taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

Dossier "Une Assiette ressourçante
adaptée  et de bon sens
après un traitement anticancer"

page 6

 

Cet automne 2017, je publierai régulièrement des brouillons de mon livret à paraître, comme c'est mon habitude. Si j'écris des âneries, c'est le lot des brouillons. Ils seront relus et corrigés, vous aurez la version épurée dans le livre final. Document à utiliser par les auditeurs en profilage alimentaire. Voir la table des matières.

Bouillon d'os et le cas des protéines/viandes - p. 6

On vient de voir quels aliments éliminer de votre plan antirechute, quel que soit le profil (le sucre ajouté, les plastigraisses, vos réactogènes perso). Concentrons-nous désormais sur ce qu'on va manger, ce qui est drôlement plus enthousiasmant que de penser "sans" (sans gluten sans laitages sans viande, etc.).

Bouillon d'os maison: selon profil

Les vertus du bouillon d'os maison sont avérées: un apport de ce merveilleux collagène antirides (extérieures et intérieures!), une riche profusion de minéraux utiles à la santé cellulaire profonde, une source de protéines calmantes aujourd'hui que nous abusons des protéines surstimulantes. Ce n'est pas tout! Il inhibe aussi l'angiogenèse des tumeurs.

  Protéines calmantes et surstimulantes: c'est une façon de vulgariser des notions d'antagonismes d'acides aminés (méthionine, glycine, etc) qui sont ardues à retenir. L'exposé technique sera dans le dossier expert sur le même sujet.

Pour autant, je ne le conseillerais pas à tous et à chacun. Il me semble survanté en naturoland pour l'instant. En tant qu'aliment hyperdense, je ne le conseille qu'aux mangeurs de type chêne (les diathèses 1). Pour les roseaux/D2, je le diluerais pour moitié d'eau ou de jus de légume. En tant que source animale, je le conseillerais aux groupes sanguins 0. Les mangeurs de groupes sanguin A ou les profils cueilleurs trouvent leurs minéraux dans les végétaux: qu'ils se mitonnent alors des soupes comme le Potage Bieler, qu'ils se préparent des jus de légumes de saison, ils y trouveront leur content. Pourquoi devraient-ils se forcer au bouillon d'os? Coach, écoutez attentivement: vous découvrirez que, naturellement, ces personnes ne sont pas attirées par le bouillon d'os maison. A quelques exceptions près.

Je serais aussi prudente pour les plus fragiles, comme les "canaris de la modernité", qui pourraient bien y réagir plus qu'en tirer parti. A voir au cas par cas.

Je ne le conseillerais quel que soit le profil que dans des cas précis: ostéoporose ou cancer pendant les traitements, à la rigueur chez les malades de Crohn et les victimes de recto colite ulcéro hémorragique. Et bien sûr, comme seule source animale avec le beurre chez un végétarien qu'il faut requinquer lorsqu'il s'est fourvoyé dans un mode alimentaire qui ne lui convenait pas (souvent le cas des mangeurs de groupe sanguin 0).

Si vous êtes d'un profil à en tirer parti, ajoutez chaque jour du bouillon d'os maison aux potages, à la cuisson des céréales (riz, quinoa, etc.).

Le cas des protéines et des viandes

Hormis ce bouillon à cuisson longue, consommez, selon votre goût profond, des doses modérées de protéines animales et végétales.

  • Animales: alternez entre viandes, produits de la mer, volaille, insectes, oeufs, laitages
  • Végétales: alternez entre légumineuses et noix

Le mot récurrent est "alterner". Le bon sens de l'assiette ressourçante veut que l'on pratique de sages rotations de jour en jour. Système qui nous prémunira de l'envie de manger "sans" ceci ou cela. Télécharger la page explicative du topo Nourritures vraies.

Certains conseilleurs d'une alimentation anticancer vous interdiront de manger tout ce qui a quatre pattes, ou tout ce qui ne vole ni ne nage, au prétexte que "ces protéines sont les plus difficiles à métaboliser qu'il soit" ou qu'elles "seraient cancérigènes". Si manger du boeuf pose problème à leur profil perso, ici et maintenant, qu'ils n'en dégoûtent pas les autres, voyons! En outre, il n'y a aucune étude sérieuse pour démontrer l'impact cancérigène d'une viande par rapport à une autre, hormis les plastiviandes. Malgré mes maigres économies d'auteur SDF auto-édité, je suis prête à payer cher celui qui me démontrera le contraire, sur la foi du contenu de l'étude même et non de son résumé, si souvent biaisé. Très curieux? Lire un extrait d'un de mes topos "Boutez le boeuf hors de mon assiette".

