taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

Pourquoi j'ai effacé le relais d'interview avec le docteur Schwartz, sur le cancer

20.9.22 Chers lecteurs, j'ai effacé le relais d'une récente interview dr Laurent Schwartz sur Beur TV, ainsi que toutes les références sur mon blog "Cinglés de sucres" qui traite aussi de la diète cétogénique. Pourquoi?


Chers lecteurs, j'ai effacé le relais d'une récente interview dr Laurent Schwartz sur Beur TV, ainsi que toutes les références sur mon blog. Pourquoi?

Je pense qu'il est le seul de son domaine, radiothérapeute de son état - cancérologie, a oser dire les limites des thérapies actuelles. "Limites" est un mot doux pour qualifier l'impasse dans laquelle se trouve l'oncologie. Pour une ou deux copines qui ne connaissent pas de rechute, pour la troisième qui a fait les traitements sans véritable raison (elle était victime des surdiagnostics que le dépistage mammaire provoque: on repère des minitumeurs qui seraient disparues d'elles-mêmes) et quin'a pas non plus eu de rechute, on connaît 7 copines qui sont quasi en traitement chronique "contre le cancer".

En outre, il est le seul à ma connaissance en France à exposer la théorie de Warburg (nnées trente) selon laquelle le cancer n'est PAS une maladie génétique, mais bien un désordre au plus profond de la cellule, asphyxiée, qui fermente le sucre au lieu de le métaboliser.

Pour découvrir la piste métabolique (versus génétique), lire chez Bernard Bel "Cancer – approche métabolique". Un long texte documenté.

Amateur de vidéo? Ce sera plus succinct, moins sourcé: suivre un Canadien, exposant en termes profanes en moins de quinze minutes le contenu d'une présentation du Dr. Kieron Rooney - 'Sugar and Cancer - Bench to Bedside' : https://www.youtube.com/watch?v=dm8Qn198XiQ et qui se réfère à un article d'American family physician - Low-Carbohydrate Diets juin 2006

 Attention! L'auteur de cette vidéo oublie qu'avant même de cibler l'insuline et ses copains, il faut penser inflammation chronique, le lit de tout cancer; et la sous-oxygénation générale ou cellulaire, qui est le foyer où la tumeur se complaît. En outre, il croit que diminuer/supprimer les glucides contribuerait directement à la rémission des cancers. Le sujet est bien plus complexe que cela, mais la vidéo a le bénéfice d'exposer clairement la piste Warburg/métabolique.

Et ensuite, vous aurez envie de lire l'article si fouillé de Bernard.

 

Mais finalement, ce bénéfice d'enfin entendre ce que tout le monde voit dans la bouche d'un pro et de découvrir la piste Warburg, ne compense pas les tous gros défauts dans le discours récent de LS.

Je le connais par mon amie E. mais je ne l'ai pas encore rencontré. C'est fondamentalement une belle personne. Je pense qu'il est surtout mal conseillé, maladroit de nature comme tous les atypiques (haut potentiel?). J'aime beaucoup l'honnêteté avec laquelle il s'expose dans sa vidéo "Humain", par exemple quand il reconnaît que sa volonté de tout mathématiser est une béquille face aux angoisses. Mais il ne devrait tout simplement pas s'exposer ainsi, il se fragilise. Par exemple quand il me fait penser "Stephen Hawking sort de ce corps". Lui aussi veut trouver l'équation de l'univers? comme Hawking?

J'ai une admiration béate face à la puissance intellectuelle des matheux (je fus première en maths à l'école, j'ai eu des microaperçus du flash mental que l'on peut y trouver + je vis avec un gars qui t'explique les trous noirs en 2 minutes et s'étonne que tu n'as pas compris), mais la vie m'a apporté d'autres éclairages.

En l'occurrence que cette volonté de trouver l'équation de l'univers est le refus d'accepter la complexité du réel, le fait qu'il nous échappe. Et nous échappera toujours.

