taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

mon livre
Nourritures vraies

 

FAQs p. 4

 retour page de base

Q Bonjour. Je suis tombé par hasard sur votre site intéressant et j’y ai même lu un petit commentaire sur mon propre site, selon lequel j’y défendrais des sujets très « mode ».
En fait, j’ai présenté les effets des oméga-3 dès 1994 dans Sciences et Avenir à une époque où personne ne savait ce que c’était ; le régime paléolithique et les travaux de Cordain et Eaton en 1999 ; les problèmes sur le lait avec les mises en garde de Giovannucci il y a cinq ans ; les glucides comme le pain et les pommes de terre dont je dénonçais les effets sur l’insuline et le risque de cancer en 1997 alors que toute la presse et les autorités sanitaires célébraient ces « glucides complexes » qu’ on ne mangeait jamais en quantité suffisante .
Tout cela n’était pas très mode à l’époque, c’était même iconoclaste et cela m’a valu entre autres une pétition de nutritionnistes français réclamant ma tête pour « hérésie ».
Donc ce sont plutôt les avis sur ces sujets qui ont changé et la mode qui m’a rattrapé ! Quant au soja aliment, je ne le défends absolument pas : je reste circonspect sur une alimentation riche en soja.
En revanche, je suis favorable à l’essai d’une complémentation en soja à moyen terme par la femme ménopausée, sachant que les bénéfices à attendre sont probablement variables et modestes mais que la sécurité est incontestable. Concernant le THS, j’essaie de rester objectif : pourquoi pas si c’est sans danger, ce qui pourrait être le cas avec des hormones naturelles en patch ou gel (voir l’étude française de Françoise Clavel). La ménopause n’est pas une maladie, mais elle peut y conduire (à la maladie) et c’est en tous cas une anomalie biologique si l’on considère les autres espèces animales qui ne l’éprouvent pas.
Ce n’est pas parce que l’évolution nous a imposé la ménopause qu’il faudrait célébrer cette « naturalité » les yeux fermés. Sinon, je suis très intéressé par vos recettes. Je travaille sur un nouveau site destiné à remplacer le mien, qui sera beaucoup plus étoffé. Je songe à proposer des recettes. Peut-être peut-on trouver là matière à collaborer ? Bien cordialement Thierry Souccar 

R. Bonjour. Vous avez bien compris que je suis une "partageuse". Vous pouvez utiliser toutes mes recettes dès lors qu'elles sont publiées sur mon propre site, en faisant bien sûr référence à mon site comme d'habitude, mais j'aimerais beaucoup qu'elles ne soient pas adaptées si elles sont publiées sous mon nom.

Dans le cas d'adaptation à tendance naturo (soja, excès d'huiles polyinsaturées, etc.) ou diététique classique (allégés, pas de mention de qualité des produits, etc. - mais, vous ayant beaucoup lu, j'imagine que ce n'est pas votre intention), je propose que vous les publiiez sous votre nom.   

Pour ma part, je ne suis qu'une praticienne de terrain que chatouille la plume. C'est par mes observations sur le terrain et par mon propre historique que j'en suis arrivée à relativiser les principes naturos pris à la lettre (ils furent mes mantras pendant 8 ans).

J'hésite même à vous envoyer des exemplaires de mon bimestriel : j'appelle gentiment votre informateur américain "Baby" Willett car je le crois fort peu mature en matière de nutrition. Ce qui vaut pour lui ne peut pas s'adapter à tous, et les analyses d'études épidémiologiques ne me feront pas changer d'avis car je sais trop bien leurs limites.

Mon but est d'éveiller en chacun leur ressenti propre, qui peut être tout à fait nutritionnellement incorrect mais physiologiquement remarquable pour l'un ou l'autre individu, et surtout d'adapter les recommandations en fonction de son état général. Nous en parlerons peut être un jour de vive voix.   

Pour les supplémentations ménopause, je n'en dis généralement rien. J'ai l'habitude de dire que si mes copines naturopathes font "pharmacie", moi je fais "épicerie"...

En me limitant, je crois rester pro dans mon domaine: apprendre à chacun à se réapproprier sa santé par la cuisine (en se la réappropriant aussi, par la bande). J’ai 51 ans, début de ménopause, je fais le test de ne prendre aucun complément ni médicament (alors que je suis une personne malade depuis sa naissance). Deux mois de quelques bouffées de chaleur, pas d’autres inconvénients.

Mais je suis plus marquée dans le visage que mes copines en TSH, bien sûr.

