taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

mon livre
Nourritures vraies

 

Blog & FAQs p. 2

 retour page de base - voir page 2


Question par mail, d'une auditrice. "Une autre question juste au passage. Apparemment tu as  écrit dans un   livre d'ajouter une huile dans le biberon des enfants non  allaité :-)))  On m'a posé la question quelle huile tu préconisais.....  Je me souviens du bouillon etc, mais cela me dit rien..."

Ma réponse. Ah! encore une personne qui n'a pas lu mes livres, mais lu ce qu'elle voulait bien y trouver
A part dans les cures (pour adultes), je ne pense pas dire "il faut" mais bien "là bas on fait comme ça", " les anciens procédaient ainsi"... soit  des pistes pour réfléchir son acte de manger, ses choix de nourritures

Mais je sais qu'à cette heure du toujours plus vite, on veut lire des solutions rapides (confirmé par les libraires que j'interroge sur la raison pour laquelle, selon eux, mes livres se vendent un peu moins qu'avant).

Dieu me garde en outre de donner des conseils nourrissons, c'est casse gueule, chasse gardée des pédiatres. J'ai simplement exposé (ou dit, je ne pense pas l'avoir écrit) que les Italiennes rajoutaient quelques gouttes d'huile d'olive dans les biberons

Tu peux faire comme moi: j'ai tant d'articles que j'ai cherché sur mon propre site sur "biberon", pas trouvé ce texte. Je trouve dans "gluten": "Dans plusieurs cas que j'ai pu observer directement, l'ostéoporose a non seulement été arrêtée dans son évolution, mais les sujets ont même récupéré de l'os. La maman d'un garçonnet américain victime d'une maladie orpheline dite des os de cristal propose son témoignage dans le magazine américain Wise Traditions déjà cité. Son fils a été le seul de sa cohorte à ne pas faire une fracture par mois depuis l'âge de la marche. Ce n'est qu'à cinq ans qu'il connut sa première fracture. Son secret ? Dès les premiers biberons, elle ajoutait du bouillon de volaille maison. "
Cia
o

Sa réponse. Pour tes livres, si ça peut t'avancer : j'ai rencontré ces temps ci plusieurs personnes qui n'ont jamais vu les livres et qui font les cures par rapport à ce qui est écrit sur ton site. J'en ai récupéré une il y a 3 semaines, après 7 semaines de cure nouvelles flore et quand je lui ai dit que c'est écrit en long et en large que la cure dure 15 jours, elle m'a dit que comme ça ne faisait pas d'effet, elle pensait qu'il faut tenir longtemps. j'imagine que c'est écrit pareil dans les extraits de livres et les billets de blog, mais bien sur, on voit ce qui nous arrange....(au passage, pas de trace de dysbiose, donc pas étonnant qu'il n'y a pas d'effet....c'est son psy qui lui a parlé de Campbell)
J'imagine qu'il n'y a pas trop de solution pur les gens qui ne veulent pas entendre.....

Merci à Clelia pour la traduction d'un très intéressant petit article de l'association Feingold américaine

"Qu'est ce qui cloche avec les frites?

Beaucoup de choses malheureusement! Les frites du MacDonalds recensent pas moins de 10 ingrédients, sans compter l'huile de friture, parmi lesquels de l'huile de soja hydrogénée (graisses trans), de l'arôme de boeuf et du pyrophosphate acide de sodium. Elles sont ensuite frites dans une huile (en plus de l'huile déjà ajoutée).

Cette huile de friture est bourrée de BHQT (butylhydroquinone tertiaire) et d'acide citrique qui permettront de garder l'huile "fraîche" après une semaine voire plus d'utilisation intense. A l'état brut, nous ne considérons pas le BHQT propre à la consommation humaine ; le serait-il plus après avoir été passé à la friteuse pendant une semaine?

Gardez à l'esprit également que du polydiméthylsiloxane est ajouté à l'huile de friture pour empêcher les éclaboussures. C'est une chose que de vouloir éviter les éclaboussures mais est-ce une bonne chose que d'ingérer un tel additif? En réalité, le polydiméthylsiloxane est un produit chimique utilisé dans la fabrication de pâte à modeler, d'isolateurs de batterie et de revêtements de sol entre autres...

