taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

mon livre
Petits matins
ressourçants


 

Riz au lait

(extrait de mon livre Cuisine nature... en herbe, 1998, épuisé)

Pour varier les petits-déjeuner, voici un classique des desserts, que nous aménageons un peu en version santé, dans une recette où le riz cuit dans du lait (de vache CRU ou de riz) avec vanille et cannelle et où nous ajoutons quelques noisettes hachées.

N.B. Pour plusieurs jours 400 g de riz - lait - une gousse de vanille - 3 grains de sel marin - 1/2 bâton de cannelle - 50 g (3 cuill.s.) de sucanat- 50 g (une petite poignée) de noisettes - 4 cuill.s. bombées de noix de coco râpée - cuisson : 30 à 45 minutes

      Versez dans une casserole le riz rincé abondam­ment à l’eau courante, le lait, une pincée de sel, la gousse de vanille fendue en deux dans le sens de la longueur et la cannelle écrasée avec le plat d’un couteau.

2.   Portez lentement le tout à ébullition. Laissez mijoter à feu très doux sous couvert*, en remuant de temps en temps la casserole, sans si possible ôter le couvercle et sans toucher le riz qui cuit. La cuisson dure entre une demi-heure et une heure, selon la variété de riz et selon que vous l’aurez fait tremper une nuit ou non. Gardez le feu doux, il n’est pas rare que le lait ne veuille se faire la malle.

3.   En fin de cuisson, ajoutez le sucre ou les fruits secs en mélange (qui auront trempé dans de l’eau tiède). Ajoutez les noisettes concassées*, retirez le bâton de cannelle et la gousse de vanille.

4.   Dégustez tiède ou froid. Le riz au lait se conserve plusieurs jours au réfrigérateur.

La recette révisée est dans Petits Déjeuners et collations

   La même recette se conjugue au quinoa.

   Remplacez le sucre par 2 cuillérées  de miel ou 150 g d’un mélange d’abricots et de raisins secs. Il n’y a pas que des fibres dans les fruits (secs dans ce cas-ci), il y a une foultitude de petits nutriments. Chaque mois nous réserve une nouvelle découverte scientifique sur ce plan. Le miel est réputé indigeste en associa­tion avec des farineux : vérifiez par vous-même, cela dépend de la nature de l’enfant.

   On peut remplacer le lait de vache par du lait de chèvre, mieux toléré, ou par du lait de riz, à la délicieuse saveur vanillée : faire du “riz au lait” avec du “lait de riz”, c’est pas joli ? En Belgique, la marque Rice Dream est exquise dans cette recette. Ceci n'est pas une réclame, mais Monsieur Rice Dream peut faire un don.

   Gastronome. Vous pourriez ne pas ajouter de noisettes ou de fruits secs, mais fouetter 2 jaunes d’œufs avec le jus de 2 oranges et un peu de gingembre, et ajouter ce mélange dans le riz en fin de cuisson. Les 2 blancs d’œufs  seront battus en neige et incorporés à la préparation. Dans ce cas, le riz au lait ne se conserve pas, même au réfrigérateur.

   J’aime y ajouter des zestes d’orangeen début de cuisson. Je ne connais pas beaucoup d’enfants qui apprécient cette saveur.

Pratique, ce riz au lait se prépare pour plusieurs jours. Ce sera le petit-déjeuner de choix des enfants qui doivent éliminer le pain  de leur alimen­tation, ou même le lait de vache puisque nous proposons une version au lait de riz.

Si vous le confectionnez à base de riz semi-complet, de lait entier de ferme et de sucre intégral, en respectant les doses, vous aurez un petit-déjeuner tout à fait équilibré et complet : les protéines du riz, des noisettes et du lait se complètent, la dose de sucre est minime et c’est du sucre “plein”, les saveurs sont enchantées par la vanille et la cannelle – cette dernière étant par ailleurs un médicament à certains égards : elle améliore entre autres les fonctions digestives et augmente la sécrétion de sucs gastriques et salivaires.

Qui a dit qu’il fallait manger du sucré le matin ? Cette évolution n’est que très récente : on imagine d’ailleurs difficilement notre ancêtre paysan abattre de telles journées aux champs en sifflotant, alors qu’il aurait été simplement shooté au sucre. Essayez du riz aux petits légumes et au gomasio le matin, qui sait si l’un de vos petits n’y trouvera pas une révélation ? J’en connais plus d’un, et mon voisin me cite un milliard de petits Chinois.

Par curiosité, j’ai lu pour vous la composition d’un riz au lait demi-écrémé à la vanille du commerce : « lait demi-écrémé, sucre, riz, amidon modifié, carragheen, gélatine, jaune d’œuf, arôme vanille ». Sachant que les ingrédients sont classés par ordre de volume décroissant, cela signifie-t-il donc qu’il y a plus de sucre que de riz ? Le sucre est peut être un bon conservant, mais il étouffe les autres saveurs comme vous le découvrirez avec les enfants lorsque vous aurez fait quelques exercices de goût.