Félicitations pour vos prises de position et pour votre livre Cordialement


Q. Ne pouvant participer aux week-ends de formation organisés en Belgique, j'ai commandé les 2 premiers ouvrages parus . J'attends impatiemment les suivants ... J'apprécie énormément le caractère ouvert de votre démarche.
On sent que celle-ci est nourrie d'une expérience personnelle très riche, mais également de nombreuses recherches documentées par le travail de nombreux médecins et spécialistes de la nutrition. Une ouverture passionnante... 
J'apprécie aussi l'approche pragmatique d'une femme qui a l'habitude de jongler avec un agenda chargé, les instruments pratiques mis à disposition comme le carnet d'auto-évaluation, les fiches, ...
Super! Un grand merci! Si je pouvais participer aux formations, j'aurais la chance de pouvoir poser quelques questions. Je me permets de le faire par mail...
A la lecture de Nourritures Vraies, me sont venues les questions suivantes:
- Lorsque nous sommes formés comme naturopathes à Milan, nous sommes fortement sensibilisés à la problématique de l'acidose tissutaire et à l'excès des protéines consommées dans la société occidentale (cfr le docteur Kousmine à laquelle vous faites si souvent référence). Hors, si je comprends bien votre approche, vous proposez des protéines à 2, voire aux 3 repas par jour. N'est-ce pas un peu trop?
- Si les protéines du jour sont des oeufs, il y a des oeufs à midi et au soir? Le jour du poisson, du poisson à midi et au soir? ...
- De meme, nous jouons sur la dissociation des protéines et des hydrates de carbone pour épargner un travail enzymatique trop lourd de l'appareil digestif. Nous proposons les hydrates de carbone et les légumes à midi, les hydrates de carbone ayant la mission de nous délivrer le carburant nécessaire pour accomplir notre activité de la journée. Nous proposons les protéines et les légumes en soirée, car la synthèse protéique (anticorps, hormones, reconstruction des tissus, ...) est à son apogée durant la nuit. Qu'en pensez-vous?
- Enfin, vous condamnez les pates intégrales. Pourquoi?
Voilà, j'espère ne pas trop vous ennuyer avec ces questions, j'imagine que vous n'aurez pas le temps de répondre de façon personnalisée à tous vos lecteurs... Mais, j'imagine aussi qu'ils ne prendront pas tous la peine de vous poser des questions... En vous remerciant de tout coeur pour ces informations complémentaires et dans la joie d'avancer dans ma lecture du second volume, bonne fin de semaine,

R. Vous aurez peut être compris avec Nourritures vraies et Mon Assiette en équilibre, mais je résume .

1. Question protéines. En plan de croisière, on ne prend que 60g de protéines par jour si on le souhaite, cela suffit souvent,  mais pour l'Assiette Ressourçante dont l'objectif est de requinquer des personnes épuisées et/ou stressées, il faut passer par plus de protéines et de graisses. Vous verrez dans les autres tomes qu'une des cures demande de consommer 300g de viande par jour + beaucoup de graisses. Et le résultat est fabuleux! En "cure" bien sûr.   Dame Kousmine est un de mes piliers en nutrition, mais elle n'est plus de ce monde et se serait certainement adaptée à la fragilisation accrue de la population (par abus d'additifs, de polymédication, mais aussi de par tél. portable interposé etc)

2. Question rotation. Théoriquement, les livres de la collection Les Topos sont plus destinés aux thérapeutes et aux personnes suivies par des thérapeutes qu'aux autonomes, mais j'ai prévu par sécurité un système de rotation de bon sens car tant de gens aujourd'hui ont développé des allergies retardées. Donc: jour oeuf =  oeufs tout le temps! Ce n'est quasi pas praticable, bien sûr, mais c'est une piste

3. Dissociation alimentaire. Vous aurez lu dans Mon Assiette en équilibre les désordres que peut provoquer sur la durée la dissociation alimentaire, sauf chez les très bien portants comme Michel Montignac lui même. Sur le terrain, observez attentivement. Les personnes qui tiennent ce programme plus de quelques mois perdent les capacités digestives!! au lieu de les "épargner" selon votre terme.

4. Pâtes intégrales: ça doit être expliqué dans Vapeur ou dans Tartes, mais en gros les phytates ne peuvent pas être désactivés dans les pâtes complètes (sauf à vouloir les faire tremper une nuit... bleurks), c'est désolant d'absorber des sources de minéraux pour se faire voler ses minéraux non? En plus, question goût, c'est vraiment très médiocre. On comprend le rejet de la plupart des mangeurs...


Chercher « manger peut-il nuire à la santé » sur youtube.com (dailymotion.com : se coupe toutes les deux minutes ?) pour trouver un documentaire en 5 épisodes sur le sujet.

Super bonne synthèse de ce que sont les nourritures vraies aujourd’hui, sauf pour le petit refrain de DSS quand on mentionne la pollution des mers (il veut qu’on avale son discours sur les omega3). 

On y interroge 5 experts, dont hélas DSS comme « expert en nutrition » alors qu’il est du niveau d’un journaliste curieux.

