taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

Manger sans produits animaux? Repenser les rumeurs

20.11.2020 Je finalise la sortie finale de mon dossier élaboré au fil de janvier 2020: "Rumeurs antiviande: légendes et réalités", série destinée aux parents et enseignants. J'y résumerai les pistes de réflexion et les arguments pour ceux qui veulent décontaminer les ados des rumeurs antiviande actuelles. En voici la table des matières provisoire, avant publication papier et pdf.
Parents et enseignants, c'est à nous qu'il revient désormais de faire de l'éducation primaire, car via les réseaux sociaux, les enfants et les ados sont endoctrinés par des orateurs sectaires, qui ne connaissent généralement pas leur sujet et dont le seul objectif est de "véganiser" le monde. Brrr, les laisser aux mains d'une secte!
 

"Nourritures vraies"

nouvelle édition 2018

Les titres sont à cliquer, le résumé est sous le titre. Le libellé du dossier n'est pas encore final.

Introduction

Comprendre l'irrationnel autour de la viande rouge

Pourquoi cette idée reçue qu'il faudrait se priver de viande rouge? Un petit aperçu des coulisses et de l'impact de cette irrationalité, auprès d'un chef multiétoilé.

Etes-vous prêt à avaler n'importe quoi?

Depuis quelques années, une fine propagande vise à nous dégoûter de la viande sous de fallacieux prétextes, que j'ai déroulés dans le dossier végé récent. Le but: nous amener à accepter la "viande in vitro" cultivée en laboratoire ou les hamburgers végétaux, qui promettent d'être les vaches à lait de la grande industrie dans les années à venir. Etes-vous prêts à avaler n'importe quoi?

Le boeuf émissaire du modèle productiviste

J'ai pigé le truc, à savoir comment on procède pour nous faire avaler n'importe quoi: s'arranger pour que nous confondions l’élevage artisanal traditionnel avec le modèle industriel.

Vaches, fric, pâturage et labourage

Bernard Bel, chroniqueur sur le blog de veille scientifique lebonheurestpossible.org invite dans cet article à penser trois des facteurs à considérer pour revoir les conditions d'élevage: paturage, labourage et... fric. On partage son avis: "Quant à la viande rouge industrielle, elle est tout simplement impropre à la consommation, issue d’animaux rendus malades par une alimentation aux céréales qui leur est inadaptée" et "40% de la viande de bœuf consommée en France l’est sous forme de steak hâché (...) le plus souvent issue de minerai de viande d’origine intraçable et pauvre en protéines assimilables. "

Nos enfants n'auront peut-être plus le choix

Grâce au dossier et aux pistes documentées autour du boeuf bashing, vous comprendrez qu'aucune des rumeurs autour d'une toxicité de l'élevage pour la planète ou pour notre santé n'est démontrée - même si c'est une enfant-reine un peu ronchon qui nous le serine tous les jours au nom de "la science". Laissez-moi vous révéler en image ce que nous prépare Big Food et les quelques millionnaires avides qui ont concoté cette campagne de diffamation.

Nos enfants n'auront peut-être plus le choix (2)

Vous comprendrez que la science de ce domaine est détournée à des fins matérielles par de gros intérêts financiers. Sous le couvert d'écologie, voici ce qu'ils préparent pour nos petits.

Comprendre les écosystèmes

Avant même qu'un parent ou un enseignant puisse inviter les gamins à porter un regard critique sur les fatwas antiviande avancées "pour protéger le climat", selon les sources que je partage sur ce blog ce mois-ci, assurons-nous qu'ils comprennent bien la complexité des écosystèmes. Une vidéo très éclairante sur le sujet: Comment les loups changent les rivières.

 


Climat

Manger sans produits animaux? Un poster

Si vous voulez être libre de choisir l'assiette qui vous plaît et vous convient au plan de la biochimie, si vous tenez à votre souveraineté personnelle, drainez-vous l'esprit de rumeurs encombrantes. Analysez les faits et, ensuite, faites-vous un avis éclairé. Ce qui est mon refrain au fil de mes deux collections de livres, depuis 20 ans. Aujourd'hui: manger sans produits animaux sauverait la planète?

