taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

annexe à mon livre
"Au-delà des régimes"

Time nutrition du dr Rapin

Retrouvé un billet datant de bien avant 2013. Je le copie/colle tel quel. J'y mets en perspective le programme TIME nutrition par rapport à la cure Décrochez-des-sucres et à la chrononutrition du docteur Delabos, dont il a été question dans un autre billet. Les critiques sur le non-profilage de ces deux systèmes se trouvent dans ce dernier billet. Ces trois approches feront mincir quasi tout le monde -- à part les madones, cela s'entend -- et sont incroyablement plus faciles à mettre en place et à maintenir que la diète cétogénique qui semble être présentée depuis peu comme la panacée des régimeux. A tort, bien sûr. Mais bon, l'humain étant ce qu'il est, une nouveauté chasse l'autre. Qui suis-je pour jouer les trouble-fête?

Je transmets mes notes de lecture de « Faites de l’aliment votre médicament (chronobiologie du corps et de la peau ) » de Jean-René Mestre. L’auteur y présente le concept de TIME nutrition développé avec le professeur Jean-Robert Rapin. De très fins chronobiologues, en gros. Et leur concept est un de mes thèmes chouchous : « arrêtez les régimes ».

Leur méthode permet de se revitaliser et de perdre du poids sur la durée sans privation, sans effet de yoyo, et cela même chez les multirécidivistes de régimes (affirment-ils). Cet ouvrage sert de support à leur méthode (annonce de produits à vendre, annonce d’effets, etc.) mais on peut l’utiliser comme base de départ pour aider les mangeurs à modifier leur alimentation. Les témoignages des pratiquants sont très motivants, ils concernent surtout sur la perte de poids, la terre tourne comme avant.

Le livre du docteur Rapin, 2012

Petit livre bien conçu, écrit de manière parlée, facile à lire quand on a quelques bases en nutrition (un peu plus ardu pour les non initiés). On y retrouve, en français, tous les principes de chrononutrition détaillés par le dr Jack Kruse, que les lecteurs de mon autre forum (confidentiel) Retour à Soi connaissent bien.

Les auteurs promettent de mincir durablement, ce qui est très motivant, surtout lorsque c'est promis par un professeur. Je suis plus circonspecte. Ils sont convaincus qu'il faut arrêter les régimes, mais ils en proposent un énième. Oh, que c'est drôle... Tout "régime" dicté par un autre que soi est promis à être enfreint. La minceur durable n'est alors pas au rendez-vous. Snif!

Par jeu et par curiosité, j’ai rempli un bilan sur le site http://www.time-nutrition.com. Je mange selon TIME nutrition puisque je pratique l’assiette omnivore variante Décrochez-des-sucres au quotidien (sans utiliser leurs compléments alimentaires, il est vrai). Cette façon de manger est quasi identique à ce qu'ils proposent. Cela m’est indispensable si je veux rester en forme, dynamique, de bonne humeur. Leur analyse reçue par mail est à pouffer : que ce soit l’analyse de mon profil (« M, soit prise de poids massive » alors que j’ai des bras et des jambes finissimes pour une forme d'obésité troncale, la fameuse "boule de plasticine sur des allumettes") ou l’hypothèse de ma façon de manger (je serais un « surmangeur, gourmand… » alors que je mange très peu en quantité, peu de glucides en outre), c'est totalement erroné. Les conseils sont en outre inadéquats si j'en crois ma nature profonde et ce que j'ai pu observer empiriquement.

Dommage qu’il n’y ait pas moyen de joindre cette équipe par mail, j’aurais voulu avoir la liste de leur praticiens pour la partager sur mon propre site. Ces thérapeutes pourraient grandement aider mes congénères, vu que cette méthode a l’air très pointue. De visu, ils ne pourraient se tromper à ce point. Les bilans internet automatisés sont si vains…

L'assiette TIME nutrition

En quoi consiste l’assiette TIME ? En quoi diffère-t-elle de la chrononutrition du docteur Delabos? Je la mets aussi en regard de Décrochez des sucres, qui est la cure la plus proche. .