A La Minute 14environ de http://www.youtube.com/watch?v=bqb-9hKBusA DSS propose un tableau édifiant et graphique sur l’évolution de l’épidémie d’obésité américaine de 1985 à 2011 (qu’on ne s’explique pas, malgré qu’il a son idée... qui n'est justement qu'une hypothèse).

Sur http://www.youtube.com/watch?v=DJavKWXHR_4&NR=1 un petit refrain de la chanson des omega3 via un test de pain au lin sur le cholestérol d’un groupe de mangeurs ; proposition inane si l’on se réfère à ce que j’en résume dans Pour qui sonne le Gras.


29.8.08 J'ai trouvé cette merveilleuse introduction d'un naturo (pardon, oublié de noter le site) "Un naturopathe est avant tout un éducateur de santé. Il a comme rôle de maintenir en bonne santé toute personne grâce à des méthodes naturelles qui ont toutes pour but d’augmenter l’énergie vitale  et ainsi de permettre au force d’autorégulation  et d’auto guérison d’agir pleinement.
Sachant que toute maladie se développe d’abord sur un plan énergétique avant d’attaquer les structures organiques de l’organisme, les bilans énergétiques sont de véritables trésors dans le sens où ils permettent de déceler les maladies avant qu’elles ne se déclarent dans le corps. Sachant vers quoi un patient tend, il est plus facile et plus rapide de corriger les déséquilibres énergétiques que les conséquences organiques qu’ils entraînent sur le corps au bout d’un certain temps (maladies déclarées). Les thérapies quantiques ont un grand avenir de prévention santé à jouer. Sachons utiliser cette force.
"

Je voudrais ajouter ceci:
Vous êtes les éducateurs de santé qui manquent dans le paysage médical aujourd'hui, les grands mères de bon sens que nous n'avons plus. C'est à vous qu'il incombe d'apprendre à chacun que la meilleure médecine est RRR: repos, régime, et enfin remède. Je ne connais à ce jour AUCUN naturo qui fait son métier de naturo, car comme les allopathes et certains homéopathes actuellement, ils commencent par "remède". Naturel, je l'accorde, mais secondaire malgré tout au repos et au régime.

Entre nous, on appelle cette attitude "de l'allopathie verte"...

Par ailleurs, je ne connais peu de praticiens alternatifs qui acceptent la pluralité des profils en biochimie, ou, ce qui serait encore plus utile, que certains mangeurs sont trop épuisés pour tirer parti du végétal, tout simplement...


Fidèle lectrice du Canard Enchaîné, je me délecte chaque semaine de leur rubrique "Conflit de Canard" où le journaliste spécialisé (Jean-Luc Porquet?) traque les petites dérives de l'agrobiz. J'ai glané sur internet quelques copies d'article en jpg, que je vous transmets ci-après (si j'avais le temps et si j'avais le droit - ce que la rédaction ne m'a pas accordé en son temps -- , je scannerais quasi chaque semaine!).

  • 1 (antibiotiques en élevage industriel)
  • 2 (laitages et fermes géantes)
  • 3 (idem)
  • 4 (illusion du label fermier)
  • 5 (bio et nouvelles normes)
  • 6 (nanoparticules)
  • 7 (pesticides)
  • 8 (vin bio bricolé)
  • 9 (plus de vétos)
  • 10 (abattoirs)
  • 11 (frankenfish)
  • 12 (poulet à la javel)

T. Mais je mange pourtant très bien!
A titre d'illustration, je vous livre un extrait de mon cher, de mon tendre San-Antonio, à lire d'un oeil nutritionnel, mais vous pourriez tout aussi bien jeter un coup d'oeil aux menus classiques du restau du coin. 

"M'man décroche. Je lui fais part de l'invitation que je viens de lancer et la voilà tout excitée.
--- Si je préparais un gâteau de foie avec des champignons de Paris à la sauce tomate comme entrée, mon grand?
--- Le pied, ma poule!
--- Comme viande, je pense que du veau serait mieux apprécié de Mme Pinaud dont l'estomac....
--- Parfait.
--- Avec des petits pois frais, j'en ai acheté ce matin au marché. J'ai également trouvé un brie fait à coeur. Comme dessert, que dirais-tu d'un beau flan aux raisins de corinthe?"

Et je termine: "Pour tes soixante ans, tu souhaites un triple pontage ou une belle fin en trente secondes?" Un moment de silence à la mémoire de ce grand bonhomme de Frédéric Dard, qui a rejoint Cioran sur son nuage. Si j'avais pu lui souffler deux trois petits rectificatifs, il aurait mangé comme il aimait (j'imagine qu'il traduisait ses propres repas dans les sanA) et il aurait peut-être encore été là.

Sans Cioran et sans Dardounet, que reste-t-il à lire?   

L'être humain n'est fait pour manger de tels délicieux menus qu'une fois par semaine, et encore!

