taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

Dans la série des témoignages de santé - traitement du cancer et alimentation

En janvier 2004 , suite à une visite de contrôle on a diagnostiqué un cancer du sein. Il s'avèrera plus tard que le ganglion sentinelle était légèrement atteint . La tumeur était petite +/- 1,5cm , j'étais classée stade 2.  

J'avais 42 ans à l'époque. La nouvelle fut un véritable coup de massue, d'autant plus que je n'étais pas considérée comme personne à risque . J'ai réfléchi, remis de l'ordre dans mes idées. Je décidai d’appliquer ce que j'avais déjà lu tant de fois, c'est à dire un régime strict, voir même un jeûne. En route pour la pratique. Quand bien même je connaissais les grandes lignes, j'avais besoin de conseils judicieux ainsi que d'un soutien extérieur. Je me suis donc fait aider par une nutritionniste.

Le chirurgien a proposé d'opérer le plus vite possible. Je n'ai pas voulu. La dernière date possible qu'il me proposait était 3 semaines plus tard, ce qui me permettait de suivre mon régime et d'avoir l'esprit libre. La nutritionniste m'a conseillé de ne manger que des légumes et du riz mi-complet ou complet. Je l'ai suivi à la lettre durant une semaine mais ça ne me semblait pas suffisant. J'avais besoin d'aller plus loin dans ma démarche. Je l'ai recontactée pour savoir s‘il était judicieux de suivre la cure de jus de légumes Breuss. Réponse : "si tu t'en sens capable, vas y, à condition que ton médecin traitant donne son aval et que je te suive par téléphone ou courriel."  Durant les 15 jours suivants je ne me suis nourrie que de 2 verres de ce jus par jour. En principe la cure dure 42 jours mais il me fallait composer avec ma famille qui était très effrayée par ce problème de santé. La veille de l'opération j'ai repassé une échographie. On a constaté que la tumeur avait diminué de quelques mm, tandis que des contrastes que la radiologue avait découvert 3 semaines plus tôt avaient complètement disparu. Elle en était tellement surprise qu'elle m'a fait changer d'appareil afin de le constater avec un outillage plus précis ! L'opération et les suites opératoires se sont très bien passées. Le chirurgien a indiqué dans son rapport , je cite " les suites opératoires ont été remarquables pour une intervention de ce type et la patiente a présenté une excellente mobilisation du bras dès le 2ème jours postopératoire".

Par la suite, je devais prendre la décision : chimio ou pas chimio ! J'ai retourné le problème dans tous les sens , cela me perturbait beaucoup ! Finalement, j'ai "décidé" de suivre ce traitement . Durant toute la chimio, j'ai suivi le régime "légumes, riz" , surtout la semaine avant l'injection et la semaine après.  Cela m'a permis de vivre cette période pratiquement comme n'importe qui, j'ai continué à travailler, à pratiquer mes sports (step,danse, gym). Je n'ai jamais pris les médicaments anti-vomitifs ou la cortisone que l'oncologue me prescrivait pour les 5 jours suivant la chimio. L'oncologue était très étonné que je ne les prennes pas. Je lui expliquais en gros mon régime, que je mangeais des radis et des carottes crues ce qui avait le pouvoir de faire disparaître les brûlures d'estomac. Je n'ai jamais eu d'aphtes, ni de fièvre.

En ce qui concerne la fatigue, je la ressentais un peu le surlendemain, pour le reste je n'étais pas plus fatiguée que mon entourage. Je prenais une excellente cure homéopathique qui réglait parfaitement ce problème là. Je n'irai pas jusqu'à dire que ces 5 mois ont été une partie de plaisir mais cette façon de m'alimenter m'a évité beaucoup de soucis supplémentaires.

Avoir pensé à me ressourcer grâce à l’alimentation a été une chance exceptionnelle , et suivre les conseils d’une nutritionniste aux préceptes aussi simples est sans nul doute une des choses les plus sensées que l'on puisse effectuer. Voilà mon témoignage, j'espère qu'il pourra aider d'autres personnes qui comme moi auront "choisi" de suivre un tel traitement.

Note de Taty. Je me dois de préciser pour les lecteurs qui seraient trop enthousiasmés à la lecture de ce merveilleux témoignage que tous ne peuvent pas suivre le même parcours. M.A. que je connais bien est dotée d'une vitalité remarquable. Elle n'était pas malade pour commencer (la tumeur a été diagnostiquée par test de routine). Elle est de type franchement pitta (les tempéraments qui passent au travers du feu grâce à leur force vitale profonde). Elle ne s'était pas affaiblie auparavant par une alimentation mal choisie pour son profil (ce que font certains profils orientation carnés en s'obligeant au végétarisme et en évitant les graisses saturées). Elle vit un contexte familial tendre qui n'est pas le lot de beaucoup de malades. Tant de points qui la démarquent du vulgum pecus. Je ne publie ce témoignage qu'à titre d'exemple pour ceux qui souhaitent se prendre en mains, et non comme "recette à suivre".

Retour à la table des matières