Des aliments sains et frais, sans additifs (principe de cuisine nature). Ce qui est un pas de géant par rapport à la chrononut'. Si vous la menez en nourritures vraies, l'effet est encore plus radical.

Quatre repas à heures fixes : 8h – 13h – 18h – 21h

La grille du matin : des sucres ralentis sous forme de pain beurré ou céréales sans sucre ; des protéines à partir du fromage (œufs, graines, charcuterie éventuellement) ; des compléments alimentaires : tyrosine, magnésium, probiotiques. Le petit déjeuner contient des protéines et des graisses à chaînes courtes comme le beurre, le fromage, la charcuterie éventuellement. Le pain est autorisé s’il est de qualité.

Mon avis. Pourquoi rajouter de la tyrosine, qui fait le même effet que ces protéines denses du matin sur la production des neuromédiateurs? Pourquoi rajouter des probiotiques puisqu'il y en a dans le yaourt, les fromages frais, le saucisson sec à l'ancienne? Ajout de magnésium: refrain habituel, on est quasi tous carencés, mais en ajouter à tous et à chacun sans discernement va aggraver les 15% de la population qui y surréagiront par un déséquilibre.

A midi : des protéines (de préférence viande bovine) ; des sucres lents : ceux des pâtes cuites al dente, des légumes secs, des farineux comme le riz (complet si possible) ; pas de pain ; des légumes verts en petite quantité ; pas de yaourt, ni de fruits ni de dessert. Pas de dosages dans le livre. Selon eux, les crudités et farineux complets sont trop riches en fibres pour les plus fragiles. Que du bon sens.

Mon avis. Privilégiez le riz ou les pâtes blanches à midi si vous faites partie des pauvres petits tubes digestifs surmenés, qui souffriraient de devoir traiter des fibres complètes. Je ne vois pas quel plat on peut proposer qui allie le boeuf et des légumes secs.
En Décrochez-des-Sucres les légumes à midi : 150-300g selon profil et goûts.
En Décrochez-des-Sucres, les protéines minimum 100g (soit l’équivalent d’un jeu de cartes à jouer)
En Décrochez-des-Sucres, surveillance de fibres idem. Pas de dessert, confiné à 16h.

Avant 18h : des graisses végétales (noix, amandes, chocolat…) ; des sucres : gâteaux, fruits ou le TIME slim gum (gomme à mâcher). Graisses : ils sont relativement prudents dans les quantités, ce qui est normal vu qu'ils autorisent finalement beaucoup de sucres sous la forme de pain le matin et de farineux le midi. En effet, à combiner graisses et sucres (farineux, fruits ou sucre ajouté), on n'obtiendrait ni mieux être ni perte de poids.

En Décrochez-des-Sucres, on ne dose pas les graisses, on peut en manger ad libitum. En outre, on réduit plus les glucides que la TIME Nutrition, pour pouvoir justement utiliser les propriétés pharmacologiques des graisses. Cette cure ne dure que quinze jours.

Au dîner : des protéines légères (produits de la mer ou viande blanche) ; des légumes cuits vapeur ou crus, salade assaisonnée avec une petite quantité d’huile de colza (ou olive) ; des compléments alimentaires : tryptophane, magnésium, omega-3.

C'est amusant: à suivre mon instinct qui a enfin vu le jour après tant d'années de déni, je suis naturellement attirée par un repas très léger de légumes et des huiles végétales le soir (vers 18h en réalité) alors que mon repas de 10h du matin est un repas complet, où je privilégie le boeuf (steak et pâtes à la crème, par exemple). Mais de là à en faire un système? La toute grande différence entre TIME Nutrition et Décrochez-des-Sucres: dans mes cures, on n’utilise aucun complément alimentaire, je laisse le soin de ce choix aux coachs. TIME Nutrition utilise les compléments selon une chronologie particulière. Je n'oserais en particulier pas donner du tryptophane à tout le monde, ne fut-ce que pour en avoir vu les effets secondaires sur certains profils fragiles (les canaris). Le tryptophane, réputé le petit timide de la famille, est en fait sournois et vient chambouler d'autres circuits.

