taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

Dossier "Une Assiette ressourçante
adaptée  et de bon sens
après un traitement anticancer"

page 9

 

Cet automne 2017, je publierai régulièrement des brouillons de mon livret à paraître, comme c'est mon habitude. Si j'écris des âneries, c'est le lot des brouillons. Ils seront relus et corrigés, vous aurez la version épurée dans le livre final. Document à utiliser par les auditeurs en profilage alimentaire. Voir la table des matières.

Le jeûne et une fable de La Fontaine

Continuons à explorer le sujet de l'indispensable drainage organique.   Billet à l'intention des coachs et des férus de nutri. Extrait d'une fable de Jean de La Fontaine ( source: Le Juge arbitre, l'Hospitalier et le Solitaire  Livre XII, fable 25)

Qui mieux que vous sait vos besoins ?
Apprendre à se connaître est le premier des soins
Qu'impose à tous mortels la Majesté suprême.
Vous êtes-vous connus dans le monde habité ?
L'on ne le peut qu'aux lieux pleins de tranquillité :
Chercher ailleurs ce bien est une erreur extrême.
Troublez l'eau : vous y voyez-vous ?
Agitez celle-ci. Comment nous verrions-nous ?
La vase est un épais nuage
Qu'aux effets du cristal nous venons d'opposer.
Mes frères, dit le Saint, laissez-la reposer,
Vous verrez alors votre image.
Pour vous mieux contempler demeurez au désert.
Ainsi parla le Solitaire.
Il fut cru, l'on suivit ce conseil salutaire.

La Fontaine écrivit cette fable en fin de vie. Son ton un peu janséniste ("le Solitaire" évoque Port-Royal) convient au discours que je tiendrai dans ce billet: la tenue d'un jeûne hydrique de plus d'un jour est un rite spirituel au principal, une escale au désert de soi. Je ne considère pas le jeûne comme une cure ordinaire - en témoigne l'interview sur le jeûne que j'ai réalisée auprès de pratiquantes. Le jeûne est la meilleure manière de faire de l'ordre dans le mental, dans la vie, dans les tripes ...

Si l'on ne comprend pas que l'objectif est de dégraisser jusqu'au cristal, si je me permets une image osée, je crains qu'on ne loupe les effets du jeûne.

Pour toute autre intention que spirituelle, j'ai plein d'armes dans mon petit carquois plutôt que d'en passer par le jeûne. Si l'on souhaite pétiller de la cétose qu'apporte le jeûne, on peut tenir une cure cétogène, où l'on mange tant et plus (généralement peu, tant l'appétit se fait la malle). On peut la pratiquer en une forme plus verte, qui est quasi la cure antifatigue de mon topo éponyme. Si l'on souhaite ne plus souffrir des effets des intolérances habituelles (urticaire & Cie), on peut pratiquer une cure Détox-Flash alias le Kitchiri des Indiens ou tout autre cure pauvre en réactogènes. Si l'on souhaite mincir, le jeûne est de toute façon la pire des bonnes idées (les fermiers font gonfler les porcs en les faisant d'abord jeûner, non?). Mais si l'on veut vraiment perdre du poids, il y a d'autres techniques qui évitent l'effet yoyo par après. La liste des bénéfices du jeûne que je peux trouver dans d'autres types de cure est infinie.

Mais alors si le jeûne est la meilleure manière d'épurer son environnement intérieur pour y voir plus clair, pourquoi ne l'as-tu pas repris dans tes cures possibles? me rétorquez-vous. Je mentionne le jeûne au passage, certes, mais je n'insiste jamais pour deux raisons.

Primo je n'apporterais rien de nouveau. Les méthodes de jeûne sont connues et éprouvées.
Secundo, j'écris au principal pour les mangeurs en marge, les laissés pour compte de la nutri (les cas atypiques, les bio hackers, les cas de burn-out, les canaris de la modernité, e.a.). Pour les plus fragiles de naissance et pour ceux qui se sont déglingué au fil des régimes (régimes minceur ou régimes trop éthiques, comme le végétarisme mal ciblé), le jeûne strict me semble trop violent et trop générateur d'assuétudes. Je n'ai pas d'études sur le sujet, mais en direct, en atelier, en conférences, j'ai rencontré tant d'ex-jeûneurs qui avaient développé des compulsions alimentaires au fur et à mesure de leurs essais que j'en suis venue à me poser des questions.

Martine Willot, qui organise des stages en Bourgogne, a mis le doigt sur une amélioration à apporter à la sortie de jeûne. Classiquement, chez Buchinger et d'autres maîtres à jeûner, la reprise d'alimentation se fait avec des fruits ou des jus, des aliments très glucidiques. Certes, en une progression très calculée par ces conseilleurs, dont tous étaient de la mouvance hygiéniste/végétalisante. Or, le jeûneur vient de baigner en précieuse cétose pendant 5 ou 10 ou 20 jours. Il combure sans déchets (bénéfice des corps cétoniques), l'insuline est au calme, tout comme la dopamine. Quelle drôle d'idée d'aller rechatouiller son circuit de l'insuline et de la dopamine avec des sucres!

Si le mangeur est équilibré, s'il était insulino-sensitif au départ, s'il est un cueilleur de nature (ceux qui comburent bien au caramel), pourquoi pas? Mais si c'est l'inverse (insulinorésistant ou simple glycémie instable; ou chasseur en déséquilibre - cas de figure qui semblent devenus la majorité aujourd'hui aux States, l'Europe commence à les suivre), on repart pour un tour. Si j'en crois les témoignages de quelques uns de mes interlocuteurs, j'ai même le soupçon que des personnes qui étaient insulinosensitives avant le jeûne mal conduit sont devenu insulinorésistants après.

Je pense que les anciens maîtres à jeûner comme Buchinger lui-même étaient soit de superbe santé soit de pur cueilleurs en identité métabolique, à la base (ceux qui ont rarement des troubles de l'insuline, ils peuvent rester insulinosensibles malgré un quotidien très glucidique).

Pour être accompagné en stage de jeûne et randonnée, je ne conseille d'ailleurs QUE Martine Willot. Car elle a bien compris ce défaut de sortie de jeûne. Elle l'organise de façon à reprendre en douceur, selon la tolérance personnelle de chacun pour les glucides. En après-cure, Martine conseille le jeûne hebdomadaire (une journée), une mono-diète hebdomadaire, le jeûne intermittent (17 h sans manger donc souvent sauter le petit déj'), la tenue du Stop & go -- choisis selon le profil bien évidemment.  Elle insiste sur l'écoute de son corps et de ses besoins.  Pas de protocole valable pour tous. Jusqu'ici Martine n'a pas vu de cas de reprise de poids radicale après le jeûne ou d'autres effets de bord tels qu'on les connaît traditionnellement. C'est la voie royale!

Voir les dates sur son site.

 

 

 Lire page 13
ou   retour au blog