taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

  Antimythes le retour, en vidéo


9.12 Suite de mon billet précédent, où je regrettais l'absence de vidéos de démontage des croyances - vidéos sérieuses, j'entends, pas des séries d'assertions péremptoires par des "experts" youtube ou des battles agressives qui n'amusent que quelques gamins à la cour de récré. Cher coach en recherche d'arguments ou de pistes pour nourrir la volonté de votre client végane qui souhaite s'en sortir, je vous invite à visionner la série d'un commentateur drôle, documenté, pondéré dans ses affirmations: David Siegl, de la chaîne de Santédefer sur YT.

Je ne comprends toujours pas pourquoi on laisse courir tant de légendes et de mythes sur le véganisme sans même les relativiser, que ce soit dans les media classiques ou que ce soit sur le net. Et surtout qu'on laisse passer une telle soupe informationnelle où tout est mis sur le même plan, comme par exemple l'élevage traditionnel et l'élevage en batterie concentrationnaire.

Je comprends en revanche que des gamines tombent dans le panneau puisqu'aucun éclairage alternatif ne leur est proposé, surtout dans un domaine où il est question de religion plus que de faits. Nous avons à disposition tous les outils pour le discernement (voir mon premier billet Le meilleur antimythes: le DEC), mais si on ne leur donne pas le minimum de critères pour discerner, ne nous étonnons pas qu'elles s'adonnent à une famine consentie, qui, à leur âge, peut être particulièrement délétère. Et qu'elles oublient que le mode végé équilibré est une voie extraordinaire, sans en passer par tant de radicalisme. Or (autorisez-moi une caricature), ces mêmes gamines ne lisent plus, elles regardent des "vidéos informatives". Qui trouver?

Un de nos camarades se colle au démontage des certitudes hypervégé, avec humour et légèreté tout en étant très bien informé: regardez la série "Jamais végan" de David Siegl, Provençal installé à la Réunion.

Non seulement ses vidéos sont dynamiques et sympas, mais c'est tellement généreux et courageux de sa part que, pour la première fois de ma vie, j'ai "donné un pourboire" via tipee! Certes, son discours envisage en majorité les arguments des antispécistes, que ne sont pas tous les véganes, mais vous y trouverez moult arguments pour vos consultations.

J'aime son humilité quand il reconnaît avoir suivi des zozos sur la toile, comme Casas ou comme d'autres apôtres du grand n'importe quoi. Si je n'avais pas fait ma révolution verte post-Kousmine en 1996, à la préhistoire donc, je serais peut-être aussi tombée dans le panneau de ces vlogueurs-joueurs de flûte de Hamelin.

J'aime particulièrement qu'il rappelle ce que j'exècre chez les véganes que j'ai lus et entendus: leur absence de conscience politique. Voir tout mon billet "Leurre et malheurs* du véganisme". Et qu'il souligne que le véganisme a une intention politique claire déguisée sous des émotions de bisounours.

Alerte rouge. Ne laissez pas les vidéos entre toutes les mains car j'y ai vu (dans la nr 4 "les vegans sont nevrosés") des images atroces de filles se faisant volontairement marquer au fer rouge comme des boeufs. Mon public-cible étant les adolescentes (c'est un choix!), je pense qu'il faut les protéger de ces brutalités extrêmes de la mouvance animaliste.

Siegl fut végétarien dans ses jeunes années et, comme tant d'autres, a dû revenir à plus d'omnivorisme pour maintenir ses performances. Il joue même au carnivore depuis peu et cela semble lui réussir. Précaution oratoire: vous savez ce que je pense du zero-carb, qui est pourtant mon mode alimentaire optimal vu ma nature de Tarass-Boulba (qui doit être celle de Siegl aussi). Ce n'est qu'un des douze profils possibles, ne prenez pas de risque si vous avez une santé fragile. Pour ma part, je mange de tout en régime de croisière mais dès que se pointe un rhume ou une angine, un stress quelconque, je fais une monodiète de steak pendant quelques jours et tout repart comme en quarante. Programme que j'appliquerai si j'ai une rechute d'une de mes maladies graves (fibromyalgie, rectocolite ulcérohémorragique ou cancer). Je ne voudrais pour autant pas reprendre mon idiosyncrasie parmi la liste des monodiètes possibles ;)