Protéines sur protéines sur protéines, en un mélange de genres (foie + veau + fromage fermenté + oeufs!) qui ne demande que du bicarbonate de soude pour être digéré, avec des graisses cuites à la louche  et un fin filet de végétaux à l'horizon... 

A ceux qui croient s'adonner à la gastronomie traditionnelle, je vais définir dans un livre entier le terme "traditionnel". Ce n'est que tout récemment que nous avons introduit ce type de repas de fête au quotidien. 


Q. Tu ne parles que fort peu du SEL dans tes conseils et recettes, as-tu un avis "avisé" ou des références intéressantes à ce sujet ? Cela m'intéresse personnellement car certains jours, ayant nettement baissé ma consommation du petit grain blanc, je me sens comme en manque et j'ai vraiment une fringale effrenée de n'importe quel mets salé, bien salé. La question m'a également été posée par un(e) "curiste" et mes jeunes neveux(7ans) et nièce (3ans) en sont totalement privés car le sel est diabolisé ...???

R. Le sel: d'abord tout le monde en parle, pourquoi donner dans la psittacose? Et puis, ça dépend de la biochimie personnelle. Te voilà avec une belle jambe.

Je ne suis qu'en train d'étudier le typage métabolique, j'en apprendrai plus. Le sel est une demande naturelle des surrénales épuisées, qui sont avec la thyroide et le pancréas, la source principale de fatigue chronique.

Expérience de la médecine classique sur l'éviction du sel pour les hypertendus: 30% ont une meilleure tension, 30% ça ne change rien, 30% empirent...

Et une belle jambe de plus, une !


18.8.2008 J’ai trouvé un passage qui semble d’un bon sens inoui sur le blog de Riverford Organic Veg (vegbox home delivery), projet formidable rencontré lors d’une émission de la BBC sur les « Farming Heroes ». L’auteur s’en prend à la nutrition arithmétique --  comme on se comprend ! – et termine par ceci.

In a recent edition of Radio Four’s excellent Food Program, Michael Pollan author of “In Defence of Food”, gave some simple guidance on how to eat a healthy diet and enjoy it:

1. don’t eat anything your great grandmother would not recognise as food
2. don’t buy anything with more than five ingredients
3. only eat at a table; eat slowly and communally
4. distrust any food claiming health benefits

Tant de bon sens, n’est-ce pas ? Cela semble si simple...

Et pourtant y a un blème! Et sérieux.

Le problème est que beaucoup de mangeurs d’aujourd’hui ne savent même plus ce que leur arrière-grand mère mangeait....

La limite des cinq ingrédients est une fausse certitude car l’étiquette ne doit pas indiquer tous les ingrédients précis.

Le quatrième point est encore plus délicat : se méfier des allégations de santé signifie qu’il ne faut pas non plus écouter les discours de maman sur les vertus des légumes et des bonnes graisses originelles ?

Et voilà, à vouloir réduire en quelques lignes un travail qui demande des centaines de pages et des heures de métier (suivez mon regard), la sursimplification détruit le message...

Ceci étant dit, à quand chez nous ce même projet de paniers de légumes bio à domicile sur cette échelle et à de tels prix ? (voir les comparaisons de prix bio supermarché et leur veg box sur la page  en date du 4 août)


Q. J'habite à la montagne, on me dit de servir du poisson deux fois par semaine : les poissons panés surgelés valent-ils la peine ? N'y a-t-il pas assez de poissons de rivière frais, chez vous ?

 R. Panés surgelés: laissez tomber si vous visez les nourritures vraies.

J’observe que nombre de poissonniers ne vous proposent plus que les poissons en filets (parce que c'est ce que demande le consommateur, dira-t-on ; parce que la peau et les yeux sont des signes de fraîcheur, pourrait-on ajouter, s’ils n’y sont plus, le consommateur ne peut plus juger).

Les bienfaits nutritifs du poisson résident dans ses acides gras essentiels, fragiles à tout traitement thermique. D'ailleurs, ont-ils encore le goût de poisson ? Vous font-ils rêver aux grands espaces marins ?

Il y a d'autres sources de ces précieux acides gras essentiels dans l'alimentation : voir dans "Pour Qui Sonne le Gras" ".

Si c'est pour le goût, c'est une autre affaire. Là, je n'y entends rien, c'est entre vous et vos petiots.


TL. Bravo pour cette initiative d'Euromut (NdT : une mutualité belge finance mes cours de cuisine et conférences nutrition, selon le principe que prévention vaut mieux qu’emplâtre). Bravo pour cette porte ouverte vers la liberté d'être. C'est vraiment de la prévention.