En Décrochez-des-Sucres, le soir: 150-300g de légumes et 60g de protéines seulement (végétales ou animales, pas de proposition aérienne ou dense) ; 2 cuill. s. de farineux seulement, pas de dosage des graisses ni de proposition de catégorie. Et bien sûr aucun autre complément que de l'huile de foie de morue (est-ce un complément?) ou des gélules de bourrache ou d'onagre pour donner les omégas6 sous forme prédigérée, assimilable.

TIME Nutrition n’exclut aucun aliment. Chouette, enfin des nutrithérapeutes qui ne pratiquent pas systématiquement le sans-gluten sans-laitage ni les tests à IgG, comme si nous étions tous intolérants (et comme s'ils étaient efficaces!).

En chrononutrition, il n'y a pas d'exclusion non plus.
En Décrochez-des-Sucres, on n'exclut que les plastiproduits, on autorise les sources de gluten ou de laitages si elles sont nature, comme on le fait en nourritures vraies ou en plateformes. On contourne les éventuelles réactivités (a pain, par exemple) en proposant des rotations de jour en jour.

Les sucreries sont autorisées mais limitées à la collation d’après-midi (16-18h), comme en cure Décrochez-des-Sucres. Les fruits ne sont consommés qu’à la collation, ce qui limite leur volume quotidien (en Décrochez-des-Sucres: 200g par jour max).
Différence : en TIME Nutrition le goûter ne contient que des graisses végétales, sous la forme d'amandes ou de chocolat. Même principe qu'en chrononutrition.

Excitants : en TIME Nutrition le café et le thé sont limités à une tasse par jour (en chrononutrition? à vérifier).

En boisson : un litre et demi (d’eau). Super! Pas de conseils de sodas au faux sucre. Une tasse de café, de thé ou d’infusion sans sucre. Tout n’est pas clair dans le livre, vous le verrez peut être en détail lors d’une de leurs formations. Idem en Décrochez-des-Sucres

Écarts : un écart par semaine en période d’attaque, deux écarts en croisière - ce qui est le même principe qu'en Décrochez-des-Sucres. Principe qui confirme qu'on est en régime, puisqu'on doit prévoir les écarts!

Je ne peux résumer le reste du livre, je le réécrirais. Prix 19.90 €, mais gratuit si vous commandez un programme alimentaire et bilan par internet: 7 pages de conseils personnalisés pour 29€, pas cher si on imagine que le livre sera gratuit. Le bilan qu'a demandé ma soeurette n'est pas plus brillant que le mien. On devrait pouvoir juger sur d'autres cas. J’imagine aussi qu’ils donnent le livre aux thérapeutes qui utilisent leurs produits.

Les nouveautés que j’ai apprises par rapport à ce que j'en connaissais via le docteur Kruse sont, entre autres, que « toutes les protéines n’ont pas le même effet rassasiant, car elles ont des poids moléculaires différents. Plus leurs molécules ont un poids moléculaire élevé, plus elles sont longues à être assimilées et plus le tryptophane est libéré en continu, produisant plus durablement de la sérotonine qui va jouer son rôle de coupe-faim pendant longtemps ». Chères pratiquantes de la cure Retour à Soi, sachant que le bœuf et le porc sont les plus lourdes, vous comprenez la source de l’effet de calme intérieur que vous avez vécu tout au long du jour ? Les insomnies envolées etc ?

Par ailleurs, certaines protéines se digèrent plus vite, la faim revient aussi plus vite. C’est le cas du poisson. Je comprends qu’ils conseillent des protéines bovines le midi (ils n’osent pas trop les charcuteries de porc, j’imagine, à cause de la terreur du gras).

