taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

Parcours de renaissance

Témoin RCUH - Nouvelle flore

Q. Je viens de débuter le régime nouvelle flore depuis 7  jours. J'étais il y a 7 jours en poussée de RCH et sous  cortisone. Une poussée énorme, du jamais vu en ce qui me  concerne. Paniquée par l'escalade thérapeutique, j'ai  débuté votre régime il y a 7 jours. Un miracle : de 8  selles par jours je passe à 2. Néanmoins, depuis que j'ai  débuté ce régime, je suis ENNORMEMENT FATIGUEE, je me  traine et suis à peine capable d'aller travailler. Est-ce  normal, je suis inquiète de cette ÉPUISEMENT QUOTIDIEN ???  Merci pour votre réponse, je suis inquiète. Un grand merci  pour ce régime !!! Bien cordialement

R. bonjour, je ne réponds plus sur des cas particuliers, comme je l'indique dans les fiches contact de mon site, mais votre cas n'a pas encore été traité dans les FAQs. Faisons-en profiter tous les autres.Je le reprendrai en anonyme.

la cure Nouvelle flore
est dans
Du gaz dans les neurones

Je ne peux répondre, n'étant pas votre médecin et ne connaissant pas votre cas en détail; en tout cas pas la façon dont vous avez mené le régime; ou votre façon de gérer les médications.

Je vois en tout cas un effet marqué et positif, ce qui est rassurant. Et rapide, non? Comme tout médicament, un régime bien choisi a des effets secondaires, dans ce cas-ci: réorganisation du microbiote, qui est une part majeure de votre organisme. Mais ça ne justifie pas une énorme fatigue.

Si vous pratiquez le régime sans glucides (ce qui n'est pas recommandé, puisqu'on est ici dans les "glucides spécifiques" pour ne pas provoquer cet état), vous êtes victime de ce qu'on appelle la grippe de l'hypoglucidique ("low-carb flu" en anglais), qu'on vit les premiers jours. Rajoutez à votre quotidien des fruits cuits, des légumes racines... Si ça continue, rajoutez du riz basmati blanc le soir.

Je serais plus rassurée de savoir que vous êtes suivie par quelqu'un qui connaît le régime, je mets en copie l'adresse de X. (voir ma page référents). Elle sera mieux à même d'analyser ce qui provoque cette fatigue. Je ne peux plus pour vous, hélas.

Q2. Je voulais vous remercier... Vos ouvrages m'ont sauvé la vie ! Vous êtes une visionnaire, certainement trop en avance sur son temps. Je pense que dans quelques décennies les médecins prescriront vos régimes.

On m'a diagnostiqué une RCH il y a maintenant 10 ans...  Pendant 10 ans, j'ai avalé du Pentasa à haute dose et le reste etc.,  et puis en avril 2015, énorme crise. Un "truc" invivable qui m'empêchait toutes sorties à l'extérieur. Le gastro m'a prescrit une bonne dose de cortisone (et complété un dossier de reconnaissance de travailleur handicapé au vu du désastre). J'ai  pris (encore une fois sans y croire) la cortisone et doublé les doses de Pentasa pendant 1 semaine avant de découvrir le régime nouvelle flore...

C'est vacillante, épuisée et affamée avec votre livre NF à la main que j'ai été dans un magasin bio réaliser mes premières courses NF ... Et là, stupéfaction : En quinze jours, plus aucun signe de RCH (sauf minime en cas d'écarts alimentaires). Cette *rémission* perdure depuis bientôt 4 mois... Je ne suis pas parvenue à réintégrer les aliments à base de gluten, mais tant pis (il me reste la farine de riz, lentille, châtaigne, etc.), je mange malgré tout de tout, avec bon appétit. J'ai perdu du poids sans avoir "faim"...

Je suis stupéfaite que les médecins gastro-entérologue ne soient pas "formés" à l'alimentation (cela pourrait sembler logique pour un spécialiste de l'appareil digestif de s'interroger sur les effets de ce que l'on avale !!) . Je m'interroge parfois sur l'économie du médicament, si tout le monde suivait ce type d'alimentation il aurait certainement de nombreux invendus médicamenteux. J'ai "coûté" 100 euros par mois (soit 1200 euros annuel et je ne compte pas les visites en urgence chez le gastro-entérologue) de médicaments à la sécu pour une RCH pendant 9 ans et là plus rien !!!!!!!