TL. (Partie d’un échange de courriel avec un journaliste radio, dans l’émission duquel une passionnée de nutrition avait présenté sa méthode "énergétique")
Merci pour ton émission. Je suis heureuse que tant d'intervenants passionnés fassent passer le message d'une alimentation plus consciente, et je les en remercie.
Je suis en revanche attristée que ce domaine merveilleusement efficace de la cuisine "énergétique", "thérapeutique" (bleurks, que de vilains noms....) soit entaché de tant d'amalgames et contre-vérités sur fond de peur.
J'ai noté quelques affirmations de type naturopathique que M. a égrénées sur ces quelques minutes et qui, chacune, ont déjà eu l'honneur d'un article de ma part (sur le site, dans mes livres ou dans mon bimestriel) car ce sont essentiellement des rumeurs sans fondement (les "frottements moléculaires" du microondes, les enzymes vivants, les laitages "poison" et le calcium des végétaux, l'énergie indéfinissable dans les aliments, vitamine C inexistante dans le non bio et disponible dans le bio) quand ce ne sont pas des erreurs nutritionnelles démontrées, comme la dissociation alimentaire. Tous
amalgames qui décrédibilisent la nutrithérapie, hélas. Je crains par ailleurs que l'intervention de M. ait été contreproductive auprès de 90% des auditeurs, effrayés par une telle révolution en cuisine, en freinés par un discours qui joue sur la peur et non la joie.
Tu ne ferais pas une petite mise au point dans la prochaine émission?

CdP. Je ne connaissais pas M. avant l'émission, et mon impression est que finalement son but est sincère et fort probablement efficace sur la qualité de vie de ceux qui suivent ses conseils. (Même si probablement il faut un peu se la compliquer la vie pour mettre tout cela en application :-)  
La problématique en matière de nutrition est vraiment complexe pour nous (je dis nous pour dire nous les "observateurs/acteurs" du monde culinaire)  
En effet, nombreuses sont les chapelles dans ce domaine, et des tenants de la cuisine "vivante" aux "végétaliens", on entend souvent tout et son contraire.  
La seule façon de permettre à chacun de se faire une opinion, c'est juste de d'être là et de poser la question "Oui mais qu'est-ce que ça veut dire?" dès que l'on sent arriver la notion peu ou mal définie, laquelle notion sert de base le plus souvent à un discours scientifique ou "scientifisant" Exemple: c'est quoi una aliment "vivant"? Comment quantifie t on cette fameuse "énergie"? etc...  
C'est ce que nous avons essayé de faire, notamment sur cette question de la nature de cette fameuse énergie...  
Finalement je trouve ce débat passionnant et de toutes façons - malgré les erreurs ou les débats scientifiques et "politiques" inévitables - utile car sauf à adhérer aux sectes alimentaires les plus extrémistes, il conduit globalement à une prise de conscience alimentaire de la part du plus grand nombre...

TL Merci de tes commentaires. En gros et en travers, mon boulot est de faire le détective de la nutrition.

J'ai pratiqué quasi toutes les méthodes de l'alternutrition depuis douze ans et je me présente désormais comme "courtière en régimes", choisissant celui qui convient en fonction du profil métabolique de la personne.

Je m'adresse au mangeur qui ne sait plus où donner de la tête ou ne veut pas parcourir le long chemin pour faire le tri entre toutes les affirmations hautes en couleur...

Ma crédibilité provient du fait que je suis en rémission de plusieurs maladies graves avec une autre hygiène de vie, en principal axée sur une alimentation ressourçante qui n’a rien, mais alors, rien de difficile à mettre en place..

Le débat "énergétique" est passionnant en effet, mais il est certains cas où l'on n'a pas le temps de se faire une opinion, de suivre quatre types de stages différents. Cette recherche peut être angoissante pour celui qui est confronté à un problème de santé, à qui son médecin demande une intervention alimentaire radicale... Et j'ai tant vu de personnes angoissées, souffrant et ayant peur de rechutes se réfugier dans les bras de gourous que je tente de mettre un frein à cet engouement.

Je tâche juste d'ajouter une voix de plus dans une chorale dont l'objectif commun est "le ventre conscient"...


Q1. (NdT. je transmets cet échange juste pour que vous compatissiez avec les propriétaires de site comme moi... )
Je me demande  pour les dessert si on peut remplacer le par l'huile et la qu'elle ? et la quantite avez vous un ouvrage a me proposes.j'ai deja cherche envain. merci beaucoup.

R1. Veuillez faire une recherche sur le site à ce sujet. Je ne peux répondre à toutes les questions plusieurs fois. Cordialement.

Q2.  ben non on trouve rien! essayer d'avoir un site convenable pour nos   recherche chère madame car nous sommes une vingtaine de personnes à se   plaindre. sincèrement,  

R2. Je garde votre mail pour le publier sur le site, comme exemple de  grossièreté des prédateurs sur la toile... Avec les milliers de personnes  qui visitent le site, je suppose que vous êtes bien plus que vingt à vous  plaindre. Mon site est gratuit, sans pub, je finance tout moi même !
Et je  ne suis pas une domestique, je ne suis pas à votre service. Les réponses à votre question sont dans mes  livres ou dans le bimestriel.
Ouvrez un site, tiens, on en reparlera.