Nous vous invitons à en juger par vous-même après avoir regardé la vidéo qui suit."


vidéo sur le sujet
chez Foodbabe.com

En réponse à une amie, après une conversation téléphonique sur son cancer du sein et après qu'elle a lu l'article de l'Express : "La modernité n'a pas causé le cancer". Je transfère le contenu de ma réponse par mail, car je pense qu'on n'a pas trop d'exemples pour exercer notre discernement. Ma première surprise : elle me fait suivre un article, mais elle n'a pas contre-étudié le contexte. Ceci n'est pas un billet sur l'attitude face au cancer, mais bien l'attitude face aux conseilleurs catégoriques.

Ma première réaction, avant même de lire ton article : qui est ce gars là ? 
Sa bio: il a l'air sérieux, mais c'est un chercheur de labo, pas un cancérologue comme l'annonce l'article que tu m'envoies . J'ai passé une demi heure de recherches sur son cas, mais  c'est bien pour toi, sinon ça me tombe des mains. Encore un gars qui prétend être le premier à avoir fait l'historique du cancer. Or, je me rappelle qu'en 94, quand j'ai eu un cancer et que j'ai exploré ce domaine, nouveau pour moi, j'avais lu des textes sur cet historique. Ce n'est donc pas "le premier livre historique".
Ce qui m'a pris des journées lors de mes recherches préalables était en partie de remettre en perspective les conseilleurs, entre autres en cherchant leur cv et leurs fonctions (et en repérant pour quelle multinationale ils roulaient, le cas échéant...).
Je ne suis plus motivée pour faire ce travail.

J'ai lu sur un autre site en anglais qu'il reprend les grosses bourdes en cancérologie, comme appliquer un traitement lourd aux victimes de cancer du sein, parce qu'il était efficace sur les leucémies; le temps qu'on s'en rende compte, des milliers de femmes en étaient malades. Etc, etc, chouette mise en perspective. Ce serait un livre sur le récent historique de la lutte contre le cancer?
Sa vision qui permet d'innocenter le monde moderne est fragile. Dans l'article que tu m'envoies, il cite deux cas de cancer historiques. Deux cas sur 2000 ans ? Il faudrait voir le sérieux du livre lui même sur ce sujet. Sont-ce des  hypothèses : "ça devait être un cancer" vu l'état des os ; ou est-ce une démonstration réelle par analyse ADN ou que sais-je? D'autres cas?

Rien de bien nouveau non plus quand  il explique la survenue d'un cancer : il explique comment mais pas pourquoi. "Le scénario le plus convaincant, en l'état actuel des connaissances, est le suivant. Je prendrai l'exemple d'un de mes patients, installateur d'équipements anti-incendie. Une microscopique fibre d'amiante s'échappe de son matériel et se loge dans son poumon gauche. Une inflammation locale se produit. Les cellules environnantes se mettent à se diviser furieusement, comme une minuscule blessure cherchant à cicatriser. Dans l'une de ces cellules, une mutation accidentelle se produit sur un oncogène. Donc celle-ci pousse plus rapidement que ses voisines et crée un petit paquet de cellules anormales, mais pas encore cancéreuses. Et ensuite? Une décennie passe. L'homme fume, et un produit cancérogène présent dans le goudron provoque, dans l'une des cellules anormales, une nouvelle mutation activant un deuxième oncogène. La cellule doublement mutée prolifère d'autant plus. Une autre décennie s'écoule. L'homme passe une radio du thorax, si bien qu'une cellule de cette petite masse reçoit un rayon X et acquiert une nouvelle mutation qui inactive, cette fois, un gène suppresseur de tumeur. Une quatrième mutation, l'année suivante, la transforme en cellule cancéreuse. Un an après, le scanner révèle une tumeur formant comme une écorce autour d'une bronche du poumon. "
Ça nous fait une belle jambe. Savoir qu'on a reçu une flèche dans la cuisse et sa trajectoire : intéressant. J'aimerais savoir pourquoi on me tire dessus ! Je négocierais avec l'attaquant et je chercherais au moins ses motivations, seul moyen d'empêcher qu'il ne recommence.