Poncif n° 1: les gaz à effets de serre/GES et l'élevage bovin

Légende urbaine: l'élevage est polluant et rejette plus de GES que les transports.
Réalité : On comparait des données incomparables en prenant des sources utilisant des méthodes différentes (GIEC et FAO). L'erreur a été corrigée officiellement, la part de l’élevage est bien plus faible que ce qu’affirment de nombreux militants: 2 % pour les bovins en élevage industriel à l'américaine; imaginez les valeurs pour l'élevage en pâture à la française!

Encadré. Trop de méthane produit par le bétail? Données exagérées!

Une infographie traduite en français, pour completer le récent billet “"Poncif n° 1: les gaz à effets de serre et l'élevage bovin".

Poncif n° 2: l'élevage gaspillerait notre eau

Légende urbaine: l'élevage serait gourmand en eau, 15000 litres d'eau seraient utiles pour produire 1 kg de viande.
Réalité : en calcul factuel, il faut moins d'eau pour produire un kilo de viande que pour cultiver un kilo d'avocat ou de noix.

Encadré. Petit manuel du parfait rumoriste

Ce sont des évidences, mais pourquoi ne pas les verbaliser?

Poncif n° 3: l'élevage monopoliserait des terres arables

Légende urbaine: "l'élevage monopoliserait des terres qui seraient bien mieux utilisées en production végétale". Refrain optionnel: "on peut nourrir 14 véganes sur la terre qu'exige 1 omnivore"
Réalité : l'élevage utilise majoritairement des terres non cultivables

Encadré. La planète a besoin de plus d’élevage, pas de plus de soja.

article par Seth Itzkan, le co-fondateur de l’association Soil4climate, traduit en français .

Poncif n° 4: concurrence alimentaire

Légende urbaine: le bétail consommerait des aliments qui pourraient nourrir la terre entière...
Réalité : les aliments des animaux d’élevage sont en majorité non comestibles par l’homme (86%). Le bétail transforme ces aliments en précieuses protéines de qualité, essentielles à l'humain.

Accroitre le stockage du carbone et réduire l'impact de l'activité agricole sur le climat

A tous ceux qui croient avoir tout compris de l'agriculture quand ils ont planté une graine dans un pot, à tous ceux qui produisent des graphiques charmants mais trompeurs comme celui d'hier (où la séquestration du carbone par les prairies n'est pas prise en compte), à tous ceux qui continuent à répéter que l'agriculture pourrit le climat, voici une petite lecture du soir.

Encadré. Je suis scientifique, je dis ce que je veux: le cas Barrau

J'ai découvert la toute première victime du virus corona de mars 2020: la rigueur scientifique! Le cynisme n'a pas de limite, la paresse intellectuelle non plus. Aurélien Barrau et d'autres profitent de la crise pour signer une tribune sur leur dada anti-produits animaux. Barrau

Boeuf bashing: même les meilleurs s'y perdent

Pauvre boeuf émissaire, même les intelligences les plus pointues perdent le discernement quand elles sont confrontées à ton avenir. Analysons le cas avec un article du brillant Jean-Marc Jancovici.

La viande serait-elle un bouc émissaire? conférence du prof. Leroy

Vous aimez comprendre tous les poncifs que je déploie dans mon récent dossier Viande: rumeurs et réalités mais vous ne voulez pas attendre la fin de mes publications quotidiennes? Je vous invite à suivre la conférence que le professeur Frédéric Leroy, a présentée à l'université d'Auckland en 2019: La viande serait-elle un bouc émissaire? Sous-titre: comment en est-on arrivé à se polariser autour de la place de la viande dans l'assiette? Cette conférence s'adresse à des pros tant elle est pointue et documentée

Copies d'écran 1

Quand je regarde une viéo passionnante, je fais des copies d'écran en un clic pour me rappeler le raisonnement déployé par l'auteur. Je les partage puisqu'elles sont faites. I

Copies d'écran 2

Copies d'écran 31 à 56 pour se rappeler le raisonnement déployé par le professeur Frédéric Leroy dans sa conférence 2019

Taxer la viande?