T. Reçu par courriel ceci : Le maître d'Ésope lui demande d'aller acheter, pour un banquet, la meilleure des nourritures et rien d'autre.
Ésope ne ramène que des langues! Entrée, plat, dessert, que des langues! Les invités au début se régalent puis sont vite dégoûtés.
"Pourquoi n'as tu acheté que ça?".
" Mais la langue est la meilleure des choses. C'est le lien de la vie civile, la clef des sciences, avec elle on instruit, on persuade, on règne dans les assemblées..."
"Eh bien achète moi pour demain la pire des choses, je veux diversifier et les mêmes invités seront là."
Ésope achète encore des langues, disant que c'est la pire des choses, la mère de tout les débats, la nourrice des procès, la source des guerres, de la calomnie et du mensonge.


Q. Il semblerait que je commence ma ménopause, je n'ai pas encore les résultats de ma prise de sang - est ce que tu peux me conseiller qqchose à lire pour savoir si je dois changer ou prendre qqchose en plus dans mon alimentation.  Je sais que les hormones qu'on donne aux femmes sont très mauvais.

R. « Très mauvais » on ne peut dire, "risqués" peut-être dans certains cas, inutiles la plupart du temps : oui !!
Tout se trouve dans l’alimentation. Je ferai bientôt un article plus détaillé (Ménopause et adolescence en douceur: la voie passe aussi par la cuisine), mais en gros, le passage de la ménopause demande un choix détox’ pendant plusieurs mois et une orientation plus végétale (même des jus frais, pas du soja nécessairement).
Il faut d’abord lire le livre de feu dr John Lee (drjohnlee.com, je crois), écrit avec une Virginia Hopkins, en français : équilibre hormonal et progestérone naturelle chez Sully Editions.... (http://www.editions-sully.com/hormonal.htm, ils l'ont dans les magasins bio, généralement).
Ou encore Tout Savoir sur la préménopause du même auteur, même éditeur.

Il ne faut pas tout prendre à  la lettre (p.ex. leurs infos sur la toxicité des viandes sont erronées car aux States les hormones y sont largement autorisées et ici pas).


Q. En cette période de Pâques, fêtes(faites!) du chocolat, une amie a découvert l'existence d'un chocolat garanti sans sucre ajouté, sans saccharose, ni aspartam, ni sucre de synthèse, ni lécithine de soja et pas d'émulsifiant non plus. Ce chocolat dénommé Talazimcao est à base de cacao noir (100%), de miel cristallisé et d'extrait de vanille naturelle. La teneur en cacao est garanti à 75% (avec des variables selon la teneur naturelle de fructose dans le miel) disent-ils ? Elle l'a trouvé chez un chocolatier à Louvain-La-Neuve. l'emballage est très joli et ce produit a obtenu le ruban bleu de la recherche et de l'innovation (au 49e salon international du chocolat et de la confiserie à Paris). J'espère que l'on peut sans réjouir ??? ??

R. Je l’ai trouvé aussi sur internet http://www.drogue-douce.com/boutique/fiche_produit.cfm?ref=TALA01&type=1&code_lg=lg_fr à 13.16 euros les deux tablettes.


Q. (d'un élève) Figure-toi que j'ai arrêté de manger de la viande, par instinct, et je vais vraiment bien.
je  n ai plus de lourdeur ni de maux habituels, un peu constipée, et quelques soucis à faire mes menus mais bon, sinon très bien. je mange une fois par semaine de la viande de chez x.
ah si, et du bouillon tous les deux jours. je trouve que ca travaille surtout sur la fatigue. Tant la journée qu'aussi le nombre d'heures de sommeil, et le réveil.
En plus ca fait deux semaines que j ai négligé le yoga, donc ca ne rentre même pas en compte.

R. Super l'instinct mollo-viandeux.
Je pense en effet que le végé ou semivégé c'est le plan idéal pour l'humain, quand il est assez "solide" pour en profiter. On peut se porter comme un charme avec 60g de viande par jour (même 60g de protéines animales comme oeuf), quand on est bien portant.
Pour tes menus, voir ceci pour t'inspirer (un peu plus difficile en restaus que le plan omnivore) :

  • Menus semivégé extraits de Nourritures Vraies: www.taty.be/profil/10bNV_menusemivégé .pdfxx
  • Menus pur végé extraits de Nourritures Vraies: xxx
  • Grille de base d’une Assiette Ressourçante du semi-végétarien extraite de Nourritures Vraies:xxx

Le bouillon est l'outil idéal pour contrebalancer l'éventuel déséquilibre des plans trop végés (en même temps que le beurre). Les graisses comptent pour beaucoup dans la justesse d’un choix. Si j'étais plus solide, je mangerais plutôt comme en "pur végé" mais en ajoutant du beurre et du bouillon de poule/boeuf etc. Mais voilà...