Il faudrait passer plus de temps, lire son livre et étudier s'il ose dire qu'on fait plus de cancers à cause de notre longévité (à quoi je réponds: "pourquoi tant de cancers chez les enfants alors?"). Si oui, exit le bonhomme! Je ne suis pas motivée pour faire ce travail, fais-le toi. Pour ma part, j'ai tiré mes conclusions perso de mes nombreuses lectures fin 94, après l'opération du cancer. J'en ai déduit une hygiène de vie qui fait que, malgré les promesses de la faculté ("madame, ne comptez plus en années, mais en mois désormais" - quelle délicatesse!) je suis toujours là après 21 ans. Au moins jusque demain!

En gros, ce genre de postulat émane de personnes qui ne veulent pas accepter l'idée que la maison est toxique (I mean ze planet) et que nous avons nous-même scié la branche sur laquelle nous sommes assis.

Q (par mail). Je suis très intéressée par vos livres, étant  diététicienne, naturopathe, les questions soulevées dans  vos livres me"parlent". Cependant, j'ai très souvent à  faire à des sportifs de hauts niveaux et je suis moi même  une fervente pratiquante (compétitions de course à pied,  vélo...) et ceci 6 fois par semaine et la limitation des  féculents même de bonne qualité bien que bénéfique au  point de vu digestif entre autre... me semble freiner la  pratique quotidienne d'une activité physique intense. En  effet, après avoir testé leur exclusion ou forte  diminution je me vois dans l'impossibilité d'exécuter  des séances très intense ou des compétitions. Il m'est  difficile de conseiller cette pratique, qu'en pensez vous et  avez vous des exemples de personnes qui y sont arrivées. La  mouvance crudivore/sportif de l'extrême me semble  irréaliste lorsque l'on travail et que l'on ne peut pas  ingurgiter des "tonnes" de fruits et jus par jour. Merci de  votre réponse

R. bonjour je ne sais quels livres vous avez achetés, mais je ne pense pas y conseiller d'éliminer les farineux, à part pendant une quinzaine ou un mois de cure.  Les crudivores auxquels vous vous référez à la fin du mail ne sont PAS des professionnels de la nutrition. Je ne m'en inspirerais certainement pas pour des sportifs intenses. Voir le dossier du mois sur mon site taty.be (quasi un livre sur le sujet). Ma posture: "selon profil"... càd que certains pourraient avoir besoin de manger quasi macrobiote pour augmenter leurs performances. Même moi, non diplômée en nutrition, suis bien plus compétente dans ce domaine que ces improvisateurs!

Q2. Bonjour et merci beaucoup de votre réponse rapide et précise. En fait sans supprimer complètement les féculents 2/3 cas par repas semblent si peux, pour une majorité de sportif.
Avez vous un topo ou des articles plus précis sur le profil de chacun, car j'ai lu votre différentiation chasseur/cueilleur ou le profil ayurvedique. Car je suis tte à fais consciente que l'on ne peux ts manger pareil.
Vous me rassurer quant aux préceptes des crudivores sportifs, qui vont jusqu'à culpabiliser les autres de ne pas manger comme eux...
Par expérience personnelle je suis semi végétarienne mais je me rend de plus en plus compte que si je consomme des protéines animales je récupère mieux et au moins faim. Par contre reste la problématique du goût, j'ai horreur de la viande ( sauf les abats, paradoxalement) et comme manger est pour moi un plaisir je ne veux pas me forcer. De plus le mythe des protéines animales qui fabriquent bcp de déchets et très présent chez les athlètes d'endurance.
Les poudres de protéines sont elles valables, pour le matin par exemple c'est simple mais très peu naturelles je présume, dans le sens où elle ne se trouve pas ainsi dans la nature.  Merci encore de votre disponibilité 

R2. Je continue à répondre sur ce sujet (mais pas sur les détails) pour en faire profiter les autres via le site. Même si je suis désormais à la retraite quant à la nutri, je me distancie formellement de tous ces minigourous, qui font œuvre de communication merveilleuse (quel verbe!) mais qui sont des apprentis sorciers. Depuis quinze ans j'ai vu tant de dégâts chez les personnes qui suivent leurs conseils plus qu'une très courte période….

