taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

Les dégâts des produit ultratransformés: enfin des études! Youpie

16.5.24 Une étude récente établit un lien entre les émulsifiants, additifs alimentaires courants, et l’augmentation du risque de diabète. Enfin, l'on sort des vieilles rengaines "trop de sucre, trop de gras", si simples et si tentantes. Je ronronne comme un petit chat, vu que cela rejoint ma propre analyse dans la collection Les topos, chez Aladdin.

"Nourritures vraies"

nouvelle édition 2021



Une étude récente établit un lien entre les émulsifiants, additifs alimentaires courants, et l’augmentation du risque de diabète. Enfin, on sort des vieilles rengaines "trop de sucre, trop de gras", si simples et si tentantes. Je ronronne comme un petit chat, vu que cela rejoint ma propre analyse dans la collection Les topos, chez Aladdin.

"Une nouvelle étude française a établi un lien entre la consommation de certains additifs alimentaires et un risque accru de développer un diabète de type 2. Les conclusions, publiées dans The Lancet, sont basées sur les données de plus de 104.000 adultes français qui ont participé pendant 14 ans à l’étude de cohorte en ligne NutriNet-Santé, la première cohorte en ligne au niveau mondial sur une telle échelle."

(...)

« Il s’agit de la première étude mondiale qui quantifie l’exposition à une large gamme d’additifs alimentaires émulsifiants et étudie leur association avec le risque de diabète », a fait remarquer Mathilde Touvier."

** Mathilde Touvier. Cette dernière est co-auteur de l’étude et directrice de recherche à l’Inserm, dont j'ai déjà mentionné l'étude précédente dans mon billet de mars

Mise en contexte

A mes yeux de praticienne de terrain en nutri, tous les régimes santé à la mode (céto, paléo, végane, etc.) sont, non pas des solutions durables, mais des cures temporaires. Elles équivalent à des cures de médicaments, si l'on veut.

Je chante en revanche les vertus d'une assiette quotidienne riche en "nourritures vraies", dont rien n'est exclu si ce ne sont les plastiproduits que l'on appelle aliments, à tort - ceux que le dr van Tulleken appelle les Produits UltraTransformés ou PUTs.

On y cultive un bon sens à l'ancienne: variété au long de la semaine (des rotations alimentaires), au long des saisons, ainsi que quelques jours ou une quinzaine de repos digestif réguliers.

Cela demande hélas! que l'on cuisine. Hélas? Oui, car depuis la crise de 2020, la consommation de PUTs est partie en flèche dans nos pays, l'habitude de cuisiner des produits frais est devenue du passé. Nous rejoignons nos cousins américains qui déjà en 2010 consommaient près de 60% en moyenne de leur ration quotidienne en produits industriels.

 

 


 


 Retour au blog