Je continue sur ma lancée: réfléchissons un peu les slogans simplistes qui nous sont balancés tous les jours sur les réseaux sociaux. En anglais, une taxe environnementale se dit "taxe de péché". Certains pays européens proposent de taxer la viande, mais elle n’est pas un péché! Elle ne mérite pas une taxe, vu que les arguments sont faussés à la base. Les animaux élevés en pâture raisonnée seraient même partie de la solution pour protéger la planète. Voilà ce qu'explique l’article de Diane Rodgers sur la vanité d’introduire une taxe environnementale: Meat is not a sin tax.

Encadré. Viande/monde: progression en vidéo

Intéressant de voir la progression en images qui bougent de la production de viande par pays depuis 1961.

Le goût des privilégiés

On envisage rarement le monstrueux cynisme des hyperriches lorsqu'ils veulent priver les plus pauvres de leurs moyens de subsistance. Ma traduction d'un billet d'humeur de Diana Rodgers sur son compte insta, en réaction au discours d'un acteur américain, Joaquin Phoenix (golden globe récent). Discours "contre" la viande, bien sûr. Si on est antisystème, on va finir par manger de la viande par militantisme! Je partage avec Diana la défense des moins privilégiés.

Encadré. Sauver la planète en détruisant l’agriculture ? via Bernard Bel

Comprendre les enjeux. Bernard Bel a traduit l'article de Pat Thomas :" Sauver la planète en détruisant l’agriculture ? "


Santé

Je suis diététicienne et je conseille la viande. Voici pourquoi (Diane Rodgers)

Lire l'article de Diana Rodgers, brillante diététicienne américaine, amateur de nourritures vraies. Vous y trouverez les 11 raisons qu’elle déploie avec raison, respect, rigueur et cœur ouvert.  Elle y réunit tous les arguments que nous connaissons bien, au sein du réseau de profilage alimentaire, arguments dont nous voyons les bénéfices sur le terrain tous les jours.

Une synthèse d'études sur viande & cancer dans  Annals of Internal Medicine : aucun risque

Vous n'avez pas échappé aux titres de magazines et aux réflexions lors de dîners mondains: "la charcuterie est cancérogène, la viande rouge l'est probablement, je sais, c'est l'OMS qui l'a dit en 2015". Cela semble incontestable. Ah ouais? Faites vous un avis éclairé, renseignez-vous sur le fond de l'histoire, lisez l'article chez Nutriting (FR) qui démontre qu'une nouvelle étude de qualité a conclu à l'inutilité de baisser sa consommation de viande rouge pour la santé

Des annonces médiatiques dévoyées

Pour élaborer sur la part santé des rumeurs et légendes autour de la viande, découvrez comment on peut se laisser duper par des annonces dévoyées et vouloir devenir végétarien pour les mauvaises raisons. Grrrr! La pseudoscience mise en avant pour discréditer la viande fait honte aux véritables scientifiques, honnêtes et rigoureux.

Les conseils de cuisine si peu avisés OMS/corona

Lire les conseils si peu avisés de l'OMS pour la cuisine en temps de crise/corona, ce mois de mars 2020: "cuisinez" -> bravo, merci les gars. Mais: "jetez le gras de la viande et la peau du poulet pour éviter les graisses saturées", voilà qui fait bizarre. Non seulement ce sont des concepts des années '70, totalement obsolètes, mais la peau du poulet n'est-elle pas riche en mono et polyinsaturées? En outre: "ne gaspillez pas la nourriture". Quelle incohérence! Ils viennent d'écrire qu'il faut jeter le meilleur... Le gras c'est la vie!"
Oups, pardon, cousine, c'est vrai, ce sont des "experts".

La viande rouge cancérogène? (vidéo de B. Dariouch)

En complément à l'article précédent (Nutriting), pour comprendre si la viande est oui ou non cancérogène, vous préférez suivre un décodage en vidéo de cette annonce de l'OMS 2015. Ecoutez Benjamin Dariouch, de Naturacoach, en une conférence avec diapos - durée 30 minutes. Documenté, précis, rigoureux.