Détail . La masse moléculaire s’exprime en Dalton = DA: « les protéines du blanc d’œuf font 60 000 DA. Les protéines végétales entre 100 000 et 120 000, les protéines des jeunes animaux (veau, agneau, volailles….) environ 350 000. Le bœuf, le porc entre 800 000 et 1 000 000. C’est à moi ce coup-ci de comprendre enfin pourquoi Optimal Nutrition (Ian Knasiewski - ortho ? ) insiste sur le porc comme source de protéines.

J’ai aussi appris que « notre organisme dispose de freins naturels dans la régulation de la synthèse des graisses. La fabrication des graisses suit en effet un processus complexe. Les graisses sont synthétisées par l’organisme à partir d’une fraction de molécule de glucose (appelé acétyl coenzyme A) et, par une série de mutations en chaîne, on passe ainsi, à partir du glucose, à la formation successive de divers acides gras que l’on code de C4 à C18 voire C20. (…) En apportant à l’organisme ce « gras », on diminue non seulement le gras synthétisé par le foie à partir du glucose, mais surtout on enraye le déroulement de la chaîne de transformation qui mène du glucose aux triglycérides.
Gras du matin, malins. Par exemple si l’on prend du beurre qui contient de l’acide butyrique, un acide gras codé C4, on bloque la succession des différentes synthèses d’acides gras au-delà de C4. Autrement dit, on ne va pas fa riquer les aciddes gras qui suivent normalement dans la chaîne de transformation. Exit tous les acides gras de C6 à C18. Exit les triglycérides endogènes qui n’apparaissent qu’ultérieurement au stade C18.
»

Ah ah ah, le piège habituel en nutrition: ne dirait-on pas de la science? dure? Eh non! de la science à peine, et encore bien molle. Ce sont des hypothèses! Si l'on a un peu d'expérience de terrain, on voit bien que ces affirmations ne valent que pour certains profils.

Conclusion 2017. Je retiens de la chronobiologie à la Kruse, de Time nutrition, de chrono à la Delabos quatre règles, qu'on peut décliner selon les profils et qui sont reprises dans la plupart des topos de ma collection théorique.

1. On prévoit un repas de roi le matin. Je ne pense pas utile de le consommer dans l'heure après le lever, comme ces messieurs le proposent, mais bien quand on vraiment faim.
Le repas de roi est composé de protéines denses, de graisses saturées, et de glucides, ce qui ouvre la palette à bien plus de choix que ces systèmes que je répute fermés: ainsi le végé prendra du tofu et des légumineuses + graisse de coco, le semi-végé des sardines ou des oeufs et du beurre (dans la gamme protéines); ainsi les profils qui y sont mieux adaptés qu'aux farineux ajouteront autant de légumes que nécessaire (dans la gamme glucides). Le repas de roi chez Kousmine était la crème Budwig. Bien comprise et bien menée, elle reste un must dans la gamme des repas de roi.

2. On laisse passer 5 heures avant le repas suivant, si pas plus. J'ajouterais qu'on ne mange à midi que si l'on a faim, le cas échéant on peut ne manger qu'à 16h si la vraie faim se présente alors. Cette règle permet le jeûne intermittent qui réussit si bien aux mecs.

3. On garde les goûts sucrés (fruits, chocolat) pour 16h, comme les Chinois et les Indiens le suggèrent, et comme Robert Masson le propose aux profils aériens. J'ajoute que c'est une option! Si vous mangez à 7h puis à 13h, il se peut que vous n'ayiez pas faim du tout à 16h...

4. On prévoit un repas de manant le soir, qui contient des légumes et des huiles végétales VPPF, et très peu de protéines (la taille d'un oeuf).

Ces 4 règles permettent de rythmer le mode alimentaire de chacun, au-delà de la notion de régime, en respectant la nature individuelle. On ne se prive pas de sucres, on les consomme à 16h. On ne se prive pas de beurre, on le déguste dans la matinée. Etc.. etc... S'il faut une période transitoire plus directive, la cure la plus proche dans mes topos est Décrochez-des-sucres (2 semaines). La cure la plus directive au plan de la chronobiologie est Retour à soi (8 semaines, à paraître courant 2017).

Voir aussi la conclusion selon profil.

retour au blog