taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

Fatigue, nervosité, dépression

 

Je suis friande d'historiettes, où des mangeurs curieux relatent leur périple de recherches alimentaires en toute autonomie: comment se sentir mieux, comment vivre en ligne avec ses convictions, jusqu'où peut-on aller dans les tests modernistes? On ne peut choisir de meilleur sous-titre que celui du livre ci-contre: "Manger et rester sain d'esprit". Le titre n'inclut pas "végane" pour éviter les polémiques, je suppose, mais il en est question ici. La pomme en forme de grenade annonce déjà assez la couleur.

Je ne connais que les articles de Kraland sur le Huffington post, je n'ai pas encore lu le livre, mais il me semble que ce dernier pourrait illustrer sous une autre forme le discours que Frank Pierobon nous a tenu dans la vidéo "ce que le véganisme vient nous dire".

 

Si vous aussi êtes curieux du parcours d'autres chercheurs autonomes, écoutez le journaliste Stanislas Kraland : "Fatigue, nervosité, dépression : "Etre végane, une des expériences les plus difficiles de ma vie"

https://www.facebook.com/lenouvelobservateur/videos/10160722699060037/

(je ne peux intégrer la vidéo ou la partager plus joliment, puisque je ne suis plus membre de l'association des gnous et que le Nouvel Obs semble ne pas penser au reste du monde, ils ne l'ont pas publiée autre part)

.

Il y décrit sobrement et avec empathie l'état dans lequel le mettait la pratique végane: état physique et psychique mais aussi état sociétal, refus de l'autre, dégoût de l'autre... Depuis 20 ans que je fréquente les macrobiotes/véganes, je suis frappée par leur brutalité, leur violence, leu rmanque de respect de l'autre. Je ne suis pas sûre qu'ils l'étaient auparavant; on dirait que c'est ce mode alimentaire qui les transforme. Pensons à ce qu'ils sont capables de faire: se réunir en cercle autour de l'étal d'un fermier biodynamique, exposant lors d'un salon bio, pour l'empêcher de vendre (toute une journée!), se réjouir de la mort d'un boucher lors du récent attentat de Trèbe... Les deux seules fois où j'ai été physiquement agressée lors de mes innombrables conférences en Belgique: des véganes qui n'appréciaient pas mon discours plus modéré, ou que je rie du soja (qui fait péter). Le public m'a heureusement protégée à chaque fois. Si je devais monter une armée, c'est eux que je prendrais!

Ou lisez son analyse et son périple dans son livre à peine paru: "L'expérience alimentaire", chez Grasset. C'est toujours Ce journaliste rigoureux connaît bien le domaine de la cuisine, il est l'auteur du fameux documentaire Arte "McDo, une passion française".

Présentation de l'éditeur:

Stanislas Kraland aime la viande. Mais l’homme a des principes qui le tiraillent… Consommer de la viande, n’est-ce pas une faute morale  ? Comme il n’est pas du genre à faire les choses à moitié, il décide de s’absoudre en devenant végétarien…
«  On connaît tous un enfoiré ultra-culpabilisant qui mange bien, a l’air en bonne santé et se vante d’avoir la conscience tranquille parce qu’il ferait moins de mal aux animaux. Cet enfoiré, c’est moi.  » Ce jeune journaliste s’essaie donc à toute sorte de régimes. Mais comment manger avec plaisir  ? Comment consommer éthique  ? Comment protéger l’espèce animale, tout en continuant d’aimer le fromage, par exemple  ? Insoluble équation… De végétarien, il devient végétalien. Son entreprise de rédemption ne s’arrête pas là. Il se rend chez des éleveurs, tente de déceler quelle réalité se cache derrière les étiquettes de nos supermarchés et quel futur se dessine dans nos laboratoires. Le burger in vitro  sauvera-t-il nos bêtes ? Nous sauvera-t-il  ?
L'expérience alimentaire n’est pas un reportage sur la viande  et le devenir de son industrie : il est une quête d’identité, dans un monde où il est désormais impossible de se définir autrement que par ce que l’on consomme. Où ce que l’on ingère nous sauve, nous tue. Ou pire  : nous transforme. Ce livre est le miroir de nos obsessions, dans une société compulsive, gaspilleuse, et dévorée d’angoisse. Kraland pose avec sincérité, drôlerie et intelligence, un certain nombre de questions auxquelles les réponses restent encore à apporter…

Mon commentaire

J'extrais d'un article Huffington Post de Kraland sa conclusion: "Néanmoins, libre à chacun de faire comme il le souhaite. La rationalité n'est pas une règle et l'essentiel reste de faire le choix qui nous semble le meilleur dans la limite des informations dont chacun dispose, ainsi que dans les contextes et les environnements nécessairement différents au sein desquels les hommes évoluent.".

Je m'inscris en faux quand je lis "Libre à chacun". Ce chacun va coûter bonbon à la communauté lorsqu'il sera en congé de maladie longue durée pour épuisement ou dépression, lorsqu'il consultera cent et un spécialistes pour chercher hors de lui ce qu'il a produit lui-même en inventant un nouveau mode alimentaire, inconnu de l'humanité hors famines; ou même lorsqu'il sera hospitalisé. Que dire de la vie ultramédicalisée qui attend les petits de parents véganes acharnés? On en voit des sous-cuits chez eux! Et cela depuis des dizaines d'années, les témoignages ne manquent pas aux States... Ou chez nous. Je pense à la petite qui est née récemment d'une Belge pourtant toute jeune, pratiquante convaincue: sans anus, sans fin de tube digestif. N'est-ce pas une blaguounette de la nature?

Je tiens ferme sur ma propre conclusion: bravo pour la recherche, bravo pour l'autonomie, bravo pour le questionnement permanent. Mais je répéterai le mantra que j'oppose aux véganes: "personne d'entre nous n'a les clés pour penser sa propre éthique alimentaire dès lors qu'on approche la notion de sacrifice du vivant". Nous pétons plus haut que notre cerveau. Ou que notre coeur. Les "réponses (qui) restent encore à apporter" ne peuvent arriver d'un plan individuel ou même rationnel, nous sommes seuls et bien perdus dans cet océan de pulsions affolantes. C'est un prix bien cher à payer pour cette tentation prométhéenne que de se bousiller la santé. Et celle de nos petits. Le végétarisme est connu, balisé, pratiqué depuis des milliers d'années. Le véganisme est un délire moderne.


retour au blog