Je me refuse à ce que, dans quelques mois ou quelques années, .on m'associe à ces hurluberlus. Je ne voudrais pas être responsable des nombreux dégâts physiques et psychiques que l'on pourrait observer chez certains de leurs adeptes.

Rayon profilage, les livres ne sont pas encore prêts. Je pensais les sortir sous peu, mais des mails comme le vôtre me confirment que l'emprise de cette récente mouvance est si forte sur des personnes pourtant éduquées et intelligentes (dans un pays de si grande culture !)  qu'il serait vain de vouloir faire passer un autre message – pour l'instant. J'attendrai que cette vague irrationnelle se calme (ce qui arrive toujours après deux à trois ans) et je les publierai alors.

En attendant, vous n'êtes pas seuls. Je vous oriente  vers les auditeurs qui ont été formés à mon optique du respect de la biochimie de chacun (www.taty.be/referents.html) et qui peuvent, en une heure de consultation, vous ramener à vous-même et vous aider à trouver la juste distance par rapport aux bonimenteurs de foire. Mes séminaires ont été repris en France par une équipe très compétente (www.taty.be/semin.html). Bonne recherche !


Supplémenter en vitamine D? L'analyse de Chris Masterjohn


21.11 Une leçon de discernement: qui suivre sur internet?

17.11 J'ouvre sur ce blog une petite page « manger en France » versus « food in the USA », qui permet de relativiser l'extrémitude des conseilleurs américains... Je la nourrirai régulièrement.

T. Je  vous remercie d'avoir été et d'être encore une guide en cuisine aussi savante, joyeuse et drôle

Q. Merci de ce site très 'fouillé" (et non fouillis)...

Je suis en pleine phase de recherche sur la nutrition et cela semble passer aussi par votre site. Ce qui me mène à cette recherche est,comme je suppose pour la plus part, bien difficile à determiner mais passe par une série d'événement qui remontent à la plus tendre enfance.

Tout commence par une éducation chez une grand mère russe qui a vécu les camps en Allemagne et donc la famine... Pour ma part je ne connaissait que les légumes frais, les bons potages, les galettes mais tout ça rempli de beurre, de sucre, enfin de toutes ces bonnes choses qui font de bons gros BB.

A l'adolescence, j'ai du essayer à peu près tous les régimes à la mode et abordé toutes les tailles des jeans "Levis". Maintenant, je suis plutôt stable dans mon poids mais à la recherche d'une alimentation qui soit un plaisir tout en étant saine et équilibrée.

Je suis aussi maman d'un adorable Alexandre qui a 11 mois et je voudrais vraiment pouvoir lui donner toutes les bases nécessaire pour ne pas devoir faire ce chemin de croix de la lutte pour un bien-être corporel. J'espère pouvoir y voir encore plus clair grâce aux nombreuses informations que j'ai pu imprimer via votre site. Peut-être avez-vous encore d'autres pistes sur lesquelles me guider.

R. Merci pour les compliments, je ne peux répondre pour le petit, il faut demander au pédiatre. Pour vous, la question est si vaste que je ne peux pas non plus vous aider: j'ai plusieurs livres de c uisine, mais la base unique est toujours "Nourritures vraies" et, si vous voulez un petit drainage régulier: "Une cure antifatigue".


TL. En nourritures vraies certains lecteurs sont parfois surpris que les galettes de riz même bio soient repris en catégorie « de soutien » et non « ressourçant ».

Les produits soufflés sont passés en extrudeuse, sous pression, à ultra haute température, avec pour conséquence des modifications majeures des nutriments (graisses rancies, protéines déformées, etc.) et l'apparition d'acrylamide.

Michel Gallerand, CST, nous fait suivre cet article paru dans la revue allemande Öko-Test et qui démontre que la majorité des galettes de riz, même en bio, peuvent être contaminée par l'arsenic et par l'acrylamide qui est une substance cancérigène: http://lifestyle.t-online.de/-oeko-test-findet-arsen-und-acrylamid-in-reiswaffeln/id_56834388/index
Traduction par une collègue belge Cst de Michel Gallerand : 

"Léger, facile à digérer et sans gluten: les galettes de riz sont une collation saine pour les enfants et souvent utilisée dans les régimes.  «Öko-Test» dénonce la forte contamination de ces produits. Le magazine de consommateurs a vérifié les ingrédients de 20 marques différentes - plus de la moitié ont échoué en raison des ingrédients nocifs.