Copies d'écran

Copies d'écran pour voir le raisonnement déployé par le naturopathe Benjamin Dariouch dans sa vidéo La viande rouge est-elle cancérogène ?

Décoder un poster: équivalences de protéines

Parmi les innombrables rumeurs du net qu'il est crucial de déconstruire pour préserver votre santé, je décode une infographie classique en Végéland, où l'auteur joue sur des valeurs incomparables. Mamie Croûton vient ici faire une démonstration de bon sens, avec l'aide de Bernard Bel, du site www.lebonheurestpossible.org.

Regenuary késako?

Dans la foulée des résolutions de l’année nouvelle: et si on se soutenait en groupe? En Belgique, nous avons le mois de février sans alcool. Dans les pays anglophones, on connaît depuis peu le Veganuary, ou mois de janvier où l'on apprend à manger sans viande et sans produits animaux (vegan-January).

Réduire au minimum les doses de produits animaux ? Repensez-y à deux fois...

Sur base d'une conférence du professeur Leroy, une illustration imagée de la réalité du terrain: les doses de produits animaux conseillées par les phytophages sont dans le quadrant des hautes carences telles qu'avérées par les études. Plutôt que se battre à coup de tableaux virtuels "mes protéines valent bien les tiennes", regardons sur le terrain à quoi peut correspondre la diminution radicale de protéines animales.

Encadré. Pourquoi défendre si dynamiquement la viande dans ce dossier ?

Lien avec mon dernier topo paru. Je défends le dossier "viande" alors que je prône par ailleurs un mode semi végétarien, parce que c'est parfois la seule solution pour requinquer des végés ou véganes. Voir l'extrait de ce nouveau livre "Quand le végé se fane"


Puissance du marketing

Lettre ouverte aux mangeurs de viande qui souhaitent le rester sans culpabiliser

Un livre a paru début de l'année qui peut donner quelques arguments aux bonnes volontés lorsque nous sommes confrontés aux grands mensonges de la propagande végane. Le sous-titre est d'ailleurs "pourquoi les végans ont tout faux". 180 pages, chez Larousse, janvier 2019. 9.95€: vous ne serez pas ruinés.

Cause animale ou cause du capital?

Je crois toujours en avoir fini avec mon dossier sur la légende végane, mais j'ai encore un petit filon pour vous: le dernier livre de Jocelyne Porcher: "Cause animale, cause du capital"

Comprendre le tourbillon d'émotions et la tentation végane

Suite de mes billets "comprendre les motivations du véganisme". Pour penser pourquoi nos sociétés urbaines occidentales sont dans la tentation végane, je propose une petite conférence de mon camarade philosophe Frank Pierobon: L'animal, l'humain, le divin.

Viande artificielle: enquête dans les labos californiens qui veulent supprimer l’élevage

Le journaliste Gilles Luneau a mené l’enquête sur l’agriculture dite «cellulaire», c’est-à-dire la viande de synthèse produite en laboratoire. Et s’inquiète des prétentions démiurgiques de ses promoteurs, qu’il est allé rencontrer au coeur de la Silicon Valley. Lire un article du Figaro (le mien est encore en préparation).

Le boeuf bashing

Vous êtes comme moi? Vous flairez un fond d'arnaque, vous sentez un peu de l'industrie en embuscade derrière ce discours du "boeuf bashing"? Un petit poster plus parlant qu'un billet, pour ceux qui auraient suivi le dossier depuis le début et ne seraient pas sûrs d'avoir bien compris mon analyse. Je décode les coulisses du dossier après le poster, en nourrissant le rêve d'une parano d'un jour prochain se rendre compte qu'elle a eu tort. Prions pour que je me trompe...

NB. "Bashing" comme dans "agribashing" ou "Hollange bashing", qualifie une campagne de dénigrement, sous-entendant l'acharnement d'une meute.

Encadré. Les veganes ne sont pas carencés en B12, mais bien en infos...

Mise au point politique et sociologique sur le dossier. Une mise au point pour que les quelques courageux qui me lisent puissent comprendre le contexte du blog. Je porte deux casquettes en nutrition: je suis soeur Emmanuelle et le docteur House en même temps.

