taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

Diète cétogénique: pour qui? pourquoi? p. 72

Cet automne, je publierai régulièrement des brouillons de mon livre à paraître sur le sujet, comme c'est mon habitude. Si j'écris des âneries, c'est le lot des brouillons. Ils seront relus et corrigés, vous aurez la version épurée dans le livre final.
Executive summary: voir mon pitch.
Voir la table des matières des billets à ce jour
Aujourd'hui: La cétogénique, c'est pas automatique

La cétogénique, c'est pas automatique

Formidable! La paléo, tout comme la cétogène, prennent pied en France, qui était assez novice en matière de régimes-santé. Jusqu'il y a peu, on n'y connaissait en gros que gastronomie/terroir d'un côté et régimes minceur de l'autre. Entre les deux: c'était un désert. Les Français découvrent donc la puissance thérapeutique d'une autre façon de manger, l'impact épigénétique de l'alimentaire. Quelques marginaux l'avaient découvert il y a des dizaines d'années avec Kousmine, Passebecq etc, mais la sauce n'avait pas pris dans la population générale. 

La grande majorité ignorait l'alimentation remède. La paléo-la céto ouvrent d'autres horizons. Les pratiquants découvrent qu'ils peuvent se recâbler profondément, sortir d'une forme de dépression résignée et d'une fatigue subie. Tant mieux, on pourra ensuite mieux leur faire passer le message qu'on peut arriver au même résultat avec des formes de "cures" temporaires ou avec des formes plus douces que ces deux extrêmes. Les mots et les livres ne servent pas à grand chose pour convaincre. En revanche, si un mangeur se rappelle l'état de grâce cellulaire qu'il a connu en pratiquant la paléo ou la céto en version stricte, ils ne l'oubliera pas. Il pourra y revenir dès que nécessaire.

Le titre du billet est "la cétogénique, c'est pas automatique" (sur le mode de la campagne "les antibiotiques, c'est pas automatique").  La cétogène est devenue une prescription automatique. Je résume en une formule ce que je lis sur des groupes et forums de profanes: "tu as un Crohn? tu risques rien à essayer la cétogène".

Quelques réflexions, au-delà de la première évidence (on ne sait plus qui suivre, car tout le monde devient nutritionniste puisque tout le monde mange au moins une fois par jour; tout comme chaque commentateur devient politologue du fait même d'avoir voté).

1. Si les diètes sont médicinales, il faut a minima un diagnostic et un choix précis de remèdes. Surtout quand ils ont autant d'effets secondaires que la cétogénique...

C'est d'autant plus vain qu'il existe des cures bien plus efficaces pour d'autres profils ou d'autres pathologies (Nouvelle flore pour ce Crohn, par exemple).

2. Il faut aussi choisir une cure qui guérit vraiment, et non une cure qui cache les manifestations, ce qu'est la cétogène pour certains cas de multisensibilités chimiques. Dès que les victimes en sortent: tout repart comme avant.

3. Je crains l'aveuglement habituel: avant de chercher un diagnostic précis lors de troubles inflammatoires, nerveux, digestifs ou autres, la personne se verra conseiller "tu risques rien à essayer la cétogène"... ce qui masquera les signes qu'un bon médecin aurait pu repérer pour établir un diagnostic précis.

4. Dans le cas de cancer avéré, il semble que c'est devenu aussi une piste automatique. D'après mes recherches, seule la restriction calorique (RC) a été largement démontrée comme efficace pour inhiber le cancer. La cétogénique: bcp d'anecdotes à ce jour, peu d'études réelles (ça commence en 2017). Les chercheurs de cette mouvance (comme Seyfried) sont partis du raisonnement suivant: difficile de tenir la restriction calorique longtemps, sauf quand on pratique la cétogène. Aucun étude de contrôle à ma connaissance sur l'effet que pourrait produire une forme de diète plus douce à visée de RC et de gluco-réduction (ou insulino-contrôle), comme Décrochez des sucres. Comment peut-on être si catégorique si l'on n'a même pas vérifié? Voir mes questions aux pros. Par parenthèses, si vous lisez cette page de questions, on comprendra là pourquoi, en stage, le prof tourne généralement la tête de l'autre côté quand je lève le doigt, car je suis une machine à questionner. "I was born to nag" en quelque sorte.

5. Pensons à toutes les filles qui vont pratiquer la cétogène pour mincir et qui, si elles ne gardent pas le système à vie, vont regonfler comme des ballons dès qu'elles arrêtent. Cela n'a pas manqué d'arriver depuis 50 ans de régime Atkins qui est cétogénique, pourquoi cela changerait aujourd'hui?

6. Le pire : si une personne pratique la cétogène en permanence, que fera-t-elle quand elle aura un cancer? Quelle arme diététique lui reste qui serait plus forte que cette cure, pour aider les traitements? Ne pas me rétorquer "on ne fait pas de cancer en cétogénique", c'est une prière, ce n'est pas un fait avéré.

Mon pitch. Faites ce que vous voulez de votre corps, c'est votre possession. Mais faites-le en conscience: informez-vous des autres pistes possibles, il existe tant de cures alimentaires aussi efficaces. Je suis désolée qu'on dévoye la puissance thérapeutique de certaines approches, comme la cétogénique  ou comme les cures de jus. Qui risquent d'être décrédibilisées à force d'être mal ciblées et considérées comme des panacées. La cétogénique ou la détox', c'est pas automatique.


retour tdm