Désolée pour Hawking, désolée pour Schwartz: je vois leurs corps d'adultes, mais j'y vois greffée une tête d'enfant de cinq ans. Qui a peur tout seul dans le noir.

Dans la bouche d'un scientifique, on est gênés d'entendre de maladroites formulations par LS en vidéo: "on rencontre des cas de" . Bref, il a entendu une femme dire que... , mais il n'a pas pu vérifier.

Je ne suis pas en recherche de l'équation de l'univers, mais je tente de ne pas glisser à ce point sur la pente savonneuse du discours lubrifié : N=1.

Je repense à sa récente vidéo où il évoque une amie dont les cheveux sont redevenus noirs à 58 ans après 4 ans de cétogénique: il oublie le pouvoir de déni des femmes, mes copines, celles que je connais si bien. J'ai reçu les mêmes témoignages de mes élèves après amaroli, après le germivorisme, après les bains dérivatifs, etc. On dirait un refrain. Je viens de croiser ma copine, 66 ans comme moi, en rue:

--"Q uelle belle mine ma chérie, tu fais bien de te teindre les cheveux, tu as l'air toute jeune. "

- "Moi? me teindre? jamais! C'est naturel, c'est génétique".

Puissance du déni!

NB. Mon mec, à 40 ans, a vu ses premiers cheveux gris disparaître quand on a amorcé la révolution Kousmine. Mais il n'en avait qu'une quinzaine en tout, un début de grisaillement! Sa mère croyait que je le teignais... Probablement que ces cheveux gris sont tombés et furent vite remplacés par des nouveaux, bien noirs.

Je ne changerai pas cette soif d'équation chez lui, et je n'en ai aucune envie, qu'il vive sa vie: son raisonnement mécaniciste comme "la mitochondrie est en panne, tout vient de là" et l'appel naturel pour UN médoc, comme le bleu de méthylène.

Il a choisi de ne pas comprendre que les voies métaboliques sont infiniment plus compliquées qu'une modélisation mathématique et tomberait peut être de haut s'il apprenait que la conscience ne réside pas dans le cerveau. On peut certes vouloir relancer l'activité mitochondriale, mais il ne faut pas nécessairement calculer comme un ingénieur: ils s'occupent des ponts et chaussées, du béton; nous nous occupons du vivant, des systèmes dynamiques complexes.

Bref.

J'ai relayé le travail du dr Laurent Schwartz dans sa lutte contre le cancer jusqu'au moment où il a, selon moi, perdu les pédales. Dans sa volonté d'exister, ce génial inventeur, radiothérapeute de son état et déçu des échecs des thérapies classiques en cancérologie, a quitté le très sobre premier traitement Métabloc, combiné à la diète cétogénique qu'il préconisait jusque là (Métabloc: Acide alpha-lipoïque et Hydroxycitrate )

Vers 2018? 2019? j'ai lu sur son blog qu'il valorisait l'emploi du chlorite de sodium couplé à l’acide chlorhydrique, dont le mélange doit produire du dioxyde de chlore, si j'ai bien compris. En naturologie, ce traitement est connu sous le nom MMS (Miracle Mineral Solution), inventé et vendu par un original, non médecin, un des millliers de charlatans qui tirent parti du net et de la crédulité des gens: Jim Humble (https://jimhumble.co/about - nom de famille peu adéquat, je n'automatise pas le lien, c'est délibéré).

Incompréhensible que, pour éviter des chimiothérapies, on ait recours à l'équivalent de l'eau de Javel, qui n'est même pas efficace en utilisation ménagère (dix minutes après l'application dans l'évier, on y retrouve la même population bactérienne, qui est revenue de toute la vitesse de ses petites pattes, me disait une amie chercheuse). Incompréhensible que des naturos, au fait de la complexité du vivant, relayent ces carabistouilles,de MMS. Pourquoi pas tester l'agent Orange, le fameux défoliant, tant qu'on y est?

Dans l'interview 2022 chez BeurTV, LS prône le bleu de méthylène (BM), celui que ma grand mère utilisait pour badigeonner la gorge au premier signe d'angine. Excellente idée, elle disait que toute angine était tuée dans l'oeuf. Mais y a t il des études in vivo sur le BM contre le cancer? Autre chose que des cas anecdotiques?