L'avenir de notre agriculture repeint par mon oncle d'Amérique qui a trop bu

Dossier "boeuf bashing": le fond politique. Pour comprendre pourquoi le boeuf dérange et quels sont les intérêts financiers qui voudraient bien s'approprier leurs prairies. En une forme d'appel à mes camarades écolos/bios/flexis: êtes-vous bien conscients de ce à quoi vous collaborez en soutenant ces délires du boeuf bashing? Vous êtes à l'insu de votre plein gré le cheval de Troie des techno-béats de la Silicon Valley.

Véganes, le grand fake

Je ne suis pas très optimiste sur la médiatisation de notre dossier "boeuf émissaire" dans les circuits officiels pour plusieurs raisons, que j'exposerai dans plusieurs billets successifs. La première raison est que le véganisme vient nous dire quelque chose de notre société: l'attrait morbide actuel pour le faux, car c'en est l'incarnation.

Une visite à la ferme

Que fait-on avec un végane ou un boeuf basheur enfermé dans ses mantras, inconscient d'être victime du grand fake? On l'emmène à la ferme, tiens!

Penser intelligemment le dossier viande

Contrebalançons le grand n'importe quoi de l'anti-viande dogmatique par des bateleurs de foire comme un Aurélien Barrau (dont j'ai relayé la triste tribune dans Libé hier). Lisons plutôt des analyses fines, pointues, documentées, écrites avec recul par des scientifiques du domaine (vous avez compris les sous-entendus?).
Comme celle qui va paraître, par les professeurs Frédéric Leroy (BE) et Adele Hite (USA).
Un avant-goût:en copie d'écran


Sortir de l'impasse

Défendons  notre souveraineté alimentaire

Les réseaux cachés de millionnaires de la Silicon Valley sont presque arrivés à nous embuer l’esprit: le #boeufbashing, cette campagne de diffamation soigneusement organisée depuis 5 ans seulement, est presque passé dans les mœurs.

Interlude pour s'encourager

A tous ceux qui se découragent de voir comment la vague anti-produits animaux et/ou végane a pris dans le public, qui pensent qu'il est trop tard, une petite illustration en images qui bougent: à la minute 1.13 de cette vidéo. On arrivera à faire dévier la balle qui semble si inéluctablement destinée au fond du but, espérons qu'on le fera avec autant de panache.
Un petit interlude pour s'encourager, ensemble.....

Freine, y a un expert sur la route!

Espèce en danger, fragiles, protégeons-les . Les crises sanitaires successives auront eu ceci de positif qu'elles ont éduqué le public à ce que peut porter comme certitudes la parole des "experts" vus sur les plateaux de télé ou entendus dans les émissions radio. Toujours les mêmes, zavez vu?
Ils ne sont pas seuls: quiconque a déjà préparé à manger - qu'il aie ou non un diplôme scientifique (en astrophysique, un exemple entre mille) - est désormais devenu expert en nutri sur le net. Illustration imagée de l'effet Dunning-Kruger.

Encadré. L'effet Dunning-Kruger en image

Amusante illustration par un anglophone qui a détourné l'original du dr Fettke que j'avais déjà relayé: l'effet Dunning-Kruger en une courbe simple.

L'effet Dunning-Kruger ou le syndrome Bouvard et Pécuchet

Toute à l'écriture du prochain livre "Quand le végé se fane", je remercie la mouvance végé qui me permet de toucher des points de pédagogie et de sociologie qui me fascinent: ce monde végé est une merveilleuse école de discernement, car il est le lieu où la pseudo-nutriscience se montre sous ses plus beaux habits, ce que je décortiquerai dans un prochain billet. Aujourd'hui, comment savoir qui suivre, qui lire, qui écouter?

La nutrition comme religion

Les choix en nutrition des profanes relevant de la religion plus que de la science, ne nous perdons pas en polémiques autour de postulats. Si l'on ne comprend pas cela, on ne pige rien au dossier #boeufemissaire. Athée sereine, je suis aussi libertaire : ni dieu ni maître, ni diktat nutritionnel ni gourou. Une petite illustration imagée.

