses (le cas des PCBs, de la dioxine, de certains paradis artificiels). Le mangeur semble alors s'aggraver, car il fait une réaction à ces petits poisons...
  21. Sur le même thème, j'aimerais rappeler aux chantres que la cétogénique provoque des chamboulements psy et nerveux profonds, ramenant parfois à la surface de vieux traumatismes, des cauchemars. Le conseiller doit alors travailler en tandem avec un psy.
  22. Je n'ai lu aucun auteur et j'ai lu peu de blogueurs qui préviennent de curieux phénomène que nous avons observé en groupe de testeuses: la tenue de la cétogénique magnifie certes les sensations, mais elle magnifie aussi les manifestations psy-nerveuses: une inflammation ou une grippe passe comme rien, mais un choc nerveux peut envoyer dans les baraflates.
  23. Ne vous laissez pas convaincre par un passionné qu'une seule cure puissante existe pour contrer les maladies graves (et que c'est, précisément, la cétogénique). Ne balayez pas d'un revers de main toutes les autres approches: le jeûne intermittent (6h de plage alimentaire), le jeûne alterné (jeûne hydrique 1 jour sur 2 ou 2 jours sur 7), la restriction calorique volontaire, les cures hypervégé et sous-protéinées de type Kousmine et Gerson, s'il faut picorer dans les cures thérapeutiques puissantes et excessives comme la cétogénique.
  24. Beaucoup de coachs céto n'évaluent pas d'abord quelques paramètres psy: la résistance naturelle au changement, la peur d'enfreindre le consensus (ou les sourcils froncés du médecin traitant quand ce n'est pas sa promesse d'un prochain AVC -- "avec tant de beurre, mon cher monsieur"...), le manque de connaissances basiques en nutri, la qualité de Jules pressé selon ma terminologie (celui qui ne sait pas, qui ne peut pas ou qui ne veut pas cuisiner).
    Ils laissent ainsi sur le côté les personnes qui, de nature prudente, auraient besoin d'une entrée en cure progressive. Ce concept arrive petit à petit à faire son nid, si j'en  juge par les derniers livres en français que j'ai pu lire sur le sujet (août 2017).

           

 

retour tdm