A la même période, il s'est mis à déconseiller la diète cétogénique car la tumeur finirait par utiliser des cétones comme carburant. Mais, enfin! Ce n'est le cas documenté que dans un seul type de cancer, bien particulier. Voilà qu'il décourage tous ceux qui avaient encore un espoir, grâce à son Métabloc et la céto, bithérapie à laquelle des victimes d'autres types de cancer trouveraient un grand bénéfice.

NB. Précision répétée: la cétogénique retarde la croissance des tumeurs et augmente l’efficacité des traitements, elle ne guérit pas en soi un cancer.

C'est le défaut des électrons libres comme lui: brillant, vif, adaptable mais je gage qu'il travaille seul ou quasi, comme beaucoup de ces chercheurs électrons libres (EL). Résultat: il n'est pas challengé par ses pairs, et va parfois vite en besogne. Ceci vaut pour d'autres EL que j'adore, comme le dr de Lorgeril. Mamie Croûton ici présente lit tous ses livres, j'y vois parfois des fossés de logique...

Ma toute grosse critique concerne un pan de sa réflexion, qui devient caricatural dans la récente interview: "le cancer, c'est simple, j'ai trouvé la solution".

Celle-là, je l'ai entendue mille fois pendant les 20 ans où j'ai zoné en nutrition et santé alternative: depuis le potiquet magique jusqu'à la manipulation ostéo en passant par la psychothérapie rapide.

Qu'il le croie, c'est son choix, chacun ses croyances, dont les plus grands chercheurs ne sont pas exempts. Qu'il l'énonce avec la force d'une voix d'autorité qu'est le médecin, spécialiste de surcroît, c'est dommage. D'autant plus qu'il ajoute ses propres couleurs à la théorie Warburg, le profane ne comprend plus alors qui suivre: Seyfield & Cie ou Schwartz?

Mais nnnnnnon! Le cancer n'est pas "simple". Ces maladies dégénératives, d'une société hypermodernisée malade elle-même, ne sont PAS simples. Les partisans du dr Seyfried (américain, piste Warburg aussi) ont aussi une vision unique du problème, mais n'osent pas aller jusqu'à dire "c'est simple, j'ai la solution".

Si la cellule manque d'oxygène et fermente le sucre, ce n'est PAS parce qu'on mange trop de sucre(s). Il y a bien d'autres mécanismes pour asphyxier une cellule et bloquer le bon fonctionnement mitochondrial. Arrêtons d'abord de l'asphyxier par des pratiques hors sol, que ce soit en alimentation ou en pollution chimique ou électromagnétique. Cette lubie de vouloir toujours tout contrôler, sans laisser une chance à des techniques simples...

Si les traitements ne sont pas pris ou ne fonctionnent pas, c'est aussi qu'on oublie la part des neurosciences et de la motivation à l'autobienveillance. Ou qu'on a négligé l'impact de la psycho-neuro-immunologie (branche largement documentée).

La complexité de l'humain sur ce plan est telle que je peine à comprendre comment des biologistes sérieux croient que les résultats d'études in vitro, ou même sur les rongeurs, peuvent être extrapolées à l'humain.

Oh qu'on a envie de l'aimer, ce bon docteur Schwartz! Quelle tendresse il invoque chez nous. Mais cela ne suffit pas pour que je le relaye, j'ai d'ailleurs effacé de mon blog tous les articles sur son travail. Je le pense victime du syndrome du sauveur, qui en perd le bon sens scientifique (oui, j'ose accoler les deux termes!); ou il pourraît être impatient d'exister et de maintenir son existence sur la scène médiatique, encouragé en cela par les fans

Pour l'instant, je continue à le surnommer "Schwarz/Weiss", selon l'idée de mon ami B., tant qu'il reste dans la pensée binaire: "j'ai trouvé l'équation du cancer". Je ne relaye pas les pensées binaires sur mon blog.