taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

La viande serait-elle un bouc émissaire? conférence du prof. Leroy

25.1 Vous aimez comprendre tous les poncifs que je déploie dans mon récent dossier Viande: rumeurs et réalités mais vous ne voulez pas attendre la fin de mes publications quotidiennes? Je vous invite à suivre la conférence que le professeur Frédéric Leroy, a présentée à l'université d'Auckland en 2019: La viande serait-elle un bouc émissaire? Sous-titre: comment en est-on arrivé à se polariser autour de la place de la viande dans l'assiette?

Cette conférence s'adresse à des pros tant elle est pointue et documentée, d'où le code icône vert en titre de billet.




"Nourritures vraies"
nouvelle édition 2018

Conférence d'une heure

En cherchant qui peut expliquer d'où vient ce story-telling ahuri autour de la "toxicité" de la viande, surtout de boeuf, je suis tombée sur cette extraordinaire présentation, par un scientifique comme on les aime, rationnel, rigoureux, le professeur Frédéric Leroy (chercheur en food science and bio-technology auprès d'une de nos universités bruxelloises, la VUB). Vous n'avez pas le temps pour suivre la conférence d'une heure? Voir un court pitch.




Les sous-titres anglais sont fiables, la traduction FR devrait être décodable.

C'est long (une heure), mais il balaye tous les facteurs en cause y compris environnementaux et santé. C'est très finement analysé, très documenté. Chaque période de 5 minutes de sa vidéo mérite un billet entier. Il a aussi repéré 2015 comme date pivot de la grande vague antiviande de boeuf.

J'adddddore. Il ne s'est intéressé au sujet qu'il y a deux ans, étonné par ce magnifique et toxique récit récemment fabriqué autour de l'élevage.

Je devance les critiques qui me seront envoyées: certes la vidéo est présentée par "Beef & Lamb NZ", mais le professeur refuse toutes les subventions, il n'accepte même pas d'être payé pour ses conférences. Qui d'autre que les producteurs de viande pourraient être assez motivés pour se bouger? N'attendons rien des consommateurs lambda, qui ne voient pas ce qui se prépare, càd que la génération suivante n'aurait même plus le choix de manger de la viande, on ne lui présenterait que de la viande artificielle, de labo. Il n'y aurait pas eu de mort pour la produire, mais cela équivaudrait à manger du non-vivant, de l'inerte, du quasi mort, si je peux oser le raccourci. Si je devais faire un résumé en image autour de ce dossier des antiviande et prophytophagie, le mot central serait ANTIVIE.

J'ai fait des copies d'écran qui permettent de capter le discours au calme, ce sont des rappels, des notes. Tant qu'à faire, je les partage:

Voir les copies d'écrans de 1 à 30 - de 31 à 60

Une version courte 5 minutes

Ou chez Q+A (télé NZ) - The food scientist who claims you can eat meat and save the planet.
Pas de sous-titres, sorry! Zaviez qu'à être attentifs au cours d'anglais... ;))


 

En podcast

A écouter: l'irlandais Ivan Yates interroge le professeur Leroy lors de son émission "The Hard Shoulder" - 13 minutes autour de "Réputation usurpée du boeuf?" (en anglais). Le journaliste pose les questions typique de l'homme de la rue, Leroy y répond factuellement. Et calmement: oh, que ça fait plaisir dans mon domaine chéri, la nutrition!


Retour aux articles