taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

La première victime du virus corona : la rigueur scientifique

31.3 J'ai découvert la toute première victime du virus: la rigueur scientifique! Le cynisme n'a pas de limite, la paresse intellectuelle non plus. Aurélien Barrau et d'autres profitent de la crise pour signer une tribune sur leur dada anti-produits animaux.
#boeufemissaire. Poster conjoint à "Manger sans produits animaux?", série destinée aux parents et enseignants





"Nourritures vraies"
nouvelle édition 2018

J'ai découvert la toute première victime du virus: la rigueur scientifique!

Le cynisme n'a pas de limite, la paresse intellectuelle non plus. Aurélien Barrau et d'autres profitent de la crise pour signer une tribune sur leur dada (dans Libération). "Historiquement, les grandes tragédies telles que la pandémie actuelle ont souvent apporté des changements importants. Alors des scientifiques cherchent à comprendre, la consommation d’animaux semble bien être en cause.".

Vous n'aimez pas la viande ou le lait, personne ne vous force, voyons. Pourquoi forcer le monde entier à abandonner des ressources ancestrales? Sur la foi de purs on-dit, non documentés, en plus. "Le coronavirus à l’origine de l’actuelle pandémie provient indiscutablement de la consommation d’animaux. " Avant, c'était pour protéger le climat que vous vouliez nous priver de notre steak, sur des bases tout aussi peu fiables.
Pfrrrt (soit: je pouffe), oh! que de certitudes... surtout de la part de "scientifiques" comme annoncé dans l'en-tête.

Je ne connais pas les autres signataires, mais je peux affirmer que, rayon climat, rayon alimentation, Aurélien Barrau n'a pas étudié ses dossiers. Il est peut-être très bon sur les trous noirs en tant qu'astrophysicien, il est certainement éloquent, mais sa parole n'a que faire dans ce dossier-ci, voyons.

Ce qui interpelle fortement dans cet article, c'est qu'on ne parle pas du tout de la pollution de l'air et de la perte de biodiversité alors qu’il a été établi que ces 2 éléments ont contribué à la propagation du virus. De même que les voyages en avion. Il ne s'agit aucunement d'une réflexion globale sur la propagation du virus et comment l'on pourrait améliorer les choses, mais simplement d’utiliser l'événement du coronavirus pour appuyer un dogme.

Voir l'original dans Libération pour vous faire un avis éclairé.



Retour aux articles