taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

Un peu de technique en régimes low-carb et zérocarb - un billet du docteur Eades

 15.9.22 Combien de glucides réintroduire après la pratique d'un régime pauvre en glucides? Traduction d'un article du dr Eades.

A lire avec un regard critique, sachant que le docteur Eades raisonne depuis un corps masculin (en matière de régimes: le sexisme oblige, les normes masculines ne valent JAMAIS pour le féminin) et depuis les Etats-Unis, pays où la malbouffe est présente depuis si longtemps que les gens sont, en moyenne, plus abîmés qu'en Europe. Il est à l'écoute de ses patients, mais il est humain de juger à partir de SA propre expérience.

Ces précautions étant exposées, voici la traduction de https://ckarchive.com/b/mvu7h5hlxp2k - dans laquelle vous trouverez peut-être réponse à vos questions sur les doses de glucides à réintroduire *ou pas*

J'aime particulièrement suivre ce médecin spécialiste de longue date des régimes LCHF, car il doit avoir été ingénieur dans une vie antérieure. Je comprends sa logique! Alors que ce n'est pas le cas quand je suis d'autres médecins, dont je ne comprends pas les raisonnements. En outre, après tant d'années de pratique et de recherche, il est toujours ouvert à de nouvelles suggestions. Fameux!

"J'ai reçu un courriel d'un lecteur de longue avec une question nutritionnelle.

Deux, en fait.

Lecteur :

« Dans The Arrow de cette semaine, vous avez parlé de l'étude de cas concernant le pilote d'hélicoptère qui a suivi votre plan Protein Power et s'est guéri du diabète T2. Félicitations pour cela ! Ma question concerne la période d'entretien de votre approche, décrite dans l'étude de cas comme "l'augmentation progressive de la teneur en glucides par repas jusqu'à ce que l'apport total en grammes de glucides soit à peu près égal ou légèrement supérieur à l'apport quotidien en grammes de protéines. Les niveaux de glucides peuvent être augmentés si nécessaire pour maintenir un niveau de poids souhaitable jusqu'à 30 % de plus que l'apport en protéines."

Réponse question 1.

C'est ce que je n'ai jamais compris. Si les glucides sont ce qui vous a mis dans le pétrin au départ, pourquoi les rajouter ? Cette recommandation repose-t-elle sur l'idée que les repas contenant un taux élevé de glucides sont plus agréables au goût ? Qu'ils ne respecteraient le régime que si les glucides étaient réintroduits ? Après avoir fait les calculs indiqués dans votre livre, j'ai d'abord déterminé que mon besoin minimum en protéines était d'environ 120 grammes de protéines par jour. Cela signifie qu'une fois mon objectif atteint, je pourrais manger entre 120 et 156 grammes de glucides par jour (bien que mes besoins en protéines soient probablement inférieurs à 120 grammes à mon poids idéal). Pourquoi voudrais-je faire cela ?

La raison pour laquelle je soulève cette question est que, selon mon expérience personnelle, la réintroduction des glucides est le baiser de la mort. C'est aussi la raison pour laquelle je n'ai toujours pas atteint mon poids idéal, même après avoir lu "Protein Power" à la fin des années 1990 (sans parler de tous vos autres livres et de ceux écrits par d'autres), et après avoir suivi les principes d'un mode de vie pauvre en glucides depuis lors (bien que parfois de manière plus stricte et parfois plus relâchée). J'ai atteint mon objectif à plusieurs reprises au cours des 20 dernières années et je l'ai même maintenu pendant 18 mois à plusieurs reprises, mais dès que j'ai commencé à ajouter des glucides - pas des tonnes de pâtisseries et de bonbons, mais plutôt des baies ou d'autres fruits, ou un seul petit pain - tout s'est effondré. Si cette petite quantité de glucides peut anéantir tout mon travail, qu'est-ce que cela peut faire d'ajouter 120 grammes de glucides ou plus ?