Q. Tu as déjà vu cette vidéo et le dynamisme de cette Dr ? http://www.dailymotion.com:80/video/x66qcw_le-codex-alimentarius_news: «  « Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi notre santé est si fragilisée et que ça va de pire en pire? »

R. Excuse moi d’être plus critique sur tes interventions pour cette fois-ci mais je n'aime pas du tout le titre, pas plus que le côté guignol de la dame dans sa conférence.
Par mes activités politiques à l'univ (ah, quand j’étais si jeune !), je connais trop la proximité de l'extrême gauche avec de possibles déviances.
Je reprendrai l’info sur le site puisque tu as pris la peine de la faire suivre, mais je ne peux pas cautionner de telles attitudes.
Crier et puis quoi? ça mène à quoi?
J'ai lu son intro défilante et le commentaire sous la vidéo, jai regardé quelques extraits, c'est un discours connu depuis longtemps pour quiconque lit le Monde ou le Canard Enchaîné. Mais
ce n'est pas en levant les bras avec des discours un peu trop chauds qu'on va changer les choses. J'aimerais tant avoir un Jean Ziegler en nutrition ou alimentaire!  Mais voilà je crois qu'on est condamné à avoir en nutrition, domaine de l’hyper-irrationnel, des prêtres que l’on mérite (noms omis).  Je reprendrai le lien sur le site pour ceux qui veulent découvrir.


Q. Je vous explique mon soucis, je souffre depuis peu (environs 7mois) d' insuffisance cardiaque.
Je suis suivie et bien soignée, la récupération est bonne mais je dois tenir un régime pauvre en sel (max 6gr par jour).   J' ai appris en me documentant à ce sujet, que la fameuse limite des 6gr par jour devrait être la limite de tout le monde question santé et pas uniquement de personnes souffrant du coeur.
On me conseille donc juste une alimentation "saine" coté sel.  
J' aurais aimé savoir si vous aviez des livres de recettes suivant ce principe des 6gr par jour maxi ou même plus si les cours organisés de cuisine "saine" suivait ce principe.   

R. Hélas, mes cours ne se limitent pas à cela, malgré qu'on parle du sel en modération (sans grammage). La cuisson vapeur et les autres cuissons douces et nouvelles que je transmets permettent de tant exalter le goût des aliments que l'on réduit souvent naturellement le sel.
Pour les suivis purement médicaux, je ne peux vous aider dans les cours car nous restons entre profanes.
"6 grammes" par exemple: cela signifie-t-il 6 grammes de sel ajouté (et quel sel? de table, marin, tamari?) ou cela inclut-il aussi le sodium des aliments eux-mêmes?


Q. J'aimerai approfondir mes connaissances dans le domaine de la diététique et consulter un livre qui reprendrai les principes du Dr KOUSMINE, pouvez-vous me conseiller un ou plusieurs de ses ouvrages, qui serait accessible à quelqu'un qui n'aurait aucune connaissance dans ce domaine.

R. Il faut lire les originaux de Kousmine et non pas les "suiveurs" qui changent son discours jusqu'à ce qu'il ne soit plus reconnaissable (à part "Les cinq piliers de la méthode", récemment republié chez Jouvence sous le titre "La méthode Kousmine"): 1/ Soyez bien dans votre assiette 2/Sauvez votre corps. Tous les deux en poche, je crois. Ils ne sont pas faciles, mais qui a dit que la connaissance était facile? Il suffit de relire trois fois, et ça s'éclaircit :) 
Voir mon article dans le bimestriel Cuisine Nature sur la méthode Kousmine.

Le classique "L'alimentation selon l'enseignement du docteur Kousmine" du docteur Bondil et de Marion Kaplan regorge de délicieuses recettes, mais se démarque déjà de l'original (y sont ajoutées des injonctions spéciales pour peler les carottes selon une technique chinoise, la recommandation de soja, etc.). 


Q. Pourquoi doit-on ôter le porc de la liste des viandes?   l

R. C'est le cas dans la cure anticolopathie, pas dans les autres. C'est l'expérience, tout simplement. Je ne connais pas d'études scientifiques sur le sujet.

Beaucoup de thérapeutes ont observé qu'en ôtant le porc de la liste des aliments protéinés on obtenait de bons résultats (jambon y compris). Et pourtant, je sais que la tradition culinaire chinoise intègre beaucoup de recettes avec du porc... 

Je sais que l'Optimal Diet polonaise a de remarquables succès avec tant et tant de saindoux, porc, etc. Ne sommes-nous pas ici aussi victimes de nos excès? Un chinois traditionnel ne sacrifiait probablement pas un porc chaque mois... 

Ajout 2007. Le porc est la viande qui développe le plus rapidement des amines, sources de déséquilibre chez certains mangeurs. Si c'était ça?