Depuis des années j'avais la sensation dans mon corps que certains aliments (notamment le pain blanc, la farine, le lait, le fromage, les sauces, les "trucs" chimiques, les fritures, fast foods, les vins, les préparations toutes faites, etc.) provoquaient des crises. A chaque fois que j'en ai parlé aux gastros (2 consultés en tout) ils étaient arrogants et sur la défensive : "Je connais mon métier, la RCH n'a rien à voir avec l'alimentation"  ou moqueur me donnant l'impression que j'étais une gentille "illuminée". Un des gastros m'a même convaincu que le lait (il ne parlait pas de lait cru) et les yaourt étaient INDISPENSABLE (vache et soja à volonté) à ma santé, oui, oui !!

Vos livres m'ont permis d'approfondir ce que je pressentais et de me donner confiance... L'alimentation c'est tout de même le b.a ba !! Et pourtant, on y pense rarement, tant c'est simple, tant c'est habituel... A l'heure d'aujourd'hui, je prends un 1 comprimé de Pentasa (à la place de 6), plus, pour me rassurer. Je pense qu'en septembre, je ne prendrai plus rien !!!

Je ne suis pas retournée voir le gastro-entérologue, j'ai perdu tant d'années à souffrir, à m'inquiéter de l'escalade thérapeutique, d'une éventuelle hospitalisation ! 

Je m'étonne que vos ouvrages ne soient pas des best sellers, ils sont passionnants et se lisent comme des romans sur la plage (si, si !!). Merci à vous et à votre talent,

R2. Désolée pour ma réponse si tardive, votre mail était tombé dans le bas de l'écran. Merci pour ces mots chauds, mais je ne suis qu'un rouage, je transmets (en espérant qu'on ne me prenne pas pour un gond...).

J'ai eu le flair de sentir la force de ce régime pour les cas comme le vôtre et le mien et le métier nécessaire pour l'écrire sous forme pratique (j'écrivais déjà des manuels d'informatique il y a 25 ans). Eh oui, mes livres ne sont pas des best sellers, ce qui demanderait que je m'investisse plus en marketing. Par ailleurs, vous faites partie des rares courageux qui décident de se prendre en main. Avec de si hautes exigences d'autonomie en santé, je n'ai pas un lectorat très étendu... Mais cela a été un choix éditorial. Bonne suite dans vos aventures...

PS. J'ai d'ailleurs beaucoup de chance de vendre autant de livres avec si peu de communication (pas de campagne de presse ni de marketing) et un discours si ardu. J'en profite pour remercier tous les lecteurs qui me font confiance depuis tant d'années.

Je peux verbaliser à quel point je suis hors norme dans le paysage salutaire actuel. Si je n'étais pas auto-éditée, je pense qu'aucun éditeur sérieux ne prendrait le risque d'un discours si peu consensuel sous des dehors faciles. Je copie/colle le contenu d'un mail à un auditeur qui a suivi mes cours (j'en parle à l'imparfait dans le texte qui suit, puisque j'ai pris ma retraite). Les remarques ci-après valent pour tous mes topos. Elles expliquent pourquoi j'ai choisi d'éviter les réseaux sociaux comme FB: je n'y ai tout simplement aucune place.
« Ce qui était difficile dans les modules, c'est que je cumulais pas mal de concepts 
Je prône l'holistique, refrain connu en naturopathie, connu des participants à leur arrivée au module en tout cas
et les nourritures vraies, ce qui les attire aux modules 
mais j'ajoute les couches de ma vision perso du monde de la santé :
couche 1: autonomie (auto et nomos, faire sa propre règle, décider pour soi)
couche 2: une posture uniciste proche des homéopathes unicistes (y compris dans les réactogènes: trouver LE père des réactions, le reste se règle si l'on ôte le trublion caché)
couche 3: confiance dans les ressources du corps (épigénétique etc) et dans la proprioception (donner au corps les moyens/le calme/le repos pour qu'il retrouve son équilibre tout seul)
couche 4: et par conséquence, le moins d'interventions possibles par une personne extérieure (y compris sous forme de cures dures, les plus courtes possibles)
couche 5: j'ai totale confiance dans la personne, ses sensations, son ressenti, mais pas dans ses mots (!)
ça complique sérieusement la donne, car si on n'est pas un libertaire de pensée à la Michel Onfray, on accroche difficilement, vu qu'on n'a pas les mêmes repères que moi
".

retour au blog

 


retour aux parcours
de renaissance