taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

La piste zéro-glucides

28.9.17 Limiter les glucides ne signifie pas les éliminer, m’enfin... Certains mangeurs choisissent pourtant cette voie-là : ils pratiquent le zéro-glucide (ou zerocarb en anglais), ce qui revient à n’ingérer ni végétaux, ni fruits, ni farineux ni noix. Il reste du gras et de la viande. Et de l'eau. Pour qui serait fatigué des douze critères de "Retour à soi: la cure", ce serait une option.


billet lié à mon livre à paraître
"Retour à soi: la cure"


Limiter les glucides ne signifie pas les éliminer, m’enfin... Certains mangeurs choisissent pourtant cette voie-là : ils pratiquent le zéro-glucide (ou zerocarb en anglais), ce qui revient à n’ingérer ni végétaux, ni fruits, ni farineux ni noix. Il reste du gras et de la viande. En passes hypoglucidiques, la toute grande majorité d’entre vous devra se limiter, par périodes, à 6 U. S., parfois 10 U. S. (une U.S. équivalent à une unité sucres, soit 10g de glucides totaux). Quelques uns : 4 U. S.en permanence. Mais zéro? Un peu radical, n’est-ce-pas ? En tout cas trop radical pour que j’en fasse une cure grand public. Encore plus radical que la diète cétogénique.

Au passage, un lien de recherche qui sera pur plaisir pour les très rares personnes qui sont de profil carnivore pur en typage métabolique et qui pourraient bien profiter d’un type de cure similaire : Owsley Stanley, un Australien, ex-manager des Grateful Dead, est connu sur le ouaibe sous le nom de The Bear — dont il me semble avoir le caractère; « rustique » est un mot faible pour le caractériser. Enfin, feu the Bear car il est décédé en 2012 dans un accident de voiture. The Bear était intervenu de manière intensive pendant quelques mois sur les sites low-carb pour exposer le fait que ce programme ne suffisant pas à la santé, la forme et la minceur durable, tous les mangeurs devraient pratiquer du zero-carb comme lui. A plus de 70 ans, dynamique, pleine forme, récupération hors pair pour un homme de son âge. Or, pendant 50 ans (donc depuis ses 23 ans), il n’avait mangé QUE des protéines et des graisses, saturées qui plus est. Il laissait les légumes et les fruits à son épouse. Il concédait volontiers ne pas être gastronome : il mangeait son steak tous les midis pour se nourrir, quoi.

Cet aparté n’est qu’illustratif. Je m’en voudrais d’inciter des milliers de personnes à se nourrir exclusivement de steaks au beurre. Qu’en dirait mon ami le veau ?

Visitez https://zerocarbzen.com/the-bear si vous voulez commencer à piocher sur le sujet. La patronne du site, Elmée, pratique du zéro-carb (ZC) depuis des années. Les pratiquants du ZC s'inspirent de la cétogénique mais n'en gardent que le steak. Point. Parfois avec du beurre. Pour moi c'est intéressant de lire que tous viennent au boeuf et rien qu'au boeuf, frais et non charcutaillé. Le porc: exit; les poissons: exit, les saucissons, etc: exit. Cela confirme ce que je dis du boeuf par ailleurs, entre autres que seule cette viande-là semble remonter les victimes de burn-out (observation de terrain par moi-même sur mes clients et sur les forums).

 Lire la série d'interviews de pratiquants du ZC que publie Esmée La Fleur - en anglais. Questions touffues, détaillées, chez des pratiquants de longue date (parfois 10 ans).

Esmée répond à ma question sur les "sorties de route" du régime, raison pour laquelle depuis que je le connais, je conseille ce régime en cures uniquement: en gros, ces pratiquants refusent en permanence les repas en sortie, chez les amis, aux fêtes. Ils ne mangent que la viande, et encore quand du boeuf est proposé. Et point à la ligne. C'est un autre univers que notre gastronomie française, familiale, sociale, culturelle. Ce serait impossible à tenir chez nous, je le crains bien.

En outre, la plupart témoignent que dès qu'ils rajoutent des légumes "pour voir", ils retrouvent des troubles digestifs. Mais:

  • 1/ ont-ils essayé les légumes en jus, sans fibres?
  • 2/ ou au moins pelés et cuits vapeur, avec un filet d'huile ajouté après cuisson?
  • 3/ mâchent-ils suffisamment?

La plupart de ces pratiquants ZC ont un long historique de recherches du meilleur régime, à cause de leur état organique très, très fragilisé. Ont-ils essayé la piste sage de surveiller les excès d'amines s'ils sont histamino intolérants? Plutôt que d'éliminer tout, tout à trac? Ne se sont-ils pas aussi fragilisés à force d'essayer des régimes vegan, crus, détox, extrêmes? A force de ne manger que du boeuf en ZC, n'ont-ils pas perdu la production des enzymes nécessaires aux autres aliments? Esmée, par exemple, pratique souvent les lavements au café, la technique idéale pour se niquer la digestion, pour étouffer la vésicule. Pour info pour les auditeurs: Esmée se dit de groupe sanguin O, je la soupçonne diathèse 1 de toute évidence (chêne).

Bref,ce n'est pas une piste tenable en permanence. A la rigueur une roue de secours pour des mégadésespérés.

Je ramène à mon analyse Europe/USA xx, où je pointe les nombreuses disparités à la base, qui font qu'on ne peut JAMAIS projeter un programme américain sur nos habitudes.

Les mangeurs fragiles de naissance ou par acquit, de groupe sanguin 0, très clairement chasseurs ET dysbiotiques (que de critères!) auront peut être envie de creuser la piste. Ou encore les Tarass boulba de nature, qui veulent jouer "retour aux sources".

  • Lire aussi quelques billets chez la très sympathique Amber sur Empiri.ca. Elle même bipolaire, ex obèse, déçue par tous ses essais y compris la cétogènique, s'est découvert une nouvelle vie en ZC. Fiable car brillantissime. Discours à prendre cependant avec des pincettes puisqu'elle est partiale.
  • Chercher le groupe FB des pratiquants du ZC, animé par Esmée entre autres. De mémoire il y a "carnivoria" dans le nom.

 Retour au blog