Q. Je ne comprends pas pourquoi vous vous permettez de tant critiquer le régime SEIGNALET. Vous sous-entendez que ceux qui suivent ce régime sont des béotiens qui très rapidement sont carencés avec tous les risques sur la santé... Il y a des milliers de personnes atteintes de maladies auto-immunes ou dégénératives qui le suivent et qui s'en portent beaucoup mieux. Il ne faut pas oublier que ce régime de nourriture BIO, prévoit de prendre des compléments alimentaires (probiotiques, anti-oxydants, poly-vitamines, oligo-éléments, huiles oméga3/6 ...) pour pallier à d'éventuelles carences et permettre à l'organisme de se régénérer...  Ma femme et moi suivons le régime SEIGNALET depuis plus de 5 ans. Ma femme atteinte de spondylarthrite ankylosante qui était en invalidité totale depuis 17 ans, n'a pas fait une seule crise depuis 5 ans !!! Fini les AINS et antalgiques. Moi-même, j'ai une polyneuropathie qui m'a conduit au fauteuil roulant il y a 6 ans. Grâce au régime, j'ai pu abandonné la cortisone rapidement et mon état continue de s'améliorer, puisque maintenant je me permets d'aller seul à la pêche sous-marine que je pratiquais précédemment pour ramener, homards et poissons à la maison, alors que les neurologues étaient pessimistes pour mon avenir...( SEIGNALET lui- même qui a soigné 6 malades ayant ma pathologie n'a pas eu des résultats merveilleux...) Je me permets de vous inviter à visiter les sites suivants : Le site de Manon où des centaines de malades s'entraident pour suivre au mieux le régime SEIGNALET et en tirent le plus grand bénéfice, très souvent la rémission totale. On ne peut plus dire que c'est le hasard ou l'effet placébo...  http://lappart.aceboard.fr/index.php?login=74834&rub =  Le site général de SEIGNALET :  http://lappart.canablog.com/   où vous trouverez entre autres le site de Manu et beaucoup de témoignages... Je trouve que c'est injuste, vous qui prônez  une alimentation naturelle pour un mieux être, de détournez un nombre important de personnes (malades ou futurs malades)) d'un régime qui peut améliorer leur état ou prévenir une dégradation de leur santé. Vous hurlez avec les loups de la médecine classique qui laissent au bord de la route avec leurs souffrances tant de malades qu'ils sont incapables de soigner correctement (SEP, fibromyalgie, spasmosphilie, allergies, SPA, RA etc...). Cette médecine qui ne pense qu'à l'argent et qui ne propose que des médicaments allopathiques aux conséquences désastreuses (AINS, anti-TNF qui conduit au cancer, immuno- suppresseurs, statine etc...)  Si vous allez sur le Forum, vous verrez qu'on aborde le problème de la détoxication des métaux lourds qui sont si préjudiciables pour la santé et qui perturbent tant les systèmes immunitaire et enzymatique, qui provoquent entre autres les intolérances alimentaires et les allergies. Nous en avons fait l'expérience, ma femme et moi. Les intolérances alimentaires qui étaient très nombreuses, détectées par l'analyse IMMUPRO 300 effectuée en BELGIQUE ont disparu complètement après notre détoxication, ainsi que l'allergie que ma femme avait pour les parfums...

R. Vous être drôle : le régime serait tellement équilibré qu’il faut prendre « probiotiques, anti-oxydants, poly-vitamines, oligo-éléments, huiles oméga3/6 ». !!

Pour ma part, j’ai lu et relu attentivement le volumineux livre de Seignalet et tant d’autres intervenants du domaine. J’ai écouté les témoignages de tant et tant de pratiquants. J’ai lu de longues heures sur des groupes de discussion. Et alors, seulement alors, je me permets d’écrire un article.

On dirait que vous n’avez pas lu les infos sur mon site. Un peu léger de votre part, ce mail ! Dans mes articles de Cuisine Nature et  dans mes livres, je publie des mises en garde pour les gens qui pratiquent  du Seignalet sans être bien suivis et en se fiant uniquement à son livre.  Qui, par ailleurs, croient que ce régime doit être suivi à vie alors que ce  n'est qu'un programme de drainage et d'éviction, non thérapeutique.

C'est à  ce titre que je le conseille souvent dans mes cours privés, mais je ne  pouvais laisser les élèves faire confiance à des pans de sa théorie qui sont  très branlants.

Je ne traite jamais quelqu'un de béotien, je  ne le pense même pas. Mon métier est enseignante, et je sais qu'il n'y a pas de personne idiote, tout de même... Il n'y a que des personnes parfois mal  informées ou naïves, à la rigueur. écrivez-vous bien à la bonne personne?  Il se fait que Seignalet est « à la mode » en France. À peu près chaque phrase de votre courriel a fait l’objet d’un article de ma part, informé et objectif. Bonnes recherches !


 retour page de base