Soyez regénétariens!

Le terme est amusant: les véganes fonctionnent par multiples classifications, pour nous enfermer dans des cases comme "flexitarien" - que je qualifie plutôt de personne "qui consomme intelligemment". Jouons le jeu et devenons "regénétarien". Qu'est-ce donc que cette nouvelle "classe", selon Kendall? C'est une personne qui mange et achète de telle sorte qu'elle regénère la planète et l'humanité, en commençant par elle-même et sa famille.

Comme à son habitude, l'article de Kendall est pointu, documenté, argumenté finement.

Choix agricoles et biodiversité

Votez-vous pour une agriculture régénératrice, riche en divers animaux? ou pour l'extractrice industrielle? L'impact sur la biodiversité est bien différent.
Je partage ici la traduction d'une infographie limpide, que nous devons à Diane Rodgers, du site Sacredcow.info.

Les leviers des lobbies

On quitte ici le dossier du boeuf bashing pour parents et enseignants, on arrive à la partie "consommateur conscient", qui doit accepter que même en nutri, la part politique est capitale. Cela devient complexe, il est crucial de se concentrer sur ces quelques sources fiables pour comprendre ce qui se joue en coulisses derrière le boeuf bashing et quels leviers les grands groupes alimentaires et/ou financiers utilisent en sous-main pour guider nos instances gouvernementales et internationales. J'aimerais que mes camarades écolos se rendent compte ce qu'ils soutiennent comme manipulations malsaines en répétant à l'envi "il faut manger sans viande".

 

La campagne controversée de la Commission EAT-Lancet : une action mondiale et puissante contre la viande ? par Frédéric Leroy, Martin Cohen

Annexe à la page "Leviers des lobbies". J'ai traduit l'article qu'ont rédigé le professeur Leroy et Martin Cohen, article publié auprès de la European Food Agency en novembre 2019. Leur analyse va plus loin encore que les autres auteurs que je cite dans le dossier, dans la mesure où ils ont mis à jour les interconnections entre les choix globaux de nos 1% de possédants pour l'avenir, choix qui contaminent aussi le débat climatique, et les tendances officielles. On ne peut vraiment comprendre le boeuf bashing que dans cette perspective générale, qui met en concurrence tous les enjeux, comme ceux de savoir vers où ce 1% veut piloter les masses s'il veut conserver ses privilèges et ses avoirs.

Les projets diététiques des oligarques mondialistes pour leur petit peuple: vous!

Dans une série de tweets que je traduis ici, le professeur Frédéric Leroyexpose avec brio et ironie les projets de nos nouveaux maîtres, les aristocrates de la Grande Remise à Zéro: il centre le discours sur ce que vous aurez désormais le droit de manger, petits esclaves en puissance. Car rien, mais rien, de vos vies n'est laissé de côté dans les projets de ces Cortex & Minus. Projets qui n'aboutiront pas, leur hubris étant autodestructrice, projets que je me dois pourtant de vous communiquer dans le cadre de mon dossier de la semaine, histoire de ne pas mourir idiots.

La Grande Transformation à l'insu de votre plein gré - début 2021

Ou comment nous risquons de subir une tyrannie de nouvelle forme, par les ultrariches, ceux qui sont probablement les auteurs de cet insupportable "nouvelle normalité" qu'on nous répète à longueur de pages depuis 7 mois.

Capter les imbrications de multinationales agrobiz dans les organes internationaux

Un nouveau thread de twitter, par le professeur Frédéric Leroy, que je traduis ci-dessous. A nouveau une brillante recherche au sein du marigot des élites qui croient pouvoir décider ce que nous allons manger (ou "comment nous allons être mangés"?).

Je partage ceci à l'intention des personnes qui ne connaissent pas les imbrications de multinationales dans les organes internationaux, le lobbying en sous-main. Ce n'est pas une conspiration, ces annonces sont franchement publiées (et probablement sincères dans leurs intentions).


Conclusion

... ça vient!


***Annexes***

La vache à mille francs, par Jean Poiret


 

Retour au blog Nourritures vraies ou retour aux dossiers