taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

Blog & FAQs p. 2




"Nourritures vraies"
nouvelle édition 2018
>

 retour page de base - voir page 2


Question par mail, d'une auditrice. "Une autre question juste au passage. Apparemment tu as  écrit dans un   livre d'ajouter une huile dans le biberon des enfants non  allaité :-)))  On m'a posé la question quelle huile tu préconisais.....  Je me souviens du bouillon etc, mais cela me dit rien..."

Ma réponse. Ah! encore une personne qui n'a pas lu mes livres, mais lu ce qu'elle voulait bien y trouver
A part dans les cures (pour adultes), je ne pense pas dire "il faut" mais bien "là bas on fait comme ça", " les anciens procédaient ainsi"... soit  des pistes pour réfléchir son acte de manger, ses choix de nourritures

Mais je sais qu'à cette heure du toujours plus vite, on veut lire des solutions rapides (confirmé par les libraires que j'interroge sur la raison pour laquelle, selon eux, mes livres se vendent un peu moins qu'avant).

Dieu me garde en outre de donner des conseils nourrissons, c'est casse gueule, chasse gardée des pédiatres. J'ai simplement exposé (ou dit, je ne pense pas l'avoir écrit) que les Italiennes rajoutaient quelques gouttes d'huile d'olive dans les biberons

Tu peux faire comme moi: j'ai tant d'articles que j'ai cherché sur mon propre site sur "biberon", pas trouvé ce texte. Je trouve dans "gluten": "Dans plusieurs cas que j'ai pu observer directement, l'ostéoporose a non seulement été arrêtée dans son évolution, mais les sujets ont même récupéré de l'os. La maman d'un garçonnet américain victime d'une maladie orpheline dite des os de cristal propose son témoignage dans le magazine américain Wise Traditions déjà cité. Son fils a été le seul de sa cohorte à ne pas faire une fracture par mois depuis l'âge de la marche. Ce n'est qu'à cinq ans qu'il connut sa première fracture. Son secret ? Dès les premiers biberons, elle ajoutait du bouillon de volaille maison. "
Cia
o

Sa réponse. Pour tes livres, si ça peut t'avancer : j'ai rencontré ces temps ci plusieurs personnes qui n'ont jamais vu les livres et qui font les cures par rapport à ce qui est écrit sur ton site. J'en ai récupéré une il y a 3 semaines, après 7 semaines de cure nouvelles flore et quand je lui ai dit que c'est écrit en long et en large que la cure dure 15 jours, elle m'a dit que comme ça ne faisait pas d'effet, elle pensait qu'il faut tenir longtemps. j'imagine que c'est écrit pareil dans les extraits de livres et les billets de blog, mais bien sur, on voit ce qui nous arrange....(au passage, pas de trace de dysbiose, donc pas étonnant qu'il n'y a pas d'effet....c'est son psy qui lui a parlé de Campbell)
J'imagine qu'il n'y a pas trop de solution pur les gens qui ne veulent pas entendre.....

Q (par mail). Je suis très intéressée par vos livres, étant  diététicienne, naturopathe, les questions soulevées dans  vos livres me"parlent". Cependant, j'ai très souvent à  faire à des sportifs de hauts niveaux et je suis moi même  une fervente pratiquante (compétitions de course à pied,  vélo...) et ceci 6 fois par semaine et la limitation des  féculents même de bonne qualité bien que bénéfique au  point de vu digestif entre autre... me semble freiner la  pratique quotidienne d'une activité physique intense. En  effet, après avoir testé leur exclusion ou forte  diminution je me vois dans l'impossibilité d'exécuter  des séances très intense ou des compétitions. Il m'est  difficile de conseiller cette pratique, qu'en pensez vous et  avez vous des exemples de personnes qui y sont arrivées. La  mouvance crudivore/sportif de l'extrême me semble  irréaliste lorsque l'on travail et que l'on ne peut pas  ingurgiter des "tonnes" de fruits et jus par jour. Merci de  votre réponse

R. bonjour je ne sais quels livres vous avez achetés, mais je ne pense pas y conseiller d'éliminer les farineux, à part pendant une quinzaine ou un mois de cure.  Les crudivores auxquels vous vous référez à la fin du mail ne sont PAS des professionnels de la nutrition. Je ne m'en inspirerais certainement pas pour des sportifs intenses. Voir le dossier du mois sur mon site taty.be (quasi un livre sur le sujet). Ma posture: "selon profil"... càd que certains pourraient avoir besoin de manger quasi macrobiote pour augmenter leurs performances. Même moi, non diplômée en nutrition, suis bien plus compétente dans ce domaine que ces improvisateurs!

