taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

#4. Profilage alimentaire: l 'état organique général, ici et maintenant

6.7 Dans la série des nouvelles infographies de l'été 2019 autour du thème "Choisir les aliments qu'il me faut". Ne croyons pas qu'il "suffit de s'écouter" ou de "se savoir chasseur en excès kapha" pour trouver le régime idéal. L'écoute de soi en nutrition peut être perturbée par un état organique flanchant : qu'il se manifeste par de possibles réactivités alimentaires qu'un mangeur a développées ou par des déséquilires sur le plan des neurotransmetteurs, des hormones, de la santé intestinale ou de la glycémie. Toute volonté d'utiliser les aliments comme remèdes impliquera de paramétrer le "chemin de soi" selon les résultats. Et d'ajuster au fur et mesure: ce qui vaut pour "ici et maintenant" changera probablement d'ici quelques mois.
  Les référents en profilage alimentaire repérés sur le site officiel ont tous été formés à travailler selon cette systémique, en la mâtinant de leurs spécificités individuelles, bien sûr.


un prochain livre,
à paraître chez Aladdin, par Bibi

cliquer gauche pour agrandir en haute définition - cliquer droit pour télécharger et imprimer

Transcription

Profilage alimentaire: l'état organique général, ici et maintenant
ou les freins possibles à l'écoute de soi

Par Taty Lauwers • série Choisir les aliments qu'il me faut • infographie n° 4 • source: www.taty.be

L'écoute de soi en nutrition peut être perturbée par une ou plusieurs perturbations organiques temporaires: on a mal, on dort mal, on ne peut pas s'empêcher de grignoter, on n'a plus d'énergie. La source initiale peut être que le mangeur a développé des réactivités alimentaires, ou encore qu'il est victime de dysbiose intestinale ou de dysglycémie, par exemple. Le fait d'être carencé en neurotransmetteurs rendrait la tenue d'un régime quasi impossible. D'éventuels blocages hormonaux sont si puissants que le recours à une assiette thérapeutique serait vain. Si le sujet est un épuisé chronique, il cumule probablement tous ces freins organiques. Dans ces cas, le profilage alimentaire ne consiste pas à suivre sa nature profonde, mais à adresser ces fragilités passagères en ciblant finement la source des problèmes.

  • carences en neuromédiateurs*
  • dysbiose* ou parasitose intestinale   
  • glycémie* instable  
  • réactivités* alimentaires passagères (« intolérances »)
  • blocages hormonaux (thyroïde, progestérone, œstrogènes, etc.)
  • épuisement global des organes (« burn-out »)

Profilage : il faudra aussi paramétrer le « chemin de soi » selon l'état organique du moment.

* Ce poster est conçu à l'intention d'un coach, qui explicitera les termes marqués d'une astérisque. Voir la liste des référents en profilage alimentaire sur www.profilagealimentaire.fr.

Annexe à un de mes livres à paraître en 2019 ou 2020, chez Aladdin: Choisir les aliments qu'il me faut (le profilage alimentaire pour vivre mieux).

Lire décodage pédagogique pour les coachs



 Retour à la série infographies
 Retour au blog