taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel
  

Le monde de demain et le nécessaire discernement: Pol Pot sors de ce corps!

19.6.20. J’écris ceci en tant que Gieco-sceptique et non climato-sceptique. Pardon si je dérange.

On aimerait pouvoir suivre une seule personne et applaudir à chaque fois. Eh bien voilà, la vie va comme elle peut et parfois, il faut recadrer nos interlocuteurs. En l’occurrence Vincent, de la chaîne YT «Partager c’est sympa» nous fait du Pol Pot de la plus belle eau. Je n'ai rien contre ce gars en particulier, je le prends comme illustration de cette dérive récente des écolos de se la jouer Khmer.

 

Billet inclus dans le dossier "Le circus virule (ou ce que le covid-19 est venu nous dire"), amorcé début 2020. Répertoire "non-food" de ce site. Je mets ma casquette de Jiminy Cricket, comme pour le dossier à charge contre les Gafam. Je transfère certains des billets écrits en brouillon sur fb pendant le confinement. On les retrouve via le sommaire.

On aimerait pouvoir suivre une seule personne et applaudir à chaque fois. Eh bien voilà, la vie va comme elle peut et parfois, il faut recadrer nos interlocuteurs.

En l’occurrence Vincent, de la chaîne YT «Partager c’est sympa», dont j’ai souvent relayé les projets mais qui, dans sa dernière vidéo, nous fait du Pol Pot de la plus belle eau: "Un Avenir Réalisable ? On en parle avec un ingénieur" -> https://www.youtube.com/watch?v=yJBK5olnG5s.

Il discute des mesures envisagées pour protéger le climat, concoctées par des consultants écolos (B&L Evolution) , qui font clairement partie du monde d’avant: «On sait pour vous, c’est votre faute petit peuple, morflez donc. Et d’ailleurs nous on a lu le rapport du Giec». C’est de la folie en tranche, du despotisme vert, qui désole l’écolo de coeur que je suis depuis si longtemps. J’imagine qu’il va aussi demander aux jeunes couples de se limiter à un enfant, comme je l’entends souvent «pour protéger la planète». Tout cela sur la foi de mathématiciens du Giec qui modélisent avec autant de finesse que le mage Ferguson pour le covid. On ne prendra donc jamais notre leçon de discernement?

Cher Vincent, l'esprit d'un ingénieur est donc l'alpha et l'omega de la vie sur terre? Le mouvement écolo et sa mouvance de gauche semblent pétris de scientisme et de matérialisme: "la science sait tout, la science peut tout". Par quel enchaînement de faits historiques cela s'est-il installé? Je ne sais, mais le résultat est que ce sont ces écolos-là qui nous mènent dans le mur. Paradoxalement!

On lit dans les mesures de ces "ingénieurs" qu’il faut réduire la viande à 25kg/personne/an. C’est d’ailleurs par mon dossier «le boeuf émissaire» que je les ai découverts en 2018-2019. Quiconque vous raconte encore de telles âneries ne connaît pas le sujet et répète comme un perroquet les diktats des grands think tanks qui pilotent ce projet (même Jancovici est tombé dans le panneau: ils parlent tous si bien! mais ils ne lisent pas les études... snif). L’élevage n’impacte quasi pas le réchauffement de la planète, c’est un mensonge inventé pour d’autres causes. Au contraire, l’élevage en pâture peut capter le carbone. Donc: bravo aux ingénieurs, du brillant jus de cerveau qui n'a servi à rien, ou quoi?

Imaginez que leurs autres mesures sont aussi peu documentées et mettez cela en regard de ce qu’ils demandent comme sacrifices (voir en infographie dont la source est ici: https://img.over-blog-kiwi.com/2/27/17/52/20190210/ob_1f2406_comment-s-aligner-sur-une-trajectoire.png )

 

Désolée, Vincent, ce coup-ci, je passe mon tour.