Heureusement, je crois que j'ai enfin trouvé la réponse. Pour moi. Le 23 août, j'ai commencé à adopter un mode de vie carnivore, en ne mangeant que des aliments d'origine animale. Ce n'était même pas difficile. Les fibres sont un anathème pour moi. Si je mange des légumes, je deviens rapidement constipée et je m'enfonce dans la diverticulite. C'était donc un soulagement d'abandonner les légumes et la "culpabilité" de ne pas en manger assez. Pour l'anecdote, j'ai consulté pendant un certain temps un médecin spécialisé en médecine intégrative, ici dans le Maine, qui s'est avéré être végétalien (pour ma défense, je ne le savais pas lorsque j'ai commencé à le consulter). Il m'a prescrit un régime cétogène, mais un régime cétogène VÉGÉTIQUE. J'avais le droit de manger une cuillère à café de thon quelques jours par semaine, sinon je mangeais surtout des légumes crus, quelques légumes cuits et des noix. Dans les 4 jours qui ont suivi, j'ai eu une poussée de diverticulite qui a failli me conduire à l'hôpital (encore une fois), mais je l'ai prise suffisamment tôt pour qu'un traitement de 2 antibiotiques pendant 2 semaines la fasse disparaître.

L'approche carnivore m'a sauvé la vie. Je n'ai perdu que 5 kilos depuis le 23 août, mais j'ai perdu deux tailles de pantalon et j'ai perdu 10 cm de tour de taille et 10 cm de tour de hanches. Au total, j'ai perdu 10 kilos par rapport à mon poids le plus élevé en 2017. Il a été un peu difficile pendant les vacances de respecter le plan, et j'admets avoir eu un dîner de Thanksgiving "normal" et avoir plongé dans les bretzels quelques fois, mais j'ai déjà commencé à revenir totalement au plan et j'ai hâte de revenir à un poids maigre et sain.

Deuxième question lecteur

Je suis curieuse de savoir ce que vous pensez du mode de vie carnivore à long terme. Des personnes comme le Dr Ken Berry, le Dr Paul Saladino, le Dr Shawn Baker, Amber O'Hearn et d'autres ont été mes principales sources d'information. Amber O'Hearn se décrit comme une carnivore facultative, c'est-à-dire "une personne qui mange principalement de la viande et qui ne s'épanouit pas sans aliments d'origine animale". Ce qui rend un carnivore facultatif, c'est sa capacité particulière à subsister pendant un certain temps en se nourrissant uniquement d'aliments végétaux. C'est une adaptation utile pour la survie." (Mangez de la viande. Pas trop peu. Surtout des graisses. - Le carnivore facultatif) Vous avez écrit sur un régime uniquement à base de viande - y compris le livre "Strong Medicine" du Dr Blake Donaldson - dans votre blog Protein Power et votre "6-Week Guide to the Middle-Aged Middle", donc je sais que vous pensez que c'est sûr. Je me dis que si vous pouvez vous passer des glucides, pourquoi ne le feriez-vous pas ? Pensez-vous que les personnes comme moi, qui ne peuvent tout simplement pas supporter les glucides (que ce soit physiquement ou émotionnellement), devraient les éviter à tout prix ?

***Réponse du dr Eades***

Ce sont deux bonnes questions. Surtout si l'on tient compte de l'histoire pour la replacer dans son contexte.

La première question est l'une de mes préférées, car on m'a posé une question similaire lors d'une séance de questions-réponses après une conférence que j'ai donnée il y a quelques années. Voici ce que j'ai écrit à ce sujet dans un billet de blog il y a une dizaine d'années (je n'ai pas eu le temps de finir de mettre en forme ce vieux billet, donc pas d'image en haut et certains des liens peuvent être cassés). Lire https://www.proteinpower.com/are-carbohydrates-fattening/

Il y a plusieurs années, je répondais à des questions après avoir fait une présentation devant un grand groupe de médecins et de profanes. Une dame s'est levée et m'a dit qu'elle perdait toujours du poids lorsqu'elle suivait un régime pauvre en glucides, mais qu'elle le reprenait toujours plus rapidement après avoir arrêté un tel régime que lorsqu'elle reprenait le poids qu'elle avait perdu avec un régime pauvre en graisses.

Alors que j'écoutais sa question, mon cerveau s'affairait à formuler une réponse intelligente du genre : "C'est la façon dont Dieu vous dit de ne pas abandonner votre régime pauvre en glucides".

Mais, en regardant le public, j'ai remarqué que beaucoup de têtes acquiesçaient. J'ai réalisé que j'avais besoin d'une réponse raisonnable.

La vérité, c'est que je ne pensais pas vraiment qu'il y avait quelque chose. Je me suis dit que c'était le fruit de son imagination. J'avais déjà entendu de tels rapports auparavant, et je n'en avais pas fait grand cas. Mais lorsque j'ai vu les têtes hocher dans l'auditorium, cela m'a rappelé la vieille maxime selon laquelle un rapport est anecdotique, mais plusieurs anecdotes similaires deviennent des données.

