taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

un prochain livre, à paraître
chez Aladdin,
par Bibi
le pitch

Blog

19.8 Je viens de passer un mois à zoner sur les sites vegans et vegans crus pour mettre à jour mon bouquin sur le coaching des crudistes. Samedi était mon dernier jour de cette retraite éprouvante. Dites-moi que vous me donnerez une médaille, allez, dites-le moi. Depuis samedi, je me répare les neurones en ne suivant plus QUE des gens intelligents, cultivés, pétillants d'ouverture d'esprit. Ce matin, un billet de Sylvain, de Clair et lipide, tombe à pic : ses Divagations carnistes du 18 août sont un régal pour l'esprit. Je souris déjà d'imaginer les réponses potentielles de vegans sur son blog, dont l'essence du discours sera "eh ben même eh ben..." ou toute autre réponse d'une haute teneur intellectuelle, comme à leur habitude (non seulement ils ont des attitudes de fachos, mais ils tiennent des discours d'un bête, mais d'un bête!).
Dans les jours qui suivent, je ferai la liste des autres intervenants qui me réchauffent le coeur, le premier étant Allan Savory (qui a trouvé - et prouvé - comment freiner le réchauffement climatique en jouant avec la nature plutôt que contre elle), un autre étant le seul vegan non khmer-vert que j'aie rencontré à ce jour: le chercheur Christopher Gardner. Et une série d'autres personnages charmants.

8.8 Un long échange avec une amie, sur un gourou du cru.

6.3.2016 Le crudivorisme vu par les biologistes et les paléontologues

Reçu de Maya Dedecker: "Voici une vidéo (13 min) d'une conférence de Suzana Herculano Houzel qui explique magnifiquement bien le lien entre la cuisson des aliments et le développement du cerveau humain. Apparemment cette explication est communément admise à l'heure actuelle par la communauté des paléontologues. Indépendamment du fait que cela montre la contradiction des crudivoristes, et du fait que c'est exposé de manière très claire et très pédagogique, je jubile à chaque fois en la regardant, de me dire que finalement ce serait l'être humain lui-même qui, en agissant sur son environnement (par la cuisson), a permis à son cerveau de se développer plus que ce que "la nature" le permettait et de devenir ce qu'il est!".

Demandez les sous-titres! Ils sont aussi en français.

voir la vidéo à partir de la minute 9 pour la part sur la cuisson; mais la vidéo entière est passionnante et permet de comprendre le raisonnement (rapport nombre de neurones et nombre d'heures à manger..., en gros...). Sa conclusion: "Avec ce gros cerveau que permet la cuisson des aliments,on est passé rapidement du cru à la culture, l'agriculture, la civilisation, le supermarché, l'électricité, le réfrigérateur, toutes ces choses qui aujourd'hui nous permettent d'avoir toute l'énergie nécessaire à une journée entière rien qu'en passant un petit moment dans notre fast-food préféré. Ce qui a d'abord été une solution est donc devenu un problème. L'ironie, c'est qu'on cherche la solution dans la nourriture crue." (qui demande des prises alimentaires considérables)

Lire l'extrait