J’en profite pour rappeler ma posture: je suis une pragmatique et les modélisations des professeurs Mabuse me font horreur. J’aime encore moins quand on énonce «un consensus scientifique» sur le climat. Cela n’existe pas en science, dont le principe est de discuter, contre-argumenter. Et cela présume que le petit internaute ne se renseignerait pas à d’autres sources, type «climatoréalistes», tout aussi scientifiques. J’aime peu qu’on présente sous le couvert de «la science» des projets politiques. Il est vrai que l’on ne peut croître indéfiniment dans un monde fini, mais la propagande climat ne repose pas sur de la science, c’est un objectif politique. Disons-le alors! La tromperie n’est jamais porteuse.

Et enfin, remettons les choses à leur place. Je suis responsable de mon lopin de terre, j’agis à ce niveau. Je ne suis pas responsable de la pollution généralisée, de l’érosion, de la croissance folle. Ce sont les industriels et nos gouvernements qui le sont. Pourquoi moi, déjà écolo active dans mon petit cadre, je devrais éponger leurs conneries au niveau de la terre entière? Je suis donc une écolo locale, pragmatique; je refuse de porter les fautes des cinglés qui nous gouvernent. Et surtout je refuse leur discours de honte et culpabilité, qu’ils font porter par une petite à nattes (dont je ne répéterai jamais assez qu’elle est une fabrication médiatique, je ne cite pas son nom tant j’ai honte que ses parents l’aient offerte en pâture).

Vincent et ses camarades sont-ils conscients qu’à demander l’impossible ils vont braquer la majorité des personnes qui étaient de bonne volonté au départ? C’est pourtant de la psychologie première année.

NB. Pour démontrer à Vincent l’absurdité de ce qu’il propose ici, relever que les mesures incluent de « diviser par 3 le nombre de vidéo que l’on regarde en ligne «. Son business principal est de monter ces vidéos, très bien faites au demeurant. Il pourrait passer le même message en podcast ou en article. On revient au vieux: faites comme je dis, pas comme je fais. «A défaut d’être parfaits, soyons cohérents»

Et nous, pauvres écolos de coeur, sommes coincés entre les escrologistes du Green New Deal (la 4ème révolution industrielle et la croissance green-washée) et les Pol-Pot à la B&L. Il y a pourtant un juste milieu, et je l’ai trouvé chez Vandana Shiva. Si vous avez des références en français, je suis amateur (de grâce pas Pierre Rabi, un bon vieux MMMM à sa façon).

 

"Plus la dévastation progresse, plus les gens sont bombardés d'images anxiogènes par les médias, et plus ils semblent prêts à croire n'importe quel prophète leur garantissant que leur civilisation techno-industrielle bien aimée pourra être sauvée sans détruire la biosphère, et ce après deux ou trois légers ajustements techniques." (source https://greenwashingeconomy.com/, Philippe Oberlé)

"Il faut vraiment que les citoyens de par le monde se réveillent et arrêtent de s’imaginer que nos dirigeants vont prendre le taureau par les cornes. Cela fait depuis 1972 et la publication du rapport Meadows qu’ils savent que l’effondrement systémique de notre société industrielle est inéluctable. Et qu’ont-ils fait ? Ils se sont empressés de propager la pandémie néo-libérale sur tous les continents dans les années 1980. En ce moment même, de nombreuses associations, ONG, mouvements pseudo-écolos font pression sur les décideurs pour déclencher une nouvelle phase de croissance dans les énergies renouvelables et l’industrie du captage du CO2. Alors même que ces industries n’ont JAMAIS permis de réduire les émissions de CO2. Cet entêtement est suicidaire et n’a qu’un seul but : préserver l’hégémonie des puissants.

Se désintoxiquer du pétrole, se réapproprier la technique à travers le low-tech, construire des territoires autonomes sur le plan alimentaire avec la permaculture, ces évolutions impliquent de reconquérir le pouvoir à l’échelle locale. Elles ne seront jamais possibles à développer si nous conservons le système centralisé actuel guidé par les intérêts purement égoïstes d’une petite minorité." (extrait du même site)