J'y ai donc réfléchi rapidement et j'ai concocté une réponse sur le champ. La plupart des orateurs savent que le moyen le plus sûr d'être embarrassé est de s'engager dans une réflexion originale dans un forum public. Bien que je me sois mis en danger, je pense que dans ce cas, je m'en suis bien sorti.

Je vais passer en revue mes processus de pensée, comme je m'en souviens bien.

Mon parti pris était/est que les calories de glucides font beaucoup plus grossir que le même nombre de calories de graisses ou de protéines, alors partons de ce principe pour commencer.

Un régime pauvre en glucides restreint les glucides, et donc le plus grossissant des trois macronutriments.

Si mon hypothèse est vraie, alors les personnes suivant un régime pauvre en glucides devraient perdre du poids plus rapidement, ce qui est le cas selon la majorité des études.

Un régime pauvre en graisses restreint les graisses et, accessoirement, les protéines, car la plupart des formes de protéines de haute qualité contiennent des graisses. Les graisses et les protéines font moins grossir par kcal que les glucides. Si cette hypothèse est vraie, alors les personnes suivant un régime pauvre en graisses qui restreint les graisses et/ou les protéines devraient perdre moins de poids et le perdre plus lentement, ce qui est le cas selon la majorité des études.

Comment peut-on tricher ou arrêter un régime pauvre en graisses ? En mangeant plus de graisses et/ou de protéines.

Comment tricher ou interrompre un régime pauvre en glucides ? En mangeant plus de glucides.

Puisque - à mon avis - les glucides font plus grossir que les graisses et/ou les protéines, il est logique que l'ajout de glucides plus grossissants à un régime pauvre en glucides entraîne une plus grande prise de poids que l'ajout de graisses/protéines moins grossissantes à un régime pauvre en graisses.

Par conséquent, en abandonnant un régime pauvre en glucides, on prendrait des kilos plus rapidement qu'en abandonnant un régime pauvre en graisses.

Ça me semblait logique à l'époque, et ça l'était aussi pour le public.

J'y ai beaucoup réfléchi depuis et j'en ai conclu que mon raisonnement sur le moment était probablement correct. Et je l'ai utilisé depuis chaque fois que la question m'a été posée.

L'article du blog décrit ensuite une étude qui confirme fondamentalement ce que j'avais trouvé sur le vif il y a plusieurs années.

La réponse à la première question de cette dame est qu'il n'est pas nécessaire de rajouter les glucides. Certaines personnes veulent la variété accrue que les glucides ajoutés fournissent. Si elles titrent leur dose de glucides jusqu'à ce qu'elles commencent à prendre du poids, puis diminuent un peu, elles peuvent déterminer la dose de glucides qui les fait basculer dans la prise de poids. Il leur suffit ensuite de rester en dessous de cette limite.

Certaines personnes, croyez-le ou non, ont l'impression de perdre trop de poids avec un régime pauvre en glucides. Elles perdent plus que leur poids cible et continuent à perdre du poids (ce problème touche principalement les hommes). Ils ont besoin d'ajouter des glucides pour arrêter la perte de poids (qui finirait par ralentir et s'arrêter d'elle-même) avant qu'elle n'atteigne le niveau souhaité.

En ce qui concerne sa deuxième question, à savoir s'il faut éviter complètement les glucides ou suivre un régime carnivore, ma réponse est la suivante : allez-y ! Je n'ai aucun problème avec les régimes à très faible teneur en glucides, les régimes cétogènes ou le régime carnivore. J'ai vu des personnes s'épanouir grâce à des régimes carnivores alors qu'elles ne pouvaient pas suivre un régime standard pauvre en glucides."


source du texte: https://ckarchive.com/b/mvu7h5hlxp2k

en apprendre plus chez le docteur Eades: https://www.proteinpower.com ou le suivre sur tw

Et mon petit caillou perso: suivez-le en conscience, sachant que ces suggestions américaines sont excessives en nos contrées. Rares sont ceux qui doivent en arriver à du carnivorisme. Ils sont généralement des canaris de la modernité, hyperréactifs, hypersensibles à tout sauf aux produits animaux (Lire mon billet"Le code carnivore, du dr Saladino - décodage par Bernard Bel" ) . Au lieu de pratiquer un régime excessif d'exclusion, on peut AUSSi essayer de remédier à cette curieuse hypersensibilité.