Des doses d'acrylamide dans presque toutes les galettes de riz. Onze des 20 produits ont donné des résultats aux tests de "Faible" à "Dangereux" . Les testeurs ont notamment critiqué les niveaux élevés d'arsenic, d'acrylamide, de cadmium et de sel.  Ainsi, la quasi-totalité des galettes de riz testés contient une grande quantité d'acrylamide.

La substance devient cancérigène lors de la cuisson intense des grains. 18 des 20 galettes de riz contiennent trop de polluants selon les normes en vigueur de l'UE pour les aliments pour bébé.  Les résultats des marques suivantes : "Rewe", galette de riz bio sans sel ajouté, les galettes de riz et de millet "Edeka" et les galettes de riz complet bio au sel de mer de "Penny" sont jugés «insatisfaisants».

On y trouve des doses trop élevées d'arsenic. Elles sont critiquées par les testeurs qui ont démontré que presque toutes ces galettes de riz ont une valeur accrue d'arsenic. On sait que l'arsenic sert de liant pour les grains de riz. Selon «Öko-Test» il existe la possibilité de fabrication à faible teneur d'arsenic. Les Galettes de riz avec des niveaux élevés d'arsenic ont été déclassées de deux à quatre points. Les seules galettes de riz, qui ont montré une faible concentration d'arsenic sont les "galettes de riz Hipp pour enfants." Elles sont également le seul produit dans les tests qui a été jugé "bonne".

On a trouvé trop de cadmium dans les galettes de riz de Rewe et Edeka. Il faut savoir que la présence de métaux lourds peut conduire à des lésions des reins et des os. L'ajout de sel de la moitié des produits a été aussi critiqué par les testeurs"


Q. J'ai eu votre adresse par une amie. J'ai lu l'article sur votre nouveau livre "Une cure anti-fatigue" et il me semble très intéressant. Mais vu que j'ai un problème assez spécifique, c'est-à-dire (Ndt. j’efface par discrétion) 

Peut être que je peux éviter tout cela en m'alimentant d'une autre façon. Je voulais vous demander, si vous pouviez me donner un conseil sur l'hygiène alimentaire.

J'essaie d'avoir une alimentation assez hygiènique. Je mange du pain essenien le matin. Je mange beaucoup de légumes frais, potages, lentilles, poissons, fruits, amendes, noix, raisins secs, chocolat contenant 85% de cacao, enfin j'essaie d'avoir une bonne alimentation.

Je cuisine tous les jours pour ma famille et j'essaie de faire une cuisine riche en aliments mais pauvre en graisse.

Je suis une mère de deux petites filles 4 et 6 ans et je travail mis-temps. Je pèse 60 kg et je suis 1.72 m. Mes journées sont très chargées et je n'ai pas trop de réserves.  Je vous remercie beaucoup d'avance pour vos précieux conseils

R. Désolée du petit retard, j'ai travaillé non stop à d'autres projets. Manger comme vous le décrivez "(...) pain essenien (...° beaucoup de légumes  frais, potages, lentilles, poissons, fruits, amendes, noix, raisins secs,  chocolat contenant 85% de cacao" est peut être une excellente idée et peut être la pire des bonnes idées! 

Aucun plan alimentaire n'est valable pour tous. à part les légumes,

vous  citez par exemple des aliments richissimes en oxalates! Si vous y êtes  réactive, ce n'est pas équilibré.

Si les intestins ne sont pas adaptés à  tant de fibres, aïe aïe aïe.

Si votre métabolisme profond brûle mieux les  sources animales que végétales : re-aïe...

Si, au surplus, vous cuisinez "pauvre en  graisses", c'est, je le crains fort, une prescription de fragilité....

La cure antifatigue n'est peut être par adaptée à votre cas: regardez le  bonhomme sur la couverture, vous ne lui ressemblez peut être pas. Il y a  plusieurs autres cures possibles. Je suis en train de terminer les livres  sur le sujet.

En attendant, je ne peux que vous proposer de voir un praticien de terrain, ouvert au profilage (naturopathe, généralement).


 retour page de base - voir page 2