Abricots. On peut se procurer des abricots secs non soufrés à l’anhydride sulfureux dans les magasins de produits naturels. Parfois les enfants rechignent à les manger après avoir connu les abricots secs de couleur orange-soleil. Les pre­miers sont en effet moins beaux, leur goût s’apparente plus à celui de la datte. La recette du Milk-shake et toute autre recette où ils sont moulinés sont de bonnes bases pour varier les goûts et habituer les enfant à ces nouvelles saveurs.

L’anhydride sulfureux n’est peut-être pas dange­reux en soi, mais s'ajoute à l’innombrable cohorte d’additifs et colorants de tout poil que les enfants ingurgitent chaque jour. Est-ce bien utile ? Est-ce bien inoffensif ?

CE N'EST PAS FACILE DE CHANGER NOTRE PLAN ALIMENTAIRE...

On sait qu'il suffit de montrer l'exemple aux enfants, qu'il suffit que la personne chargée de la nourriture (mère ou père ou grand mère...) soit intimement convaincue du bien-fondé de ses choix, qu'il suffit de responsabiliser l'enfant pour qu'il accepte que ce changement sera bon pour lui.... Il suffit, il suffit, mais bon, ce n'est pas toujours aussi simple, alors...

Voici, glanées chez vos prédécesseurs en réforme alimentaire, quelques idées que je voudrais partager avec vous. A vous d'y trouver votre bonheur.
  • Choisissez des ingrédients de base de qualité : du bon pain savoureux et craquant, des bonnes pâtes consistantes, des légumes du jardin. En effet, tant que le pain n'apporte que texture moelleuse et aérienne et peu de saveurs et d'arômes, il y a peu de chance que les petits abandonnent leur habitude de le considérer uniquement comme un support et diminuent les doses de confiture ou de pâtes chocolatées sucrées. Bon pain, bon œil.
       
  • Choisissez un jour fixe pour essayer les nouveautés culinaires, le vendredi, par exemple. Les enfants aimant souvent les repères, cela peut constituer une coupure rituelle vers le repos hebdomadaire.
       
  • Jouez en famille, ce samedi, à effectuer toutes les opérations quotidiennes de la main gauche. Le même jour, vous cuisinerez moins salé, moins sucré, vous réduirez les quantités de corn flakes, à vot' bon cœur. Le fait de couper une habitude physique sera peut-être aussi propice à ouvrir l'esprit à d'autres modifications. Vous pourriez décider de ne pas dire le mot "non" ce jour-là, ou au contraire de vous forcer à le dire, ou de refuser toute phrase contenant "toujours" ou "bon" ou "mal" ou "moche". Repérez vous-même vos propres tics de langage ou de comportement et jouez à les démonter ce jour-là. Ils auront inmanquablement une répercussion sur l'attitude alimentaire de la famille.
       
  • Profitez d'une période de vacances dans un pays méditerranéen pour goûter d'autres plats. La région de la Méditerranée est notre mère à tous... au niveau des us alimentaires. Les habitudes locales peuvent être copiées sans vergogne. Huile d'olive, légumes à gogo, sucres lents, peu de desserts, pas de beurre ni de lait. Tout d'abord, la coupure des vacances est propice à tous les changements d'habitude. Ensuite, le fait de goûter les plats dans une autre atmosphère rendra peut-être les enfants plus curieux que si, hors contexte, vous les leur imposiez.
       
  • Osez. Qui dit qu'ils ne voudront pas essayer autre chose ? Sans qu'on les y incite, les enfants du fermier d'à côté lors d'un séjour chez nous ont adoré frotter d'huile d'olive parfumée leur tranche de pain, comme notre fiston. Si l'on avait demandé leur avis aux parents : " vos enfants aiment-ils l'huile d'olive ? ", combien peut-on parier qu'ils auraient répondu " êêkes, non ! ".
       
  • En groupe. Organisez des week-ends de découverte culinaire entre amis, à plusieurs familles. Louez un gîte et faites des essais pendant deux ou trois jours, avec les enfants.
       
  • Dans la catégorie des habitudes, si vous souhaitez cuisiner sans viande, vous risquez d'être désarçonné par l'absence du trio " côtelette -et- purée -et- haricots ". Prévoyez donc de composer des assiettes sur le même mode : croquettes de légumes-riz-épinards plutôt que d'innover tout à trac.
       
  • Dressez joliment la table quelle que soit l'occasion. Laissez les enfants responsables de sa décoration, quand bien même cela vous coûte d'avoir un chemin de table en cailloux gris et en coquilles d'escargots.