Q2. Bonjour et merci beaucoup de votre réponse rapide et précise. En fait sans supprimer complètement les féculents 2/3 cas par repas semblent si peux, pour une majorité de sportif.
Avez vous un topo ou des articles plus précis sur le profil de chacun, car j'ai lu votre différentiation chasseur/cueilleur ou le profil ayurvedique. Car je suis tte à fais consciente que l'on ne peux ts manger pareil.
Vous me rassurer quant aux préceptes des crudivores sportifs, qui vont jusqu'à culpabiliser les autres de ne pas manger comme eux...
Par expérience personnelle je suis semi végétarienne mais je me rend de plus en plus compte que si je consomme des protéines animales je récupère mieux et au moins faim. Par contre reste la problématique du goût, j'ai horreur de la viande ( sauf les abats, paradoxalement) et comme manger est pour moi un plaisir je ne veux pas me forcer. De plus le mythe des protéines animales qui fabriquent bcp de déchets et très présent chez les athlètes d'endurance.
Les poudres de protéines sont elles valables, pour le matin par exemple c'est simple mais très peu naturelles je présume, dans le sens où elle ne se trouve pas ainsi dans la nature.  Merci encore de votre disponibilité 

R2. Je continue à répondre sur ce sujet (mais pas sur les détails) pour en faire profiter les autres via le site. Même si je suis désormais à la retraite quant à la nutri, je me distancie formellement de tous ces minigourous, qui font œuvre de communication merveilleuse (quel verbe!) mais qui sont des apprentis sorciers. Depuis quinze ans j'ai vu tant de dégâts chez les personnes qui suivent leurs conseils plus qu'une très courte période….

Je me refuse à ce que, dans quelques mois ou quelques années, .on m'associe à ces hurluberlus. Je ne voudrais pas être responsable des nombreux dégâts physiques et psychiques que l'on pourrait observer chez certains de leurs adeptes.

Rayon profilage, les livres ne sont pas encore prêts. Je pensais les sortir sous peu, mais des mails comme le vôtre me confirment que l'emprise de cette récente mouvance est si forte sur des personnes pourtant éduquées et intelligentes (dans un pays de si grande culture !)  qu'il serait vain de vouloir faire passer un autre message – pour l'instant. J'attendrai que cette vague irrationnelle se calme (ce qui arrive toujours après deux à trois ans) et je les publierai alors.

En attendant, vous n'êtes pas seuls. Je vous oriente  vers les auditeurs qui ont été formés à mon optique du respect de la biochimie de chacun (www.taty.be/referents.html) et qui peuvent, en une heure de consultation, vous ramener à vous-même et vous aider à trouver la juste distance par rapport aux bonimenteurs de foire. Mes séminaires ont été repris en France par une équipe très compétente (www.taty.be/semin.html). Bonne recherche !


T. Je  vous remercie d'avoir été et d'être encore une guide en cuisine aussi savante, joyeuse et drôle


Q. Merci de ce site très 'fouillé" (et non fouillis)...
Je suis en pleine phase de recherche sur la nutrition et cela semble passer aussi par votre site. Ce qui me mène à cette recherche est,comme je suppose pour la plus part, bien difficile à determiner mais passe par une série d'événement qui remontent à la plus tendre enfance.

Tout commence par une éducation chez une grand mère russe qui a vécu les camps en Allemagne et donc la famine... Pour ma part je ne connaissait que les légumes frais, les bons potages, les galettes mais tout ça rempli de beurre, de sucre, enfin de toutes ces bonnes choses qui font de bons gros BB.

A l'adolescence, j'ai du essayer à peu près tous les régimes à la mode et abordé toutes les tailles des jeans "Levis". Maintenant, je suis plutôt stable dans mon poids mais à la recherche d'une alimentation qui soit un plaisir tout en étant saine et équilibrée.

Je suis aussi maman d'un adorable Alexandre qui a 11 mois et je voudrais vraiment pouvoir lui donner toutes les bases nécessaire pour ne pas devoir faire ce chemin de croix de la lutte pour un bien-être corporel. J'espère pouvoir y voir encore plus clair grâce aux nombreuses informations que j'ai pu imprimer via votre site. Peut-être avez-vous encore d'autres pistes sur lesquelles me guider.

R. Merci pour les compliments, je ne peux répondre pour le petit, il faut demander au pédiatre. Pour vous, la question est si vaste que je ne peux pas non plus vous aider: j'ai plusieurs livres de c uisine, mais la base unique est toujours "Nourritures vraies" et, si vous voulez un petit drainage régulier: "Une cure antifatigue".

 


 retour page de base - voir page 2