Doses modérées: 150 à 200 grammes par jour, sachant que 100g de viande équivaut à un paquet de carte à jouer en taille, et qu'un oeuf pèse 60 grammes. 

Un praticien vous demandera peut-être de manger plus de protéines que ces 200 grammes. Il a de bonnes raisons pour cela. Ne surdosez pas en protéines de votre propre chef. Votre organisme trouvera des protéines dans les pommes de terre, les champignons, certains légumes. Notre ration occidentale est bien assez riche en diverses sources de protéines.

Lorsque vous luttez contre un cancer, le discours sur les protéines est différent de celui que j'expose dans cette page. Ici, je considère que vous avez éliminé les cellules délirantes et que vous souhaitez contrôler l'état major, càd éviter une prochaine rebellion. Le contexte, toujours le contexte!

Pour le cas des profils végétariens ou semi-végétariens, suivez le programme semi-végétarien d’une Assiette ressourçante, où l'on évite les viandes fortes (boeuf, porc, etc.). Télécharger la grille standard pour élaborer vos menus propres. Pour le semi-végé, le midi: 60 à 120 g de protéines sous la forme de protéines végétales (lentilles & Cie ou noix & Cie), d’algues, d’œufs, de produits de la mer (poissons ou crustacés/mollusques) ou de laitages de qualité. Limitez-vous aux volailles et poisson/fruits de la mer une à deux fois par semaine chacun. Alternez les autres jours avec des oeufs, des fromages de lait cru, des protéines végétales saines. Évitez les substituts protéiques végétaux un peu trop vantés en naturoland (quorn, soja, etc.).

J'ai conçu une grille pur végé, qui ne convient qu'à une personne sur dix: un profil cueilleur, de groupe sanguin A, de type roseau, en bonne santé. Laissons cette grille de côté pour l'instant, trop anecdotique. Surtout pour un cas de rémission de maladie de civilisation grave.

Dans l’Assiette ressourçante omnivore, on ne conseille pas beaucoup de viande comme le feraient croire certains. Télécharger la grille standard pour élaborer vos menus propres. Pour l'omnivore, le midi: 100 à 150 g de viande rouge ou blanche, laitages, volaille, œufs, poisson ou crustacés/mollusques; en alternant de jour en jour (le soir: 60g). On serait cii plus dans un mode flexitarien: comme on pratique des rotations alimentaires de jour en jour, on ne consomme de la viande que deux fois par semaine.

Le cas des abats

Certains mouvements comme Weston Price et la paléo survantent les abats, comme le foie, les rognons, les ris, les gésiers. Pour de bonnes raisons puisque nous les avons oubliés dans nos cuisines modernes, et que toutes les sociétés premières en consomment régulièrement. Pour de mauvaises raisons, car s'ils sont très riches en nutriments, ils sont aussi des apports notables en purines, une forme de déchets que certains profils métabolisent mal: les goutteux, bien sûr, mais aussi les D2/roseaux. Purines que génèreront aussi, par parenthèses, les légumes secs.

Les abats ne peuvent être de toxiques ennemis si l'on se rappelle que le docteur Max Gerson, créateur de la fameuse cure anticancer si efficace, ajoutait à son (très strict) programme de jus de légumes frais un jus de foie frais tous les jours. Je ne connais pas ses justifications.

Si vous vous sentez attiré par du foie de volaille ou de l'os à moelle, s'il vous semble que les abats vous requinqueront plus vite qu'un complexe vitaminé, choisissez des sources hypersaines. Extrait de la page sur le sujet dans Du gaz dans les neurones: "Les graisses animales sont les entrepôts que la nature a prévus pour stocker les résidus de pollution dont le corps ne sait que faire. Les protéines du muscle ne valent pas celles des abats, les premières étant des excitantes cellulaires alors que celles des abats et du bouillon maison sont des protectrices de la cellule. Les foies d’animaux médicamentés ou hormonés (oh, non, pas de ça chez nous..., entends-je; aheum, réponds-je) sont des pharmacies plutôt que les usines à nutrition qu’ils devraient être. Le foie des animaux n’a pas plus que le nôtre développé de stratégie pour excréter tous ces résidus modernes.
Il tombe sous le sens que si vous utilisez un régime pour aider la rémission d’une maladie grave, vous choisirez les sources les plus efficaces de ces premiers remèdes que sont les aliments. Nous sommes ici au-delà des questions de budget, car on parle de survie, n’est-ce pas ? Vous achèterez donc des abats bio."

 Lire page 7
ou   retour au blog