taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

     Acidose - équilibre acide/base: qu'en penser?

27.10.2014 Ou pourquoi consommer des aliments alcalinisants pour gérer l'acidose serait un mythe.
Pressé? Lire le pitch.

 

Chris Kresser, médecin américain connu dans le monde paléo, vient de publier un article fouillé et documenté, en deux parties  sur le mythe de l'acidose ou équilibre acide-base : http://chriskresser.com/the-ph-myth-part-1 et http://chriskresser.com/the-acid-alkaline-myth-part-2.

Ajout 2019: francophones, hourrah!
Bernard Bel nous propose une traduction en français de tout l'article, joliment mise en page ici.

Ouf ! Voilà qui va m'économiser de peaufiner le brouillon que j'avais écrit sur le sujet à l'intention des praticiens. En effet, dans la mouvance Kousmine qui est ma famille, le maintien d'un bon équilibre acido-basique dans l'organisme est fort important.

Le discours de Kresser grosse moto : l'analyse des études scientifiques (d'intervention ou d'observation) n'est pas probante, que ce soit pour l'impact sur l'ostéoporose et les muscles ou pour la favorisation des cancers.  Cependant, suivre un régime alcalin est une excellente idée, dans la mesure où l'on privilégiera alors les aliments sains plutôt que le Grand N'importe Quoi Alimentaire.

Réfléchissons aussi hors études scientifiques, purement dans le "bon sens".

Qu'évite-t-on comme "acidifiant"? Les aliments suivants: sucre, crème glacée, viande, café, thé, tabac, blé (dont pâtes, pâtisseries, etc.), sodas, chocolat, cacahuètes, légumineuses, tous les farineux, sel de table - teneur en chlore, soufre et phosphore (minéraux acides).

Que consomme-t-on comme "alcalinisant"? Les aliments suivants: fromage frais, quasi tous les légumes, amandes & Cie, poissons, certains fruits dont le citron et le pamplemousse, graines germées, quinoa, sel marin, etc. - forte teneur en calcium, magnésium, sodium et potassium (minéraux alcalins.

Pour une liste détaillée et chiffrée, googlez sur "indice PRAL" ( Potential Renal Acid Load)

Tirez-en vos propres déductions.

Je vous soumets les miennes. Si l'on veut faire simple, les apports d'un diète alcalinisante en précieux minéraux utiles (en potassium, en magnésium, en calcium biodisponibles) et l'éviction des antinutriments des produits manufacturés donnent un effet positif sur le métabolisme. La plupart des régimes "sains" sont l'équivalent de la diète alcaline, y compris la paléo lorsqu'elle est bien menée (peu de pratiquants se limitent à rosbif mayonnaise).

J'utilise le terme "acide-base" et la théorie dans "Une cure antifatigue" pour me rallier au grand cercle de l'alternutrition, mais cela fait près de quinze ans que je n'y crois plus, ne fût-ce que par ma propre histoire alimentaire/salutaire (le pH urinaire réagit à l'inverse: je reviens à 6.5-7 en ne mangeant que de la viande...).

Par ailleurs, je l'utilise aussi dans ce tome-là car cette cure précise demande une énergie considérable, de grands changements dans les habitudes d'achat et de cuisine. Il faut un "pont mystique" pour y passer...

L'équilibre acido-basique se mesure dans l'urine à l'aide d'un papier réactif ( idéal : entre 7 et 7,5; surplus d'acide à moins de 7 - quasi tous les testés sont à 6 aujourd'hui). En cas d'acidose, C. Kousmine recommandait la prise de sels alcalins (calcium, magnésium, potassium, etc.) .On peut aussi consommer du bicarbonate de soude (nos bonnes vieilles pastilles Rennie), j'imagine? J'investigue et reviens vers vous.

Lire aussi mon pitch en une petite page, extrait de l'édition 2010 de Quand j'étais vieille; le pitch déjà publié dans "Cuisine nature... saine et sereine" en 1998, tome qui était quasi un ode à Kousmine: Une alimentation comprenant 20 % d'éléments acidifiants et 80 % de neutres ou basiques (alcalins) est dite équilibrée. Cette liste n'a de valeur qu'indicative : les mêmes produits peuvent avoir un effet acidifiant chez l'un et neutre chez l'autre, comme le citron ou l'orange qui peuvent être acidifiants chez les neuro-arthritiques (classification naturopathique) et basiques chez d'autres. Rappelez vous « à vous de voir… ».

En résumé: je trouve bien utile de pouvoir vérifier l'état de notre belle machine en mesurant le pH urinaire à certains moments. Il est évident que "tourner" à un pH de 5 n'est pas sain et qu'il est capital de préserver un bel équilibre acido-basique. Le pH urinaire équivaut un peu à la fièvre: il est utile pour déceler que ça ne tourne pas rond. Revient alors au praticien la tâche de repérer les mécanismes déficients. Mon doute porte sur la technique naturo pour remonter le pH: consommer des aliments alcalinisants ne convient qu'à une partie de la population.

retour au blog